Nous rejoindre sur les réseaux

Économie

La bataille royale entre Epic Games (Fortnite) et Apple s’engage lundi

Article

le

la-bataille-royale-entre-epic-games-(fortnite)-et-apple-s’engage-lundi

Le procès intenté par Epic Games à Apple s’ouvre lundi dans un tribunal californien et sera suivi de près par toute l’industrie des technologies car l’éditeur du jeu phénomène Fortnite tente de remettre en cause le fonctionnement des plateformes dominantes, qui contrôlent l’immense économie des applications mobiles.

L’été dernier, Epic Games a jeté un pavé dans la mare en proposant à ses joueurs d’acheter la monnaie virtuelle de Fortnite moins cher s’ils passaient directement par leur système de paiement, et non par celui d’Apple, qui prélève une commission de 30% sur ces transactions.

La marque à la pomme a immédiatement retiré le jeu de l’App Store, son magasin d’applications, incontournable sur les iPhones et iPads pour télécharger des applis. Les adeptes du titre de « battle royale » (tir et survie) qui n’ont que des appareils mobiles Apple n’ont plus eu accès aux mises à jour depuis.

Epic Games a déposé plainte contre le groupe californien pour abus de position dominante.

Après des mois de va-et-vient légal et médiatique, l’affaire va être entendue par la juge Yvonne Gonzalez Rogers pendant trois semaines à Oakland, une ville voisine de San Francisco.

Les deux sociétés se sont mises d’accord pour un procès sans jury. Tim Cook et Tim Sweeney, les deux patrons, doivent témoigner en personne.

En revanche, à quelques exceptions près, les équipes des avocats, la presse et le public assisteront aux échanges par téléphone ou Zoom, par mesure de précaution sanitaire.

« Chien qui aboie mais ne mord pas »

Apple « a construit un écosystème de façon à restreindre la distribution d’applis, exclure ses rivaux, nuire à la concurrence et aux consommateurs », a résumé Epic Games dans des documents remis début avril à la cour.

Le fabricant de l’iPhone est largement considéré comme juge et partie, puisqu’il fixe les règles d’entrée sur ce marché d’au moins un milliard de personnes, et sa commission sur les transactions, tout en proposant aussi ses propres applis.

L’App Store est un « miracle économique », a répliqué Tim Cook lors d’une interview à un podcast du New York Times, début avril. « Apple a aidé à construire une économie qui rapporte plus de 500 milliards de dollars par an, et ne reçoit qu’une lichette de ce montant pour toute l’innovation qu’elle a facilité et les coûts d’opération », a-t-il affirmé.

Le groupe technologique fait valoir depuis des années que sa commission de 15 à 30% sur les ventes réalisées via l’App Store est d’un niveau standard, et sert à assurer le bon fonctionnement et la sécurité de la plateforme.

« Epic va se servir de son immense base d’utilisateurs (environ 350 millions de joueurs inscrits sur Fortnite dans le monde, ndlr), qui n’a pas d’équivalent, pour générer du soutien via les réseaux sociaux », commente Dan Ives, analyste chez Wedbush Securities.

Mais il note que la défense d’Apple est bien rodée et n’a pas failli depuis des années.

« Wall Street voit dans cette menace un chien qui aboie mais ne mord pas. Quand Apple gagnera, nous pensons que cela va renforcer l’emprise du groupe sur son App Store et les paiements. »

« Futur de l’informatique mobile »

Avec les appels et recours, la bataille pourrait durer des années. Mais elle pourrait aussi influencer le débat actuel sur le droit de la concurrence.

Car Epic n’est pas seul dans cette croisade. A l’automne, il s’est allié à une douzaine d’entreprises, dont les services de streaming de musique Deezer et Spotify, sous la bannière « Coalition for App Fairness » (« Coalition pour l’équité entre applications »).

Différents régulateurs antitrust américains enquêtent sur les pratiques d’Apple, tout comme celles de la plateforme de commerce en ligne Amazon.

Et vendredi, l’Union européenne, saisie d’une plainte de Spotify, a estimé que le fabricant de l’iPhone a bien « faussé la concurrence » pour évincer ses rivaux, notamment grâce à des commissions « très élevées » dont ses propres applications sont de facto exemptées.

Sur Android, le système de Google, largement dominant sur les smartphones, le magasin fonctionne de façon similaire, à une différence majeure: d’autres plateformes de téléchargement sont autorisées.

Le procès « porte sur un arrangement contractuel spécifique sur les achats dans les applis, à travers la perspective de l’antitrust. Mais la vraie question, pour moi, c’est: veut-on vraiment un environnement où toutes les applications doivent passer par le même portail, qui est contrôlé par le développeur des appareils et du système d’exploitation mobile? », questionne Erik Stallman, professeur de droit à l’université de Berkeley.

« C’est le futur de l’informatique mobile qui est en jeu. »

Économie

L’OCDE prévoit une croissance stable des économies mondiales pour 2024 et 2025

Article

le

L'OCDE prévoit une croissance stable des économies mondiales pour 2024 et 2025

La France devrait connaître une croissance de 0,7 % cette année, mais pourrait être à la traîne par rapport à la zone euro avec une croissance de 1,3 % en 2025.

L’OCDE a publié ses dernières perspectives économiques, offrant un aperçu encourageant mais nuancé de la croissance mondiale pour les années 2024 et 2025. Selon le rapport, la France devrait enregistrer une croissance de 0,7 % en 2024, mais pourrait être à la traîne par rapport à la zone euro avec une croissance de 1,3 % en 2025.

L’organisation a noté que malgré des signes d’amélioration des perspectives mondiales, la croissance reste modeste. L’impact du resserrement de la politique monétaire continue de se faire sentir, notamment sur les marchés du logement et du crédit, bien que l’activité économique mondiale reste relativement résiliente. De plus, l’inflation a diminué plus rapidement que prévu, et la confiance dans le secteur privé est en hausse.

Les déséquilibres entre l’offre et la demande sur les marchés du travail s’atténuent progressivement, avec des niveaux de chômage historiquement bas ou proches de ces niveaux dans de nombreux pays. Cependant, les évolutions économiques varient d’un pays à l’autre, avec une forte croissance aux États-Unis et dans de nombreuses économies émergentes, tandis que plusieurs économies avancées, en particulier en Europe, affichent des résultats moins bons.

Dans la zone euro, la croissance devrait être modeste, avec une projection de 0,7 % en 2024 et de 1,5 % en 2025. La France, l’Italie et l’Allemagne connaissent des perspectives de croissance similaires, bien que l’Allemagne puisse voir une légère amélioration l’année prochaine.

En dehors de l’Europe, l’Inde et l’Indonésie connaissent une croissance régulière, tandis que la Chine fait face à des défis persistants liés à une économie incertaine et à une demande en baisse.

Le rapport souligne également l’importance des mesures politiques pour garantir la stabilité macroéconomique et stimuler la croissance à moyen terme. La politique monétaire doit rester prudente, la politique budgétaire doit faire face aux pressions croissantes sur la soutenabilité de la dette, et des réformes politiques sont nécessaires pour stimuler l’innovation, les investissements et les opportunités sur le marché du travail.

L’OCDE prévoit une croissance mondiale stable pour les années à venir, bien que la croissance devrait rester inférieure à sa moyenne à long terme. Des politiques économiques appropriées sont nécessaires pour soutenir cette croissance et relever les défis économiques persistants à l’échelle mondiale.

Lire Plus

Économie

France : le gouvernement échappe à la sanction de Fitch et Moody’s

Article

le

France : le gouvernement échappe à la sanction de Fitch et Moody's

Malgré les inquiétudes concernant les finances publiques, Fitch et Moody’s laissent inchangées les notes de crédit de la France, reflétant une perspective stable mais soulignant la nécessité de réformes budgétaires.

Les agences de notation Fitch et Moody’s ont maintenu les notes de crédit de la France, malgré les préoccupations croissantes concernant ses finances publiques. Fitch a confirmé la note « AA- » avec une perspective stable, tandis que Moody’s n’a pas modifié sa note de « Aa2 » avec une perspective également stable.

Cette décision survient après que le déficit public de la France ait dépassé les prévisions en 2023, atteignant 5,5% du PIB, et que la dette publique représente 110,6% du PIB, plaçant la France derrière la Grèce et l’Italie en termes de ratio dette/PIB.

Le ministre des Finances, Bruno Le Maire, a réagi en soulignant l’importance de redoubler d’efforts pour rétablir les finances publiques, conformément à l’objectif de ramener le déficit sous les 3% du PIB d’ici 2027. Cependant, ni Fitch ni Moody’s ne semblent convaincus par cet objectif, exprimant des doutes quant à sa réalisation.

Moody’s a déclaré que la perspective pourrait s’améliorer si des mesures significatives étaient prises pour réduire la dette, mais elle a également averti que la perspective et la note pourraient se détériorer si la situation de la dette s’aggravait. Fitch a souligné que la notation de la France est soutenue par une économie diversifiée et des institutions fortes, mais affaiblie par le niveau élevé de la dette publique.

Le maintien des notes par les agences est perçu comme un signal positif par certains, validant la politique de réduction du déficit du gouvernement. Cependant, d’autres estiment que cela ne change rien à la nécessité de poursuivre les réformes budgétaires.

La France attend maintenant la décision de l’agence S&P, prévue pour le 31 mai, ce qui sera un autre test crucial de la confiance des marchés dans l’économie française.

Lire Plus

Économie

Prix de l’électricité : la France 4e pays le plus cher du monde, selon une étude

Article

le

Prix de l’électricité : la France 4e grand pays le plus cher, selon une étude

Une analyse internationale place la France au quatrième rang des pays où le coût de l’électricité pèse lourd sur les ménages, en grande partie à cause des taxes.

Une récente étude menée dans 147 pays révèle que la France se classe au quatrième rang des pays où l’électricité est la plus chère. Avec un coût moyen de 28,3 centimes le kilowattheure pour les ménages français au premier trimestre 2024, la France se situe derrière l’Italie, les Bermudes et le Japon en termes de tarification de l’électricité.

Les données recueillies par Verivox, en collaboration avec GlobalPetrolPrices, indiquent que les ménages français dépensent près de deux fois plus que ceux des pays comparables tels que le Canada ou les États-Unis pour leur facture d’électricité. Cette situation s’explique principalement par le poids des taxes, qui représentent une part significative du coût total de l’électricité en France et en Allemagne.

Comparativement, des pays comme les États-Unis et le Japon affichent des tarifs inférieurs à 20 centimes le kilowattheure, tandis que la facture en Italie atteint les 41 centimes. À l’autre extrémité du spectre, la Chine, leader mondial de la production d’électricité, propose des tarifs aussi bas que 7 centimes.

L’étude révèle également que, en tenant compte du pouvoir d’achat national, la France se classe au 35e rang des pays où l’électricité est la plus chère. Toutefois, cette situation soulève des préoccupations quant à l’impact financier sur les ménages français, où le poids de l’électricité dans le budget familial reste considérable.

Lire Plus

Les + Lus