Nous rejoindre sur les réseaux

Sports

Le sport retourne sous cloche, nouveau coup dur

Article

le

le-sport-retourne-sous-cloche,-nouveau-coup-dur

Le sport professionnel va continuer pendant ce nouveau confinement qui débute dès vendredi, mais le huis clos imposé partout en France, s’il perdure, menace à terme les finances de clubs exsangues, qui demandent déjà de l’aide.

L’inquiétude n’est pas nouvelle. Depuis des semaines voire des mois pour certains, les clubs professionnels, du football en passant par le rugby, le hand ou le basket, ont appris à vivre avec un public clairsemé, réglé par une jauge variant de 1.000 à 5.000 personnes selon les régions et leur niveau sanitaire, bien loin de leur niveau d’antan.

Le couvre-feu décidé depuis la mi-octobre dans certaines métropoles avait déjà imposé le huis clos pour des rencontres se disputant à des horaires tardifs. Mais là, il risque de s’installer pour longtemps.

« Cette absence de revenus issus de la billetterie était déjà un problème depuis la reprise pour le sport pro », rappelle Virgile Caillet, délégué général de l’Union sport et cycles.

« Ce n’est finalement pas très différent de ce qu’on connaît depuis quelques semaines. Mais plus ça dure, plus c’est pire. En même temps personne n’était dupe, on se doutait que ça allait s’installer dans la durée. L’enjeu maintenant, au-delà des jauges, ça va être les mesures de soutien économique », explique-t-il.

« ça coince avec l’UE »

Une enveloppe de 107 millions d’euros a bien été débloquée après des semaines de négociations entre le ministère des Sports et Bercy pour aider les clubs durement touchés et compenser cette perte de billetterie. « Mais ça coince avec l’UE », explique une source proche des négociations. « Cette aide est effectivement soumise à l’autorisation de l’UE, et des démarches ont été engagées dans ce sens, mais ce sont des démarches longues », fait-on savoir au ministère des Sports.

Quoi qu’il en soit, la question des aides va prendre un peu plus d’ampleur avec ce nouveau huis clos. « Et le montant débloqué risque de devenir assez vite insuffisant », assure cette source.

Évidemment tous les sports ne sont pas touchés de la même façon. Le rugby par exemple, qui tire près de 60% de ses revenus de la billetterie, des hospitalités qui vont avec, et du sponsoring, et seulement 20% des droits TV, va se retrouver dans une situation très compliquée. Dès le début de l’été, la LNR avait d’ailleurs prévenu que son sport « ne survivrait pas » à la prolongation des huis clos.

« Je ne sais pas combien de temps nous pourrons tenir économiquement en jouant à huis clos, je n’ai pas fait les calculs. Ce qui est sûr, c’est qu’il va falloir que l’Etat nous aide, comme il a aidé d’autres industries du spectacle », estime le président du CA Brive, Simon Gilham.

Pas « au-delà de 2020 » sans aides

« Une pandémie a un début et une fin. En attendant, il faut que ça continue. Après, le huis clos va induire la nécessité d’aides supplémentaires. Autrement, on ne pourra pas envisager jouer au-delà de la fin de l’année 2020 », s’alarme lui Bernard Pontneau, président du club de rugby de Pau.

Le son de cloche n’est pas vraiment différent pour le volley, le handball ou le basket, qui a lui décidé de se mettre en pause à partir de ce week-end, le huis clos n’étant pas tenable économiquement.

« Sans prise en charge du modèle économique, on est déjà au bout. C’est déjà une hérésie sportive vis a vis d’un spectacle vivant et des partenaires, mais je n’ose pas imaginer qu’il n’y ait pas d’accompagnement », s’inquiète Philippe Dallard, président du club de handball de Toulouse (D1). « Le huis clos, on en a marre. On ne peut pas continuer de jouer à huis clos, on n’est pas retransmis à la télé, ce n’est pas comme le foot », s’exaspère lui Jean Azéma, co-président des Spacers de Toulouse (Volley, Ligue A).

Le football pro a lui en effet moins de billetterie-dépendance, mais a un autre souci à gérer en ce moment avec Mediapro. Le groupe sino-espagnol, détenteur des droits TV pour la L1 et la L2, n’a pas payé le versement prévu en octobre, et cherche à négocier, tout en assurant qu’il ne paierait pas les 800 millions d’euros promis cette saison. Quand les ennuis s’accumulent…

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sports

Euro 2024 : France et Pays-Bas se neutralisent (0-0) à Leipzig

Article

le

Euro 2024 : France et Pays-Bas se neutralisent (0-0) à Leipzig

Malgré sa domination, l’équipe de France, privée de Mbappé, n’est pas parvenue à prendre le dessus sur les Pays-Bas (0-0) vendredi soir à Leipzig.

Ces deux grands noms du football européen se retrouvent régulièrement ces dernières années, que ce soit en amical, en qualifications pour la Coupe du Monde et l’Euro, ou en Ligue des Nations. Ils nous avaient toujours offert au moins un but à chaque rencontre. Mais vendredi soir, pour leurs retrouvailles à l’Euro, 16 ans après la défaite sévère des Bleus face aux Néerlandais (4-1) en 2008, aucun gardien n’a eu à aller chercher le ballon dans ses filets. La France et les Pays-Bas ont terminé sur un score nul et vierge de 0-0, le premier de cet Euro 2024.

À la 69e minute, les Néerlandais ont cru ouvrir le score contre le cours du jeu grâce à Xavi Simons, mais le but a été logiquement annulé pour un hors-jeu de Denzel Dumfries qui avait interféré avec le jeu près de Mike Maignan. Le match, qui avait bien commencé, est devenu moins intéressant en seconde période. Les Bleus, en blanc pour l’occasion, ont dominé avec 63% de possession, mais n’ont pas réussi à concrétiser leurs occasions.

Antoine Griezmann, positionné en attaque aux côtés de Marcus Thuram, a été le plus dangereux pour la France. Dès la 4e minute, il a obligé Bart Verbruggen à une parade après un tir du pied gauche. À la 65e minute, Griezmann s’est retrouvé en excellente position après un service de Kanté, mais a de nouveau été stoppé par le gardien néerlandais. Capitaine en l’absence de Kylian Mbappé, Griezmann a également manqué plusieurs occasions, notamment à la 14e minute et de la tête à la 43e minute.

Malgré les efforts de Thuram, Kanté, Rabiot, Tchouaméni et Dembélé, les tentatives des Bleus n’ont pas trouvé le cadre. Les entrées d’Olivier Giroud et Kingsley Coman dans le dernier quart d’heure n’ont pas permis de débloquer la situation.

Sans un grand Mike Maignan, les Bleus auraient pu s’incliner. Dès la 1re minute, le gardien de l’AC Milan a repoussé une tentative de Jeremie Frimpong. Il a ensuite arrêté une frappe de Cody Gakpo à la 16e minute et a empêché Memphis Depay de marquer avant le but refusé de Simons.

Les Bleus, bien que supérieurs en jeu, doivent se contenter d’un nul frustrant qui ne les qualifie pas encore pour les 8es de finale. Avec 4 points après deux matchs, comme les Néerlandais, ils viseront la première place du groupe contre la Pologne, désormais éliminée, mardi à 18h00. Peut-être avec le retour de Mbappé sur le terrain.

Lire Plus

Sports

Euro 2024 : Les Bleus débutent par une victoire mais perdent Mbappé sur blessure

Article

le

Euro 2024 : Les Bleus débutent par une victoire mais perdent Mbappé sur blessure

Les Bleus ont assuré l’essentiel ce lundi lors de leurs débuts à l’Euro 2024, s’imposant sur la plus courte des marges devant l’Autriche (1-0). Toutefois, la crainte est de mise car l’équipe de France a probablement perdu sur blessure Kylian Mbappé.

Ce lundi, les Bleus ont abordé par le bon bout leur premier match de l’Euro 2024 à Düsseldorf contre l’Autriche. Grâce entre autres à N’Golo Kanté et Adrien Rabiot, phénoménaux au milieu de terrain, les Français sont bien rentrés dans le match. Ils se sont procurés une première occasion, toutefois manquée par Kylian Mbappé (9ème). Dans un soir sans, le capitaine tricolore a oublié Marcus Thuram, mieux placé, tandis qu’en seconde période, il a perdu un duel après avoir pris de vitesse la défense autrichienne (55ème). Deux minutes plus tôt, Marcus Thuram a aussi loupé le coche, manquant de lober Patrick Pentz (53ème).

Chanceux, le dernier rempart de Das Team en a eu nettement moins en première période lorsque son défenseur Maximilian Wöber a détourné dans ses propres filets un centre en retrait de Kylian Mbappé (1-0, 38ème). Tout heureux d’avoir contribué à l’ouverture du score en faveur de l’équipe de France, le néo-Madrilène a néanmoins vécu une fin de soirée cauchemardesque. Victimes de coups bas avant lui, Mike Maignan sur une sortie au sol et Antoine Griezmann, ouvert au cuir chevelu, ont donné de leur personne. Il s’agissait des prémisses d’un épisode encore plus dramatique.

Dans la surface autrichienne, lors d’un duel aérien, Kylian Mbappé a percuté l’épaule de Kevin Danso. Verdict : nez cassé. Les journalistes de beIN SPORTS l’ont annoncé une trentaine de minutes après le coup de sifflet final, le capitaine des Bleus ralliera l’hôpital cette nuit pour y subir une opération. On ignore encore pour le moment l’étendue des dégâts et la durée d’indisponibilité de l’attaquant tricolore. « Son nez n’est pas bien du tout. On va voir, c’est évidemment le point noir de cette soirée. Même si c’est qu’un nez c’est très embêtant pour nous, » a réagi la mine déconfite Didier Deschamps après le match.

La France a empoché les trois points et partage la tête du groupe D en compagnie des Pays-Bas, quatre jours avant la confrontation entre ces deux nations à la Red Bull Arena de Leipzig. Mais cela passe au second plan, les supporters des Bleus retiennent leur souffle.

Lire Plus

Sports

Roland-Garros : Alcaraz, un rêve devenu réalité

Article

le

Roland-Garros : Alcaraz, un rêve devenu réalité

Carlos Alcaraz a réalisé son rêve en remportant le tournoi de Roland-Garros ce dimanche en cinq manches face à Alexander Zverev.

Carlos Alcaraz a concrétisé son rêve en remportant le tournoi de Roland-Garros ce dimanche après un match acharné de cinq manches contre Alexander Zverev. Au-delà de son premier sacre à Paris, l’Espagnol a impressionné par sa précocité phénoménale.

Dès la fin des quarts de finale, il était certain qu’un nouveau joueur allait inscrire son nom au palmarès de Roland-Garros. Finalistes pour la première fois sur la terre battue parisienne, Alexander Zverev et Carlos Alcaraz se sont affrontés pour la dixième fois en carrière. L’Allemand menait 5-4 dans leurs confrontations, un bilan serré annonciateur d’un duel intense sur le court Philippe-Chatrier.

Comme cela lui est arrivé à trois reprises durant sa quinzaine à la Porte d’Auteuil, Alexander Zverev a eu du mal à entrer dans son match. Impressionnant au service en demi-finale contre Casper Ruud, le numéro 4 mondial a cédé trois fois sa mise en jeu dans le premier set (3-6). Cependant, il a ensuite montré un visage totalement différent lors des deux manches suivantes, retrouvant un pourcentage supérieur à 80 % au service dans le second set et profitant des nombreuses fautes directes de « Carlitos » dans le troisième acte pour inverser la tendance (6-2, 7-5).

Cependant, ce match s’annonçait serré et Carlos Alcaraz a violemment réagi dans le quatrième set, infligeant un cinglant 6-1 à son adversaire. La manche ultime a alors débuté entre deux joueurs ayant chacun gagné dix de leurs onze rencontres disputées en cinq manches à Roland-Garros. Plus frais physiquement après 3h23 de bataille acharnée, Carlos Alcaraz a fini par assommer Zverev, le breakant à 1-1 et sauvant ensuite quatre balles de débreak pour s’imposer définitivement. Par sa puissance et plusieurs coups magiques, Alcaraz a pris la mesure d’Alexander Zverev en 4h20 (6-3, 2-6, 5-7, 6-1, 6-2).

Alexander Zverev a perdu sa deuxième finale en Grand Chelem contre un Carlos Alcaraz qui a réalisé son rêve de triomphe à Roland-Garros lors de sa première finale aux Internationaux de France. À 21 ans, Alcaraz s’adjuge un troisième titre majeur en autant de finales, devenant ainsi le plus jeune tennisman de l’histoire à soulever trois titres du Grand Chelem sur trois surfaces différentes. L’Open d’Australie demeure l’unique majeur à lui résister, mais ce succès retentissant lui donnera sans doute l’envie de conquérir Wimbledon dans moins d’un mois, où il sera le tenant du titre et l’homme à abattre.

Lire Plus

Les + Lus