Nous rejoindre sur les réseaux

Politique

Législatives : la Macronie et la Nupes à couteaux tirés

Article

le

legislatives:-la-macronie-et-la-nupes-a-couteaux-tires

A cinq jours du premier tour des législatives, la campagne tourne au vinaigre entre les camps d’Emmanuel Macron et de Jean-Luc Mélenchon qui a fait une percée dans le vote des Français de l’étranger.

Le ton n’a cessé de monter pendant tout le week-end de Pentecôte, la cheffe de file du RN Marine Le Pen revenant dans l’arène pour attaquer à la fois Emmnanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon avec qui elle se dispute la place de premier opposant.

Le patron de La République en marche, Stanislas Guérini, a appelé lundi à faire campagne « encore plus fort » en vue du premier tour dimanche.

« Maintenant il faut gagner. On doit se rassembler face au cartel mélenchoniste », a insisté Stanislas Guérini, pour qui la Nupes, « c’est la soumission à Jean-Luc Mélenchon » et « la sortie déguisée de l’Europe, la sortie de l’Otan » et « du nucléaire ».

Emmanuel Macron devrait faire plusieurs déplacements cette semaine pour « illustrer les priorités du quinquennat », axés « sur la jeunesse et sécurité du quotidien » après la santé et l’éducation la semaine passée, a indiqué son entourage.

La Première ministre Elisabeth Borne donnera elle une longue interview à France Bleue après un week-end de campagne dans sa circonscription du Calvados, accompagnée samedi d’Edouard Philippe.

Les candidats de la macronie sont arrivés majoritairement en tête chez les Français de l’étranger mais la Nupes a réalisé une percée, en se qualifiant dans 10 circonscriptions sur 11, au lieu de 5 en 2017.

Illustration de cette dynamique, un pilier de la macronie et député sortant, Roland Lescure, est arrivé en tête (35,08%) mais avec 22 points de moins qu’en 2017 et talonné par la candidate de la Nupes Florence Roger (33%).

Après cette avancée, Manuel Bompard, bras droit de Jean-Luc Mélenchon, a répété « croire fort » à la possibilité d’une majorité de la Nupes à l’Assemblée, pour que M. Mélenchon devienne « Premier ministre ».

Il a adressé une réponse peu amène à Emmanuel Macron qui a affirmé qu' »aucun parti politique ne peut imposer un nom au président »: « si bonhomme, tu vas le nommer! », a affirmé le bras droit de Jean-Luc Mélenchon.

Une envolée qui a immédiatement déclenché l’ire des macronistes, à commencer par la porte-parole du gouvernement, Olivia Grégoire. « Vous bafouez sans vergogne le respect républicain le plus élémentaire », a-t-elle jugé sur Twitter.

Appels à la mobilisation

Jean-Luc Mélenchon s’est attiré de nouvelles foudres en tweetant « la police tue » après un contrôle à l’issue duquel une passagère a été tuée par des tirs policiers samedi à Paris.

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin s’est insurgé contre ces déclarations, estimant qu’insulter les forces de l’ordre « déshonore ceux qui veulent gouverner ».

Marine Le Pen a elle aussi vivement attaqué son rival de gauche: « A quelques jours de sa retraite politique, il fait donc le choix du déshonneur en rompant définitivement avec les valeurs de la République française », a cinglé Mme Le Pen.

La finaliste de la présidentielle a également visé le président réélu, assurant dimanche qu’il était « encore temps d’empêcher Macron de disposer de tous les pouvoirs » et de « vaincre la malédiction d’un mode de scrutin injuste, qui maintient en place un système vermoulu », multipliant les appels à la mobilisation.

« Non seulement allez voter mais donnez-moi 100 à 150 députés. Aidez-moi à vous aider », a-t-elle plaidé alors que son électorat, classes populaires et jeunes en tête, est plus enclin que d’autres à s’abstenir et que jusqu’à présent elle ne parlait que de 15 voire 60 députés.

La candidate d’extrême droite sera dans le Loiret mardi pour soutenir le candidat RN Thomas Ménagé, en position de l’emporter face… à l’ancien ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer.

L’ex-ministre s’est fait asperger samedi de crème chantilly par deux enseignants et a reçu le soutien de la classe politique qui dénonce les violences régulières à l’encontre d’élus.

Poursuivis pour « violences en réunion n’ayant pas entraîné d’incapacité totale de travail », les deux enseignants ont expliqué ne pas avoir prémédité leur acte et dénoncent sur Twitter une Education nationale « en chute libre » alors que M. Blanquer « a lui son parachute pour les législatives ».

Jean-Luc Mélenchon et la Nupes tiendront mardi une conférence de presse pour présenter leurs propositions économiques.

Europe

Européennes: Manon Aubry (LFI) dénonce le « racket social » du gouvernement

Article

le

Européennes: Manon Aubry (LFI) dénonce le "racket social" du gouvernement

À Montpellier ce dimanche, Manon Aubry, tête de liste des Insoumis aux élections européennes, a vivement critiqué ce qu’elle a qualifié de « racket social » perpétré par le gouvernement.

Lors d’un meeting à Montpellier dimanche, Manon Aubry, tête de liste des Insoumis aux élections européennes, a vivement critiqué ce qu’elle a qualifié de « racket social » perpétré par le gouvernement. Elle a appelé à faire des élections du 9 juin un « référendum contre ces nouvelles règles d’austérité ».

Manon Aubry a vivement critiqué les politiques d’austérité imposées par l’Union européenne et mises en œuvre par le gouvernement français. Elle a également accusé une alliance entre macronistes, la droite et les socialistes d’avoir voté en faveur d’un pacte asile-immigration qu’elle qualifie d' »infâme ».

De plus, elle a qualifié le programme du Rassemblement National de « vide sidéral », reprochant à leur tête de liste, Jordan Bardella, de ne pas avoir déposé suffisamment d’amendements lors de son mandat au Parlement européen.

Manuel Bompard, coordinateur national de LFI, a également pris la parole pour critiquer le candidat des socialistes, Raphaël Glucksmann, l’accusant de vouloir « une élection sans le peuple pour préparer le retour de François Hollande ».

Le meeting a également été marqué par les propos de Rima Hassan, militante franco-palestinienne controversée, appelant à mettre fin à l’accord d’association entre l’UE et Israël, conditionné selon elle au respect des droits humains.

Ce meeting à Montpellier, ville où Jean-Luc Mélenchon avait obtenu un fort soutien lors de la présidentielle de 2022, a rassemblé environ 1 000 personnes selon les organisateurs. Depuis leur premier meeting à Villepinte le mois dernier, les Insoumis ont prévu 60 réunions publiques à travers la France.

Lire Plus

France

Emmanuel Macron condamne fermement l’attaque de l’Iran contre Israël

Article

le

Emmanuel Macron condamne fermement l'attaque de l'Iran contre Israël

Emmanuel Macron a « condamné avec la plus grande fermeté l’attaque sans précédent lancée par l’Iran contre Israël » et appelé « à la retenue » les parties prenantes, dans un message publié dimanche sur X.

Le président français, Emmanuel Macron, a réagi avec fermeté à l’attaque lancée par l’Iran contre Israël, la qualifiant d’ « attaque sans précédent » qui risque de déstabiliser la région. Dans un message publié sur X dimanche, il a exprimé sa solidarité avec le peuple israélien et a réaffirmé l’engagement de la France envers la sécurité d’Israël et la stabilité régionale. Macron a également appelé toutes les parties impliquées à faire preuve de retenue.

L’Iran a lancé plus de 200 drones et missiles contre Israël dans la nuit de samedi à dimanche, en représailles à une frappe contre son consulat à Damas. Cependant, l’armée israélienne a affirmé que cette attaque avait été « déjouée ».

Le G7, dont la France est membre, tiendra une réunion en vidéo-conférence dimanche après-midi pour discuter de cette attaque. Le gouvernement italien, président actuel du G7, a souligné la nécessité d’éviter une escalade militaire et de promouvoir la prudence. Le Conseil de sécurité de l’ONU tiendra également une réunion d’urgence, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, ayant qualifié cette situation d' »escalade grave ».

Lire Plus

France

Fonction publique : Stanislas Guerini veut « lever le tabou du licenciement »

Article

le

Fonction publique : Stanislas Guerini veut « lever le tabou du licenciement »

Le ministre de la Transformation et de la Fonction publique a ouvert, mardi 9 avril, la concertation avec les collectivités, les hôpitaux et les syndicats pour réformer la fonction.

C’est une petite phrase qui suscite l’ire des syndicats. Stanislas Guerini a lancé, ce mardi 9 avril à Paris, la concertation autour de la réforme de la fonction publique, qui doit être présentée en conseil des ministres, cet automne. Ce projet de loi vise notamment à accentuer la rémunération des fonctionnaires au mérite et faciliter les mutations dans les trois branches de la fonction (État, collectivité, hôpitaux).

« Je veux qu’on lève le tabou du licenciement dans la fonction publique », a confié le ministre de la Transformation et de la Fonction publique, pointant du doigt une « culture de l’évitement sur ces sujets-là ».

« C’est un dévoiement du statut de la fonction publique que de considérer que, au nom de la garantie de l’emploi, on ne puisse pas se séparer d’un agent qui ne ferait pas son boulot. La justice, c’est de récompenser les agents qui sont engagés et de sanctionner ceux qui ne font pas suffisamment leur travail », a-t-il ajouté.

Selon les chiffres du ministère, rapportés par Le Parisien, treize licenciements pour insuffisance professionnelle ont eu lieu en 2023 dans la fonction publique, pour 2,5 millions d’agents.

Dans un document présenté ce mardi aux syndicats et aux employeurs, le gouvernement a détaillé une série de mesures qu’il envisage de glisser dans son projet de loi : maintien systématique de la rémunération en cas de mutation, octroi facilité d’un « emploi pérenne » aux apprentis, élargissement de la palette de sanctions face à une « insuffisance professionnelle »…

« Le statut de la fonction publique, ce n’est pas le statu quo, ce n’est pas l’égalitarisme. Il faut le faire évoluer, le moderniser. On a des agents pleinement dans le XXI siècle, mais un système qui est parfois resté bloqué dans les années 1980 », appuie le ministre.

Les huit syndicats ont dénoncé, lundi 8 avril, dans un communiqué commun une réforme « dogmatique » et qui ne répondrait « à aucune des préoccupations des agents publics ». L’Unsa-FP juge notamment que les priorités pour les agents sont « celles de leur pouvoir d’achat et de leurs conditions de travail ». « Plutôt qu’un projet de loi, c’est un engagement budgétaire qui est nécessaire », soutient-il.

La concertation doit se poursuivre jusqu’à l’été, avant une présentation du projet de loi à la rentrée. Deux autres réunions plénières avec les syndicats doivent se tenir le 14 mai et le 20 juin prochains.

Lire Plus

Les + Lus