Nous rejoindre sur les réseaux

Faits Divers

L’attaquant au hachoir mis en examen et écroué pour « tentatives d’assassinats » terroristes

Article

le

l’attaquant-au-hachoir-mis-en-examen-et-ecroue-pour-« tentatives-d’assassinats »-terroristes

Le ressortissant pakistanais accusé d’avoir grièvement blessé au hachoir deux personnes vendredi à Paris en pensant s’en prendre à l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo a été mis en examen mardi et écroué pour « tentatives d’assassinats » terroristes.

A l’issue de quatre jours de garde à vue, Zaheer Hassan Mahmoud a été présenté à un juge d’instruction qui l’a mis en examen pour « tentatives d’assassinats en relation avec une entreprise terroriste » et « association de malfaiteurs » terroriste criminelle, a indiqué le parquet national antiterroriste (Pnat). Il a été placé en détention provisoire.

Lors d’une conférence de presse dans l’après-midi, le procureur national antiterroriste Jean-François Ricard avait confirmé que l’assaillant, en s’attaquant à deux salariés de l’agence Premières Lignes, visait bien « Charlie Hebdo », dont les locaux étaient situés à cet endroit, rue Nicolas-Appert (XIe arrondissement), lors de l’attentat meurtrier de janvier 2015.

L’auteur de cet attentat islamiste a déclaré aux enquêteurs avoir regardé « ces derniers jours des vidéos en provenance du Pakistan » concernant la publication et la republication début septembre par Charlie Hebdo des caricatures de Mahomet qui en avaient fait la cible des jihadistes, a ajouté le magistrat.

Selon le procureur, certains « amis » entendus par les enquêteurs ont confirmé que l’homme « regardait abondamment ces derniers temps des vidéos de Khadim Hussain Rizvi, le fondateur et dirigeant du parti Tehreek-e-Labbaik Pakistan, dit TLP », un mouvement extrémiste pakistanais.

Un homme « en colère »

Le TLP a participé début septembre à des manifestations réunissant des milliers de personnes dans plusieurs villes du Pakistan contre Charlie Hebdo et la France après la republication des caricatures.

Son acte était prémédité, selon le Pnat: « en colère », l’intéressé avait procédé à des repérages les jours précédant l’attaque, avait acheté le matin même le hachoir, un marteau et des bouteilles de white spirit, car son « projet initial était d’entrer dans les locaux du journal, si nécessaire à l’aide du marteau, et de les incendier », selon Jean-François Ricard.

« En arrivant devant la rue, et en apercevant les victimes, il a pensé que ces dernières travaillaient pour (Charlie Hebdo) et a décidé de les attaquer (…) subitement », a-t-il affirmé.

L’employé de Premières Lignes est « toujours hospitalisé dans un état très grave » avec plusieurs fractures du crâne, tandis que sa collègue a eu « plusieurs plaies et fractures au visage ».

Interpellé place de la Bastille après les faits, Zaheer Hassan Mahmoud a passé quatre-vingt seize heures en garde à vue entre les mains des enquêteurs de la brigade criminelle et de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

L’assaillant présumé, qui déclarait initialement s’appeler Hassan Ali et être âgé de 18 ans, a été confronté à une photo d’un passeport pakistanais retrouvée dans son téléphone et a finalement déclaré s’appeler Zaheer Hassan Mahmoud et avoir 25 ans.

Ce nom était aussi celui sous lequel il avait enregistré une vidéo peu avant son acte, dans laquelle il annonçait qu’il entendait se « révolter » contre les caricatures. La vidéo a circulé sur les réseaux sociaux.

Suspects relâchés

Il dit venir de Kothli Kazi, un village du district agricole de Mandi du Pendjab au Pakistan.

Contacté par téléphone par l’AFP, Arshad Mahmoud, qui se présente comme son père, s’est dit « très heureux » et « très fier » des actes de son fils, qui a « protégé l’honneur du Prophète ».

Sous ces deux identités, l’homme était inconnu des services spécialisés. Mais il a déclaré être arrivé en France en août 2018 et, grâce à sa première identité de mineur, a bénéficié de l’aide sociale à l’enfance dans le Val-d’Oise. Son parcours a ouvert un débat politique en France sur la prise en charge des mineurs isolés.

Sa seconde identité n’a pas encore été définitivement authentifiée auprès des autorités pakistanaises.

En l’état, les enquêteurs semblent penser qu’il a agi seul: les dix personnes placées en garde à vue depuis vendredi ont toutes été relâchées.

Parmi elles figuraient un frère et plusieurs ex-colocataires de l’assaillant présumé, mais aussi « Youssef », un Algérien de 33 ans un temps suspecté d’être un complice et qui a fait, au contraire, « preuve d’un grand courage en tentant d’attraper le mis en cause pour l’arrêter », selon le procureur antiterroriste.

L’information judiciaire devra déterminer « s’il a bénéficié d’un quelconque soutien », a relevé M. Ricard.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Faits Divers

Jonathan Daval dépose plainte contre la mère et la sœur d’Alexia Fouillot pour diffamation

Article

le

Jonathan Daval dépose plainte contre la mère et la sœur d'Alexia Fouillot pour diffamation

L’avocat de Jonathann Daval, Randall Schwerdorffer, vient de déposer une plainte pour diffamation à l’encontre de son ex-belle famille, pour des propos tenus dans la série diffusée sur Canal Plus « Alexia notre fille ».

Jonathann Daval, par le biais de son avocat Me Randall Schwerdorffer, a entamé des démarches judiciaires en déposant une plainte pour « diffamation publique » contre la mère et la sœur d’Alexia Fouillot, suite aux propos tenus dans la série documentaire de Canal+ intitulée « Alexia notre fille ».

Les déclarations incriminées portent spécifiquement sur la fausse-couche d’Alexia Fouillot, précédant son meurtre pour lequel Jonathann Daval a été condamné en 2020. Stéphanie Fouillot, la sœur de la victime, aurait notamment laissé entendre dans l’épisode 4 de la série que cette fausse-couche n’était pas accidentelle, insinuant que Jonathann Daval aurait pu provoquer cette situation.

Dans sa plainte, Me Schwerdorffer souligne que ces propos laissent clairement entendre une accusation de soumission chimique de la part de Jonathann Daval envers Alexia. Une théorie qui avait été évoquée lors de l’instruction initiale de l’affaire en 2017, mais qui avait été rejetée par la justice et écartée par le médecin légiste lors du procès.

L’avocat de Jonathann Daval affirme également que la série documentaire ne donne pas la parole à la défense et avance des thèses erronées, visant ainsi à ternir la réputation de son client.

Cette plainte marque une nouvelle étape dans le feuilleton judiciaire entourant l’affaire Daval. Jonathann Daval est également en attente de son procès devant le tribunal correctionnel de Besançon le 10 avril prochain, où il est accusé de « dénonciation calomnieuse » par son ex-beau-frère Grégory Gay, qu’il avait un temps accusé du meurtre d’Alexia.

Les familles des deux parties se retrouveront donc prochainement devant les tribunaux pour régler ces litiges, alimentant ainsi une affaire qui continue de défrayer la chronique judiciaire française.

Lire Plus

Faits Divers

« Vas-y, bouffe-les ! », il ordonne à son chien d’attaquer quatre policiers

Article

le

"Vas-y, bouffe-les !", il ordonne à son chien d’attaquer quatre policiers

L’agression d’un policier par un Doberman conduit à une condamnation de six mois de prison, dont quatre avec sursis.

Un incident violent s’est produit à Mont-de-Marsan dans les Landes, où un riverain ivre a ordonné à son chien, un Doberman, d’attaquer une patrouille de policiers de la Brigade anticriminalité (Bac) le 29 janvier. L’attaque a eu pour conséquence une incapacité totale de travail (ITT) de 30 jours pour l’un des policiers.

Le soir de l’incident, les policiers ont été appelés à intervenir après avoir repéré l’homme en état d’ébriété dans sa voiture près du domicile de ses parents. Surpris par l’arrivée des forces de l’ordre, l’homme de trente ans a donné l’ordre à son chien d’attaquer les policiers, criant « vas-y, bouffe-les ! ». Bien que l’animal ne soit pas naturellement agressif, il a blessé l’annulaire d’un policier dans le chaos de l’arrestation.

Le mis en cause a été jugé le 2 février au tribunal de Mont-de-Marsan. Au cours de l’audience, il a exprimé ses remords et a expliqué traverser une période difficile, marquée par un séjour en psychiatrie et deux tentatives de suicide. « J’ai honte (…) Je m’en excuse sincèrement et je regrette amèrement », a-t-il déclaré, évoquant ses efforts pour reconstruire sa vie, notamment la recherche d’un appartement.

Le tribunal a condamné l’homme à une peine de six mois de prison, dont quatre avec sursis. La partie ferme de la peine sera purgée sous forme de surveillance électronique. La condamnation vise à responsabiliser l’individu tout en tenant compte de sa situation personnelle et de ses efforts de réhabilitation.

Lire Plus

Faits Divers

Affaire Lina: nouvelle enquête sur sa plainte pour viol en 2022

Article

le

Affaire Lina: nouvelle enquête sur sa plainte pour viol en 2022

Le parquet de Strasbourg ouvre une information judiciaire pour « viol commis sur mineure de 15 ans ».

Une information judiciaire a été ouverte pour « viol commis sur mineure de 15 ans » suite à une plainte déposée en 2022 par Lina, une adolescente disparue en Alsace en septembre dernier. La procureure de la République de Strasbourg a annoncé cette décision lundi, marquant un tournant dans l’affaire.

Lina, âgée de 15 ans, avait porté plainte pour viol en réunion en juin 2022, pour des faits survenus le mois précédent alors qu’elle n’avait que 13 ans et demi. La procédure avait initialement été classée sans suite par le parquet de Saverne au printemps 2023. Cependant, la disparition de l’adolescente en septembre 2023 a conduit à une réévaluation de la plainte.

Le parquet de Strasbourg a désormais ouvert une information judiciaire distincte de celle concernant l’enlèvement et la séquestration criminelle de Lina. Yolande Renzi, procureure de Strasbourg, a indiqué que l’enquête est en cours et est distincte de l’affaire de disparition.

Fanny Groll, la mère de Lina, et son avocat, Matthieu Airoldi, ont été informés par la procureure de Saverne du changement d’orientation de l’enquête. Me Airoldi a confirmé que sa cliente se constituerait partie civile et a exprimé son espoir que Lina puisse être entendue rapidement pour comprendre les raisons du retard dans l’ouverture de cette information judiciaire.

Vendredi, lors d’une conférence de presse, Me Airoldi avait critiqué le traitement initial de la plainte par le parquet de Saverne. Il a salué la décision actuelle, espérant que la lumière sera faite sur l’affaire et que le préjudice subi par Lina sera réparé.

Fanny Groll avait exprimé se sentir « trahie » en apprenant le classement initial de la plainte, soulignant que la justice n’avait pas protégé sa fille alors qu’elle en avait désespérément besoin.

L’enquête sur la disparition de Lina avait initialement été dirigée par le parquet de Saverne avant d’être transférée au parquet de Strasbourg.

Lire Plus

Les + Lus