Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Le plus grand producteur de vin indien en quête de millions à la Bourse

Article

le

le-plus-grand-producteur-de-vin-indien-en-quete-de-millions-a-la-bourse

Le plus grand producteur de vin indien, Sula Vineyards, se lance sur le marché boursier, pariant sur la diversification des goûts d’une classe moyenne urbaine en plein essor, dans un pays qui privilégie depuis longtemps les spiritueux.

« L’heure du vin a sonné », insiste Rajeev Samant, fondateur et PDG de Sula Vineyards. 

Lorsque ce diplômé de l’université de Stanford est rentré de Californie, il a d’abord essayé de cultiver des roses et des mangues sur les terres familiales, près de Nashik, une vieille cité sainte, à environ 160 kilomètres du centre financier de Bombay. 

« Là où se trouve Sula aujourd’hui, il n’y avait que des prairies. Il y avait des léopards et des serpents. Il n’y avait pas d’électricité, pas de ligne téléphonique », comme un siècle auparavant, raconte M. Samant.

« J’ai vu une certaine beauté ici, quelque chose dans ce lieu qui m’a vraiment captivé », dit-il.

Marqué par ses visites dans la région viticole de la Napa Valley, en Californie, M. Samant a décidé de « produire un vin décent et buvable ici même en Inde ». 

L’Inde est l’un des plus grands producteurs de raisins au monde et Nashik l’une de ses régions clés, mais à l’époque, la production était constituée uniquement de raisins de table pour la consommation et de raisins secs, plutôt que de raisins de cuve.

Le vin représente moins d’un pour cent de l’énorme marché indien des boissons alcoolisées, les spiritueux ayant la faveur dans le pays de 1,4 milliard d’habitants.

Nommé en l’honneur de sa mère Sulabha, les premiers ceps du vignoble ont été plantés en 1996, puis un vaste complexe hôtelier a été érigé dans l’espoir de faire de Nashik la capitale indienne du vin. 

Souscription prochaine

A Bombay, l’homme d’affaires Parimal Nayak a séjourné dans le vignoble avec sa famille pour célébrer son 44e anniversaire. « Les vins Sula se sont beaucoup améliorés (…) et l’ambiance est agréable », selon lui.

La consommation de vin en Inde, négligeable en 1995, a augmenté avec les femmes actives qui se sont mises à en boire, mais les volumes ne représentaient encore que 20 millions de litres l’année dernière, selon l’Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV).

Les revenus de Sula ont connu, ces dix dernières années, une croissance annuelle moyenne de plus de 13%. Ils s’élevaient à 4,5 milliards de roupies (53 millions d’euros) avec un bénéfice net de 521 millions de roupies (6 millions d’euros) au dernier exercice. 

Mercredi prochain, Sula Vineyards ouvrira la souscription de son introduction Bourse, visant à céder environ un tiers de parts de la société qui pourrait rapporter jusqu’à 9,6 milliards de roupies (110 millions d’euros) et la valoriserait à environ 333 millions d’euros. 

M. Samant, 55 ans, prévoit de vendre environ 5% de sa participation de 27%. 

Mais plusieurs introductions en Bourse récentes ont échoué – comme la société du paiement en ligne Paytm qui a perdu les trois quarts de sa valeur depuis son introduction en Bourse il y a un an – étant surévaluées selon les analystes. 

L’ancien pionnier du vin Indage Vintners s’est retiré de la cote en 2011 accusant des dettes et des problèmes de trésorerie.

« Le dernier verre de vin »

Dans son prospectus d’introduction en Bourse, Sula a mis en garde contre le risque de « conditions climatiques défavorables » affectant la qualité du raisin.

Les agriculteurs de Nashik signalaient déjà des inondations et des sécheresses il y a près de dix ans, rappelle Prutha Vaze, responsable du programme climatique du World Resources Institute India, basé à Bombay. 

Des températures moyennes plus élevées accélèrent le mûrissement des raisins, accompagné d’une baisse de l’acidité, d’une augmentation des sucres et par conséquent du taux d’alcool dans le vin. 

Ces changements ont une incidence sur l’équilibre délicat des saveurs. Si les producteurs ne s’adaptent pas à l’évolution du climat, « il se pourrait qu’un jour  (…) nous buvions le tout dernier verre de vin », prévient Mme Vaze. 

Selon Ajit Balgi, fondateur de la société de conseil en vins et spiritueux The Happy High, basée à Bombay, les vins indiens les plus chers sont parvenus à une qualité de niveau international, même s’ils ont « un style indien ».

« Ils n’ont pas le même goût qu’un vin australien ou français », dit-il, « l’Inde est trop proche de l’équateur, donc les raisins que nous choisissons sont les plus mûrs ».

Les nouveaux buveurs ont tendance à préférer les vins « plus confiturés », explique-t-il, « leur première expérience du vin est celle de la sangria ». 

Mais Sula pourrait surtout subir la concurrence croissante des vins étrangers, qui représentent actuellement 17% du marché indien. 

Un récent accord commercial avec son plus grand fournisseur, l’Australie, réduira les droits d’importation de certains vins, qui sont actuellement de 150%. 

Mais, selon M. Balgi, le plus grand obstacle à l’expansion du vin indien reste son coût. 

« Le prix d’un vin indien basique est comparable à celui d’une bouteille de rhum ou de whisky de base », rappelle-t-il, « la consommation de vin en Inde est faible parce que la population n’en a pas les moyens ».

Europe

Européennes : Débat tendu entre Gabriel Attal et Jordan Bardella à deux semaines des élections

Article

le

Européennes : Débat tendu entre Gabriel Attal et Jordan Bardella à deux semaines des élections

Le Premier ministre Gabriel Attal et le président du RN, Jordan Bardella, se sont affrontés lors d’un débat animé sur France 2, illustrant les profondes divergences politiques entre leurs camps respectifs.

Jeudi soir, le Premier ministre Gabriel Attal et le président du Rassemblement National (RN), Jordan Bardella, se sont affrontés lors d’un débat en prime time sur France 2. À deux semaines des élections européennes, ce face-à-face a été marqué par des échanges vifs et des divergences claires sur des sujets clés tels que l’Europe, l’immigration et l’environnement.

Pendant environ 1h20, les deux jeunes leaders politiques, Gabriel Attal, 35 ans, et Jordan Bardella, 28 ans, ont débattu avec passion. Le Premier ministre n’a pas manqué de critiquer les revirements du RN sur des questions fondamentales comme l’Europe et l’euro : « Je ne suis pas comme vous, moi, à changer d’avis sur tout. À ne pas assumer des déclarations passées, » a-t-il lancé à Bardella.

En réponse, Bardella a attaqué le bilan du gouvernement, en déclarant : « Qu’il y ait des questionnements sur le projet que nous portons pour le pays que nous voulons mettre en œuvre, c’est un fait. En revanche, il n’y a pas de doute sur le bilan qui est le vôtre. »

Le débat a révélé des lignes de fracture profondes sur des sujets tels que le marché unique, les droits de douane, les véhicules électriques, l’immigration et la défense. Un des échanges les plus tendus a concerné les liens du RN avec la Russie. Gabriel Attal a accusé le parti de Le Pen de compromettre l’Europe : « Votre parti, celui de Mme Le Pen et de Jean-Marie Le Pen, avait besoin d’argent. La Russie avait besoin d’un parti en Europe pour justement affaiblir l’Europe de l’intérieur, » a-t-il déclaré.

Jordan Bardella a répliqué en dénonçant des attaques « sous la ceinture » de la part du Premier ministre.

Sur le thème de l’immigration, Attal a critiqué la présentation du RN qui, selon lui, stigmatise les étrangers : « Avec la présentation que vous faites du sujet, on a le sentiment en vous écoutant que derrière chaque étranger, chaque immigré, il y a un délinquant et un terroriste en puissance. »

Bardella a rétorqué en affirmant que la criminalité est liée à une mauvaise gestion des flux migratoires.

Les positions opposées sur l’environnement ont également été mises en lumière, avec Bardella critiquant les « ambitions environnementales irréalistes » du gouvernement, notamment l’interdiction des véhicules thermiques en 2035. Attal a défendu cette mesure, soulignant la nécessité de réduire la dépendance au pétrole et de lutter contre la pollution.

Le débat, diffusé également sur les chaînes YouTube Hugodecrypte et « C quoi l’info ? » de France Télévisions, visait à capter une audience plus jeune.

La tenue de ce débat à deux a suscité des critiques de la part des autres partis politiques. Le premier secrétaire du PS Olivier Faure et le président des Républicains (LR) Eric Ciotti ont exprimé leur mécontentement auprès de l’Arcom, le régulateur de l’audiovisuel, demandant une égalité de traitement pour tous les partis.

Ce débat a illustré l’importance des prochaines élections européennes et les enjeux politiques majeurs qui en découlent, avec un RN en position de favori selon les sondages.

Lire Plus

Monde

Iran : Des milliers de personnes rendent hommage au président Ebrahim Raïssi à Birjand

Article

le

Iran : Des milliers de personnes rendent hommage au président Ebrahim Raïssi à Birjand

Des milliers de personnes ont défilé à Birjand pour les cérémonies funéraires d’Ebrahim Raïssi, décédé dans un accident d’hélicoptère, avant son inhumation dans sa ville natale.

Jeudi, des milliers de personnes se sont rassemblées à Birjand, dans l’est de l’Iran, pour rendre un dernier hommage au président Ebrahim Raïssi, décédé dans un crash d’hélicoptère. L’ancien président, également ayatollah, sera inhumé dans le principal mausolée chiite du pays, celui de l’imam Reza, à Mashhad, un lieu de pèlerinage pour des millions de fidèles.

Raïssi, qui dirigeait l’Iran depuis 2021, est mort à 63 ans lorsque l’hélicoptère le transportant s’est écrasé alors qu’il se rendait à Tabriz après l’inauguration d’un barrage à la frontière avec l’Azerbaïdjan. Sept autres personnes, dont le ministre des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian, ont également péri dans l’accident.

À Mashhad, la ville natale de Raïssi, des portraits géants du défunt président et des drapeaux noirs ont été installés, notamment autour du sanctuaire de Reza. Mercredi, une immense foule s’était déjà rassemblée à Téhéran pour honorer la mémoire du président, célébré comme un « martyr ».

Le jour des funérailles a été déclaré férié, et les cérémonies ont commencé par une prière dirigée par le guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei. Raïssi doit être enterré jeudi dans le sanctuaire de Shah Abdolazim, au sud de Téhéran.

Ces funérailles rappellent les grands rassemblements de la République islamique, comme celui qui a suivi la mort du général Qassem Soleimani en 2020. Les quotidiens conservateurs ont salué des « adieux épiques » pour Raïssi, tandis que les journaux réformateurs ont opté pour des titres plus sobres.

Des dirigeants de pays du Moyen-Orient, d’Afrique du Nord et d’Asie, y compris l’émir du Qatar, ont assisté à une cérémonie d’hommage. Le président tunisien, Kaïs Saïed, a été reçu par l’ayatollah Khamenei, marquant la première visite d’un dirigeant tunisien en Iran depuis la révolution. Aucun pays de l’Union européenne n’était représenté, reflétant les tensions persistantes entre l’Iran et les pays occidentaux.

Les autorités iraniennes préparent désormais l’élection présidentielle prévue le 28 juin. Le président par intérim, Mohammad Mokhber, 68 ans, est chargé de superviser le processus. Aucune personnalité politique n’a encore déclaré sa candidature, mais le dépôt des candidatures s’ouvrira le 30 mai, suivi de la campagne électorale à partir du 12 juin.

Lire Plus

Monde

Madrid : L’Espagne, l’Irlande et la Norvège reconnaissent ensemble la Palestine comme État

Article

le

Madrid : L'Espagne, l'Irlande et la Norvège reconnaissent ensemble la Palestine comme État

En dépit des avertissements d’Israël, l’Espagne, l’Irlande et la Norvège ont décidé de reconnaître l’État palestinien, une démarche conjointe qui suscite des réactions vives.

Mercredi 22 mai, les gouvernements d’Espagne, d’Irlande et de Norvège ont annoncé leur décision de reconnaître un État palestinien. Cette déclaration conjointe intervient après la visite du Premier ministre espagnol, Pedro Sánchez, à Oslo et Dublin en avril, où les trois chefs de gouvernement ont exprimé leur volonté de reconnaître la Palestine « en étroite coordination », selon Jonas Gahr Støre, le dirigeant norvégien.

« Aujourd’hui, l’Irlande, la Norvège et l’Espagne annoncent que nous reconnaissons l’État de Palestine », a déclaré Simon Harris, le Premier ministre irlandais, qualifiant ce jour d' »historique et important pour l’Irlande et pour la Palestine ». Jonas Gahr Støre a précisé que cette reconnaissance deviendra effective le 28 mai et a lancé un « appel fort » à d’autres pays pour qu’ils emboîtent le pas. Selon l’Autorité palestinienne, 142 des 193 États membres de l’ONU reconnaissent désormais l’État palestinien.

Le Premier ministre espagnol, Pedro Sánchez, a justifié cette décision en accusant Benyamin Nétanyahou de mettre « en danger » la solution à deux États avec sa politique de « douleur et de destruction » à Gaza.

En réponse, le ministère israélien des Affaires étrangères, dirigé par Israël Katz, a annoncé le rappel « pour consultations » de ses ambassadeurs en Irlande et en Norvège. « Aujourd’hui, j’envoie un message clair à l’Irlande et à la Norvège : Israël ne restera pas silencieux sur cette question », a déclaré Katz. Il a dénoncé cette reconnaissance comme un message selon lequel « le terrorisme paie », accusant ces pays de récompenser le Hamas et l’Iran après les attaques contre les Juifs le 7 octobre.

Katz a qualifié cette démarche de « tordue », affirmant qu’elle portait « atteinte au droit d’Israël à l’autodéfense » et constituait une « injustice envers la mémoire des victimes du 7 octobre ».

Lire Plus

Les + Lus