Nous rejoindre sur les réseaux

Culture

Monde – Culture : Les talibans rouvrent le musée national afghan qu’ils avaient autrefois saccagé

Article

le

les-talibans-rouvrent-le-musee-national-afghan-qu’ils-avaient-autrefois-saccage

Les visiteurs sont de retour au musée national d’Afghanistan pour admirer ses milliers de pièces, la plupart issues de l’époque préislamique. Un contraste saisissant avec le premier règne des talibans, qui avaient saccagé et pillé l’institution.

Dans les vastes allées de ce lieu historique, longtemps considéré comme l’un des plus importants sites culturels d’Asie, des petits groupes s’émerveillent devant les trésors: des poteries peintes de l’âge de pierre, des pièces antiques ou encore des objets religieux.

« C’est inné chez les humains d’attacher de la valeur à leur histoire », explique Ramatullah, 65 ans, après avoir passé de longues minutes à observer une collection d’épées vieilles de 2.000 ans.

« J’ai voulu en savoir plus sur l’histoire de mon pays », poursuit l’homme. « Elle occupe une place particulière dans mon cœur ».

Situé au sud de Kaboul, le musée a rouvert début décembre avec l’autorisation du ministère taliban de l’Information et de la Culture, trois mois après le retour au pouvoir des combattants islamistes.

De nombreux objets exposés contreviennent pourtant à l’idéologie des talibans. Durant leur premier règne (1996-2001), ils avaient détruit plusieurs statues du musée, dans la lignée de la destruction à l’explosif des Bouddhas géants de Bamiyan qui avait choqué la planète. Des milliers de pièces avaient en outre été pillées et jamais retrouvées.

Désormais, les talibans eux-mêmes protègent l’entrée du musée d’une éventuelle attaque de l’EI-K, la branche afghane de l’organisation Etat islamique.

Seulement « quinze à vingt pour cent des objets exposés sont de l’ère islamique », selon le conservateur du musée, Ainuddin Sadaqat, qui ajoute que « nous travaillons normalement, comme sous le gouvernement précédent ».

Les talibans « n’ont émis aucune nouvelle directive pour nous » et visitent aussi l’exposition, assure le jeune responsable de 35 ans.

« Rempli d’espoir »

Zohal, 24 ans, est venue découvrir la collection de bijoux des XVIIIe et XIXe siècles, pour voir « à quoi ils ressemblaient dans le passé ». « Je voulais voir la différence entre les bijoux du passé et ceux que nous avons maintenant », ajoute la jeune femme venue avec ses cousins et ses jeunes frères et soeurs.

Certes, le nombre de visiteurs est largement inférieur aux centaines de personnes qui venaient chaque jour sous le régime précédent.

Mais « pour le moment, la politique culturelle des talibans à l’égard des objets d’art semble très positive et réaliste », veut croire Philippe Marquis, directeur de la Délégation archéologique française en Afghanistan (Dafa), actuellement en France.

Selon lui, la continuité de cette politique « dépendra probablement de la réaction de la communauté internationale » aux demandes talibanes de rétablir l’aide suspendue. Un refus, craint-il, risquerait d’entraîner un recul, tant sur la culture que dans d’autres domaines.

Une autre institution majeure, l’Institut national de musique d’Afghanistan, est, elle, toujours fermée. Son directeur a fui le pays avec des centaines d’employés, d’étudiants et leurs familles.

Dans les couloirs du musée, Khudaidad Sarwari, 28 ans, originaire de la province de Helmand (sud-ouest), s’est « senti rempli d’espoir » après avoir appris la réouverture à la télévision.

« J’ai senti que nous avions eu la paix à un moment donné », sourit le jeune homme venu avec des amis. « J’ai fini par comprendre que nous n’avons pas toujours été en guerre ».

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Culture

Plateformes de streaming : 7 000 artistes réclament une meilleure rémunération

Article

le

Plateformes de streaming : 7 000 artistes réclament une meilleure rémunération

À la veille du Festival de Cannes, 7 000 acteurs signent une tribune pour dénoncer le non-respect de la loi sur la rémunération proportionnelle de leurs œuvres.

Alors que le Festival de Cannes s’apprête à ouvrir ses portes pour sa 77e édition, une tribune signée par 7 000 acteurs français fait grand bruit. Cette déclaration exprime le mécontentement des artistes face à la rémunération jugée insuffisante de leurs œuvres par les plateformes de streaming.

Parmi les signataires de cette tribune, des personnalités telles que Julie Gayet, Samuel Le Bihan, Benoît Magimel et Thierry Lhermitte réclament une application stricte de la loi du 12 mai 2021. Cette loi prévoit une rémunération supplémentaire proportionnelle au succès des œuvres diffusées sur les plateformes en ligne.

Trois ans après l’adoption de cette loi, les acteurs constatent qu’elle n’est toujours pas mise en application. Dans leur tribune, ils évoquent la possibilité d’un mouvement de grève similaire à celui ayant eu lieu à Hollywood, ayant entraîné des pertes considérables pour l’industrie cinématographique américaine.

Anne Bouvier, présidente de l’Adami, soutient cette initiative et appelle à un soutien gouvernemental pour faire respecter les droits des artistes. Elle souligne également une montée de la colère parmi les acteurs français, notamment ceux œuvrant dans les séries télévisées quotidiennes.

L’acteur et réalisateur Sam Karmann, dans une déclaration au Parisien, espère que la raison et la loi prévaudront, mais n’exclut aucune forme de mobilisation pour faire entendre les revendications des acteurs.

Lire Plus

Culture

Culture : le secteur de l’édition demande d’interdire la pub télé pour les livres

Article

le

Culture : le secteur de l'édition demande d'interdire la pub télé pour les livres

Le Syndicat national de l’édition demande l’abrogation d’un décret autorisant la publicité télévisée pour les livres, craignant un impact négatif sur la création littéraire.

Le Syndicat national de l’édition (SNE) a lancé un appel au gouvernement mercredi pour interdire la publicité télévisée pour les livres, arguant qu’une telle mesure pourrait entraîner « un appauvrissement de la création littéraire ».

Cette prise de position fait suite à un décret du 5 avril qui autorise la publicité télévisée pour les livres à titre expérimental pendant deux ans. Le SNE, inquiet des conséquences potentielles de cette décision, demande fermement son abrogation.

Le décret en question suscite des préoccupations au sein de l’industrie de l’édition, notamment quant à la fragilisation du secteur et à l’éventuelle réduction de la diversité littéraire. Le ministère de la Culture avait ouvert une consultation publique sur cette mesure en janvier et février, mais les résultats de cette consultation n’ont pas été rendus publics avant la publication du décret au Journal officiel, ce qui a pris de court de nombreux acteurs du secteur.

Le SNE a exprimé son désaccord lors de cette consultation, soulignant la nécessité de maintenir l’équilibre dans une industrie caractérisée par sa grande diversité. Il déplore également le manque d’encadrement précis et d’engagement en faveur de la promotion du livre et de la lecture à la télévision dans le cadre de cette expérimentation.

Jusqu’à présent, une seule maison d’édition, les éditions XO, a diffusé un spot télévisé, affirmant avoir toujours milité en faveur de cette forme de publicité.

Cette opposition à la publicité télévisée pour les livres n’est pas seulement portée par les éditeurs, mais également par l’organisation des libraires, le Syndicat de la librairie française, qui s’aligne sur la position du SNE. « Avec l’ensemble de la filière, nous avons toujours été fermement opposés à la publicité télévisée pour les livres. Et nous l’avons réaffirmé lors de la consultation publique », a déclaré Guillaume Husson, délégué général du Syndicat de la librairie française.

Lire Plus

Culture

Emmanuel Macron soutient la participation d’Aya Nakamura aux JO de Paris 2024

Article

le

Emmanuel Macron soutient la participation d'Aya Nakamura aux JO de Paris 2024

Le Président de la République estime que la chanteuse a « tout à fait sa place » lors de la cérémonie olympique.

Lors de l’inauguration du centre aquatique olympique de Saint-Denis, Emmanuel Macron s’est prononcé en faveur de la participation de la chanteuse Aya Nakamura à la cérémonie des Jeux olympiques de Paris 2024, affirmant qu’elle avait « tout à fait sa place ».

Face à la presse, le président de la République a déclaré que la présence d’Aya Nakamura lors de la cérémonie d’ouverture ou de clôture des Jeux serait « une bonne chose si elle en fait partie avec d’autres », soulignant que l’artiste « parle à bon nombre de nos compatriotes ».

Cependant, Emmanuel Macron a rappelé que la décision finale revenait à la direction artistique, dirigée par Monsieur Thomas Joly, responsable des cérémonies des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024.

Cette prise de position intervient après plusieurs semaines de polémique autour d’une possible participation d’Aya Nakamura, la chanteuse franco-malienne étant la cible de critiques de la part de la droite et de l’extrême droite.

Toutefois, la situation semble évoluer favorablement pour l’artiste, puisque les belles-sœurs et héritières d’Édith Piaf ont exprimé leur soutien à l’idée qu’Aya Nakamura interprète une chanson de la Môme lors des JO de Paris, après avoir été sollicitées pour l’utilisation de « L’Hymne à l’amour » lors d’une cérémonie.

Lire Plus

Les + Lus