Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Navalny raconte son difficile retour à la vie

Article

le

navalny-raconte-son-difficile-retour-a-la-vie

Des moments de « désespoir » et des jambes « tremblantes » : l’opposant russe Alexeï Navalny est revenu samedi sur sa convalescence pour réapprendre à s’exprimer et à marcher dans l’hôpital allemand où il est soigné pour son empoisonnement présumé avec un agent neurotoxique.

« Je vais vous raconter comment se déroule mon rétablissement. C’est un chemin clair mais encore long », a-t-il écrit dans un message sur Instagram assorti d’une photo le montrant debout en train de descendre un escalier.

« Mes problèmes actuels – le fait qu’un téléphone soit aussi inutile qu’une pierre dans mes mains ou que cela devienne un spectacle quand je me sers de l’eau – sont des broutilles », a-t-il écrit.

Car il y a encore « peu de temps », Alexeï Navalny raconte qu’il ne reconnaissait personne et ne pouvait pas répondre au médecin qui venait l’aider à s’exprimer chaque matin.

« Cela me désespérait car je comprenais ce que voulait le docteur mais je ne savais pas où trouver les mots », décrit M. Navalny.

« Je suis maintenant un gars qui a les jambes qui tremblent quand il prend l’escalier », mais qui se dit en revanche « Voici un escalier ! On s’en sert pour monter mais je ferais mieux de trouver un ascenseur », a-t-il plaisanté.

« Avant, je serais resté debout à regarder d’un air stupide » cet escalier, a ajouté l’opposant de 44 ans.

Alexeï Navalny a remercié les médecins de l’avoir fait passer d' »un homme techniquement vivant » à une personne ayant « toutes les chances » de pouvoir à nouveau utiliser adroitement le réseau social Instagram.

L’opposant numéro un au Kremlin, victime d’une tentative d’empoisonnement le 20 août en Sibérie, selon son entourage, avait posté mardi un premier message depuis son malaise, disant avoir pu respirer sans assistance.

« Ca m’a beaucoup plu, c’est un procédé étonnant et sous-estimé par beaucoup », avait-il ironisé, publiant une photo le montrant assis sur son lit d’hôpital en compagnie de son épouse et de ses enfants.

Un laboratoire militaire allemand a conclu le 3 septembre à son empoisonnement par une substance de type Novitchok, conçue à des fins militaires à l’époque soviétique, ce que Moscou réfute. Des laboratoires français et suédois ont confirmé les conclusions allemandes.

Le Kremlin s’est dit « limité » pour enquêter sur l’affaire, tandis que des partisans de M. Navalny affirment avoir recueilli des indices liés à cet empoisonnement présumé car ils étaient convaincus que les autorités russes n’enquêteraient pas.

Monde

Gaza : Troisième véto américain au Conseil de sécurité sur un « cessez-le-feu immédiat »

Article

le

Gaza : Troisième véto américain au Conseil de sécurité sur un "cessez-le-feu immédiat"

Les États-Unis ont opposé leur veto mardi à un projet de résolution du Conseil de sécurité de l’ONU exigeant un cessez-le-feu « immédiat » à Gaza. Il s’agit de leur troisième veto depuis le début de la guerre entre leur allié israélien et le Hamas.

Malgré la pression internationale pour atténuer leur soutien à Israël, les Etats-Unis ont de nouveau empêché ce mardi le Conseil de sécurité de l’ONU d’exiger un cessez-le-feu « immédiat » à Gaza, faisant circuler un texte alternatif sur une éventuelle trêve sous conditions.

Le projet de résolution, qui exigeait « un cessez-le-feu humanitaire immédiat qui doit être respecté par toutes les parties », a recueilli 13 voix pour, une abstention (Royaume-Uni) et une contre, le troisième veto américain depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas. L’ambassadeur palestinien à l’ONU a fustigé le veto « irresponsable et dangereux » des Etats-Unis.

Présenté par l’Algérie après plus de trois semaines de discussions, le texte s’opposait aussi au « déplacement forcé de la population civile palestinienne », alors qu’Israël a évoqué une évacuation des civils avant une offensive terrestre à Rafah où s’entassent 1,4 million de personnes dans le sud de la bande de Gaza.

Lire Plus

Europe

Une visite médicale obligatoire tous les 15 ans pour conserver son permis de conduire

Article

le

Permis de Conduire : bientôt une visite médicale obligatoire pour conserver son permis

Les États membres de l’Union européenne vont prochainement s’exprimer sur un projet de loi qui vise à instaurer une visite médicale pour délivrer ou renouveler le permis de conduire.

Un projet de loi débattu prochainement au Parlement européen pourrait changer les règles pour les automobilistes européens. Il prévoit une visite médicale obligatoire tous les quinze ans pour conserver son permis de conduire. Cette mesure, soutenue par la commission des Transports de l’instance européenne, vise à réduire de moitié le nombre de décès sur les routes d’ici 2030, dans une perspective ultime d’atteindre zéro mort d’ici 2050.

L’examen médical comprendrait un contrôle de la vue, tandis que les autres tests requis seraient définis par chaque État membre. Bien que cette proposition suscite des débats, elle s’inspire de pratiques déjà en vigueur dans certains pays européens, où des contrôles médicaux sont effectués à des intervalles réguliers pour les conducteurs âgés.

Si cette mesure est adoptée, elle ne serait pas mise en œuvre avant 2027. Son objectif principal est de garantir que les conducteurs restent aptes à conduire tout au long de leur vie, contribuant ainsi à la sécurité routière et à la réduction du nombre de victimes sur les routes de l’Union européenne.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

France

Des médecins cubains pour sauver les urgences et la maternité de Guingamp

Article

le

Cuba a accepté d’envoyer des médecins en renfort dans les hôpitaux de Guingamp (Bretagne), où les services sont en difficulté.

Alors que l’hôpital de Guingamp rencontre des difficultés, des élus et membres hospitaliers locaux souhaitent faire venir des médecins cubains pour sauver les urgences et la maternité.

Vendredi dernier, les défenseurs de l’hôpital de Guingamp ont rencontré l’ambassadeur de Cuba, Otto Vaillant, dans l’espoir de trouver une solution à la crise sanitaire qui frappe la région. Au cœur des discussions : la possibilité d’accueillir des médecins cubains pour pallier le manque criant de professionnels de santé.

L’initiative, portée par l’agglomération de Guingamp-Paimpol, pourrait offrir un sursis à la maternité de Guingamp, menacée de fermeture depuis plusieurs années. Si la venue de médecins cubains se concrétise, elle constituerait un renfort transitoire vital pour maintenir ouverts les services d’urgence dans une région où l’accès aux soins est de plus en plus difficile.

La mobilisation en faveur de cette solution témoigne des défis auxquels est confronté l’hôpital public en France, en particulier dans les zones rurales. Les débats autour de cette proposition soulèvent également des questions cruciales, notamment sur les conditions de travail et les modalités de rémunération des médecins cubains.

Que cette initiative se matérialise ou non, elle a le mérite de mettre en lumière les difficultés rencontrées par l’hôpital public et de susciter un débat sur les solutions envisageables pour garantir l’accès aux soins pour tous.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Les + Lus