Nous rejoindre sur les réseaux

Sports

L1: Lille, de multiples armes offensives pour retrouver le fauteuil de leader

Article

le

l1:-lille,-de-multiples-armes-offensives-pour-retrouver-le-fauteuil-de-leader

Jonathan Bamba, Burak Yilmaz, Luiz Araujo et maintenant Yusuf Yazici, auteur d’un triplé jeudi en Ligue Europa: Lille comptera sur ses multiples armes offensives pour récupérer sa place de leader, dimanche lors de la 8e journée à Nice (17h00).

Le meneur de jeu turc, qui a conduit le Losc à la victoire sur la pelouse du Sparta Prague (4-1) pour son entrée en lice sur la scène européenne, est venu rebattre les cartes de la concurrence dans un effectif nordiste déjà très riche.

Pourtant, Yazici n’est pas sûr d’avoir gagné sa place de titulaire car son entraîneur doit gérer intelligemment le temps de jeu de ses joueurs en vue du marathon qui attend son équipe d’ici la trêve internationale, avec 5 matches en 15 jours.

« Sa performance était magnifique. Dans une semaine à un match, quand on marque trois buts, on doit être sur le terrain. Mais là, on rejoue 48 heures après (un peu moins de 72 heures en réalité, ndlr), et il y a l’enchaînement des matches », a souligné Christophe Galtier samedi.

« Je n’ai pas encore pris ma décision. Forcément ce triplé me réjouit et m’interpelle sur la composition d’équipe que j’aurai à faire. Mais ce sont des bons problèmes! », a-t-il ajouté.

Yazici récompensé ?

Yazici, recruté pour 16 millions d’euros en août 2019 mais victime d’une rupture des ligaments croisés quatre mois plus tard, n’a pas encore réussi à s’imposer et figure rarement dans le onze de départ lillois. Mais il a marqué des points en République tchèque, et Galtier a pour habitude de récompenser les joueurs méritants.

« Il n’y a pas et il n’y aura pas une équipe de championnat et une équipe d’Europa League. C’est l’état de forme à l’instant T et les performances qui comptent. Je ne m’interdis rien », a souligné le technicien nordiste.

Ainsi, le mois dernier, l’ailier brésilien Luiz Araujo (deux buts) a gagné sa place de titulaire au détriment de Jonathan Ikoné en réalisant deux bonnes prestations consécutives.

Meilleure défense du championnat avec seulement deux buts encaissés, Lille a aussi réglé la mire offensivement et empile les buts ces dernières semaines, à l’image du derby du Nord dimanche où les Dogues ont corrigé Lens (4-0).

Jonathan Bamba, à la peine l’année dernière, est excellent depuis le début de saison et totalise déjà trois buts et quatre passes décisives. Quant à l’expérimenté attaquant turc Burak Yilmaz, il a marqué un but lors de chacun des trois derniers matches de championnat et monte en puissance après des débuts délicats.

« Le premier mois était un peu compliqué car il y a de grandes différences entre la France et la Turquie mais j’ai surmonté cette période d’adaptation difficile », a estimé samedi le capitaine de la Turquie.

Nice doit réagir

Paradoxalement, c’est celui qu’on attendait le plus qui ne répond pas présent pour l’instant: le Canadien Jonathan David, recruté pour 27 millions d’euros cet été en provenance de La Gantoise, n’a en effet toujours pas marqué et pourrait perdre sa place de titulaire sur la Côte d’Azur.

« Il y a quelques années, Nico (Pépé) a mis un peu de temps à s’adapter et après ça s’est emballé donc il faut relativiser. Il y a des progrès mais aussi un manque d’efficacité », a reconnu Galtier.

S’il veut reprendre au Paris SG son fauteuil de leader dimanche, le Losc devra se méfier de Nice, cinquième de L1 qui devra réagir après avoir été balayé (6-2) à Leverkusen jeudi en Ligue Europa.

« Le score interpelle, mais le Bayer est une équipe de Ligue des champions. Il y aura une réaction de la part de Nice et on ne devra pas tomber dans la facilité, a prévenu Galtier. Mon rôle c’est de maintenir mon groupe en éveil, de le mettre en garde. »

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sports

C1: le PSG retrouve son rival barcelonais sous la menace terroriste

Article

le

C1: le PSG retrouve son rival barcelonais sous la menace terroriste

Le Paris Saint-Germain (PSG) se prépare à affronter Barcelone dans un contexte sécuritaire tendu, suite à des menaces terroristes, alors que les deux équipes se retrouvent en quart de finale de la Ligue des champions.

Le ministre de l’Intérieur français, Gérald Darmanin, a annoncé un renforcement considérable de la sécurité à Paris en réponse à des menaces du groupe jihadiste État islamique visant les matchs des quarts de finale de la compétition.

Malgré ce contexte sécuritaire, les joueurs du PSG restent concentrés sur le match. Danilo Pereira, défenseur du club, souligne l’importance de se focaliser sur le football malgré les mesures de sécurité renforcées.

Cette saison, le PSG affiche de bonnes performances, malgré les doutes liés aux départs de Neymar et Messi. Toujours en lice en Ligue des champions, en finale de la Coupe de France et en tête du classement de la Ligue 1, l’équipe se sent confiante. Les confrontations avec Barcelone suscitent toujours des passions chez les joueurs et les supporters.

L’entraîneur du PSG, Luis Enrique, ancien joueur et entraîneur du Barça, reconnaît l’importance de ces matchs. Surnommé le « socio culer », il avoue que son cœur reste attaché à Barcelone malgré son engagement envers Paris.

La rivalité entre les deux équipes a été renforcée depuis la « remontada » historique de Barcelone en 2017, où le PSG a subi une défaite retentissante. Depuis lors, les deux clubs se sont affrontés à plusieurs reprises, marquant ainsi une rivalité intense.

Malgré les départs de stars telles que Neymar et Messi du Barça vers le PSG, ainsi que celui d’Ousmane Dembélé, le match promet d’être disputé. Les deux équipes se battront pour la victoire dans un duel qui dépasse les simples enjeux sportifs.

Lire Plus

Sports

Football – EDF : Kolo Muani porte les bleus contre le Chili à Marseille

Article

le

Football - EDF : Kolo Muani porte les bleus contre le Chili à Marseille

Trois jours après leur défaite face à l’Allemagne, les Bleus ont retrouvé le chemin de la victoire en battant le Chili 3-2 à Marseille. Malgré une performance en dents de scie, l’équipe française a su rebondir grâce notamment à Randal Kolo Muani, auteur d’un but et d’une passe décisive, dans un match marqué par les blessures de Jonathan Clauss et d’Eduardo Camavinga.

L’équipe de France, remaniée depuis son dernier match, a connu un début difficile en encaissant un but dès les premières minutes du match. Cependant, elle a rapidement réagi avec des offensives plus abouties, permettant à Youssouf Fofana d’égaliser rapidement. Peu après, Randal Kolo Muani a donné l’avantage aux Bleus d’une tête bien placée.

Malgré quelques frayeurs, notamment avec un tir sur le poteau du gardien Mike Maignan, les Français ont su maintenir leur avance grâce à un but d’Olivier Giroud. Le Chili a réduit l’écart en marquant un deuxième but, mais la France a tenu bon jusqu’au coup de sifflet final.

Cette victoire permet à l’équipe de France de rebondir après sa défaite contre l’Allemagne et de regagner en confiance avant les prochaines échéances, notamment l’Euro de football qui débutera en juin.

Lire Plus

Sports

Tournoi des Six Nations 2024 : Victoire des Bleues contre l’Angleterre

Article

le

Tournoi des Six Nations 2024 : Victoire des Bleues contre l'Angleterre

Le XV de France clôture le Tournoi des Six Nations 2024 avec une victoire épique face à l’Angleterre (33-31), mais les apparences sont parfois trompeuses. Malgré cette performance, qui assure une deuxième place dans le tournoi, l’équipe française reste confrontée à plusieurs défis majeurs.

Sur le papier, les statistiques semblent encourageantes : une deuxième place derrière l’Irlande, la quatrième en cinq ans ; la deuxième meilleure attaque du tournoi ; Thomas Ramos sacré meilleur réalisateur avec 63 points à son actif.

Cependant, ces chiffres dissimulent une réalité plus mitigée pour le XV de France, qui a connu un Tournoi laborieux. Le début chaotique avec une défaite face à l’Irlande (17-38), suivie d’une victoire laborieuse en Écosse (20-16) et d’un nul décevant contre l’Italie (13-13), a été suivi de deux victoires éclatantes au Pays de Galles (45-24) et contre l’Angleterre.

Le sélectionneur Fabien Galthié a qualifié ce tournoi d' »enfer » où l’équipe a dû faire preuve de solidité et de résilience. Près de six mois après la déception du quart de finale de la Coupe du Monde 2023, les Bleus peinent encore à digérer cette sortie prématurée de la compétition.

Malgré des moments difficiles, les joueurs ont su montrer leur unité et leur détermination. Louis Bielle-Biarrey a souligné que ces épreuves allaient renforcer l’équipe à l’avenir.

La défense, point fort autrefois, a été le talon d’Achille de l’équipe avec quatorze essais encaissés, le pire bilan depuis l’arrivée de Fabien Galthié. Malgré tout, le XV de France a pu compter sur ses talents individuels, avec des actions décisives de joueurs comme Gaël Fickou, Damian Penaud ou Léo Barré.

Cette épreuve a également permis à certains joueurs de se révéler, tandis que les cadres ont retrouvé leur rang, en l’absence de joueurs clés comme Antoine Dupont ou Romain Ntamack. La discipline de l’équipe s’est améliorée, bien que quelques cartons jaunes et rouges aient été distribués au cours du tournoi.

Maintenant, les regards se tournent vers la tournée estivale en Argentine, où l’équipe devra confirmer ses progrès et renforcer sa cohésion.

Lire Plus

Les + Lus