Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Monde: Un séisme rare en Australie sème la panique à Melbourne

Article

le

un-seisme-rare-en-australie-seme-la-panique-a-melbourne

Un séisme de magnitude 5,9 a frappé mercredi, sans faire de victimes, le Sud-Est de l’Australie, faisant trembler les immeubles de Melbourne et sortir en courant des habitants paniqués, dans une région peu habituée aux tremblements de terre.

Le séisme, qui s’est produit à une dizaine de kilomètres de profondeur seulement, a surpris les habitants de la deuxième ville d’Australie à 09H00 (23H00 GMT) et a été ressenti à des centaines de kilomètres à la ronde.

L’Institut d’études géologiques des Etats-Unis (USGS) a évalué la magnitude à 5,9.

Alors que Melbourne, dans sa huitième semaine de confinement pour lutter contre le Covid-19, se préparait à une troisième journée de violentes manifestations anti-vaccins, la plupart des habitants étaient chez eux au moment où la terre a tremblé.

Le Premier ministre Scott Morrison, réagissant depuis New York, a insisté sur le fait qu’il n’y avait pas de victimes ou de dégâts importants.

Il a néanmoins concédé le côté « très perturbant » du séisme pour la population, dans une zone peu habituée aux secousses comme l’Australie.

Les services de secours de l’Etat de Victoria, dont Melbourne est la capitale, ont dit avoir reçu une centaine d’appels à l’aide « en grande partie pour des dommages structurels mineurs au niveau des cheminées et des façades des bâtiments ». Certains ont été passés depuis Dubbo, à environ 700 kilomètres de l’épicentre.

Des scènes d’habitants paniqués sortant des maisons ont envahi les réseaux sociaux.

A Melbourne, Zume Phim, 33 ans, propriétaire du café Oppen, s’est précipité dans la rue lors de la secousse.

« Tout le bâtiment tremblait. Toutes les fenêtres, le verre tremblaient, comme une vague de tremblements », a-t-il déclaré. « Je n’avais jamais vécu ça. C’était un peu effrayant ».

Dans un quartier commerçant du centre-ville, des morceaux de béton jonchaient la rue.

 « Assez violent »

« Nous avons eu la chance que personne ne se trouve dans le restaurant à ce moment-là », s’est félicité sur Facebook un établissement aux abords tapissés de briques et de gravats.

« C’était assez violent mais tout le monde était un peu sous le choc », a déclaré Parker Mayo, 30 ans, un employé de café.

« J’étais assis au travail à mon bureau (…) Il m’a fallu un certain temps pour comprendre ce que c’était », a dit à la télévision publique ABC Mark Holcombe, maire de Mansfield, petite ville située près de l’épicentre du séisme.

Les séismes de grande ampleur sont inhabituels en Australie. Celui-ci a été suivi de six répliques avec des magnitudes allant de 2,5 à 4,1, selon Geoscience Australia.

Il s’agit du plus gros séisme dans le Sud-Est du pays depuis des années, a déclaré Mike Sandiford, géologue à l’Université de Melbourne.

Selon lui, un séisme de cette ampleur se produit tous les « 10 à 20 ans dans le Sud-Est de l’Australie, le dernier était Thorpdale en 2012 ».

« Nous en avons eu de très gros de magnitude six à la fin des années 1800, bien que les magnitudes précises ne soient pas bien connues », a-t-il ajouté.

Des centaines de manifestants

Les travaux pour réparer les dégâts pourraient être compliqués par le confinement et les manifestations qui se poursuivent.

Mercredi après-midi, des centaines de personnes en tenue de chantier ont à nouveau manifesté dans le centre de Melbourne pour protester contre l’obligation de la vaccination anti-Covid pour les ouvriers du bâtiment alors que la plupart des chantiers ont été abruptement fermés dans la ville.

La police anti-émeute de Melbourne a, comme la veille, tiré des balles en caoutchouc pour les disperser, après avoir prévenu que de nouvelles protestations ne seraient « pas tolérées ».

Monde

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

Article

le

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

L’ancien président américain avait été banni du réseau social après l’assaut de ses partisans contre le Congrès, le 6 janvier 2021.

Le géant des réseaux sociaux Meta a annoncé mercredi qu’il allait, dans les prochaines semaines, « mettre fin à la suspension » des comptes de Donald Trump sur Facebook et Instagram, deux ans après l’exclusion de l’ancien président américain suite à l’assaut du Capitole.

« Le public doit pouvoir entendre ce que les personnalités politiques disent afin de pouvoir faire des choix éclairés », a justifié Nick Clegg, le responsable des affaires internationales de Meta, dans un communiqué. « Mais cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de limites à ce que les gens peuvent dire sur notre plateforme. Quand il y a un risque de préjudice dans le monde réel – un risque élevé qui justifie une intervention de Meta dans le débat public – nous agissons », a-t-il précisé.

L’ex-chef d’État américain avait été exclu du réseau social le 7 janvier 2021, alors qu’il était encore au pouvoir, pour avoir encouragé ses partisans lors de l’attaque du Congrès à Washington la veille, une décision sans précédent, imitée à l’époque par la plupart des réseaux sociaux grand public, dont Twitter.

En juin 2021, Facebook avait décidé que l’exclusion durerait deux ans, et que le milliardaire républicain ne pourrait revenir que quand les « risques pour la sécurité du public » auraient « disparu ».

La suspension « devrait ne plus jamais arriver à un président en exercice ou à qui que ce soit qui ne mérite pas de sanctions ! », a réagi Donald Trump depuis son compte sur Truth Social, le réseau social qu’il a lancé l’an dernier.

La semaine dernière, l’ancien président avait officiellement demandé à pouvoir retourner sur Facebook. Son avocat avait adressé une lettre au fondateur et président de Meta, Mark Zuckerberg, l’appelant à ne pas « réduire un candidat à la présidentielle au silence ».

L’homme politique avait déjà été réadmis sur Twitter le 19 novembre 2022, quatre jours après avoir déclaré sa candidature à l’élection présidentielle de 2024. Il n’a toutefois pas encore publié de message sur ce compte, communiquant principalement via sa propre plateforme, Truth Social.

Lire Plus

Europe

Espagne : un sacristain mort et un prêtre blessé dans une attaque à la machette

Article

le

Espagne : un sacristain mort et un prêtre blessé dans une attaque à la machette

Un homme a été interpellé après avoir attaqué à l’arme blanche plusieurs personnes dans un église du sud de l’Espagne.

Un sacristain a été tué mardi 24 janvier et un prêtre grièvement blessé, dans une attaque à la machette dans deux églises d’Algésiras, dans le sud de l’Espagne, a indiqué une source policière à l’AFP, précisant qu’un homme avait été arrêté. Une enquête a été ouverte pour des faits présumés de terrorisme. Elle sera menée par un magistrat de l’Audience nationale, tribunal chargé notamment des affaires de terrorisme, a précisé le parquet, sans donner plus de précisions.

L’attaque à l’arme blanche s’est produite peu avant 20h dans l’église de San Isidro d’Algésiras, a indiqué le ministère de l’Intérieur. Une personne a été tuée à l’extérieur de l’église et une blessée dans l’église, a ajouté le ministère.

Selon un prêtre d’Algésiras, cité par El Pais, «l’agresseur s’est d’abord rendu à la paroisse de San Isidro, où il a attaqué le sacristain». «Quelques instants plus tard, il est allé à l’église de la Plaza de la Palma, où il a rencontré le prêtre dans la rue, l’a attaqué et l’a laissé pour mort. Ensuite, il a semblé aller à l’église de la Virgen de Europa, mais je ne sais pas s’il y est arrivé. Toutes les églises sont situées au centre de la ville», raconte le religieux. Plusieurs sources policières soulignent qu’il y a eu des assauts dans «au moins deux églises». Les mêmes sources confirment que l’agresseur était sans papiers, «sans doute d’origine marocaine».

Peu après l’attaque, le président de la communauté d’Andalousie Juan Manuel Moreno a réagi. «Horrible et déchirant. Un sacristain a été assassiné et au moins un autre prêtre a été blessé dans un attentat qui a eu lieu à Algésiras. Prudence, les faits sont en cours d’investigation. Je condamne fermement le crime. L’intolérance n’aura jamais sa place dans notre société», a-t-il écrit sur Twitter.

Lire Plus

Monde

Guerre en Ukraine : Kiev admet avoir cédé Soledar à la Russie

Article

le

Guerre en Ukraine : Kiev admet avoir cédé Soledar à la Russie

L’armée ukrainienne a admis mercredi avoir cédé aux Russes la ville de Soledar (ici en juin 2022), deux semaines après l’annonce de sa prise par Moscou.

« Après des mois de combats difficiles […], les forces armées ukrainiennes l’ont quittée » pour « se replier sur des positions préparées », a indiqué à l’AFP le porte-parole militaire de la zone est Serguiï Tcherevaty, refusant cependant de préciser quand cette retraite a eu lieu.

À la mi-janvier, la petite ville était au centre d’une bataille acharnée et Moscou en avait revendiqué la prise. Le gouverneur de la région de Donetsk, Pavlo Kyrylenko, avait toutefois démentié, assurant que Soledar était « sous le contrôle des autorités ukrainienne ».

Lire Plus

Les + Lus