Nous rejoindre sur les réseaux

Économie

La récession plus grave que prévu en France sous le coup de la 2e vague et du reconfinement

Article

le

la-recession-plus-grave-que-prevu-en-france-sous-le-coup-de-la-2e-vague-et-du-reconfinement

Sans surprise, le reconfinement va peser fort sur l’économie française et le gouvernement s’attend désormais à une récession un peu plus grave que prévu cette année, malgré le fort rebond de l’économie au troisième trimestre.

Le produit intérieur brut (PIB) devrait se contracter de 11% a indiqué vendredi le ministre de l’Economie Bruno Le Maire, alors qu’il prévoyait une baisse, déjà importante, de 10% jusqu’ici.

« On va avoir un quatrième trimestre qui va être difficile, forcément, on est confiné, l’économie française va tourner moins fort que d’habitude », a prévenu le ministre sur France Inter.

En début de semaine, il avait estimé qu’après son rebond du troisième trimestre, le PIB allait rechuter au dernier trimestre, avec une contraction de 15% de l’activité durant le confinement, du fait de la fermeture imposée des commerces, restaurants ou encore des lieux de culture.

C’est moins que lors du premier confinement, où elle avait chuté de plus de 30%, car les restrictions sont un peu moins fortes qu’au printemps, avec les établissements scolaires ouverts et une poursuite du travail plus importante grâce aux protocoles sanitaires définis ces derniers mois.

Mais avant même le reconfinement, l’économie a marqué des signes de faiblesse, avec des indicateurs dans le rouge: le moral des ménages a baissé en octobre, le climat des affaires a décliné pour la première fois depuis mai, et les perspectives d’activité des entreprises du secteur privé ont continué de se dégrader, après un premier coup d’arrêt en septembre.

Pour Selin Ozyurt, économiste chez Euler Hermes, la nouvelle prévision du gouvernement pour 2020 « suppose aussi qu’il a déjà intégré la possibilité d’un confinement au-delà de quatre semaines », sans doute plutôt « six semaines ».

Et elle craint une « double peine » pour les entreprises, car un confinement plus long amputerait la période des achats de Noël, explique-t-elle à l’AFP.

Le gouvernement compte lui sur le renforcement des mesures de soutien en vigueur pour les entreprises et les salariés, afin d’éviter licenciements et faillites, notamment dans les secteurs déjà fragilisés par le premier confinement et de nouveau durement touchés.

Il va débloquer 20 milliards d’euros pour les financer, Bruno Le Maire estimant qu’elles coûtent 15 milliards d’euros pour un mois de confinement.

Le patronat craint un « écroulement » de l’économie, a dit le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux, qui a qualifié d' »erreur » la fermeture de la plupart des commerces.

Ces mesures « ont fonctionné » au printemps, a pourtant défendu Bruno Le Maire, mettant en avant la vigueur du rebond de l’économie au troisième trimestre.

Rebond mais pas rattrapage

Le PIB a progressé de 18,2% par rapport au trimestre précédent, où il s’était effondré de 13,7% selon une première estimation publiée vendredi matin par l’Insee.

« On voit bien que dès lors que le virus ne circule plus, et le troisième trimestre le montre, la France a une capacité de rebond extraordinaire », a jugé Bruno Le Maire, appelant les Français à respecter le confinement pour endiguer au plus vite l’épidémie.

Mais le PIB est resté « nettement en dessous de son niveau d’avant-crise », a aussi souligné l’Insee. Il était en retrait de 4,3% par rapport au troisième trimestre 2019, précise l’institut, qui ne donne aucune prévision actualisée pour le dernier trimestre 2020.

L’institut table aussi toujours sur une récession de 9% cette année, prévision faite avant le reconfinement et qui reposait sur une stagnation du PIB au dernier trimestre.

Au delà du strict effet du confinement, la résurgence de l’épidémie renforce l’incertitude sur l’avenir, ce qui n’incite pas les ménages à consommer ni les entreprises à investir, éléments clés d’une future reprise.

Au troisième trimestre, le rebond de l’économie a été porté par la consommation des ménages, en hausse de 17,3%, mais elle est restée inférieure de 2,1% à son niveau d’avant-crise. En septembre, leur consommation a même nettement reculé.

Et si l’investissement a aussi rebondi, l’écart par rapport au troisième trimestre 2019 n’a pas été comblé. Même chose du côté de la production de biens et services, tandis que le commerce extérieur ne devrait pas non plus soutenir l’économie.

« Il y a beaucoup d’incertitudes pour le début de l’année prochaine », estime Selin Ozyurt, qui s’interroge sur le « profil » de la reprise: « La rechute va être forte et nous ne sommes pas sûr de pouvoir rebondir au premier trimestre 2021 ».

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Économie

L’OCDE prévoit une croissance stable des économies mondiales pour 2024 et 2025

Article

le

L'OCDE prévoit une croissance stable des économies mondiales pour 2024 et 2025

La France devrait connaître une croissance de 0,7 % cette année, mais pourrait être à la traîne par rapport à la zone euro avec une croissance de 1,3 % en 2025.

L’OCDE a publié ses dernières perspectives économiques, offrant un aperçu encourageant mais nuancé de la croissance mondiale pour les années 2024 et 2025. Selon le rapport, la France devrait enregistrer une croissance de 0,7 % en 2024, mais pourrait être à la traîne par rapport à la zone euro avec une croissance de 1,3 % en 2025.

L’organisation a noté que malgré des signes d’amélioration des perspectives mondiales, la croissance reste modeste. L’impact du resserrement de la politique monétaire continue de se faire sentir, notamment sur les marchés du logement et du crédit, bien que l’activité économique mondiale reste relativement résiliente. De plus, l’inflation a diminué plus rapidement que prévu, et la confiance dans le secteur privé est en hausse.

Les déséquilibres entre l’offre et la demande sur les marchés du travail s’atténuent progressivement, avec des niveaux de chômage historiquement bas ou proches de ces niveaux dans de nombreux pays. Cependant, les évolutions économiques varient d’un pays à l’autre, avec une forte croissance aux États-Unis et dans de nombreuses économies émergentes, tandis que plusieurs économies avancées, en particulier en Europe, affichent des résultats moins bons.

Dans la zone euro, la croissance devrait être modeste, avec une projection de 0,7 % en 2024 et de 1,5 % en 2025. La France, l’Italie et l’Allemagne connaissent des perspectives de croissance similaires, bien que l’Allemagne puisse voir une légère amélioration l’année prochaine.

En dehors de l’Europe, l’Inde et l’Indonésie connaissent une croissance régulière, tandis que la Chine fait face à des défis persistants liés à une économie incertaine et à une demande en baisse.

Le rapport souligne également l’importance des mesures politiques pour garantir la stabilité macroéconomique et stimuler la croissance à moyen terme. La politique monétaire doit rester prudente, la politique budgétaire doit faire face aux pressions croissantes sur la soutenabilité de la dette, et des réformes politiques sont nécessaires pour stimuler l’innovation, les investissements et les opportunités sur le marché du travail.

L’OCDE prévoit une croissance mondiale stable pour les années à venir, bien que la croissance devrait rester inférieure à sa moyenne à long terme. Des politiques économiques appropriées sont nécessaires pour soutenir cette croissance et relever les défis économiques persistants à l’échelle mondiale.

Lire Plus

Économie

France : le gouvernement échappe à la sanction de Fitch et Moody’s

Article

le

France : le gouvernement échappe à la sanction de Fitch et Moody's

Malgré les inquiétudes concernant les finances publiques, Fitch et Moody’s laissent inchangées les notes de crédit de la France, reflétant une perspective stable mais soulignant la nécessité de réformes budgétaires.

Les agences de notation Fitch et Moody’s ont maintenu les notes de crédit de la France, malgré les préoccupations croissantes concernant ses finances publiques. Fitch a confirmé la note « AA- » avec une perspective stable, tandis que Moody’s n’a pas modifié sa note de « Aa2 » avec une perspective également stable.

Cette décision survient après que le déficit public de la France ait dépassé les prévisions en 2023, atteignant 5,5% du PIB, et que la dette publique représente 110,6% du PIB, plaçant la France derrière la Grèce et l’Italie en termes de ratio dette/PIB.

Le ministre des Finances, Bruno Le Maire, a réagi en soulignant l’importance de redoubler d’efforts pour rétablir les finances publiques, conformément à l’objectif de ramener le déficit sous les 3% du PIB d’ici 2027. Cependant, ni Fitch ni Moody’s ne semblent convaincus par cet objectif, exprimant des doutes quant à sa réalisation.

Moody’s a déclaré que la perspective pourrait s’améliorer si des mesures significatives étaient prises pour réduire la dette, mais elle a également averti que la perspective et la note pourraient se détériorer si la situation de la dette s’aggravait. Fitch a souligné que la notation de la France est soutenue par une économie diversifiée et des institutions fortes, mais affaiblie par le niveau élevé de la dette publique.

Le maintien des notes par les agences est perçu comme un signal positif par certains, validant la politique de réduction du déficit du gouvernement. Cependant, d’autres estiment que cela ne change rien à la nécessité de poursuivre les réformes budgétaires.

La France attend maintenant la décision de l’agence S&P, prévue pour le 31 mai, ce qui sera un autre test crucial de la confiance des marchés dans l’économie française.

Lire Plus

Économie

Prix de l’électricité : la France 4e pays le plus cher du monde, selon une étude

Article

le

Prix de l’électricité : la France 4e grand pays le plus cher, selon une étude

Une analyse internationale place la France au quatrième rang des pays où le coût de l’électricité pèse lourd sur les ménages, en grande partie à cause des taxes.

Une récente étude menée dans 147 pays révèle que la France se classe au quatrième rang des pays où l’électricité est la plus chère. Avec un coût moyen de 28,3 centimes le kilowattheure pour les ménages français au premier trimestre 2024, la France se situe derrière l’Italie, les Bermudes et le Japon en termes de tarification de l’électricité.

Les données recueillies par Verivox, en collaboration avec GlobalPetrolPrices, indiquent que les ménages français dépensent près de deux fois plus que ceux des pays comparables tels que le Canada ou les États-Unis pour leur facture d’électricité. Cette situation s’explique principalement par le poids des taxes, qui représentent une part significative du coût total de l’électricité en France et en Allemagne.

Comparativement, des pays comme les États-Unis et le Japon affichent des tarifs inférieurs à 20 centimes le kilowattheure, tandis que la facture en Italie atteint les 41 centimes. À l’autre extrémité du spectre, la Chine, leader mondial de la production d’électricité, propose des tarifs aussi bas que 7 centimes.

L’étude révèle également que, en tenant compte du pouvoir d’achat national, la France se classe au 35e rang des pays où l’électricité est la plus chère. Toutefois, cette situation soulève des préoccupations quant à l’impact financier sur les ménages français, où le poids de l’électricité dans le budget familial reste considérable.

Lire Plus

Les + Lus