Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

L’Australie vote une loi décisive qui oblige les géants de la tech à payer les médias

Article

le

l’australie-vote-une-loi-decisive-qui-oblige-les-geants-de-la-tech-a-payer-les-medias

Le Parlement australien a finalement adopté jeudi la loi destinée à obliger les géants de la tech à payer en échange de leurs contenus d’actualité et qui, depuis des mois, suscite l’attention de gouvernements du monde entier.

Première législation de ce type, elle a été adoptée sans difficulté après que le gouvernement a accepté de faire des compromis sur les points auxquels étaient farouchement opposés les mastodontes qui dominent internet.

Quelques jours avant ce vote, Facebook et Google avaient cependant déjà fini par passer des accords avec différents médias australiens.

La manière dont les deux parties ont réussi à transiger devrait, à l’avenir, faire référence sur le reste de la planète, au moment où les groupes numériques sont dans le collimateur de gouvernements qui veulent les contraindre à payer les contenus médiatiques qu’ils diffusent sur leurs plateformes.

La loi va garantir aux groupes de presse, en grandes difficultés financières, « une rémunération équitable en échange du contenu qu’elles génèrent, contribuant ainsi à soutenir le journalisme d’intérêt public en Australie », a affirmé le gouvernement.

Google a déjà négocié des accords portant sur des millions de dollars avec les deux principaux groupes de presse australiens: News Corp. de Rupert Murdoch et Nine Entertainment.

De son côté, Facebook, encore plus réticent, était allé jusqu’à bloquer temporairement les contenus d’actualité pour manifester sa désapprobation. Il a fini en début de semaine par signer un premier accord avec le puissant groupe Seven West et d’autres négociations seraient en cours.

Tant que ces accords avec les médias locaux seront en vigueur, l’intervention d’un arbitre indépendant australien, susceptible de leur infliger de lourdes amendes, ne sera pas imposée aux géants du numérique.

Les médias australiens percevront ainsi des millions de dollars de Google et Facebook. De leur côté, les géants du numérique ont ainsi la garantie de ne pas payer des sommes plus élevées que celles sur lesquelles ils se seront entendus avec les médias.

Ces accords ouvrent une brèche sur la question de la rémunération du contenu provenant de médias par ces deux géants, qui comptent parmi les entreprises les plus rentables du monde en agrégeant le contenu provenant d’autres sources.

Facebook et Google ont chacun promis d’investir environ un milliard de dollars dans les contenus d’actualité sur les trois prochaines années.

Google a aussi promis de payer les éditeurs de presse afin d’utiliser leurs contenus dans un nouvel outil baptisé Google News Showcase, tout comme Facebook pour ceux qui apparaitront dans « News », un produit devant être déployé dans les prochains mois en Australie.

Un précédent

Cette loi est considérée comme la première dans l’âpre bataille que se livrent les géants de la tech et les autorités régulatrices nationales.

Ces groupes numériques, qui ne sont soumis à presque aucune règlementation, ont commencé à être pointés du doigt par un organisme australien chargé de la défense des consommateurs qui s’est penché sur la domination de Google et de Facebook dans le secteur de la publicité en ligne.

Sur 100 dollars de publicité dépensés par les entreprises australiennes, 49 vont à Google et 24 à Facebook, selon l’autorité australienne de la concurrence.

Une large partie des recettes publicitaires tombant dans les poches de ces géants du numérique, le secteur des médias a été contraint de supprimer des milliers d’emplois en Australie au cours de la dernière décennie.

De leur côté, les détracteurs de cette loi estiment qu’elle vise à sanctionner les entreprises innovantes et à prélever de l’argent pour les médias traditionnels, proches du pouvoir politique.

Certains ont également pointé les liens étroits entre le groupe News Corp de Rupert Murdoch et le gouvernement conservateur australien.

S’exprimant au sujet de la première mouture de la loi, Nick Clegg, le responsable des affaires publiques de Facebook, a estimé jeudi que « Facebook aurait été forcé de payer potentiellement des sommes illimitées à des conglomérats de médias multinationaux ».

Mais la loi australienne finalement adoptée ne garantit pas que l’argent récolté suffira à financer le journalisme et à sauver des médias australiens.

Aujourd’hui, « les revenus de la publicité vont à Google et Facebook, et nous n’avons pas de modèle pour financer les médias d’information à l’avenir », a ainsi écrit dans un récent blog John Quiggin, économiste à l’Université du Queensland The Conversation.

« Nous pourrions avoir besoin d’un financement public direct, peut-être financé par une taxe sur la publicité. En attendant, obliger Google et Facebook à payer pour les liens n’est pas une solution particulièrement satisfaisante, mais c’est la meilleure que nous ayons », selon lui.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Monde

Gaza : la famine s’installe dans le nord de l’enclave

Article

le

Gaza : la famine s'installe dans le nord de l'enclave

L’Agence gouvernementale américaine estime que plus de 200 000 personnes souffrent d’un manque extrême de nourriture.

La famine est déjà présente dans le nord de la bande de Gaza, selon l’Agence américaine pour le développement international. Dans son évaluation du mois mars, USAID fait état d’un niveau élevé d’insécurité alimentaire. L’agence gouvernementale estime que 70% de la population du nord de l’enclave palestinienne, soit plus de 200 000 personnes, souffre d’un manque extrême de nourriture.

Soumis à une forte pression internationale, Israël a indiqué qu’un nouveau point de passage terrestre vers nord de la bande de Gaza serait bientôt ouvert.

En attendant, la tension continue de monter dans la région, après une frappe attribuée à Tsahal sur le consulat iranien à Damas en Syrie, la semaine dernière.

« Une attaque à partir du territoire iranien serait une preuve évidente de la volonté de l’Iran de provoquer une escalade au Moyen-Orient et de cesser de se cacher derrière des mandataires, a déclaré Daniel Hagari, porte-parole de l’armée israélienne. Au cours des derniers mois, nous avons amélioré et perfectionné nos capacités offensives et nous saurons comment agir en cas de besoin. »

De leur côté, des étudiants juifs ultra-orthodoxes ont manifesté à Tel-Aviv contre la fin annoncée de leur exemption du service militaire. En ordonnant le gel des fonds publics qui leur était alloué, la Cour suprême d’Israël a mis la pression au gouvernement Netanyahu sur cette question épineuse.

Lire Plus

Économie

Pour contrer les produits chinois en Europe, la France défend l’idée de «préférence européenne»

Article

le

Pour contrer les produits chinois en Europe, la France défend l'idée de «préférence européenne»

Pour préserver l’industrie européenne face aux puissances américaine et chinoise, les Vingt-Sept doivent « éliminer les charges administratives inutiles », ont fait valoir ce lundi les ministres allemand et français de l’Économie et italien des Entreprises, lors d’une réunion organisée à Meudon.

Les ministres de l’Économie français, italien et allemand se sont réunis le lundi 8 avril en région parisienne pour définir une politique industrielle commune, notamment dans des secteurs clés tels que l’intelligence artificielle et la transition énergétique.

Bruno Le Maire, ministre français de l’Économie, a souligné le déficit commercial croissant entre la Chine et l’Europe, qui a triplé au cours des dix dernières années, passant de 100 à 300 milliards d’euros. Il a mis en avant l’inondation du marché européen par des produits chinois, notamment dans les domaines des panneaux solaires, des voitures électriques et des batteries.

Pour rééquilibrer la balance commerciale, Bruno Le Maire a proposé d’imposer une préférence européenne dans les marchés publics, suggérant des quotas de contenu européen allant jusqu’à 60% dans les appels d’offres, ainsi que des normes environnementales et de qualité plus strictes.

Si l’Italie soutient cette position, le ministre allemand de l’Économie, Robert Habeck, s’est montré plus réservé. Il a exprimé des préoccupations quant au protectionnisme, soulignant l’importance de l’ouverture des marchés et de la mondialisation. L’Allemagne, exportatrice majeure vers la Chine, craint les mesures de rétorsion et souhaite éviter une escalade dans les tensions commerciales avec Pékin.

Lire Plus

Europe

Relève de la garde croisée entre l’Élysée et Buckingham pour célébrer les 120 ans de l’Entente cordiale

Article

le

Relève de la garde croisée entre l'Élysée et Buckingham pour célébrer les 120 ans de l'Entente cordiale

Pour célébrer les 120 ans de l’Entente cordiale entre la France et le Royaume-Uni les deux pays organisent lundi une relève croisée entre l’Élysée et Buckingham Palace.

Signé en 1904, l’accord de l’Entente cordiale a joué un rôle crucial dans l’amélioration des relations franco-britanniques après les guerres napoléoniennes, établissant ainsi un fondement solide pour l’alliance entre les deux pays au sein de l’Otan.

Des Grenadiers de la maison royale britannique ont participé au cérémonial de la relève de la garde dans la cour d’honneur du Palais de l’Élysée, en présence du président français Emmanuel Macron et de l’ambassadrice du Royaume-Uni en France, Menna Rowlings. Pendant ce temps, les gardes français ont effectué le même rituel devant le palais de Buckingham, résidence du roi Charles III.

Pour la première fois dans l’histoire de l’Élysée, une troupe étrangère a été invitée à participer à ce rituel militaire, souligne la présidence française.

La cérémonie à Buckingham Palace a été suivie par des membres de la famille royale britannique, dont le duc et la duchesse d’Édimbourg, le prince Édouard et son épouse Sophie, accompagnés des chefs d’état-major britannique et français.

L’événement marque également la première participation d’un pays non membre du Commonwealth à la cérémonie de relève de la garde, habituellement réservée aux anciennes colonies britanniques anglophones.

La signature de l’Entente cordiale en 1904 a été un tournant majeur dans l’histoire franco-britannique, préparant le terrain à leur alliance pendant la Première Guerre mondiale.

Cette célébration souligne les liens historiques forts entre la France et le Royaume-Uni, malgré les tensions et les antagonismes qui ont parfois marqué leur relation au fil du temps.

Lire Plus

Les + Lus