Nous rejoindre sur les réseaux

Sports

L2 : Toulouse retrouve la Ligue 1 avec appétit

Article

le

l2:-toulouse-retrouve-la-ligue-1-avec-appetit

Toulouse, vainqueur de Niort lundi (2-0) dans une chaude ambiance, a officiellement validé son retour en Ligue 1, deux ans après l’avoir quittée par la petite porte, avec la ferme intention de s’y installer durablement grâce à l’aide de son nouveau propriétaire, le fonds américain Red Bird.

La fête à la maison. Avec 11 points d’avance sur le troisième, Auxerre, à trois journées de la fin, le TFC, soutenu par plus de 24.000 personnes face aux Chamois, est assuré de terminer à l’une des deux premières places de Ligue 2. Une remontée fêtée par un envahissement de terrain massif de la part du public du Stadium.

C’est la deuxième fois qu’il parvient à remonter dans l’élite sans (trop) perdre de temps: après sa rétrogradation administrative en National en 2001, le club toulousain, alors racheté par Olivier Sadran, avait enchaîné deux montées successives.

L’ère Sadran avait connu un triste épilogue avec la relégation au printemps 2020, à l’issue d’un exercice cauchemardesque (trois victoires seulement en 28 matches) interrompu avant son terme par la pandémie de Covid-19.

L’ancien propriétaire avait décidé dans la foulée de vendre le club au fonds d’investissement américain Red Bird Capital, arrivé dans la Ville rose avec de grosses ambitions.

« Toulouse est un club de Ligue 1 en Ligue 2 », ne cesse de répéter depuis le nouveau président Damien Comolli, homme de confiance des propriétaires américains. 

Il aura mis deux ans pour tenir sa promesse après avoir échoué la saison dernière à faire remonter immédiatement le « Téfécé », battu par Nantes en barrage d’accession (1-2, 1-0).

Deuxième montée pour Montanier

Ce retour dans l’élite est aussi un succès personnel pour l’entraîneur Philippe Montanier (57 ans), ancien gardien du club entre 1994 et 1997, qui avait déjà fait monter Boulogne-sur-Mer en L1 en 2009. 

Le plus gros budget de L2 (20 millions d’euros environ) s’est appuyé cette saison sur une attaque de feu, la meilleure de l’histoire du championnat depuis l’instauration de la poule unique en 1993-1994, avec déjà 80 buts en 35 matches.

Le TFC a désormais comme objectif d’aller chercher son troisième titre de champion de 2e division (après 1982 et 2003), ce qui pourrait être fait rapidement puisqu’il compte huit points d’avance sur son dauphin, Ajaccio.

Quel rôle compte-t-il jouer ensuite à l’étage supérieur? « Il n’y a pas de raison qu’on ne soit pas en haut du classement de la Ligue 1. Je ne parle pas de places européennes, mais du top 6-8 », avait annoncé le président Comolli lors de sa prise de fonction.

Les propriétaires américains ont l’intention de mettre la main à la poche pour la L1 et le budget devrait connaître une hausse très nette.

Garder Van den Boomen et Healey

La priorité sera de conserver les joueurs clés, dont le milieu de terrain néerlandais Branco van den Boomen, figure de proue de ces Violets si séduisants.

Formé à l’Ajax et acheté 350.000 euros à De Graafschap, en D2 hollandaise, il y a deux ans, il compte déjà 20 passes décisives et 12 buts à son actif. Des performances qui attirent naturellement les convoitises.

Actuel meilleur buteur de L2 avec 20 réalisations, l’Anglais Rhys Healey pourrait également être très demandé, tandis que les jeunes pousses formées au club (les défenseurs Bafodé Diakité et Anthony Rouault, le milieu de terrain Nathan Ngoumou) devraient être verrouillées par les dirigeants.

Bien décidé à assumer ses nouveaux objectifs, Toulouse, fort d’un véritable engouement populaire depuis deux ans, devrait ensuite se montrer assez actif sur le marché des transferts, avec plusieurs postes à renforcer (arrière gauche, milieu, défenseur central).

En continuant de s’appuyer sur la data, l’une des grandes réussites de la nouvelle direction, avec les signatures de nombreux joueurs inconnus à leur arrivée et très performants depuis, comme les défenseurs danois Rasmus Nicolaisen (25 ans) et Mikkel Desler (27 ans), les attaquants japonnais et brésilien Ado Onaiwu (26 ans) et Ratao (26 ans) ou le milieu australien Denis Genreau (22 ans).

Sports

C1: le PSG retrouve son rival barcelonais sous la menace terroriste

Article

le

C1: le PSG retrouve son rival barcelonais sous la menace terroriste

Le Paris Saint-Germain (PSG) se prépare à affronter Barcelone dans un contexte sécuritaire tendu, suite à des menaces terroristes, alors que les deux équipes se retrouvent en quart de finale de la Ligue des champions.

Le ministre de l’Intérieur français, Gérald Darmanin, a annoncé un renforcement considérable de la sécurité à Paris en réponse à des menaces du groupe jihadiste État islamique visant les matchs des quarts de finale de la compétition.

Malgré ce contexte sécuritaire, les joueurs du PSG restent concentrés sur le match. Danilo Pereira, défenseur du club, souligne l’importance de se focaliser sur le football malgré les mesures de sécurité renforcées.

Cette saison, le PSG affiche de bonnes performances, malgré les doutes liés aux départs de Neymar et Messi. Toujours en lice en Ligue des champions, en finale de la Coupe de France et en tête du classement de la Ligue 1, l’équipe se sent confiante. Les confrontations avec Barcelone suscitent toujours des passions chez les joueurs et les supporters.

L’entraîneur du PSG, Luis Enrique, ancien joueur et entraîneur du Barça, reconnaît l’importance de ces matchs. Surnommé le « socio culer », il avoue que son cœur reste attaché à Barcelone malgré son engagement envers Paris.

La rivalité entre les deux équipes a été renforcée depuis la « remontada » historique de Barcelone en 2017, où le PSG a subi une défaite retentissante. Depuis lors, les deux clubs se sont affrontés à plusieurs reprises, marquant ainsi une rivalité intense.

Malgré les départs de stars telles que Neymar et Messi du Barça vers le PSG, ainsi que celui d’Ousmane Dembélé, le match promet d’être disputé. Les deux équipes se battront pour la victoire dans un duel qui dépasse les simples enjeux sportifs.

Lire Plus

Sports

Football – EDF : Kolo Muani porte les bleus contre le Chili à Marseille

Article

le

Football - EDF : Kolo Muani porte les bleus contre le Chili à Marseille

Trois jours après leur défaite face à l’Allemagne, les Bleus ont retrouvé le chemin de la victoire en battant le Chili 3-2 à Marseille. Malgré une performance en dents de scie, l’équipe française a su rebondir grâce notamment à Randal Kolo Muani, auteur d’un but et d’une passe décisive, dans un match marqué par les blessures de Jonathan Clauss et d’Eduardo Camavinga.

L’équipe de France, remaniée depuis son dernier match, a connu un début difficile en encaissant un but dès les premières minutes du match. Cependant, elle a rapidement réagi avec des offensives plus abouties, permettant à Youssouf Fofana d’égaliser rapidement. Peu après, Randal Kolo Muani a donné l’avantage aux Bleus d’une tête bien placée.

Malgré quelques frayeurs, notamment avec un tir sur le poteau du gardien Mike Maignan, les Français ont su maintenir leur avance grâce à un but d’Olivier Giroud. Le Chili a réduit l’écart en marquant un deuxième but, mais la France a tenu bon jusqu’au coup de sifflet final.

Cette victoire permet à l’équipe de France de rebondir après sa défaite contre l’Allemagne et de regagner en confiance avant les prochaines échéances, notamment l’Euro de football qui débutera en juin.

Lire Plus

Sports

Tournoi des Six Nations 2024 : Victoire des Bleues contre l’Angleterre

Article

le

Tournoi des Six Nations 2024 : Victoire des Bleues contre l'Angleterre

Le XV de France clôture le Tournoi des Six Nations 2024 avec une victoire épique face à l’Angleterre (33-31), mais les apparences sont parfois trompeuses. Malgré cette performance, qui assure une deuxième place dans le tournoi, l’équipe française reste confrontée à plusieurs défis majeurs.

Sur le papier, les statistiques semblent encourageantes : une deuxième place derrière l’Irlande, la quatrième en cinq ans ; la deuxième meilleure attaque du tournoi ; Thomas Ramos sacré meilleur réalisateur avec 63 points à son actif.

Cependant, ces chiffres dissimulent une réalité plus mitigée pour le XV de France, qui a connu un Tournoi laborieux. Le début chaotique avec une défaite face à l’Irlande (17-38), suivie d’une victoire laborieuse en Écosse (20-16) et d’un nul décevant contre l’Italie (13-13), a été suivi de deux victoires éclatantes au Pays de Galles (45-24) et contre l’Angleterre.

Le sélectionneur Fabien Galthié a qualifié ce tournoi d' »enfer » où l’équipe a dû faire preuve de solidité et de résilience. Près de six mois après la déception du quart de finale de la Coupe du Monde 2023, les Bleus peinent encore à digérer cette sortie prématurée de la compétition.

Malgré des moments difficiles, les joueurs ont su montrer leur unité et leur détermination. Louis Bielle-Biarrey a souligné que ces épreuves allaient renforcer l’équipe à l’avenir.

La défense, point fort autrefois, a été le talon d’Achille de l’équipe avec quatorze essais encaissés, le pire bilan depuis l’arrivée de Fabien Galthié. Malgré tout, le XV de France a pu compter sur ses talents individuels, avec des actions décisives de joueurs comme Gaël Fickou, Damian Penaud ou Léo Barré.

Cette épreuve a également permis à certains joueurs de se révéler, tandis que les cadres ont retrouvé leur rang, en l’absence de joueurs clés comme Antoine Dupont ou Romain Ntamack. La discipline de l’équipe s’est améliorée, bien que quelques cartons jaunes et rouges aient été distribués au cours du tournoi.

Maintenant, les regards se tournent vers la tournée estivale en Argentine, où l’équipe devra confirmer ses progrès et renforcer sa cohésion.

Lire Plus

Les + Lus