Nous rejoindre sur les réseaux

Mèze

Mèze : une forêt gourmande voit le jour, liant culture, écologie et citoyenneté

Article

le

La plantation des 12 premiers arbres fruitiers de la forêt gourmande au Sesquier ©Ville de Mèze

Une nouvelle avancée pour le projet « Mèze en vert » qui a commencé au Sud du parc du Sesquier : la création d’une forêt gourmande. Près de deux hectares y seront dédiés, sur lesquels 12 arbres ont déjà été plantés le 2 juin.

Le concept est simple : un espace libre, sur lequel seront plantés des arbres. Mais pas n’importe lesquels. Si à Gigean, la Forêt des naissances a vu le jour avec des arbres classiques : pour un geste écologique mais pas que, la forêt de Mèze compte diverses vocations. 

Lysiane Estrada, adjointe à la Transition écologique, aborde les divers objectifs de ce projet. 

Pour la ville verte, une innovation et une avancée majeure 

Il s’agit en effet d’une avancée écologique forte. L’initiative de créer une forêt n’est pas nouvelle, mais celle-ci est inédite. Lysiane Estrada parle de cette idée, donnée par un citoyen. L’adjointe à la transition écologique raconte qu’en amont, il y a eu diverses rencontres avec « tous les acteurs du développement durable ». Ce projet de créer une forêt entre dans la continuité du plan écologique de la ville, mais possède sa particularité. 

En plus de l’impact vert, il permet également « d’optimiser les plantations, en permettant la production d’aliments ». En effet, Lysiane Estrada aborde le fait que cette forêt offre également la possibilité de produire des fruits, « directement dans la ville, par les collectivités ». La symbolique du projet est forte, et la municipalité fait d’une pierre deux coups. Ou plutôt, d’une pierre trois coups : en plus d’apporter l’opportunité aux habitants et touristes de « glaner une pomme fraiche », il permet également de créer une nouvelle cohésion citoyenne. 

Pour la citoyenneté et un hommage à l’Occitanie 

En effet le principe tend à renforcer la citoyenneté : ceux qui le veulent auront la possibilité de planter leur propres arbres, et sera gérée par rondes. Les habitants de la ville, à tour de rôle participeront à l’arrosage, appuyant la municipalité. Les passants pourront aussi participer à l’agrandir, selon des « règles qui seront bientôt rédigées ». Un moyen simple de favoriser la biodiversité et la végétalisation, tout en offrant un lieu de repos aux visiteurs. Un lieu de repos où l’on peut planter un arbre avec une connotation symbolique, qui restera toujours. Un arbre peut représenter beaucoup de choses, comme « un cadeau de mariage, un adieu, on peut y créer un souvenir »

Co gérée par la mairie et les citoyens, la forêt tend aussi à marquer son encrage Occitan. Par exemple, dans le choix des arbres fruitiers. Lysiane Estrada précise qu’il n’y aura « pas d’arbres exotiques où de pays du nord, mais diverses variétés anciennes, qui correspondent au climat, et les arbres sont principalement issus de la région »

Il est important que cette forêt bénéficie d’un réel encrage local, et par là, permette également aux Occitans de s’y retrouver. Pour une cohésion régionale, mais aussi culturelle. 

Lier agriculture et culture, à moindre coût 

La municipalité de Mèze tient à « travailler en transversalité, et lier l’agriculture et l’écologie à la culture », 

Des variétés d’arbres, principalement issues de la biodiversité méditerranéenne, qui seront renseignés par des pancartes à venir, créées par un Occitaniste. Les noms des arbres seront rédigés en français, en latin, et en Occitan. 

Les occitanistes participant au projet ont d’ailleurs proposé d’offrir un autre point culturel, par le choix du nom de la forêt en hommage à un livre de Max Rouquette évoquant la nature : « Verd Paradis ». Directement en lien avec le projet « c’est la volonté d’introduire de l’Occitan ».

Et ce, pour un coût minime. Et oui, si la forêt n’a pas de fin financière malgré tous ses bienfaits, elle ne coûte pas cher pour autant. Selon l’adjointe, « un arbre doit coûter entre 15 et 40 euros, et ce coût est inclus dans le programme annuel de plantations de la ville et l’emplacement appartient à la ville ». 

Finalement, il s’agit d’une forêt aux ressources infinies, dans laquelle 12 arbres par an seront plantés chaque année par la municipalité, et à vous d’y participer !

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

A LIRE AUSSI > Gigean : La municipalité renforce son engagement écologique avec l’inauguration de la Forêt des naissances

Faits Divers

Sète : Quinze interpellations lors d’une opération « Place nette »

Article

le

Sète : Quinze interpellations lors d'une opération « Place nette »
©LeSingulier

Une vaste opération policière frappe le quartier de l’Île de Thau et les communes de Balaruc-les-Bains et Mèze.

Tôt ce matin, le quartier de l’Île de Thau à Sète et plusieurs autres communes du bassin de Thau ont été le théâtre d’une importante opération policière baptisée « Place nette ». Cette action, qui s’inscrit dans le cadre de la lutte nationale contre le trafic de stupéfiants, a conduit à l’interpellation de quinze individus.

L’opération a débuté vers 6h du matin, mobilisant une centaine de policiers dans les communes de Sète, Balaruc-les-Bains et Mèze. Des perquisitions ont été menées dans plusieurs logements, permettant aux forces de l’ordre de réaliser des saisies significatives. Parmi les ressources déployées, plusieurs équipes cynophiles, accompagnées de chiens spécialisés dans la détection de drogues, ont joué un rôle crucial.

Cette intervention fait partie d’une série d’opérations similaires menées récemment dans le département de l’Hérault, notamment à Montpellier et Béziers. Depuis plusieurs mois, la lutte contre les trafics de stupéfiants est devenue une priorité pour le gouvernement. Les forces de l’ordre intensifient leurs actions pour démanteler les points de deal et appréhender les trafiquants, répondant ainsi aux directives émises par le Président Emmanuel Macron lors de son discours à Marseille en mars dernier.

L’objectif de l’opération « Place nette » est clair : porter un coup d’arrêt aux trafics de drogues et restaurer l’ordre républicain dans les quartiers touchés par ces activités illicites. En investissant les zones sensibles, les autorités cherchent à assainir l’environnement local et à garantir la sécurité des habitants.

Dans les jours à venir, les forces de l’ordre prévoient de maintenir leur présence dans les zones concernées pour sécuriser les lieux et poursuivre leurs investigations. Un bilan détaillé de l’opération sera communiqué une fois les interventions achevées.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Mèze

Mèze : François-Xavier Lauch, préfet de l’Hérault, en visite officielle

Article

le

François-Xavier Lauch, préfet de l’Hérault depuis l'automne 2023, accompagné de Guillaume Raymond, sous-préfet du bassin de Thau, a effectué une visite officielle à Mèze le 15 mai. Il a été accueilli par Thierry Baëza, maire de Mèze, et Jean-Christophe Dalbigot, premier adjoint, à l’hôtel de Ville. Lors de cette rencontre, divers sujets importants pour la commune ont été abordés. Les discussions ont porté sur l’urbanisme, avec des points sur le Plan Local d'Urbanisme (PLU) et le Schéma de Cohérence Territoriale (Scot), la Loi Littoral, et la cabanisation. La gestion de l’aire d’accueil des gens du voyage et les récurrents problèmes de circulation sur la RD613 ont également été discutés. Thierry Baëza a exprimé le souhait de voir avancer le projet de création d’une sortie d’autoroute. Les échanges ont également couvert le soutien aux exploitations agricoles, conchylicoles et viticoles, les autorisations pour les activités de dégustation dans les mas conchylicoles, ainsi que des projets tels que la création d’un sentier sous-marin et le développement de la vidéoprotection. La reprise de la régie de l’eau par la commune et la gestion des risques d’érosion dans le cadre de la GEMAPI étaient également à l’ordre du jour. Après la réunion, le préfet et le maire ont effectué une visite de la ville, passant par des sites emblématiques tels que le château de Girard, l’église Saint-Hilaire, la Chapelle des Pénitents et les remparts dont la rénovation vient de débuter. Ils se sont également rendus au port des Nacelles, récemment réaménagé, à l’école Hélianthe qui sera bientôt en travaux, aux bureaux de France services et à la cave coopérative, destinée à devenir un lieu dédié à la culture et au spectacle vivant. Thierry Baëza s’est déclaré « particulièrement satisfait de cette première rencontre avec le préfet Lauch, soulignant une matinée extrêmement riche en échanges, augurant un partenariat très constructif entre la Ville de Mèze et les services de l’État. »
©VilledeMèze

Le préfet de l’Hérault a effectué sa première visite officielle à Mèze, discutant des enjeux locaux avec les élus et visitant plusieurs sites emblématiques de la commune.

François-Xavier Lauch, préfet de l’Hérault depuis l’automne 2023, accompagné de Guillaume Raymond, sous-préfet du bassin de Thau, a effectué une visite officielle à Mèze le 15 mai. Il a été accueilli par Thierry Baëza, maire de Mèze, et Jean-Christophe Dalbigot, premier adjoint, à l’hôtel de Ville.

Lors de cette rencontre, divers sujets importants pour la commune ont été abordés. Les discussions ont porté sur l’urbanisme, avec des points sur le Plan Local d’Urbanisme (PLU) et le Schéma de Cohérence Territoriale (Scot), la Loi Littoral, et la cabanisation. La gestion de l’aire d’accueil des gens du voyage et les récurrents problèmes de circulation sur la RD613 ont également été discutés. Thierry Baëza a exprimé le souhait de voir avancer le projet de création d’une sortie d’autoroute.

Les échanges ont également couvert le soutien aux exploitations agricoles, conchylicoles et viticoles, les autorisations pour les activités de dégustation dans les mas conchylicoles, ainsi que des projets tels que la création d’un sentier sous-marin et le développement de la vidéoprotection. La reprise de la régie de l’eau par la commune et la gestion des risques d’érosion dans le cadre de la GEMAPI étaient également à l’ordre du jour.

Après la réunion, le Préfet et le maire ont effectué une visite de la ville, passant par des sites emblématiques tels que le château de Girard, l’église Saint-Hilaire, la Chapelle des Pénitents et les remparts dont la rénovation vient de débuter. Ils se sont également rendus au port des Nacelles, récemment réaménagé, à l’école Hélianthe qui sera bientôt en travaux, aux bureaux de France services et à la cave coopérative, destinée à devenir un lieu dédié à la culture et au spectacle vivant.

Thierry Baëza s’est déclaré « particulièrement satisfait de cette première rencontre avec le préfet Lauch, soulignant une matinée extrêmement riche en échanges, augurant un partenariat très constructif entre la Ville de Mèze et les services de l’État. »

Lire Plus

Mèze

Mèze : Confrontation entre François Commeinhes et Thierry Baëza sur l’accueil des gens du voyage

Article

le

Mèze : Confrontation entre François Commeinhes et Thierry Baëza sur l'accueil des gens du voyage
@VilledeMèze

Une situation tendue se dessine à Mèze alors que la tension monte entre François Commeinhes et le maire Thierry Baëza. Le sujet brûlant qui alimente cette nouvelle polémique : l’accueil des gens du voyage.

Depuis quelques semaines, une quarantaine de caravanes des gens du voyage occupent illégalement le stade municipal de Balaruc-le-Vieux, en face du centre commercial Carrefour. Alors que la gendarmerie leur a demandé de partir et que l’aire de Frontignan est fermée pour travaux, ces voyageurs ont trouvé un nouveau refuge dimanche soir à Gigean, près de la piscine intercommunale. Face à cette situation, François Commeinhes et son équipe ont pris l’initiative d’intervenir en ouvrant en urgence l’aire de grand passage de Mèze, sans même en informer le maire de Mèze.

Cependant, cette décision a été accueillie avec fermeté par Thierry Baeza, maire de Mèze. En effet, l’aire de passage de Mèze est soumise à des règles strictes, ne pouvant accueillir les voyageurs que du 1er avril au 31 octobre, conformément à ses statuts. Pour faire respecter cette réglementation, Thierry Baeza a ordonné le blocage de l’aire par ses services, utilisant du sable et du béton. Malgré cela, François Commeinhes a fait retirer ces blocs en fin de journée pour permettre l’installation des voyageurs.

Cette action unilatérale a suscité l’indignation de Thierry Baeza, dénonçant un abus de pouvoir flagrant de la part du président de la SAM. « Encore une fois, les règles sont bafouées ! », s’est insurgé le maire de Mèze. Il souligne également le non-respect de la réglementation par Sète Agglopôle Méditerranée (SAM), qui a ouvert l’aire de grand passage de Mèze à un groupe de gens du voyage sans en informer les autorités locales.

Thierry Baeza a déclaré envisager sérieusement le dépôt d’une plainte contre la SAM pour ces manquements et ce passage en force. Il insiste sur le fait que la ville de Mèze est en parfaite conformité avec le schéma départemental d’accueil des gens du voyage, contrairement à d’autres entités telles que SAM et la Ville de Sète, qui ne respectent pas ces dispositifs pourtant obligatoires. Il refuse que sa ville soit la victime des négligences des autres municipalités et de l’intercommunalité.

Cette récente intensification du débat sur l’accueil des gens du voyage souligne les tensions durables au sein de la SAM entre les élus, mettant en évidence des divergences profondes quant à la gestion de cette administration.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Les + Lus