Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Monde: Dix ans après la mort de Kadhafi, la Libye toujours en quête de stabilité

Article

le

dix-ans-apres-la-mort-de-kadhafi,-la-libye-toujours-en-quete-de-stabilite

Dix ans après la mort de Mouammar Kadhafi, emporté par une révolte qui a plongé la Libye dans un chaos inextricable, le pays peine à achever sa transition vers la démocratie, des désaccords entre camps rivaux menaçant de saborder l’élection présidentielle de décembre.

Il y a 10 ans, le « Guide » Kadhafi était traqué jusque dans son fief de Syrte (nord), lynché par des combattants avant d’être exécuté le même jour et son corps exposé dans un marché.

Après 42 ans d’un règne autoritaire, le « chef de la révolution » qui renversa la monarchie était ainsi emporté par le vent du Printemps arabe. Une intervention internationale controversée, lancée en 2011 sous l’égide de l’Otan, avait contribué à sa chute.

Mais loin de répondre aux aspirations des manifestants, l’intervention plonge le pays d’Afrique du Nord dans une spirale de violences et divisions internes, alimentées par les ingérences étrangères.

Après des années d’affrontements entre camps ennemis, un gouvernement de transition a finalement été mis sur pied en mars, sous l’égide de l’ONU, pour mener le pays vers une élection présidentielle prévue le 24 décembre.

« La situation s’est nettement améliorée. Le cessez-le-feu convenu en octobre 2020 est toujours en vigueur et le gouvernement d’unité nationale (GNU) s’accroche en tant que seul gouvernement libyen », décrypte le chercheur Hamish Kinnear, de l’institut Verisk Maplecroft.

« Mais la stabilité politique est de plus en plus précaire. Les six prochains mois nous diront si la période de calme ayant suivi le cessez-le-feu n’était qu’une opportunité pour les factions armées de panser leurs plaies, ou s’il s’agit de réels progrès vers une solution politique », poursuit-il.

« Manque d’expérience »

Pour l’universitaire libyen Mahmoud Khalfallah, le scrutin à lui seul « ne suffit pas à apporter une solution définitive ».

« Le pays manque d’expérience et la route vers le changement est longue », estime-t-il, en énumérant les conditions à même de pacifier le pays: « fin des ingérences, maturité des électeurs dans le choix de leurs représentants loin de tout tribalisme ou régionalisme, acceptation des résultats par tous ».

Et les divisions font toujours rage. En témoigne la récente polémique autour de la promulgation d’une loi régissant le scrutin présidentiel, taillée sur mesure pour permettre à l’homme fort de l’Est, le maréchal Khalifa Haftar, de se présenter.

Le texte, ratifié par le Parlement siégeant à Tobrouk (est), a été rejeté par le Haut conseil d’Etat, l’équivalent d’un Sénat, basé à Tripoli (ouest). Le Parlement a également reporté d’un mois les législatives qui devaient se tenir le même jour.

En Tripolitaine, Haftar suscite une profonde animosité depuis qu’il a tenté, en vain, de conquérir militairement la capitale entre avril 2019 et juin 2020. Son portrait, frappé d’une croix rouge, couvre les façades de plusieurs bâtiments officiels.

« Si les élections se déroulent sur la base décrite par la Chambre des représentants sans un soutien plus large des factions politiques à l’Ouest, cela pourrait provoquer une nouvelle division de la Libye en deux gouvernements concurrents », prévient M. Kinnear.

« Le risque serait accru si Khalifa Haftar remportait la présidence, car il est une figure toxique pour les factions armées qui ont défendu Tripoli lors de son offensive ratée », poursuit-il.

« Une vie meilleure »

Pour la communauté internationale, la priorité est la tenue d’élections, malgré les travers du processus politique.

« Nous sommes conscients qu’il y a eu des irrégularités, voire des faits de corruption, mais nous continuons à croire que la solution réside dans ces élections », confie un diplomate européen à Tripoli.

Les Libyens, eux, aspirent à « une vie meilleure et à la stabilité à travers ces élections », estime l’analyste libyen Ahmed el-Rachrach.

Le règne de Kadhafi a été surtout marqué par une implacable répression de toute velléité contestataire, mais les Libyens ont connu une certaine prospérité pendant ses années au pouvoir grâce à une formidable manne pétrolière.

Dans les années 2000, le PIB par habitant était ainsi le plus élevé du continent. La guerre a ensuite changé la donne: coupures chroniques d’électricité, infrastructures endommagées, inflation… les Libyens ont subi de plein fouet les affres de l’instabilité.

A Tripoli, une décennie de chaos a « affecté la vie des Libyens psychologiquement et économiquement », lâche Issam el-Mejri, un entrepreneur qui espère voir le futur gouvernement « désarmer » les milices et « lutter contre l’inflation ».

« Nous sommes dans un cercle vicieux à cause d’un processus politique raté », s’exaspère Abdelfattah Benour, un fonctionnaire.

Faraj Najib, commerçant à Benghazi (est), berceau de la révolte, veut rester optimiste: « les élections sont une lueur d’espoir pour les Libyens qui se sont fortement appauvris ».

Europe

Guerre en Ukraine : Biden dit « non » à l’envoi d’avions de combat

Article

le

Guerre en Ukraine : Biden dit « non » à l’envoi d’avions de combat

Berlin a déjà rejeté catégoriquement cette idée, tandis que le président français Emmanuel Macron a estimé prudemment que « par définition, rien (n’était) exclu ».

Joe Biden a opposé ce lundi 30 janvier un refus catégorique à l’idée d’envoyer à l’Ukraine des avions de combat américains de type F-16. « Non », a dit le président américain lorsqu’un journaliste l’a interrogé à la Maison Blanche sur la possibilité de fournir les appareils que réclament les dirigeants ukrainiens.

Les Occidentaux viennent de franchir un palier dans l’aide militaire apportée à l’Ukraine, après que l’Allemagne et les États-Unis ont annoncé l’envoi de chars. Le président Volodymyr Zelensky réclame une assistance encore plus poussée, passant par la livraison de missiles à longue portée et d’avions de combat.

Berlin a déjà rejeté catégoriquement cette idée, tandis que le qu’Emmanuel Macron a estimé prudemment que « par définition, rien (n’était) exclu », tout en assurant que les Ukrainiens ne lui avaient pas fait à ce jour de demande en ce sens.

Une visite prochaine en Pologne

Alors qu’approche le 24 février, qui marquera un an depuis l’invasion de l’Ukraine, Joe Biden n’a pas voulu dire s’il se rendrait en Europe à cette occasion.

Mais il a assuré qu’il irait, sans préciser de date, en Pologne, un pays qui joue un rôle clé dans la réponse à l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

« Je vais aller en Pologne, mais je ne sais pas quand », a-t-il dit aux journalistes, en regagnant Washington après un court déplacement dans la ville de Baltimore (Maryland, est).

Lire Plus

Europe

Belgique : trois blessés, dont l’un grièvement, après une attaque au couteau à Bruxelles

Article

le

Belgique : trois blessés, dont l'un grièvement, après une attaque au couteau à Bruxelles

Le parquet fédéral a indiqué n’avoir pas été saisi « à ce stade », après une attaque au couteau ce lundi à la station de métro Schuman, à Bruxelles. Un homme de 30 ans a été arrêté par les forces de l’ordre.

Trois personnes ont été blessées dans une attaque au couteau lundi 30 janvier, en fin d’après-midi, dans le métro à Bruxelles, selon un nouveau bilan de la police belge. Le pronostic vital est engagé pour l’une des victimes.

Un homme de 30 ans a été arrêté par les forces de l’ordre. La piste terroriste n’est pas d’actualité.

Une station située près de la Commission européenne

L’attaque est survenue autour de 18 heures dans la station Schuman, située à quelques dizaines de mètres des sièges de la Commission européenne et du Conseil européen. « Mes pensées vont aux victimes (…) Merci à la police pour sa prompte intervention », a indiqué la ministre de l’Intérieur belge, Annelies Verlinden.

Le trafic restait interrompu en début de soirée sur une partie des deux lignes de métro passant par la station Schuman, la police poursuivant son enquête sur place, selon l’opérateur des transports bruxellois (Stib).

Lire Plus

Monde

Double attaque à Jérusalem : Macron appelle à ne pas « alimenter l’engrenage de la violence »

Article

le

Double attaque à Jérusalem : Macron appelle à ne pas « alimenter l’engrenage de la violence »

Ces attentats ont fait suite à un raid militaire israélien meurtrier en Cisjordanie occupée, suivi de tirs de roquettes de Gaza vers Israël et de frappes aériennes israéliennes de représailles.

Le président français Emmanuel Macron a exhorté ce dimanche 29 janvier Israéliens et Palestiniens à ne pas « alimenter l’engrenage de la violence » après les attentats perpétrés à Jérusalem-Est et la mort d’un Palestinien, tué par des gardes israéliens.

Lors d’un entretien téléphonique avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, « le président de la République a rappelé la nécessité pour tous d’éviter des mesures susceptibles d’alimenter l’engrenage de la violence », a indiqué l’Élysée dans un communiqué.

« Il a, une nouvelle fois, exprimé sa disponibilité à contribuer à la reprise du dialogue entre les Palestiniens et les Israéliens », a souligné la présidence française.

Un « attentat abject »

Le chef de l’État a présenté ses condoléances au peuple israélien pour « les victimes de l’attaque terroriste » dans laquelle sept personnes ont trouvé la mort vendredi près d’une synagogue à Jérusalem-est.

Il a une nouvelle fois condamné cet « attentat abject », « fait part de la solidarité pleine et entière de la France avec Israël dans sa lutte contre le terrorisme » et répété « l’attachement indéfectible de la France à la sécurité » de ce pays.

Samedi, un Palestinien de 13 ans a également blessé par balles deux Israéliens à Silwan, à deux pas des remparts de la Vieille Ville.

Une attaque en réponse à un raid israélien meurtrier

Benjamin Netanyahu a promis une réponse « forte » et « solide » au « terrorisme » après les deux attaques. Dimanche, des gardes israéliens ont aussi tué un Palestinien en Cisjordanie.

Les attentats perpétrés à Jérusalem-Est ont fait suite à un raid militaire israélien meurtrier jeudi en Cisjordanie occupée, suivi de tirs de roquettes de Gaza vers Israël et de frappes aériennes israéliennes de représailles.

Lire Plus

Les + Lus