Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Monde: A l’arrêt pendant la pandémie, l’hôtel Nacional de La Havane retrouve l’effervescence

Article

le

a-l’arret-pendant-la-pandemie,-l’hotel-nacional-de-la-havane-retrouve-l’effervescence

Sommet de la mafia, crises des missiles, couturières du régime, excentricités hollywoodiennes… En 91 années d’existence, l’hôtel Nacional de La Havane a connu une vie trépidante mais il a rarement vécu si grande solitude que celle traversée durant la pandémie.

Une longue hibernation de 20 mois jusqu’au retour des premiers touristes étrangers le 15 novembre dernier.

Le bâtiment de plus de 400 chambres en a profité pour se refaire une beauté: la façade a été restaurée, des sols ont été changés, la piscine rénovée et certaines fenêtres ont été remplacées dont celle de la chambre 211, au deuxième étage.

C’est là que Lucky Luciano a séjourné en décembre 1946, lors d’une rencontre au sommet des chefs de la mafia italo-américaine qu’il a présidée, immortalisée en 1974 dans la fiction « Le Parrain 2 » de Francis Ford Coppola: les chefs de clans se partagent un gâteau orné d’un dessin de l’île cubaine en même temps que les attributions des diverses activités illicites.

Quelque 500 gangsters avaient investi l’hôtel pour la convention, et l’invité d’honneur Frank Sinatra avait accompagné de sa voix de crooner les fêtes somptueuses célébrées ce Noël-là.

« Las Vegas n’existait pas, et Cuba était l’endroit idéal pour les jeux d’argent, avec la proximité des Etats-Unis, le climat, les plages, le rhum », La Havane était l’endroit idéal pour devenir « la capitale du jeu », raconte Arleen Ortiz, spécialiste de l’histoire de l’hôtel.

Célébrités

Sur le célèbre Malecon, face à la baie de La Havane, le bâtiment monumental en forme de H avec sa porcelaine anglaise toujours intacte, ses horloges importées d’Allemagne et ses lustres suspendus aux hauts plafonds, a ouvert ses portes le 30 décembre 1930, financé en partie par le crime organisé.

Ces travaux entrepris pendant la léthargie imposée par la fermeture des frontières doivent permettre aux « touristes de retrouver l’hôtel des années trente, en faisant revivre le passé au présent dans un confort encore plus grand », explique Mme Ortiz.

Le passé a laissé ses cicatrices sur le bâtiment en pierre et en béton, comme les impacts de balles qui ont jadis marqué la façade, vestiges d’une rébellion en 1933, et dans les jardins le réseau de tunnels datant de la crise des missiles cubains en 1962.

Lorsque la révolution de Fidel Castro triomphe en 1959, l’hôtel est devenu quelque temps un dortoir et un atelier pour 900 paysannes venues dans la capitale étudier la couture.

« Ces jeunes femmes qui n’avaient jamais quitté leurs maisons sans électricité, avec des sols en terre battue » se sont soudain retrouvées dans ces pièces élégantes, souligne Mme Ortiz.

C’est le seul moment dans son histoire où le Nacional n’a pas accueilli d’hôtes étrangers dans son décor art-déco teinté de néoclassicisme, hormis la rénovation d’ampleur dans les années 1990 imposant une longue fermeture.

Dans les couloirs et les salles de l’hôtel sont exposées des photos, objets et même des lettres des illustres clients et qui ont valu au palace d’être classé depuis 1982 au registre de la Mémoire du monde de l’Unesco.

Les acteurs Marlon Brando, Errol Flynn, Johnny Weissmüller, Rita Hayworth, Ava Gardner, le pianiste Nat King Cole, les écrivains Jean-Paul Sartre, Ernest Hemingway et Gabriel Garcia Marquez ou encore le Premier ministre britannique Winston Churchill, grand amateur de cigares cubains, font partie de la longue liste des personnalités de passage immortalisées sur les murs.

« C’est magique d’être ici, j’aime l’énergie, c’est incroyable (…) J’aimerais en savoir plus, j’ai envie d’en savoir plus sur l’hôtel et son histoire », dit Sierra, une enseignante américaine de 39 ans, en buvant un verre de vin face à la baie de La Havane.

Tania Fernandez, médecin d’une province du centre de l’île a emmené ses enfants visiter ce lieu historique : « peu importe le nombre d’hôtels modernes » à Cuba dit-elle, « ce que veulent les touristes étrangers c’est s’asseoir là où tant de personnes célèbres ont séjourné ».

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Europe

Guerre en Ukraine : Biden dit « non » à l’envoi d’avions de combat

Article

le

Guerre en Ukraine : Biden dit « non » à l’envoi d’avions de combat

Berlin a déjà rejeté catégoriquement cette idée, tandis que le président français Emmanuel Macron a estimé prudemment que « par définition, rien (n’était) exclu ».

Joe Biden a opposé ce lundi 30 janvier un refus catégorique à l’idée d’envoyer à l’Ukraine des avions de combat américains de type F-16. « Non », a dit le président américain lorsqu’un journaliste l’a interrogé à la Maison Blanche sur la possibilité de fournir les appareils que réclament les dirigeants ukrainiens.

Les Occidentaux viennent de franchir un palier dans l’aide militaire apportée à l’Ukraine, après que l’Allemagne et les États-Unis ont annoncé l’envoi de chars. Le président Volodymyr Zelensky réclame une assistance encore plus poussée, passant par la livraison de missiles à longue portée et d’avions de combat.

Berlin a déjà rejeté catégoriquement cette idée, tandis que le qu’Emmanuel Macron a estimé prudemment que « par définition, rien (n’était) exclu », tout en assurant que les Ukrainiens ne lui avaient pas fait à ce jour de demande en ce sens.

Une visite prochaine en Pologne

Alors qu’approche le 24 février, qui marquera un an depuis l’invasion de l’Ukraine, Joe Biden n’a pas voulu dire s’il se rendrait en Europe à cette occasion.

Mais il a assuré qu’il irait, sans préciser de date, en Pologne, un pays qui joue un rôle clé dans la réponse à l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

« Je vais aller en Pologne, mais je ne sais pas quand », a-t-il dit aux journalistes, en regagnant Washington après un court déplacement dans la ville de Baltimore (Maryland, est).

Lire Plus

Europe

Belgique : trois blessés, dont l’un grièvement, après une attaque au couteau à Bruxelles

Article

le

Belgique : trois blessés, dont l'un grièvement, après une attaque au couteau à Bruxelles

Le parquet fédéral a indiqué n’avoir pas été saisi « à ce stade », après une attaque au couteau ce lundi à la station de métro Schuman, à Bruxelles. Un homme de 30 ans a été arrêté par les forces de l’ordre.

Trois personnes ont été blessées dans une attaque au couteau lundi 30 janvier, en fin d’après-midi, dans le métro à Bruxelles, selon un nouveau bilan de la police belge. Le pronostic vital est engagé pour l’une des victimes.

Un homme de 30 ans a été arrêté par les forces de l’ordre. La piste terroriste n’est pas d’actualité.

Une station située près de la Commission européenne

L’attaque est survenue autour de 18 heures dans la station Schuman, située à quelques dizaines de mètres des sièges de la Commission européenne et du Conseil européen. « Mes pensées vont aux victimes (…) Merci à la police pour sa prompte intervention », a indiqué la ministre de l’Intérieur belge, Annelies Verlinden.

Le trafic restait interrompu en début de soirée sur une partie des deux lignes de métro passant par la station Schuman, la police poursuivant son enquête sur place, selon l’opérateur des transports bruxellois (Stib).

Lire Plus

Monde

Double attaque à Jérusalem : Macron appelle à ne pas « alimenter l’engrenage de la violence »

Article

le

Double attaque à Jérusalem : Macron appelle à ne pas « alimenter l’engrenage de la violence »

Ces attentats ont fait suite à un raid militaire israélien meurtrier en Cisjordanie occupée, suivi de tirs de roquettes de Gaza vers Israël et de frappes aériennes israéliennes de représailles.

Le président français Emmanuel Macron a exhorté ce dimanche 29 janvier Israéliens et Palestiniens à ne pas « alimenter l’engrenage de la violence » après les attentats perpétrés à Jérusalem-Est et la mort d’un Palestinien, tué par des gardes israéliens.

Lors d’un entretien téléphonique avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, « le président de la République a rappelé la nécessité pour tous d’éviter des mesures susceptibles d’alimenter l’engrenage de la violence », a indiqué l’Élysée dans un communiqué.

« Il a, une nouvelle fois, exprimé sa disponibilité à contribuer à la reprise du dialogue entre les Palestiniens et les Israéliens », a souligné la présidence française.

Un « attentat abject »

Le chef de l’État a présenté ses condoléances au peuple israélien pour « les victimes de l’attaque terroriste » dans laquelle sept personnes ont trouvé la mort vendredi près d’une synagogue à Jérusalem-est.

Il a une nouvelle fois condamné cet « attentat abject », « fait part de la solidarité pleine et entière de la France avec Israël dans sa lutte contre le terrorisme » et répété « l’attachement indéfectible de la France à la sécurité » de ce pays.

Samedi, un Palestinien de 13 ans a également blessé par balles deux Israéliens à Silwan, à deux pas des remparts de la Vieille Ville.

Une attaque en réponse à un raid israélien meurtrier

Benjamin Netanyahu a promis une réponse « forte » et « solide » au « terrorisme » après les deux attaques. Dimanche, des gardes israéliens ont aussi tué un Palestinien en Cisjordanie.

Les attentats perpétrés à Jérusalem-Est ont fait suite à un raid militaire israélien meurtrier jeudi en Cisjordanie occupée, suivi de tirs de roquettes de Gaza vers Israël et de frappes aériennes israéliennes de représailles.

Lire Plus

Les + Lus