Nous rejoindre sur les réseaux

Société

Les forces de l’ordre face à la difficile équation posée par les casseurs

Article

le

les-forces-de-l’ordre-face-a-la-difficile-equation-posee-par-les-casseurs

Les nouvelles violences et dégradations samedi au coeur des manifestations contre la loi Sécurité globale, notamment à Paris, reposent la question des options à la disposition des forces de l’ordre pour empêcher les casseurs de perturber les cortèges.

Des voitures brûlées, des banques et des agences immobilières vandalisées, des policiers et gendarmes noyés sous une pluie de projectiles: la manifestation parisienne a reproduit un scénario bien connu depuis quelques années des autorités, sans que celles-ci semblent en mesure de l’endiguer, au grand dam des manifestants pacifiques qui voient leurs revendications passer au second plan.

Les forces de l’ordre paraissent hésiter entre les différentes stratégies: répression ou contrôle ? Contact ou maintien à distance ? Depuis la rentrée, « ça fait pas mal de manifestations qu’on rate », confesse à l’AFP un cadre de la préfecture de police.

Samedi, le cortège, parti peu après 14H00 de la Porte des Lilas, à l’est de la capitale, s’est très rapidement disloqué avec l’irruption en amont d’un groupe de « 400 à 500 éléments radicaux », selon une source policière, formant un « black bloc » et empêchant la progression jusqu’à la place de la République, lieu de dispersion de la manifestation.

Cette méthode de guérilla urbaine, née dans les années 70 en Allemagne avant de prendre de l’épaisseur à Seattle en 1999 lors d’un sommet de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) puis lors d’un G8 à Gênes en 2001, s’est aussi développée en France, notamment à partir de 2016 avec les manifestations contre la loi Travail.

Ses adeptes, très au fait des techniques de maintien de l’ordre, infiltrent les cortèges et s’habillent de noir en un trait de temps pour former un « cortège de tête » souvent hétérogène, composé pour l’essentiel de membres de l’ultra-gauche mais aussi de manifestants « lambda ».

Ils mènent des actions-éclair, par petits groupes très mobiles, et commettent des exactions contre des symboles du capitalisme, comme les agences bancaires ou d’assurance, avant de s’évaporer aussi vite qu’ils sont apparus, rendant difficile leur interpellation.

A Paris, selon un bilan communiqué samedi à 20H par la préfecture, seules 42 personnes avaient été interpellées, soit 10% du nombre total de casseurs recensés par les autorités.

Discrimination difficile des cibles

Pourtant, le nouveau schéma du maintien de l’ordre, présenté en septembre par Gérald Darmanin, a acté la stratégie plus offensive de « réactivité » et « mobilité » prônée par le préfet de police de Paris Didier Lallement pour procéder à davantage d’interpellations de casseurs.

Mais « le fait que des journalistes, des manifestants et des badauds soient mêlés au black bloc rend difficiles les interventions des forces de l’ordre », souligne Bertrand Cavallier, général de gendarmerie et spécialiste du maintien de l’ordre.

« Souvent on combine l’emploi de gaz lacrymogènes et une charge, on n’a pas forcément une vision très précise et il peut y avoir un problème de discrimination des cibles », ajoute M. Cavallier, pointant « le risque de dommages collatéraux », qui nourrissent les accusations de violences policières.

Et quand la stratégie de « mise à distance », qui avait notamment coûté sa place au préfet de police Michel Delpuech en 2019, est employée, les autorités sont accusées de « laisser faire » à dessein.

« Le préfet Lallement organise une nouvelle provocation à Paris en vue de créer des images nuisibles à la mobilisation », a ainsi tweeté samedi le patron de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon.

Samedi, le parcours de la manifestation, long (4,5 km), peu habituel et empruntant des axes moins larges, a également compliqué la tâche sur le terrain.

« Plus un itinéraire est long, plus il est difficile d’enlever toutes les bagnoles, les trottinettes, de protéger les vitrines, de savoir combien il va y avoir de chantiers avec des objets potentiellement dangereux », souligne le cadre de la préfecture de police.

Ainsi, outre le mobilier urbain, les casseurs ont pu allègrement se servir sur le trajet dans une benne de chantier remplie de gravats.

A l’instar du général Cavallier, ce responsable policier pointe un problème de stratégie avec « beaucoup de forces engagées » mais « pas beaucoup de discussions » entre elles.

« On engage beaucoup les BRAV (brigades de répression de l’action violente, chargées des interpellations, ndlr) », au détriment « des CRS et des escadrons (de gendarmes) qui sont positionnées sur du statique », regrette-t-il.

Il souhaite aussi que les personnes interpellées fassent l’objet d’une « interdiction de manifester », ce que prévoyait la loi anticasseurs retoquée par le Conseil constitutionnel en 2019, « pour que les publics les plus durs soient écartés et qu’on arrive enfin à avoir des manifestations apaisées. »

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Société

Sécurité routière: le nombre de morts sur les routes en hausse de 31% en mars

Article

le

Sécurité routière: le nombre de morts sur les routes en hausse de 31% en mars

En mars, 254 personnes ont été tuées sur les routes de France métropolitaine, en hausse de 31% par rapport au même mois l’an dernier (194), selon les estimations de la Sécurité routière dévoilées lundi.

« Le mois de mars a été particulièrement endeuillé sur nos routes et le bilan pour le premier trimestre nous ramène aux chiffres de 2019 », a commenté Florence Guillaume, déléguée interministérielle à la sécurité routière, dans le communiqué publié par l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR). L’ONISR dénombre par ailleurs 1.164 blessés graves, en hausse de 10%.

Après une légère baisse du nombre de morts sur les routes en 2023, la mortalité routière repart à la hausse en ce début d’année. Après une hausse de 6% en janvier, avec 240 décès recensés, le mois de février a également enregistré une augmentation de 3%, avec 224 personnes tuées sur les routes de France métropolitaine.

En mars, la Sécurité routière constate « une forte hausse » du nombre d’automobilistes tués le mois dernier (120, +29) par rapport à la même période l’an dernier, ainsi qu’une augmentation des tués en deux-roues motorisés (60, +9) et des cyclistes (13, +5).

« Cette forte hausse affecte essentiellement les routes hors agglomérations, concerne tous les âges et notamment les jeunes de 18-24 ans (40 tués soit 23 de plus) », ajoute l’ONISR.

Trois usagers d’engins de déplacements personnels motorisés (EDPm), comme les trottinettes, et 37 piétons sont également morts sur les routes en mars dernier.

À l’inverse, en Outre-mer le bilan est à la baisse avec 18 tués, soit une baisse de 14% par rapport à mars 2023.

Lire Plus

Europe

Européennes: Manon Aubry (LFI) dénonce le « racket social » du gouvernement

Article

le

Européennes: Manon Aubry (LFI) dénonce le "racket social" du gouvernement

À Montpellier ce dimanche, Manon Aubry, tête de liste des Insoumis aux élections européennes, a vivement critiqué ce qu’elle a qualifié de « racket social » perpétré par le gouvernement.

Lors d’un meeting à Montpellier dimanche, Manon Aubry, tête de liste des Insoumis aux élections européennes, a vivement critiqué ce qu’elle a qualifié de « racket social » perpétré par le gouvernement. Elle a appelé à faire des élections du 9 juin un « référendum contre ces nouvelles règles d’austérité ».

Manon Aubry a vivement critiqué les politiques d’austérité imposées par l’Union européenne et mises en œuvre par le gouvernement français. Elle a également accusé une alliance entre macronistes, la droite et les socialistes d’avoir voté en faveur d’un pacte asile-immigration qu’elle qualifie d' »infâme ».

De plus, elle a qualifié le programme du Rassemblement National de « vide sidéral », reprochant à leur tête de liste, Jordan Bardella, de ne pas avoir déposé suffisamment d’amendements lors de son mandat au Parlement européen.

Manuel Bompard, coordinateur national de LFI, a également pris la parole pour critiquer le candidat des socialistes, Raphaël Glucksmann, l’accusant de vouloir « une élection sans le peuple pour préparer le retour de François Hollande ».

Le meeting a également été marqué par les propos de Rima Hassan, militante franco-palestinienne controversée, appelant à mettre fin à l’accord d’association entre l’UE et Israël, conditionné selon elle au respect des droits humains.

Ce meeting à Montpellier, ville où Jean-Luc Mélenchon avait obtenu un fort soutien lors de la présidentielle de 2022, a rassemblé environ 1 000 personnes selon les organisateurs. Depuis leur premier meeting à Villepinte le mois dernier, les Insoumis ont prévu 60 réunions publiques à travers la France.

Lire Plus

France

Emmanuel Macron condamne fermement l’attaque de l’Iran contre Israël

Article

le

Emmanuel Macron condamne fermement l'attaque de l'Iran contre Israël

Emmanuel Macron a « condamné avec la plus grande fermeté l’attaque sans précédent lancée par l’Iran contre Israël » et appelé « à la retenue » les parties prenantes, dans un message publié dimanche sur X.

Le président français, Emmanuel Macron, a réagi avec fermeté à l’attaque lancée par l’Iran contre Israël, la qualifiant d’ « attaque sans précédent » qui risque de déstabiliser la région. Dans un message publié sur X dimanche, il a exprimé sa solidarité avec le peuple israélien et a réaffirmé l’engagement de la France envers la sécurité d’Israël et la stabilité régionale. Macron a également appelé toutes les parties impliquées à faire preuve de retenue.

L’Iran a lancé plus de 200 drones et missiles contre Israël dans la nuit de samedi à dimanche, en représailles à une frappe contre son consulat à Damas. Cependant, l’armée israélienne a affirmé que cette attaque avait été « déjouée ».

Le G7, dont la France est membre, tiendra une réunion en vidéo-conférence dimanche après-midi pour discuter de cette attaque. Le gouvernement italien, président actuel du G7, a souligné la nécessité d’éviter une escalade militaire et de promouvoir la prudence. Le Conseil de sécurité de l’ONU tiendra également une réunion d’urgence, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, ayant qualifié cette situation d' »escalade grave ».

Lire Plus

Les + Lus