Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Les talibans s’emparent d’une deuxième capitale provinciale, les Afghans inquiets

Article

le

les-talibans-s’emparent-d’une-deuxieme-capitale-provinciale,-les-afghans-inquiets

Les talibans se sont emparés samedi de la ville de Sheberghan (nord), deuxième capitale provinciale à tomber aux mains des insurgés en moins de 24 heures et depuis le début du retrait définitif des forces étrangères d’Afghanistan en mai.

« Les forces (afghanes) et les responsables ont fui vers l’aéroport » a indiqué Qader Malia, vice-gouverneur de la province de Jawzjan, dont Sheberghan est la capitale, alors qu’à Kaboul, les inquiétudes montent déjà après la chute d’une autre capitale provinciale la veille.

La province de Jawzjan est le bastion du maréchal Abdul Rashid Dostom, puissant dirigeant de milice ouzbek, réputé pour sa loyauté changeante et sa barbarie.

Si son bastion de Sheberghan devait rester aux mains des talibans, ce serait un nouveau revers pour le gouvernement qui a récemment fait appel aux anciens chefs de guerre pour tenter d’endiguer l’avancée des insurgés.

Les talibans s’étaient déjà rendus maîtres vendredi d’une première capitale provinciale, Zaranj (sud), sans réelle résistance des forces afghanes.

Selon un journaliste de Sheberghan qui a demandé l’anonymat, les combats ont débuté vers 04H00 du matin avec des « coups de feu et explosions », avant le retrait des forces progouvernementales vers midi.

« Maintenant les talibans sont partout, avec leurs drapeaux (…) les rues sont désertes et nous n’osons pas quitter nos maisons », a-t-il raconté.

Un conseiller du maréchal Dostom a confirmé la chute de Sheberghan.

« Les forces de sécurité et les responsables se sont retirés dans une zone située à environ 20 km de la ville. Ils s’étaient déjà préparés, notamment en y transférant assez de munitions pour se défendre face à une attaque des talibans », a-t-il précisé.

Ehsan Niro, un porte-parole de M. Dostom, a cependant assuré que des miliciens continuent de combattre les talibans aux abords de la ville. 

Les talibans se sont emparés ces trois derniers mois de vastes territoires ruraux et dirigent désormais leurs offensives sur les grandes villes, encerclant plusieurs capitales provinciales, dont Kandahar (sud) et Hérat (ouest), deuxième et troisième villes du pays.

La peur à Kaboul

A Kaboul, des résidents interrogés samedi matin ont exprimé leurs inquiétudes suite à la prise de Zaranj.

« Si le gouvernement ne prend pas la situation sécuritaire sérieusement (…) toutes les provinces pourraient tomber aux mains des talibans », a déploré Walid Ahmad, 20 ans, qui a fui les combats à Takhar (nord) il y a deux semaines.

Mohammad Qaim, 35 ans, a quant à lui fui Lashkar Gah, ville du Sud ravagée par les combats.

« Les talibans pourront peut-être prendre plus de villes », s’est-il alarmé, martelant que la situation dépendait de l’interférence de pays tiers. « La guerre est imposée aux Afghans, et les Afghans brûlent. »

Nadia Faqiryar, une habitante de Kaboul, tente de cependant de garder espoir : « Nous avons confiance en les forces de sécurités (…) mais tout le monde est menacé ».

« Le dialogue est la seule solution », a-t-elle ajouté, alors que les pourparlers de paix engagés en septembre à Doha entre Kaboul et les talibans n’ont mené pour l’instant à aucun résultat concret. « J’espère que la situation sécuritaire à Kaboul ne tournera jamais aussi mal ».

Sur les réseaux sociaux, les messages diffusés par les talibans suggèrent un accueil plus chaleureux de la part des civils à Zaranj.

Ces publications montrent les talibans brandissant leurs drapeaux sur des véhicules militaires alors que des jeunes hommes et garçons les acclament.

Il est cependant difficile de savoir si ces réactions suggèrent un réel soutien aux insurgés ou si les civils doivent montrer leur soutien afin d’assurer leur sécurité.

Civils pris au piège

Depuis Kunduz, ville du Nord assiégée par les talibans depuis des semaines, l’activiste Rasikh Marof a raconté à l’AFP par téléphone que les combats ont fait rage la nuit dernière près du centre-ville, sans que les talibans ne puissent gagner du terrain.

Les forces gouvernementales ont « sérieusement défendu » la ville pour empêcher les talibans d’entrer, a-t-il expliqué, précisant que ces derniers utilisaient « des mortiers et des armes lourdes ».

Les forces afghanes ont eu recours à des frappes aériennes, selon M. Marod et un responsable local.

« De nombreux magasins ont fermé et les gens restent chez eux pour se protéger », a continué l’activiste.

Selon le Dr Fazli, responsable de la santé pour la province de Kunduz, contacté par l’AFP dans la matinée, 38 blessés et 11 morts civils avaient été emmenés à l’hôpital principal de la ville depuis la reprise des violences la nuit dernière.

« Les ambulances ne peuvent pas se déplacer à cause des combats », a-t-il ajouté, précisant que ces chiffres pourraient augmenter dans la journée.

Monde

Gaza : la famine s’installe dans le nord de l’enclave

Article

le

Gaza : la famine s'installe dans le nord de l'enclave

L’Agence gouvernementale américaine estime que plus de 200 000 personnes souffrent d’un manque extrême de nourriture.

La famine est déjà présente dans le nord de la bande de Gaza, selon l’Agence américaine pour le développement international. Dans son évaluation du mois mars, USAID fait état d’un niveau élevé d’insécurité alimentaire. L’agence gouvernementale estime que 70% de la population du nord de l’enclave palestinienne, soit plus de 200 000 personnes, souffre d’un manque extrême de nourriture.

Soumis à une forte pression internationale, Israël a indiqué qu’un nouveau point de passage terrestre vers nord de la bande de Gaza serait bientôt ouvert.

En attendant, la tension continue de monter dans la région, après une frappe attribuée à Tsahal sur le consulat iranien à Damas en Syrie, la semaine dernière.

« Une attaque à partir du territoire iranien serait une preuve évidente de la volonté de l’Iran de provoquer une escalade au Moyen-Orient et de cesser de se cacher derrière des mandataires, a déclaré Daniel Hagari, porte-parole de l’armée israélienne. Au cours des derniers mois, nous avons amélioré et perfectionné nos capacités offensives et nous saurons comment agir en cas de besoin. »

De leur côté, des étudiants juifs ultra-orthodoxes ont manifesté à Tel-Aviv contre la fin annoncée de leur exemption du service militaire. En ordonnant le gel des fonds publics qui leur était alloué, la Cour suprême d’Israël a mis la pression au gouvernement Netanyahu sur cette question épineuse.

Lire Plus

Économie

Pour contrer les produits chinois en Europe, la France défend l’idée de «préférence européenne»

Article

le

Pour contrer les produits chinois en Europe, la France défend l'idée de «préférence européenne»

Pour préserver l’industrie européenne face aux puissances américaine et chinoise, les Vingt-Sept doivent « éliminer les charges administratives inutiles », ont fait valoir ce lundi les ministres allemand et français de l’Économie et italien des Entreprises, lors d’une réunion organisée à Meudon.

Les ministres de l’Économie français, italien et allemand se sont réunis le lundi 8 avril en région parisienne pour définir une politique industrielle commune, notamment dans des secteurs clés tels que l’intelligence artificielle et la transition énergétique.

Bruno Le Maire, ministre français de l’Économie, a souligné le déficit commercial croissant entre la Chine et l’Europe, qui a triplé au cours des dix dernières années, passant de 100 à 300 milliards d’euros. Il a mis en avant l’inondation du marché européen par des produits chinois, notamment dans les domaines des panneaux solaires, des voitures électriques et des batteries.

Pour rééquilibrer la balance commerciale, Bruno Le Maire a proposé d’imposer une préférence européenne dans les marchés publics, suggérant des quotas de contenu européen allant jusqu’à 60% dans les appels d’offres, ainsi que des normes environnementales et de qualité plus strictes.

Si l’Italie soutient cette position, le ministre allemand de l’Économie, Robert Habeck, s’est montré plus réservé. Il a exprimé des préoccupations quant au protectionnisme, soulignant l’importance de l’ouverture des marchés et de la mondialisation. L’Allemagne, exportatrice majeure vers la Chine, craint les mesures de rétorsion et souhaite éviter une escalade dans les tensions commerciales avec Pékin.

Lire Plus

Europe

Relève de la garde croisée entre l’Élysée et Buckingham pour célébrer les 120 ans de l’Entente cordiale

Article

le

Relève de la garde croisée entre l'Élysée et Buckingham pour célébrer les 120 ans de l'Entente cordiale

Pour célébrer les 120 ans de l’Entente cordiale entre la France et le Royaume-Uni les deux pays organisent lundi une relève croisée entre l’Élysée et Buckingham Palace.

Signé en 1904, l’accord de l’Entente cordiale a joué un rôle crucial dans l’amélioration des relations franco-britanniques après les guerres napoléoniennes, établissant ainsi un fondement solide pour l’alliance entre les deux pays au sein de l’Otan.

Des Grenadiers de la maison royale britannique ont participé au cérémonial de la relève de la garde dans la cour d’honneur du Palais de l’Élysée, en présence du président français Emmanuel Macron et de l’ambassadrice du Royaume-Uni en France, Menna Rowlings. Pendant ce temps, les gardes français ont effectué le même rituel devant le palais de Buckingham, résidence du roi Charles III.

Pour la première fois dans l’histoire de l’Élysée, une troupe étrangère a été invitée à participer à ce rituel militaire, souligne la présidence française.

La cérémonie à Buckingham Palace a été suivie par des membres de la famille royale britannique, dont le duc et la duchesse d’Édimbourg, le prince Édouard et son épouse Sophie, accompagnés des chefs d’état-major britannique et français.

L’événement marque également la première participation d’un pays non membre du Commonwealth à la cérémonie de relève de la garde, habituellement réservée aux anciennes colonies britanniques anglophones.

La signature de l’Entente cordiale en 1904 a été un tournant majeur dans l’histoire franco-britannique, préparant le terrain à leur alliance pendant la Première Guerre mondiale.

Cette célébration souligne les liens historiques forts entre la France et le Royaume-Uni, malgré les tensions et les antagonismes qui ont parfois marqué leur relation au fil du temps.

Lire Plus

Les + Lus