Nous rejoindre sur les réseaux

Sports

Mondial féminin de rugby: la France si proche de l’exploit

Article

le

mondial-feminin-de-rugby:-la-france-si-proche-de-l’exploit

Le XV de France féminin, en quête d’une première finale en Coupe du monde, est passé tout près de l’exploit samedi à l’Eden Park d’Auckland, s’inclinant sur le fil face à la Nouvelle-Zélande (25-24), après une pénalité ratée par Caroline Drouin à la dernière minute.

Les « Black Ferns », championnes du monde en titre, retrouveront en finale samedi prochain l’Angleterre, victorieuse du Canada (26-19), que les Bleues affronteront pour la médaille de bronze.

Les Françaises, pour la huitième fois en demi-finale d’un Mondial, ont encore échoué aux portes de la finale, contre une équipe qu’elles venaient pourtant de battre quatre fois de suite. « Il va falloir qu’on digère, et bien sûr qu’on va tout donner pour cette troisième place », a estimé la deuxième-ligne Safi N’Diaye, après avoir honoré sa 90e sélection.

Pour ce premier match entre les deux nations en terre néo-zélandaise, dans un Eden Park clairsemé, le suspense a duré jusqu’au bout, avec cette pénalité obtenue par les Bleues à la dernière minute mais que Drouin, impeccable par ailleurs, n’a pas réussi à passer.

« Le coup de pied raté par +Caro+ à la fin est anecdotique pour moi, on a perdu le match avant », a relevé après la rencontre l’entraîneur des Bleues, Thomas Darracq. « A aucun moment, la défaite n’est imputable à Caroline, on doit +scorer+ plus tôt, garder la balle… On n’a pas fait le +taf+ avant, c’est tout », a acquiescé la centre Gabrielle Vernier.

Solidaires et sans complexes: en réponse au haka des Néo-Zélandaises, les Bleues, qui avaient répété toute la semaine qu’elles avaient « désacralisé » leurs adversaires et « dédramatisé » ce moment, avaient choisi de se regrouper en cercle sur la pelouse de l’Eden Park, pour chanter à plein poumon la Marseillaise.

Muraille bleue

Dans un ciel rosi par le coucher de soleil, elles ont donné le ton d’entrée, occupant le terrain et choisissant de jouer une pénaltouche plutôt que tenter la pénalité.

Excellent choix: la troisième ligne Romane Ménager, de retour après quinze jours de pause à la suite de sa commotion subie face à l’Angleterre en match de poule, a de l’énergie à revendre. Dans la semaine, sa capitaine Gaëlle Hermet avait prévenu: « s’il y a une joueuse qu’il ne faudra pas trop croiser sur le terrain samedi, ce sera elle! ».

Sur cette pénaltouche, la joueuse de Montpellier, excellente également en défense, n’aura plus qu’à aplatir en force et Drouin à transformer (10-0, 23e).

Après la réduction du score par l’arrière Renee Holmes (10-3, 29e), les « Black Ferns » ont bien tenté de percer la muraille bleue, mais les Tricolores, avec la meilleure défense des équipes du dernier carré, n’ont pas paniqué, Madoussou Fall (22 plaquages au total) et Charlotte Escudero (21) en tête.

Après une mêlée, sur sortie rapide du ballon, elles sont allées marquer leur premier essai par la centre Stacey Fluhler en conclusion: égalité (10-10, 37e).

Energie et tension

Les Françaises auraient alors pu commencer à douter. Il n’en a rien été: elles ont répliqué immédiatement avec un essai de Vernier, afin de rentrer aux vestiaires en tête (17-10).

Après la pause, les Néo-Zélandaises, sur un petit coup de pied rasant de Holmes, ont repris les choses en main et signé leur deuxième essai par la centre Ruby Tui (17-15, 44e), qui « a mis un coup sur la tête » des Françaises selon Vernier.

Dans une rencontre toujours aussi intense, les deux camps ont rivalisé de débauche d’énergie jusqu’à ce que, sur un ballon porté conclu par la centre Teresa Fitzpatrick, la Nouvelle-Zélande prenne pour la première fois l’avantage (22-17, 56e, puis 25-17, 63e).

Grâce à Romane Ménager, encore elle, la France a recollé au score (25-24, 65e). N’Diaye, décisive sur l’essai précédent, a alors écopé d’un carton jaune, sans que les Néo-Zélandaises ne réussissent à en profiter.

C’est même elles qui sont pénalisées en fin de match: la victoire est alors dans les pieds de Drouin mais, à trente mètres face aux poteaux, son tir est trop court, faisant gronder de soulagement l’Eden Park.

Un stade à nouveau cruel pour le rugby français, onze ans après la défaite (8-7) des Bleus face aux « All Blacks » en finale du Mondial-2011.

Sports

C1: le PSG retrouve son rival barcelonais sous la menace terroriste

Article

le

C1: le PSG retrouve son rival barcelonais sous la menace terroriste

Le Paris Saint-Germain (PSG) se prépare à affronter Barcelone dans un contexte sécuritaire tendu, suite à des menaces terroristes, alors que les deux équipes se retrouvent en quart de finale de la Ligue des champions.

Le ministre de l’Intérieur français, Gérald Darmanin, a annoncé un renforcement considérable de la sécurité à Paris en réponse à des menaces du groupe jihadiste État islamique visant les matchs des quarts de finale de la compétition.

Malgré ce contexte sécuritaire, les joueurs du PSG restent concentrés sur le match. Danilo Pereira, défenseur du club, souligne l’importance de se focaliser sur le football malgré les mesures de sécurité renforcées.

Cette saison, le PSG affiche de bonnes performances, malgré les doutes liés aux départs de Neymar et Messi. Toujours en lice en Ligue des champions, en finale de la Coupe de France et en tête du classement de la Ligue 1, l’équipe se sent confiante. Les confrontations avec Barcelone suscitent toujours des passions chez les joueurs et les supporters.

L’entraîneur du PSG, Luis Enrique, ancien joueur et entraîneur du Barça, reconnaît l’importance de ces matchs. Surnommé le « socio culer », il avoue que son cœur reste attaché à Barcelone malgré son engagement envers Paris.

La rivalité entre les deux équipes a été renforcée depuis la « remontada » historique de Barcelone en 2017, où le PSG a subi une défaite retentissante. Depuis lors, les deux clubs se sont affrontés à plusieurs reprises, marquant ainsi une rivalité intense.

Malgré les départs de stars telles que Neymar et Messi du Barça vers le PSG, ainsi que celui d’Ousmane Dembélé, le match promet d’être disputé. Les deux équipes se battront pour la victoire dans un duel qui dépasse les simples enjeux sportifs.

Lire Plus

Sports

Football – EDF : Kolo Muani porte les bleus contre le Chili à Marseille

Article

le

Football - EDF : Kolo Muani porte les bleus contre le Chili à Marseille

Trois jours après leur défaite face à l’Allemagne, les Bleus ont retrouvé le chemin de la victoire en battant le Chili 3-2 à Marseille. Malgré une performance en dents de scie, l’équipe française a su rebondir grâce notamment à Randal Kolo Muani, auteur d’un but et d’une passe décisive, dans un match marqué par les blessures de Jonathan Clauss et d’Eduardo Camavinga.

L’équipe de France, remaniée depuis son dernier match, a connu un début difficile en encaissant un but dès les premières minutes du match. Cependant, elle a rapidement réagi avec des offensives plus abouties, permettant à Youssouf Fofana d’égaliser rapidement. Peu après, Randal Kolo Muani a donné l’avantage aux Bleus d’une tête bien placée.

Malgré quelques frayeurs, notamment avec un tir sur le poteau du gardien Mike Maignan, les Français ont su maintenir leur avance grâce à un but d’Olivier Giroud. Le Chili a réduit l’écart en marquant un deuxième but, mais la France a tenu bon jusqu’au coup de sifflet final.

Cette victoire permet à l’équipe de France de rebondir après sa défaite contre l’Allemagne et de regagner en confiance avant les prochaines échéances, notamment l’Euro de football qui débutera en juin.

Lire Plus

Sports

Tournoi des Six Nations 2024 : Victoire des Bleues contre l’Angleterre

Article

le

Tournoi des Six Nations 2024 : Victoire des Bleues contre l'Angleterre

Le XV de France clôture le Tournoi des Six Nations 2024 avec une victoire épique face à l’Angleterre (33-31), mais les apparences sont parfois trompeuses. Malgré cette performance, qui assure une deuxième place dans le tournoi, l’équipe française reste confrontée à plusieurs défis majeurs.

Sur le papier, les statistiques semblent encourageantes : une deuxième place derrière l’Irlande, la quatrième en cinq ans ; la deuxième meilleure attaque du tournoi ; Thomas Ramos sacré meilleur réalisateur avec 63 points à son actif.

Cependant, ces chiffres dissimulent une réalité plus mitigée pour le XV de France, qui a connu un Tournoi laborieux. Le début chaotique avec une défaite face à l’Irlande (17-38), suivie d’une victoire laborieuse en Écosse (20-16) et d’un nul décevant contre l’Italie (13-13), a été suivi de deux victoires éclatantes au Pays de Galles (45-24) et contre l’Angleterre.

Le sélectionneur Fabien Galthié a qualifié ce tournoi d' »enfer » où l’équipe a dû faire preuve de solidité et de résilience. Près de six mois après la déception du quart de finale de la Coupe du Monde 2023, les Bleus peinent encore à digérer cette sortie prématurée de la compétition.

Malgré des moments difficiles, les joueurs ont su montrer leur unité et leur détermination. Louis Bielle-Biarrey a souligné que ces épreuves allaient renforcer l’équipe à l’avenir.

La défense, point fort autrefois, a été le talon d’Achille de l’équipe avec quatorze essais encaissés, le pire bilan depuis l’arrivée de Fabien Galthié. Malgré tout, le XV de France a pu compter sur ses talents individuels, avec des actions décisives de joueurs comme Gaël Fickou, Damian Penaud ou Léo Barré.

Cette épreuve a également permis à certains joueurs de se révéler, tandis que les cadres ont retrouvé leur rang, en l’absence de joueurs clés comme Antoine Dupont ou Romain Ntamack. La discipline de l’équipe s’est améliorée, bien que quelques cartons jaunes et rouges aient été distribués au cours du tournoi.

Maintenant, les regards se tournent vers la tournée estivale en Argentine, où l’équipe devra confirmer ses progrès et renforcer sa cohésion.

Lire Plus

Les + Lus