Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Municipales au Brésil: le centre droit en force contre le bolsonarisme

Article

le

municipales-au-bresil:-le-centre-droit-en-force-contre-le-bolsonarisme

Le centre droit est le grand vainqueur des municipales de dimanche au Brésil, qui ont vu la déroute des candidats soutenus par le président Jair Bolsonaro, à deux ans de la présidentielle, et de la gauche.

Dans les deux plus grandes villes du pays, Sao Paulo et Rio, le maire sortant Bruno Covas et l’ex-maire Eduardo Paes, tous deux de centre droit, ont été élus dans un fauteuil.

A Sao Paulo, ville de 12,5 millions d’habitants et la plus riche du pays, M. Covas, 40 ans, du PSDB, a remporté 59,38% des suffrages contre 40,62% à celui qui portait les espoirs de la gauche, Guilherme Boulos (Psol).

M. Covas lutte depuis sa mairie contre un cancer de l’appareil digestif et a comme mentor le gouverneur de Sao Paulo, Joao Doria, probable adversaire de M. Bolsonaro à la présidentielle de 2022.

« Il est possible de faire de la politique sans haine et en disant la vérité », a lancé M. Covas, apparemment à l’attention du président d’extrême droite.

A Rio, M. Paes (Démocrates) a été élu avec 64,07% des voix, infligeant une défaite aussi cinglante qu’annoncée à l’impopulaire maire sortant Marcelo Crivella (35,93%).

« Rio est le lieu de la diversité », et « nous allons gouverner (…) pour toutes les croyances, orientations et religions », a lancé M. Paes, qui a déja été maire de Rio de 2008 à 2016, en fustigeant M. Crivella.

Pour ce dernier, un ex-pasteur évangélique, il n’y a pas eu de miracle. Il figure parmi les 13 candidats soutenus par Jair Bolsonaro dont 11 ont été battus, y compris Capitao Wagner, dimanche à Fortaleza (nord-est).

« C’est la confirmation d’une déroute du bolsonarisme qu’on avait vu poindre » au 1er tour du 15 novembre, a estimé pour l’AFP Leonardo Avritzer, analyste politique à l’Université fédérale du Minas Gerais (UFMG).

Ces municipales, qui signent apparemment le reflux de la vague de l’extrémisme qui avait porté Jair Bolsonaro au pouvoir en 2018, ne sont pas de bon augure pour le chef de l’Etat, sans parti depuis un an, et à deux ans de la présidentielle.

Mais « cela ne signifie pas qu’il ne s’alliera pas en 2022 avec les partis de droite », estime Flavia Biroli, politologue à l’Université de Brasilia.

Echec de la gauche

Les municipales ont également représenté une grande déception pour la gauche. « La gauche continue d’avoir d’énormes difficultés dans le sud et le sud-est », a estimé M. Avritzer, de l’UFMG.

A Porto Alegre (sud), le centriste Sebastiao Melo l’a emporté sur Manuela d’Avila, figure montante à 39 ans du Parti communiste du Brésil, alliée au Parti des travailleurs (PT).

Pour la première fois depuis le retour de la démocratie au Brésil (1985), le PT de l’ex-président Luiz Inacio Lula da Silva n’a pas réussi à remporter une seule capitale des 26 Etats de la fédération.

Le PT n’a pas pu arracher, dans le Pernambouc (nord-est), Recife, bastion de la gauche et la seule capitale qui était à sa portée.

Joao Campos, 26 ans, du Parti socialiste brésilien (PSB, centre gauche), a grillé la politesse à sa cousine Marilia Arraes (PT), 36 ans, à l’issue d’un violent psychodrame familial.

Toutefois, malgré sa défaite à Sao Paulo, la qualification de M. Boulos pour le 2e tour aura donné une dimension nationale à cet homme jeune (38 ans), qui est le nouveau visage d’une gauche en rénovation.

Récession et chômage

Le scrutin a été assombri par la pandémie de coronavirus qui a fait plus de 172.000 morts au Brésil en huit mois.

Les électeurs avaient été encouragés à apporter leur propre stylo et ont dû voter masqués, et en observant la distanciation dans les files d’attente.

Quelque 38 millions de Brésiliens — un quart du corps électoral — avaient été appelés à élire pour quatre ans les maires et conseillers municipaux de 57 villes, dont 18 des 26 capitales d’Etat.

Le plus grand pays d’Amérique latine voit arriver une deuxième vague de coronavirus, après avoir été plongé dans la récession et avoir enregistré un niveau record de chômage, avec 14 millions de sans-emploi.

Les villes brésiliennes sont confrontées au manque de moyens dans la santé – particulièrement criant avec la pandémie – l’éducation, les transports publics ou le logement, mais aussi à l’endettement, la corruption et la violence.

« On demande plus de sécurité dans les favelas et plus de travail, avec tout ce chômage », a expliqué un électeur dans la grande favela de Rocinha, Antonio Reinaldo.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Grève à Hollywood : Accord historique conclu entre les scénaristes et les studios

Article

le

Grève à Hollywood : Accord historique conclu entre les scénaristes et les studios

La Writers Guild of America approuve l’accord salarial, mais l’industrie cinématographique attend toujours la fin de la grève des acteurs.

Los Angeles, le 27 septembre 2023 – Après près de cinq mois de grève qui ont paralysé l’industrie cinématographique de Hollywood, un vent d’optimisme souffle sur les collines de la cité des anges. Les dirigeants de la Writers Guild of America (WGA), le puissant syndicat des scénaristes, ont annoncé mardi 26 septembre qu’ils avaient approuvé l’accord salarial conclu avec les studios, marquant ainsi la fin de la grève et le retour imminent des membres de la WGA au travail.

Le conseil d’administration du syndicat a voté à l’unanimité en faveur de la recommandation de l’accord salarial, mettant ainsi fin à une période de négociations intenses qui ont duré des mois. Les 11 500 scénaristes représentés par la WGA aux États-Unis devront maintenant ratifier cet accord par le biais d’un vote qui se tiendra entre le 2 et le 9 octobre prochain.

Cependant, les observateurs de l’industrie cinématographique estiment que la ratification de cet accord devrait être une formalité, étant donné qu’il comprend des « gains significatifs » en matière de rémunérations pour les scénaristes. De plus, l’accord contient des dispositions visant à encadrer l’usage de l’intelligence artificielle, une préoccupation croissante dans l’industrie du divertissement.

Dès mercredi, les scénaristes de Hollywood pourront reprendre le travail, mettant ainsi en chantier de nombreuses séries et films américains qui étaient bloqués aux premiers stades d’écriture. Les talk-shows de fin de soirée, animés par des présentateurs qui dépendent de scripts, devraient également revenir à l’antenne dans le courant du mois prochain, offrant ainsi un soulagement tant attendu aux amateurs de divertissement.

Néanmoins, même après l’ultime ratification des scénaristes, l’industrie cinématographique d’Hollywood ne retrouvera pas immédiatement sa normalité, car les acteurs, représentés par le syndicat SAG-Aftra, sont toujours en grève depuis la mi-juillet. La résolution de ce conflit social, qui semble prendre des semaines de plus en plus longues, s’annonce complexe, car certaines des revendications du SAG-Aftra vont au-delà de celles de la WGA.

En somme, bien que la fin de la grève des scénaristes marque un tournant positif pour Hollywood, l’industrie du cinéma devra encore patienter avant de reprendre complètement son rythme effréné. Les amateurs de cinéma et de télévision espèrent maintenant que les négociations entre les acteurs et les studios aboutiront bientôt, mettant ainsi un terme à cette période tumultueuse qui a secoué le monde du divertissement.

Lire Plus

Décès

L’ancien président italien Giorgio Napolitano est mort à l’âge de 98 ans

Article

le

L'ancien président italien Giorgio Napolitano est mort à l'âge de 98 ans

Né sous Mussolini le 29 juin 1925, Giorgio Napolitano, qui a été élu en 2006, a géré une phase particulièrement turbulente en Italie.

Il était considéré pendant des années comme le garant de la stabilité de l’Italie. L’ancien président italien Giorgio Napolitano (2006-2015), dirigeant historique du Parti communiste et promoteur de la construction européenne, est mort à l’âge de 98 ans, vendredi 22 septembre.

Né sous Mussolini le 29 juin 1925, Giorgio Napolitano a géré une phase particulièrement turbulente en Italie. Elu en 2006, il comptait prendre sa retraite à l’issue de son premier septennat au printemps 2013, après les législatives. Mais les résultats des élections, trop serrés, et l’incapacité des principaux partis à s’accorder sur un éventuel successeur, l’avaient contraint à reprendre du service. Dès son discours d’investiture, particulièrement dur envers les responsables politiques dont il avait dénoncé « la surdité » face aux exigences du pays, il avait annoncé qu’il ne resterait pas sept ans de plus et avait en effet démissionné en janvier 2015.

L’ensemble de la classe politique de la péninsule a rendu hommage à ce Napolitain, qui est reconnu pour sa modération, sa prudence et son sens de l’Etat. Giorgia Meloni, dirigeante du parti post-fasciste Fratelli d’Italia et « présidente du conseil » depuis octobre 2022 a sobrement présenté « les plus profondes condoléances » de son cabinet à la famille de l’ancien président.

L’actuel président de la République, Sergio Mattarella, a rappelé l’engagement européen de l’ancien député au Parlement de Strasbourg qui a mené « des batailles importantes pour le développement social, la paix et le progrès en Italie et en Europe ».

Dans un télégramme à sa veuve, le pape François, en voyage à Marseille, a quant à lui salué un homme ayant consacré son action politique à préserver « l’unité et la concorde » de son pays.

Lire Plus

Europe

Guerre en Ukraine : la Pologne arrête ses livraisons d’armes à l’Ukraine

Article

le

Guerre en Ukraine : la Pologne arrête ses livraisons d’armes à l’Ukraine

La Pologne a annoncé la cessation de ses livraisons d’armes à l’Ukraine, provoquant des tensions diplomatiques entre les deux pays alliés.

La Pologne a annoncé mercredi qu’elle avait cessé de fournir des armes à l’Ukraine, marquant une escalade des tensions entre les deux pays alliés au moment où l’Ukraine riposte à l’invasion russe. Le Premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki, a déclaré que leur priorité était la modernisation et l’armement de l’armée polonaise pour la renforcer rapidement, sans préciser quand exactement les livraisons d’armes à l’Ukraine avaient cessé.

La Pologne était l’un des plus grands fournisseurs d’armes à l’Ukraine. Cependant, cette décision intervient peu de temps après que Varsovie a interdit l’importation de céréales ukrainiennes pour protéger ses intérêts agricoles. La Pologne a nié que ces deux mesures soient liées, affirmant qu’elle continuait à honorer les contrats d’armement antérieurs avec l’Ukraine.

L’annonce de la Pologne est survenue après la convocation « d’urgence » de l’ambassadeur ukrainien par Varsovie pour protester contre les remarques du président ukrainien, Volodymyr Zelensky, à l’ONU. Zelensky avait critiqué certains pays pour avoir soutenu indirectement la Russie.

La France a réagi aux tensions entre les deux pays, qualifiant la situation de « regrettable » et suggérant qu’elle résultait de « considérations de politique intérieure ». La décision de l’UE de mettre fin à l’interdiction d’importer des céréales ukrainiennes, prononcée en mai par cinq États membres, a été à l’origine des derniers développements, avec des embargos unilatéraux et des poursuites devant l’OMC.

La Pologne a averti qu’elle élargirait la liste des produits ukrainiens interdits d’importation en réponse à ces actions. Cependant, les deux pays tentent toujours de trouver une solution constructive au problème des céréales.

L’Ukraine, engagée dans une lutte pour sa survie contre la Russie, a déclaré que les mesures prises par la Pologne étaient « inacceptables » et a proposé une résolution du conflit. La communauté internationale surveille de près ces développements, craignant que les tensions diplomatiques ne compromettent les efforts pour soutenir l’Ukraine dans son conflit avec la Russie.

Lire Plus

Les + Lus