Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Monde – Taïwan: 46 morts dans l’incendie d’un immeuble, l’un des plus meurtriers dans le monde

Article

le

taiwan:-46-morts-dans-l’incendie-d’un-immeuble,-l’un-des-plus-meurtriers-dans-le-monde

Quarante-six personnes sont mortes et des dizaines d’autres ont été blessées dans un incendie qui s’est déclaré jeudi dans un immeuble de la ville de Kaohsiung, dans le sud de Taïwan, l’un des plus meurtriers dans un immeuble d’habitation depuis 20 ans dans le monde.

« L’incendie a fait 41 blessés et 46 morts », ont annoncé les pompiers de Kaohsiung dans un communiqué.

Le feu s’est déclaré dans un immeuble à usage mixte de 13 étages aux petites heures du jour, selon les autorités, et a ravagé plusieurs étages avant que les pompiers ne parviennent à le maîtriser.

Des photos publiées par l’agence de presse officielle taïwanaise Central News Agency montraient de la fumée s’échappant des fenêtres du bâtiment, tandis que les pompiers tentaient désespérément d’éteindre les flammes.

La plupart des victimes se trouvaient entre le septième et le onzième étage, qui abritaient des appartements résidentiels, selon les pompiers.

Les cinq premiers étages, destinés à un usage commercial, étaient inoccupés.

Les pompiers de la ville ont dépêché plus de 70 camions pour lutter contre l’incendie, qu’ils ont mis quatre heures à éteindre.

Des habitants ont déclaré avoir entendu un certain nombre de bruits forts aux étages inférieurs où le feu a commencé.

« J’ai entendu de nombreuses détonations fortes +bang, bang, bang+ au rez-de-chaussée et je suis descendu pour enquêter », a déclaré à Formosa TV un habitant de l’immeuble qui a préféré garder l’anonymat.

« C’est alors que je me suis rendu compte qu’il y avait un incendie et que j’ai appelé la police », a-t-il ajouté.

Une autre survivante a décrit sous couvert de l’anonymat sa fuite éprouvante. « Quand j’ai ouvert la porte pour sortir, le couloir était rempli de fumée noire », a-t-elle dit.

Un agent de police de Kaohsiung a déclaré que l’immeuble avait 40 ans et était principalement occupé par des résidents à faibles revenus.

Les survivants ont estimé qu’une centaine de personnes vivaient dans l’immeuble selon l’agent de police, M. Liu.

Les autorités n’ont pas encore exclu la possibilité d’un incendie criminel, a-t-il ajouté.

Des équipes médico-légales étaient sur place et de nouvelles recherches dans l’immeuble étaient prévues avant le coucher du soleil.

L’incendie s’annonce comme le plus meurtrier à Taïwan depuis plusieurs décennies. Le dernier incendie avec un bilan d’une ampleur similaire remonte à 1995, quand 64 personnes ont péri dans un club de karaoké bondé.

Il s’agit aussi de l’un des incendies les plus meurtriers dans un immeuble d’habitation depuis 20 ans dans le monde.

Sécurité défaillante

Fréquemment frappée par des tremblements de terre et des typhons, Taïwan a des codes de construction stricts, mais il y a souvent un écart entre ces normes de sécurité et la façon dont elles sont appliquées, en particulier dans les bâtiments anciens.

Certains des bilans les plus lourds des récents tremblements de terre ont été enregistrés lors de l’effondrement de bâtiments anciens, dont la conception n’était pas conforme aux normes.

Au début de l’année, 49 personnes ont été tuées lorsqu’un train a percuté un camion qui avait glissé sur les voies, dans la pire catastrophe ferroviaire de l’île depuis des décennies. Des enquêtes ultérieures ont révélé que les agences gouvernementales avaient ignoré des avertissements concernant la possibilité d’un tel accident sur ce tronçon particulier à flanc de montagne.

Monde

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

Article

le

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

L’ancien président américain avait été banni du réseau social après l’assaut de ses partisans contre le Congrès, le 6 janvier 2021.

Le géant des réseaux sociaux Meta a annoncé mercredi qu’il allait, dans les prochaines semaines, « mettre fin à la suspension » des comptes de Donald Trump sur Facebook et Instagram, deux ans après l’exclusion de l’ancien président américain suite à l’assaut du Capitole.

« Le public doit pouvoir entendre ce que les personnalités politiques disent afin de pouvoir faire des choix éclairés », a justifié Nick Clegg, le responsable des affaires internationales de Meta, dans un communiqué. « Mais cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de limites à ce que les gens peuvent dire sur notre plateforme. Quand il y a un risque de préjudice dans le monde réel – un risque élevé qui justifie une intervention de Meta dans le débat public – nous agissons », a-t-il précisé.

L’ex-chef d’État américain avait été exclu du réseau social le 7 janvier 2021, alors qu’il était encore au pouvoir, pour avoir encouragé ses partisans lors de l’attaque du Congrès à Washington la veille, une décision sans précédent, imitée à l’époque par la plupart des réseaux sociaux grand public, dont Twitter.

En juin 2021, Facebook avait décidé que l’exclusion durerait deux ans, et que le milliardaire républicain ne pourrait revenir que quand les « risques pour la sécurité du public » auraient « disparu ».

La suspension « devrait ne plus jamais arriver à un président en exercice ou à qui que ce soit qui ne mérite pas de sanctions ! », a réagi Donald Trump depuis son compte sur Truth Social, le réseau social qu’il a lancé l’an dernier.

La semaine dernière, l’ancien président avait officiellement demandé à pouvoir retourner sur Facebook. Son avocat avait adressé une lettre au fondateur et président de Meta, Mark Zuckerberg, l’appelant à ne pas « réduire un candidat à la présidentielle au silence ».

L’homme politique avait déjà été réadmis sur Twitter le 19 novembre 2022, quatre jours après avoir déclaré sa candidature à l’élection présidentielle de 2024. Il n’a toutefois pas encore publié de message sur ce compte, communiquant principalement via sa propre plateforme, Truth Social.

Lire Plus

Europe

Espagne : un sacristain mort et un prêtre blessé dans une attaque à la machette

Article

le

Espagne : un sacristain mort et un prêtre blessé dans une attaque à la machette

Un homme a été interpellé après avoir attaqué à l’arme blanche plusieurs personnes dans un église du sud de l’Espagne.

Un sacristain a été tué mardi 24 janvier et un prêtre grièvement blessé, dans une attaque à la machette dans deux églises d’Algésiras, dans le sud de l’Espagne, a indiqué une source policière à l’AFP, précisant qu’un homme avait été arrêté. Une enquête a été ouverte pour des faits présumés de terrorisme. Elle sera menée par un magistrat de l’Audience nationale, tribunal chargé notamment des affaires de terrorisme, a précisé le parquet, sans donner plus de précisions.

L’attaque à l’arme blanche s’est produite peu avant 20h dans l’église de San Isidro d’Algésiras, a indiqué le ministère de l’Intérieur. Une personne a été tuée à l’extérieur de l’église et une blessée dans l’église, a ajouté le ministère.

Selon un prêtre d’Algésiras, cité par El Pais, «l’agresseur s’est d’abord rendu à la paroisse de San Isidro, où il a attaqué le sacristain». «Quelques instants plus tard, il est allé à l’église de la Plaza de la Palma, où il a rencontré le prêtre dans la rue, l’a attaqué et l’a laissé pour mort. Ensuite, il a semblé aller à l’église de la Virgen de Europa, mais je ne sais pas s’il y est arrivé. Toutes les églises sont situées au centre de la ville», raconte le religieux. Plusieurs sources policières soulignent qu’il y a eu des assauts dans «au moins deux églises». Les mêmes sources confirment que l’agresseur était sans papiers, «sans doute d’origine marocaine».

Peu après l’attaque, le président de la communauté d’Andalousie Juan Manuel Moreno a réagi. «Horrible et déchirant. Un sacristain a été assassiné et au moins un autre prêtre a été blessé dans un attentat qui a eu lieu à Algésiras. Prudence, les faits sont en cours d’investigation. Je condamne fermement le crime. L’intolérance n’aura jamais sa place dans notre société», a-t-il écrit sur Twitter.

Lire Plus

Monde

Guerre en Ukraine : Kiev admet avoir cédé Soledar à la Russie

Article

le

Guerre en Ukraine : Kiev admet avoir cédé Soledar à la Russie

L’armée ukrainienne a admis mercredi avoir cédé aux Russes la ville de Soledar (ici en juin 2022), deux semaines après l’annonce de sa prise par Moscou.

« Après des mois de combats difficiles […], les forces armées ukrainiennes l’ont quittée » pour « se replier sur des positions préparées », a indiqué à l’AFP le porte-parole militaire de la zone est Serguiï Tcherevaty, refusant cependant de préciser quand cette retraite a eu lieu.

À la mi-janvier, la petite ville était au centre d’une bataille acharnée et Moscou en avait revendiqué la prise. Le gouverneur de la région de Donetsk, Pavlo Kyrylenko, avait toutefois démentié, assurant que Soledar était « sous le contrôle des autorités ukrainienne ».

Lire Plus

Les + Lus