Nous rejoindre sur les réseaux

Bassin de Thau

Thau : Gilles Phocas soutient la LGV dans l’intérêt général

Article

le

Mèze : Gilles Phocas soutient la LGV dans l’intérêt général

Au cœur des débats depuis plusieurs semaines, la LGV reliant Nîmes à Perpignan a été abordée lors du dernier conseil municipal de la ville de Mèze. Gilles Phocas a fait connaître ses arguments en faveur de ce projet.

Le 20 janvier dernier, Gilles Phocas a fait valoir son opinion pro-LGV devant les élus Mézois. Plus enthousiaste que ses homologues sur le sujet, il met en avant la légitimité de la France qu’il y a à la clef. « Le TGV, et bien d’autre innovations, font partie des choses qui constituent la grandeur de notre pays. Quand le TGV est arrivé à Montpellier, la première personne qui est descendu du TGV c’est le président de la République. Et donc tout le monde était heureux que le TGV arrive à Montpellier, se souvient M. Phocas. Mais vous ne croyez tout de même pas que le tracé n’a occasionné aucun impact environnemental entre Paris et Montpellier, s’insurge-t-il. À l’époque, aucun habitant du Languedoc-Roussillon ne s’est soucié des milliers de kilomètres et des centaines de zones sensibles qui ont été impactées. Pourtant, tout le monde était content d’avoir accès au TGV ».

« Respecter la parole de la France et faire primer l’intérêt général »

Rappelant que la parole de la France n’est pas souvent respectée en ce moment sur la scène internationale, Gilles Phocas martèle que l’aboutissement de ce projet honorerait la légitimité de l’Hexagone. « Si on peut avoir l’occasion, pour une fois, d’aller au bout de ce que qu’on a imposé aux Espagnols, espère-t-il. Rappelons qu’ils ont construit des voies ferrées jusqu’à leur frontière sur notre volonté ».

L’élu dénonce également des arguments égoïstes : « Pour un Mézois, se rendre à la gare de Montpellier Sud de France prend quasiment autant de temps qu’un trajet jusqu’à la gare de Sète. C’est typique de l’hypocrisie française. On veut prendre des autoroutes, mais on ne veut pas qu’elles soient construites à côtés de chez nous. C’est pareil pour les logements sociaux, les prisons, les ZAE ou les déchetteries », développe-t-il.

Bien qu’il affirme que défendre les intérêts individuels des Mézois est du ressort des élus, M. Phocas insiste sur une autre tâche qui les incombe : défendre l’intérêt général. « Oui, il faut défendre les intérêts particuliers. Il faut défendre nos viticulteurs pour empêcher qu’ils soient spoliés, affirme-t-il. Néanmoins, si ce ne sont pas nos viticulteurs qui sont impactés et qu’on arrive à obtenir le décalage du tracé, ce seront d’autres personnes qui seront tout autant embêtées. Le tracé de la LGV suit à peu près le tracé de l’autoroute. Selon moi, l’autoroute représente plus de pollution sonore et environnementale qu’une LGV. »

« Je pense que remettre en cause le trajet au bout de trente ans nous fera passer pour des imbéciles, une fois de plus. Ce n’est pas au moment où on conclut les choses qu’il faut réagir, s’impatiente Gilles Phocas.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

1 Commentaire

1 Commentaire

  1. rasbora

    21 février 2022 at 17 h 55 min

    je suis tout a fait d’accord avec lui et il faudra le faire un jour alors je pense que c’est le bon moment .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sète

Sète / Place Aristide Briand : les militants s’opposent à la reprise des travaux

Article

le

©BancsPublics

Une quinzaine de militants du Collectif Bancs Publics se sont allongés sur la route afin de bloquer l’accès de la place Aristide Briand à plusieurs camions de chantier.

Le tribunal administratif de Montpellier a levé, ce jeudi 26 janvier 2023, la suspension du permis de construire de la place Aristide Briand. Par conséquent, cela autorise la reprise des travaux et de surcroît l’arrachage des 52 tilleuls de la place.

Et la reprise des travaux n’a pas tardé ! Ce lundi 30 janvier, très tôt ce matin, des militants du Collectif Bancs Publics ont fait face aux premiers camions. Pour protester, les militants se sont allongés à même le bitume pour essayer de barrer l’accès de la place aux camions. Il aura fallu l’intervention des forces de l’ordre pour donner l’accès aux véhicules sur la place.

Côté judiciaire, où en est la procédure aujourd’hui ? Après deux jugements défavorables devant le tribunal administratif de Montpellier et l’accord donnée par le Préfet de l’Hérault pour arracher les arbres de la place Aristide Briand, le Collectif a saisi le Conseil d’État pour faire annuler ces décisions.

Malheureusement les militants le savent, cela va prendre quelques mois et les arbres ne seront peut-être plus là comme l’écrit le Collectif Bancs Publics sur ses réseaux sociaux.

Lire Plus

Sète

Sète, Montpellier, Millau accueilleront le relais de la flamme olympique au printemps 2024

Article

le

Sète, Montpellier, Millau accueilleront le relais de la flamme olympique au printemps 2024
©Paris2024

La flamme olympique sera de passage à Sète en amont des Jeux olympiques de Paris, en 2024. Plusieurs élus des territoires de Montpellier, Millau et Sète ont signé ce mercredi 18 janvier la convention « Relais de la flamme » au siège du COJOP à Paris.

Le parcours français de la flamme olympique, qui doit lancer les JO 2024 à son arrivée à Paris, se dessine. Elle passera par Sète, Montpellier et Millau. Le Comité d’organisation des Jeux olympiques de Paris vient de l’officialiser, pour le printemps 2024.

Cette signature, réalisée en présence Tony ESTANGUET, Président du Comité d’organisation des Jeux olympiques de Paris 2024 (COJOP) et Kévin MAYER, deux fois vice-champion olympique et recordman du monde du décathlon, acte officiellement le passage de la flamme olympique à Sète, Montpellier et Millau au printemps 2024, avant de rejoindre Paris pour le lancement des festivités.

Si le parcours de la flamme Olympique n’est pas encore connu, on sait d’ores et déjà qu’il visitera toutes les régions de France à partir d’avril 2024

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Bassin de Thau

Thau : levée des restrictions de récolte, de commercialisation et de consommation des huîtres

Article

le

Thau : levée des restrictions de récolte, de commercialisation et de consommation des huîtres

Les huîtres provenant de l’étang de Thau peuvent à nouveau être consommées après de nouvelles analyses. Les moules et palourdes restent encore interdites à la consommation.

Les mesures de restrictions qui s’imposaient notamment aux huîtres de l’étang de Thau depuis le 30 décembre 2022, en raison d’une contamination par des norovirus, sont désormais levées par décision du préfet de l’Hérault.

Les huîtres provenant de l’étang de Thau peuvent donc à nouveau être consommées.

Les restrictions de récolte, pêche, transport, commercialisation et consommation sont toutefois maintenues pour les moules de l’étang Thau en raison d’une contamination par une toxine produite par un phytoplancton toxique (Dinophysis).

Par mesure de précaution, ces interdictions sont étendues aux palourdes. Les escargots provenant de l’étang de Thau n’ont pas montré de contamination et peuvent donc être consommés sans restriction.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

À LIRE AUSSI > Des conchyliculteurs brûlent palettes et déchets ostréicoles devant Sète Agglopôle Méditerranée

Lire Plus

Les + Lus