Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Les Philippins entendent fêter Noël en dépit du coronavirus

Article

le

les-philippins-entendent-feter-noel-en-depit-du-coronavirus

Aux Philippines, Noël débute dès septembre. Sapins artificiels et guirlandes lumineuses envahissent alors les centres commerciaux mais, cette année, la pandémie menace de gâcher cette fête traditionnelle tant attendue.

Les rassemblements demeurent interdits, un couvre-feu est toujours en vigueur et beaucoup d’habitants ont basculé dans la plus grande précarité en raison des mesures prises pour contenir l’épidémie qui ont dévasté l’économie et fait des millions de chômeurs.

« Nous sommes envahis par la tristesse », déplore le crooner philippin Jose Mari Chan, dont la chanson « Christmas In Our Hearts » retentit sur les ondes dès le 1e septembre, annonçant ainsi le lancement des festivités.

Cette année, dans cet archipel très majoritairement catholique, les réunions de famille, les soirées karaoké et les importants achats de cadeaux qui marquent généralement le compte à rebours avant le jour de Noël sont chamboulées.

Mais en dépit de la morosité ambiante, les Philippins, très festifs, entendent empêcher le virus de leur gâcher ce moment de joie.

« Avec ou sans le Covid, nous devons coûte que coûte fêter Noël car c’est une tradition philippine », affirme Cecilia Moore, qui a déjà déboursé 2.500 pesos (44 euros) en guirlandes lumineuse pour décorer sa maison.

Son époux, employé sur un pétrolier, a perdu son travail quand l’état d’urgence a été décrété en mars, mettant à mal les finances de la famille.

Mais Mme Moore n’a pas pour autant renoncé à son désir d’apporter de la couleur afin de dissiper la morosité familiale ambiante.

« Même si les temps sont durs, nous continuons à acheter des lumières qui nous rendent heureux », souligne cette femme de 32 ans.

Les raisons pour lesquelles les célébrations de Noël commencent aussi tôt aux Philippines demeurent floues.

La sociologue Yellowbelle Duaqui avance une explication culturelle: ils adorent faire la fête.

« Sens de l’hospitalité »

« Les Philippins sont réputés pour avoir le meilleur sens de l’hospitalité au monde », souligne-t-elle.

Jeffrey Lopez, qui fabrique des lumières scintillantes à San Fernando, près de Manille, travaille à plein régime depuis la réouverture de son atelier en août, après deux mois d’arrêt.

Les ventes ont atteint 40.000 pesos (700 euros par jour) et deux fois plus le weekend, soit le niveau d’avant la pandémie.

« C’est comme si le Covid ne nous avait pas frappés », remarque M. Lopez dans son atelier où des lumières en forme de renne, de Père Noël et même de la Tour Eiffel ont été suspendues à l’extérieur.

« Rien, pas même la pandémie ne peut  empêcher la venue de Noël ».

Mais beaucoup de commerçants continuent de souffrir.

Les centres commerciaux, habituellement très fréquentés en cette période, sont anormalement calmes, les habitants préférant rester chez eux par crainte du coronavirus qui a déjà contaminé près de 400.000 personnes à travers l’archipel.

Certains magasins ont tiré le rideau et ceux qui restent ouverts proposent des remises de 50 à 70%.

« Nombre de personnes ont perdu beaucoup d’argent », souligne Roehlano Briones, chercheur à l’Institut philippin d’études sur le développement, géré par l’État.

En temps normal, les festivités autour de Noël, qui durent quatre mois, sont marquées par une hausse de la consommation des ménages d’environ 12 à 18% au quatrième trimestre par rapport aux autres, affirme M. Briones.

Cette tendance va se poursuivre cette année « mais de manière modérée », a-t-il ajouté.

De nombreux budgets des ménages ont également été grevés par la perte des envois mensuels d’argent effectués par les proches qui travaillent à l’étranger et ont perdu leur travail en raison de la crise liée à la pandémie.

Le crooner M. Chan, qui se décrit comme celui qui « annonce l’arrivée de la saison de Noël » estime que la pandémie est venue rappeler aux Philippins « ce qui compte vraiment ».

« Il y a beaucoup de nos frères qui sont sans travail, qui ont faim », souligne-t-il.

« Ces mois liés à Noël devraient réveiller notre sentiment de générosité et de gentillesse à leur égard ».

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Monde

Double attaque à Jérusalem : Macron appelle à ne pas « alimenter l’engrenage de la violence »

Article

le

Double attaque à Jérusalem : Macron appelle à ne pas « alimenter l’engrenage de la violence »

Ces attentats ont fait suite à un raid militaire israélien meurtrier en Cisjordanie occupée, suivi de tirs de roquettes de Gaza vers Israël et de frappes aériennes israéliennes de représailles.

Le président français Emmanuel Macron a exhorté ce dimanche 29 janvier Israéliens et Palestiniens à ne pas « alimenter l’engrenage de la violence » après les attentats perpétrés à Jérusalem-Est et la mort d’un Palestinien, tué par des gardes israéliens.

Lors d’un entretien téléphonique avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, « le président de la République a rappelé la nécessité pour tous d’éviter des mesures susceptibles d’alimenter l’engrenage de la violence », a indiqué l’Élysée dans un communiqué.

« Il a, une nouvelle fois, exprimé sa disponibilité à contribuer à la reprise du dialogue entre les Palestiniens et les Israéliens », a souligné la présidence française.

Un « attentat abject »

Le chef de l’État a présenté ses condoléances au peuple israélien pour « les victimes de l’attaque terroriste » dans laquelle sept personnes ont trouvé la mort vendredi près d’une synagogue à Jérusalem-est.

Il a une nouvelle fois condamné cet « attentat abject », « fait part de la solidarité pleine et entière de la France avec Israël dans sa lutte contre le terrorisme » et répété « l’attachement indéfectible de la France à la sécurité » de ce pays.

Samedi, un Palestinien de 13 ans a également blessé par balles deux Israéliens à Silwan, à deux pas des remparts de la Vieille Ville.

Une attaque en réponse à un raid israélien meurtrier

Benjamin Netanyahu a promis une réponse « forte » et « solide » au « terrorisme » après les deux attaques. Dimanche, des gardes israéliens ont aussi tué un Palestinien en Cisjordanie.

Les attentats perpétrés à Jérusalem-Est ont fait suite à un raid militaire israélien meurtrier jeudi en Cisjordanie occupée, suivi de tirs de roquettes de Gaza vers Israël et de frappes aériennes israéliennes de représailles.

Lire Plus

Europe

Royaume-Uni : le Premier ministre Rishi Sunak limoge un ministre en raison de ses démêlés fiscaux

Article

le

Royaume-Uni : le Premier ministre Rishi Sunak limoge un ministre en raison de ses démêlés fiscaux

Le ministre sans portefeuille et président du Parti conservateur Nadhim Zahawi a été limogé à l’issue d’une enquête indépendante.

Le Premier ministre britannique, Rishi Sunak, a limogé le ministre sans portefeuille et président du Parti conservateur, Nadhim Zahawi, en raison d’une violation du code ministériel liée à ses démêlés fiscaux, a annoncé dimanche 29 janvier Downing Street. À l’issue d’une enquête indépendante, « il est clair qu’il y a eu une grave violation du code ministériel », a expliqué le chef du gouvernement.

« En conséquence, je vous informe de ma décision de vous démettre de vos fonctions au sein du gouvernement de Sa Majesté », a poursuivi Rishi Sunak. En limogeant Nadhim Zahawi plutôt qu’en lui demandant de démissionner, Rishi Sunak cherche à affirmer son autorité, lui qui avait promis à son arrivée à Downing Street « intégrité, professionnalisme et responsabilité ».

Le Premier ministre britannique avait chargé lundi son conseiller éthique indépendant d’enquêter pour déterminer si Nadhim Zahawi, qui siège au Conseil des ministres, avait enfreint le code ministériel dans le cadre du règlement de plusieurs millions de livres sterling qu’il a dû payer pour solder un litige avec le fisc.

Après treize ans au pouvoir, les conservateurs ont vu ces dernières années leur réputation entachée par des affaires de conflits d’intérêts, alimentant des accusations de corruption de la part de l’opposition travailliste, largement en tête des sondages.

Lire Plus

Monde

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

Article

le

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

L’ancien président américain avait été banni du réseau social après l’assaut de ses partisans contre le Congrès, le 6 janvier 2021.

Le géant des réseaux sociaux Meta a annoncé mercredi qu’il allait, dans les prochaines semaines, « mettre fin à la suspension » des comptes de Donald Trump sur Facebook et Instagram, deux ans après l’exclusion de l’ancien président américain suite à l’assaut du Capitole.

« Le public doit pouvoir entendre ce que les personnalités politiques disent afin de pouvoir faire des choix éclairés », a justifié Nick Clegg, le responsable des affaires internationales de Meta, dans un communiqué. « Mais cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de limites à ce que les gens peuvent dire sur notre plateforme. Quand il y a un risque de préjudice dans le monde réel – un risque élevé qui justifie une intervention de Meta dans le débat public – nous agissons », a-t-il précisé.

L’ex-chef d’État américain avait été exclu du réseau social le 7 janvier 2021, alors qu’il était encore au pouvoir, pour avoir encouragé ses partisans lors de l’attaque du Congrès à Washington la veille, une décision sans précédent, imitée à l’époque par la plupart des réseaux sociaux grand public, dont Twitter.

En juin 2021, Facebook avait décidé que l’exclusion durerait deux ans, et que le milliardaire républicain ne pourrait revenir que quand les « risques pour la sécurité du public » auraient « disparu ».

La suspension « devrait ne plus jamais arriver à un président en exercice ou à qui que ce soit qui ne mérite pas de sanctions ! », a réagi Donald Trump depuis son compte sur Truth Social, le réseau social qu’il a lancé l’an dernier.

La semaine dernière, l’ancien président avait officiellement demandé à pouvoir retourner sur Facebook. Son avocat avait adressé une lettre au fondateur et président de Meta, Mark Zuckerberg, l’appelant à ne pas « réduire un candidat à la présidentielle au silence ».

L’homme politique avait déjà été réadmis sur Twitter le 19 novembre 2022, quatre jours après avoir déclaré sa candidature à l’élection présidentielle de 2024. Il n’a toutefois pas encore publié de message sur ce compte, communiquant principalement via sa propre plateforme, Truth Social.

Lire Plus

Les + Lus