Nous rejoindre sur les réseaux

Europe

Lesbos: 3e nuit dehors pour des milliers de migrants, initiative européenne pour en accueillir

Article

le

lesbos:-3e-nuit-dehors-pour-des-milliers-de-migrants,-initiative-europeenne-pour-en-accueillir

Des milliers de demandeurs d’asile ont passé vendredi matin leur troisième nuit dehors sur l’île de Lesbos, parfois sans couverture, près du camp de Moria ravagé par deux incendies, le gouvernement grec peinant à les secourir, alors que les Européens oeuvrent pour trouver des solutions.

Depuis l’île française de Corse, où avait lieu un sommet des pays du sud de l’Europe, le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a exhorté l’Union européenne à placer la crise migratoire au coeur de ses préoccupations: « L’Europe doit passer des paroles de solidarité à une politique d’actes de solidarité. Nous devons mettre la crise migratoire au coeur de nos discussions et être beaucoup plus concrets ».

A Moria, des familles désespérées, souvent avec des enfants très jeunes, s’apprêtaient jeudi soir à passer leur troisième nuit en plein air, sans tentes, certaines sans couvertures.

« Nous avons tout perdu, nous sommes abandonnés à nous-mêmes, sans nourriture, sans eau, sans médicaments », soupire Fatma Al-Hani, une Syrienne de Deir-Zor, son enfant de deux ans dans les bras.

Les incendies de mardi et mercredi soir, qui ont détruit le camp surpeuplé et sordide de Moria, surnommé « la jungle », ont laissé près de 12.700 personnes sans abri, dont 4.000 enfants.

La chancelière allemande Angela Merkel a annoncé jeudi le lancement d’une initiative franco-allemande afin de permettre l’accueil dans l’UE de migrants mineurs qui se trouvaient à Moria.

« L’Allemagne et la France vont y participer, j’espère aussi d’autres Etats membres », a-t-elle déclaré lors d’une conférence à Berlin, estimant aussi que le drame de Moria doit pousser les pays de l’UE à « enfin » aboutir à une politique migratoire commune, qui actuellement « n’existe pas ».

Le président français Emmanuel Macron a indiqué que Paris était en train de se coordonner avec Berlin pour l’accueil de réfugiés.

Dans la foulée, les Pays-Bas ont proposé d’accueillir une centaine de migrants, pour moitié mineurs, parmi les milliers qui se retrouvent sans abri.

Le vice-président de la Commission européenne, Margaritis Schinas, qui s’est rendu jeudi à Lesbos, a indiqué qu’il y aurait dans les prochaines heures des navires financés par l’UE pour héberger les demandeurs d’asile vulnérables.

La Commission a contribué au transfert en Grèce continentale de 400 mineurs non accompagnés en vue de leur relocalisation en Europe, a-t-il souligné.

« C’est donc ça l’Europe? »

Pour sa part, le gouvernement grec peine à secourir ces migrants et a appelé les autorités locales à Lesbos à trouver « une solution rapide » pour héberger les sans abri. Toutefois, certains habitants s’opposent au projet gouvernemental de créer un nouveau camp fermé.

Près des ruines du camp, des barrages ont été dressés jeudi pour tenter de bloquer les travaux d’installation de nouvelles tentes.

« C’est l’occasion ou jamais de fermer définitivement Moria. Nous ne voulons pas d’un autre camp et nous allons nous opposer à tous les travaux entrepris », a déclaré Vaguélis Violatzis, président de la commune de Panagiouda.

Le gouvernement de droite au pouvoir depuis un an a durci la politique migratoire et promis la construction de nouveaux centres d’enregistrement fermés à Lesbos et sur les quatre autres îles de la mer Egée où vivent au total plus de 24.000 personnes, quatre fois plus que leur capacité initiale.

A l’intérieur de Moria, jonché de conteneurs et de tentes calcinés, un troisième feu s’est déclaré jeudi après-midi avant d’être rapidement circonscrit.

Fatma est inquiète pour son plus jeune fils, qui a de la fièvre et souffre de vomissements depuis jeudi matin. « C’est donc ça l’Europe? Je n’en peux plus, je demande juste que mon bébé se porte bien, qu’il puisse grandir en paix! », dit cette mère de deux enfants qui s’effondre en larmes.

La Protection civile grecque a déclaré l’état d’urgence pour quatre mois à Lesbos, forte de 85.000 habitants et principale porte d’entrée des migrants en Grèce en raison de sa proximité avec la Turquie.

Les incendies à Moria n’ont pas fait de victime mais ont détruit surtout la partie principale du centre d’enregistrement et d’identification, mis en place depuis 2015 à Lesbos pour limiter le nombre des exilés à destination de l’Europe.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Économie

Économie : La France parmi les pays visés par des procédures disciplinaires de l’UE pour déficit excessif

Article

le

Économie : La France parmi les pays visés par des procédures disciplinaires de l'UE pour déficit excessif

La Commission européenne proposera aux États membres d’ouvrir des procédures disciplinaires contre sept pays, dont la France, la Belgique et l’Italie, qui ont un déficit excessif.

La Commission européenne se prépare à recommander l’ouverture de procédures disciplinaires contre sept États membres de l’Union européenne, y compris la France, pour avoir dépassé le seuil de déficit public autorisé. Cette mesure, qui concerne également la Belgique, l’Italie, la Hongrie, Malte, la Pologne, et la Slovaquie, devrait être formellement proposée aux autres membres de l’UE le 16 juillet, selon des sources européennes.

Ces pays ont enregistré en 2023 un déficit supérieur à 3 % du produit intérieur brut (PIB), limite imposée par le Pacte de stabilité et de croissance de l’UE. La règle européenne stipule que tout État membre dépassant ce seuil doit réduire son déficit d’au moins 0,5 point de pourcentage par an. En cas de non-conformité, les pays risquent théoriquement des sanctions financières correspondant à 0,1 % de leur PIB annuel. Pour la France, cela pourrait se traduire par une amende de 2,5 milliards d’euros, bien que de telles sanctions n’aient jamais été appliquées jusqu’à présent.

À Bercy, l’annonce de la Commission est accueillie avec sérénité. Le ministère de l’Économie affirme que cette démarche était anticipée et qu’elle ne devrait pas être interprétée comme un indicateur négatif de la santé économique de la France. « C’est une procédure tout à fait normale et prévisible. On s’y attendait et surtout cela ne veut pas dire que la situation économique française est mauvaise, au contraire, » a déclaré un porte-parole du ministère.

Le ministère souligne également que les perspectives économiques de la France sont vues de manière positive par la Commission européenne, qui devrait confirmer cette vision dans ses prochaines communications. Cependant, Bercy admet que « tout peut changer à partir du 7 juillet », en référence aux résultats des élections et leur impact potentiel sur la politique économique française.

Cette décision intervient dans un contexte où plusieurs pays européens luttent contre des déficits croissants exacerbés par les récentes crises économiques et sanitaires. La pandémie de COVID-19 et les tensions géopolitiques, notamment la guerre en Ukraine, ont mis à rude épreuve les finances publiques de nombreux États membres.

La Commission européenne, qui a temporairement assoupli les règles budgétaires pendant la pandémie, signale par cette initiative un retour à une discipline fiscale plus stricte dans l’espoir de stabiliser l’économie européenne et de préserver la confiance dans l’euro.

Les discussions au sein du Conseil européen sur les recommandations de la Commission seront cruciales pour déterminer la suite des événements, y compris la possibilité de négociations pour des plans de réduction de déficit sur mesure ou, le cas échéant, l’application de sanctions financières.

Lire Plus

Europe

Élections Européennes 2024 : Le RN en tête dans l’Hérault avec une nette avance

Article

le

Élections Européennes 2024 : Le RN en tête dans l'Hérault avec une nette avance

Le département de l’Hérault confirme la domination du Rassemblement National, tandis que d’autres partis montrent des progressions notables.

Les élections européennes de 2024 ont révélé des dynamiques politiques intéressantes dans le département de l’Hérault. Le Rassemblement National (RN), mené par Jordan Bardella, a dominé les scrutins avec une large avance, consolidant ainsi sa position de force politique majeure dans ce département. Jordan Bardella a recueilli 34,98 % des voix exprimées, soit 162 908 votes. Ce résultat confirme une progression significative et un soutien croissant pour le RN dans cette région, aligné avec les résultats nationaux où le parti a obtenu 31,5 % des voix et 30 sièges.

Les chiffres de participation révèlent une mobilisation notable des électeurs dans l’Hérault, avec 55,54 % des inscrits ayant voté. Sur les 762 469 inscrits, 423 475 ont exercé leur droit de vote, malgré une abstention de 44,46 %. Parmi les votants, les bulletins blancs et nuls ont été peu nombreux, avec respectivement 5 201 et 5 134, représentant à peine plus de 1 % des votants.

En deuxième position, le Parti socialiste, représenté par Raphaël Glucksmann, a obtenu 14,41 % des voix dans l’Hérault, soit 67 117 votes. Ce résultat est en ligne avec la progression nationale du parti, qui a obtenu 13,8 % des voix et 13 sièges. Valérie Hayer, pour Renaissance, a suivi avec 11,65 % des voix dans le département, totalisant 54 250 votes. Ce nombre de voix maintient le parti de la majorité présidentielle dans le paysage politique européen.

Manon Aubry, de La France Insoumise (LFI), a recueilli 10,92 % des voix avec 50 867 votes. Ce résultat marque une augmentation par rapport aux attentes nationales, où LFI a obtenu 9,9 % des voix et 9 sièges. Marion Maréchal, candidate de Reconquête, a dépassé la barre des 5 %, obtenant 6,06 % des voix, ce qui se traduit par 28 236 votes.

Les Républicains (LR), représentés par François-Xavier Bellamy, ont obtenu 5,32 % des voix avec 24 767 votes, tandis que Marie Toussaint, des Écologistes (EELV), a obtenu 5,13 % des voix avec 23 901 votes. Ces résultats montrent des soutiens significatifs mais modestes pour ces partis dans l’Hérault.

L’issue de cette élection dans l’Hérault reflète une consolidation du RN en tant que force politique majeure, une tendance également observée au niveau national. Les résultats montrent également des performances notables pour d’autres listes, notamment le Parti socialiste, tandis que Renaissance marque une perte de vitesse par rapport aux dernières élections. La France Insoumise et Reconquête ont montré des résultats respectables, indiquant une base de soutien persistante.

Lire Plus

Europe

Élections Européennes 2024 : Le RN largement en tête avec 31,5 % des voix

Article

le

Élections Européennes 2024 : Le RN largement en tête, surprise pour la LFI

Les résultats des élections européennes de 2024 confirment le succès du Rassemblement National (RN), avec Jordan Bardella en tête.

Le Rassemblement National (RN) domine les résultats définitifs des élections européennes de 2024, avec 31,5 % des voix et 30 sièges. Jordan Bardella, tête de liste du RN, remporte une victoire éclatante, enregistrant une progression significative par rapport aux élections précédentes.

En deuxième position, Valérie Hayer pour Renaissance obtient 14,6 % des voix et 13 sièges, maintenant ainsi une présence notable dans le paysage politique européen. Le Parti socialiste et Place publique, mené par Raphaël Glucksmann, enregistre une progression, obtenant 13,8 % des voix et 13 sièges.

Manon Aubry pour La France Insoumise (LFI) obtient 9,9 % des voix et 9 sièges, tandis que François-Xavier Bellamy pour Les Républicains (LR) enregistre 7,2 % et 6 sièges.

Marion Maréchal pour Reconquête franchit la barre des 5 %, obtenant 5,5 % des voix et 5 sièges. Marie Toussaint pour Les Écologistes obtient également 5,5 % des voix et 5 sièges.

Les résultats pour le Parti communiste français, représenté par L. Deffontaines, et Alliance rurale, représentée par J. Lassalle, sont de 2,4 % chacun, sans obtenir de sièges.

Ces résultats soulignent la consolidation du RN en tant que force politique majeure, tout en mettant en évidence les performances de certaines listes qui ont réalisé des progressions notables par rapport aux élections précédentes.

Lire Plus

Les + Lus