Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Le Pérou a un nouveau président après une semaine de chaos politique

Article

le

le-perou-a-un-nouveau-president-apres-une-semaine-de-chaos-politique

Le Parlement péruvien a élu lundi le député centriste Francisco Sagasti président par intérim, après une semaine de chaos politique qui a vu la destitution du président Martin Vizcarra puis la démission de son successeur Manuel Merino.

Francisco Sagasti, un novice en politique âgé de 76 ans, a été élu président du Parlement par les députés et devient automatiquement chef de l’Etat.

Normalement, quand le président du Pérou est destitué, c’est le vice-président qui assure l’intérim. Mais le pays n’a plus de vice-président depuis une précédente crise politique survenue il y a un an, et dans ce cas c’est le président du Parlement qui devient chef de l’Etat par intérim, selon les dispositions de la Constitution.

« Ce qui manque à notre pays en ce moment, c’est la confiance. Faites-nous confiance, nous agirons comme nous le disons », a déclaré devant le Parlement M. Sagasti, qui sera officiellement investi mardi.

Francisco Sagasti a mentionné dans son intervention les deux manifestants morts samedi au cours d’une manifestation réprimée par la police. « Quand un Péruvien meurt, et plus encore s’il est jeune, c’est tout le Pérou qui est en deuil. Et s’il meurt en défendant la démocratie, le deuil est aggravé par l’indignation », a-t-il déclaré.

Elu avec 97 voix sur 123 suffrages exprimés, M. Sagasti était le seul candidat. Son mandat court jusqu’au 28 juillet 2021, date à laquelle devait s’achever celui du président Martin Vizcarra, destitué le 9 novembre.

La destitution de ce président populaire, mis en défaut par une procédure expéditive qui témoigne de la fragilité des institutions péruviennes, a plongé le pays de 33 millions d’habitants dans une énième crise politique.

Son remplaçant, l’ex-chef du Parlement Manuel Merino, a annoncé dimanche, cinq jours seulement après son accession au pouvoir, qu’il quittait ses fonctions, au lendemain d’une violente répression des manifestations exigeant son départ, qui a fait, outre les deux morts, une centaine de blessés.

Francisco Sagasti, surnommé Don Quichotte en raison de sa barbe grisonnante et de sa silhouette longiligne, a cofondé en 2016 le parti centriste Morado (Parti violet), le seul qui n’a pas voté pour la destitution de M. Vizcarra.

Cet ingénieur de formation, ex-professeur d’université ayant aussi travaillé pour la Banque mondiale, a été élu député pour la première fois en mars 2020.

Son élection a la tête du pays a été saluée par des centaines de manifestants rassemblés aux abords du Parlement, et par des concerts de klaxons dans les rues de la capitale, ont constaté des journalistes de l’AFP.

« Principes démocratiques »

« Je félicite Francisco Sagasti pour son élection à la présidence du Parlement. Seule une personne ayant des principes démocratiques pourra affronter la situation difficile que traverse le pays », a réagi M. Vizcarra sur Twitter.

C’est « le scénario idéal » pour surmonter la crise politique car M. Sagasti a été « l’un de ceux qui ont voté contre la destitution de Vizcarra », a estimé auprès de l’AFP l’ex-président de l’ONG Transparency International, José Carlos Ugaz.

Parallèlement, la députée de gauche Mirtha Vasquez a été élue présidente du Parlement. Les prochaines élections générales sont prévues le 11 avril 2021.

Martin Vizcarra, sans parti politique ni majorité au Parlement, était loué par la population pour sa lutte contre la corruption et son intransigeance à l’égard des députés.

Il s’était trouvé à la tête du pays après la démission en 2018 de son prédécesseur Pedro Pablo Kuczynski, dont il était le vice-président. Il a été démis à l’issue d’une seconde procédure de destitution, fondée sur des accusations de corruption qu’il a catégoriquement niées.

M. Kuczynski n’avait pas pu, lui non plus, aller au bout de son mandat, obligé de démissionner après avoir été mis en cause dans le scandale Odebrecht, du nom du géant brésilien du bâtiment qui a reconnu avoir versé des pots-de-vin dans plusieurs pays latino-américains.

Pas moins de quatre ex-présidents péruviens, dont un s’est suicidé, ont été impliqués dans ce scandale.

Manuel Merino, député de centre droit de 59 ans, était sorti de l’anonymat en septembre en initiant contre M. Vizcarra une première procédure de destitution qui n’avait pas abouti.

Une enquête préliminaire a été ouverte sur la mort des deux manifestants samedi, apparemment tués par des tirs de la police, mais aussi pour les « blessures graves » de dizaines d’autres.

L’ONU a également annoncé l’envoi d’une mission dans le pays pour enquêter sur de présumées violations des droits humains.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Monde

Double attaque à Jérusalem : Macron appelle à ne pas « alimenter l’engrenage de la violence »

Article

le

Double attaque à Jérusalem : Macron appelle à ne pas « alimenter l’engrenage de la violence »

Ces attentats ont fait suite à un raid militaire israélien meurtrier en Cisjordanie occupée, suivi de tirs de roquettes de Gaza vers Israël et de frappes aériennes israéliennes de représailles.

Le président français Emmanuel Macron a exhorté ce dimanche 29 janvier Israéliens et Palestiniens à ne pas « alimenter l’engrenage de la violence » après les attentats perpétrés à Jérusalem-Est et la mort d’un Palestinien, tué par des gardes israéliens.

Lors d’un entretien téléphonique avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, « le président de la République a rappelé la nécessité pour tous d’éviter des mesures susceptibles d’alimenter l’engrenage de la violence », a indiqué l’Élysée dans un communiqué.

« Il a, une nouvelle fois, exprimé sa disponibilité à contribuer à la reprise du dialogue entre les Palestiniens et les Israéliens », a souligné la présidence française.

Un « attentat abject »

Le chef de l’État a présenté ses condoléances au peuple israélien pour « les victimes de l’attaque terroriste » dans laquelle sept personnes ont trouvé la mort vendredi près d’une synagogue à Jérusalem-est.

Il a une nouvelle fois condamné cet « attentat abject », « fait part de la solidarité pleine et entière de la France avec Israël dans sa lutte contre le terrorisme » et répété « l’attachement indéfectible de la France à la sécurité » de ce pays.

Samedi, un Palestinien de 13 ans a également blessé par balles deux Israéliens à Silwan, à deux pas des remparts de la Vieille Ville.

Une attaque en réponse à un raid israélien meurtrier

Benjamin Netanyahu a promis une réponse « forte » et « solide » au « terrorisme » après les deux attaques. Dimanche, des gardes israéliens ont aussi tué un Palestinien en Cisjordanie.

Les attentats perpétrés à Jérusalem-Est ont fait suite à un raid militaire israélien meurtrier jeudi en Cisjordanie occupée, suivi de tirs de roquettes de Gaza vers Israël et de frappes aériennes israéliennes de représailles.

Lire Plus

Europe

Royaume-Uni : le Premier ministre Rishi Sunak limoge un ministre en raison de ses démêlés fiscaux

Article

le

Royaume-Uni : le Premier ministre Rishi Sunak limoge un ministre en raison de ses démêlés fiscaux

Le ministre sans portefeuille et président du Parti conservateur Nadhim Zahawi a été limogé à l’issue d’une enquête indépendante.

Le Premier ministre britannique, Rishi Sunak, a limogé le ministre sans portefeuille et président du Parti conservateur, Nadhim Zahawi, en raison d’une violation du code ministériel liée à ses démêlés fiscaux, a annoncé dimanche 29 janvier Downing Street. À l’issue d’une enquête indépendante, « il est clair qu’il y a eu une grave violation du code ministériel », a expliqué le chef du gouvernement.

« En conséquence, je vous informe de ma décision de vous démettre de vos fonctions au sein du gouvernement de Sa Majesté », a poursuivi Rishi Sunak. En limogeant Nadhim Zahawi plutôt qu’en lui demandant de démissionner, Rishi Sunak cherche à affirmer son autorité, lui qui avait promis à son arrivée à Downing Street « intégrité, professionnalisme et responsabilité ».

Le Premier ministre britannique avait chargé lundi son conseiller éthique indépendant d’enquêter pour déterminer si Nadhim Zahawi, qui siège au Conseil des ministres, avait enfreint le code ministériel dans le cadre du règlement de plusieurs millions de livres sterling qu’il a dû payer pour solder un litige avec le fisc.

Après treize ans au pouvoir, les conservateurs ont vu ces dernières années leur réputation entachée par des affaires de conflits d’intérêts, alimentant des accusations de corruption de la part de l’opposition travailliste, largement en tête des sondages.

Lire Plus

Monde

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

Article

le

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

L’ancien président américain avait été banni du réseau social après l’assaut de ses partisans contre le Congrès, le 6 janvier 2021.

Le géant des réseaux sociaux Meta a annoncé mercredi qu’il allait, dans les prochaines semaines, « mettre fin à la suspension » des comptes de Donald Trump sur Facebook et Instagram, deux ans après l’exclusion de l’ancien président américain suite à l’assaut du Capitole.

« Le public doit pouvoir entendre ce que les personnalités politiques disent afin de pouvoir faire des choix éclairés », a justifié Nick Clegg, le responsable des affaires internationales de Meta, dans un communiqué. « Mais cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de limites à ce que les gens peuvent dire sur notre plateforme. Quand il y a un risque de préjudice dans le monde réel – un risque élevé qui justifie une intervention de Meta dans le débat public – nous agissons », a-t-il précisé.

L’ex-chef d’État américain avait été exclu du réseau social le 7 janvier 2021, alors qu’il était encore au pouvoir, pour avoir encouragé ses partisans lors de l’attaque du Congrès à Washington la veille, une décision sans précédent, imitée à l’époque par la plupart des réseaux sociaux grand public, dont Twitter.

En juin 2021, Facebook avait décidé que l’exclusion durerait deux ans, et que le milliardaire républicain ne pourrait revenir que quand les « risques pour la sécurité du public » auraient « disparu ».

La suspension « devrait ne plus jamais arriver à un président en exercice ou à qui que ce soit qui ne mérite pas de sanctions ! », a réagi Donald Trump depuis son compte sur Truth Social, le réseau social qu’il a lancé l’an dernier.

La semaine dernière, l’ancien président avait officiellement demandé à pouvoir retourner sur Facebook. Son avocat avait adressé une lettre au fondateur et président de Meta, Mark Zuckerberg, l’appelant à ne pas « réduire un candidat à la présidentielle au silence ».

L’homme politique avait déjà été réadmis sur Twitter le 19 novembre 2022, quatre jours après avoir déclaré sa candidature à l’élection présidentielle de 2024. Il n’a toutefois pas encore publié de message sur ce compte, communiquant principalement via sa propre plateforme, Truth Social.

Lire Plus

Les + Lus