Nous rejoindre sur les réseaux

Sports

JO-2020 – L’incertitude Lavillenie, la certitude des handballeurs

Article

le

jo-2020-–-l’incertitude-lavillenie,-la-certitude-des-handballeurs

Tout ou rien ! C’est un peu l’impression laissée par Renaud Lavillenie au moment d’aborder sa troisième finale olympique de la perche, mardi à Tokyo, entre un palmarès et un plateau qui rendent optimiste et une récente entorse qui inquiète grandement.

Dans le camp français, la journée a commencé par une certitude: les handballeurs sont dans le dernier carré.

En tout début de matinée, Nikola Karabatic et sa bande ont écrasé Bahreïn (42-28) et attendent maintenant leur prochain adversaire : ce sera l’Allemagne ou l’Egypte qui s’affrontent en soirée.

Lavillenie, lui non plus, n’est théoriquement pas loin du podium. Pour l’or, le champion olympique de Londres puis médaillé d’argent de Rio devra toutefois compter sur une contre-performance – toujours possible à la perche – du Suédois Armand Duplantis tant le jeune homme domine la discipline.

Mais derrière, la chasse est ouverte, d’autant que l’Américain Sam Kendricks, troisième à Rio en 2016, a été contraint au forfait à quelques jours des qualifications pour cause de Covid-19.

Seulement voilà, Lavillenie, 34 ans, est diminué par une récente blessure à la cheville gauche et il a été au bord de l’élimination en qualifications, grimaçant régulièrement.

La finale de Tavernier

La lanceuse de marteau Alexandra Tavernier peut beaucoup plus croire en ses chances, d’autant que la vice-championne d’Europe a eu la bonne idée de ne pas s’éterniser lors des qualifications en validant son ticket dès le 2e lancer.

Parmi les autres finales de la soirée dans le stade olympique qui sonne tristement creux, à l’exception des encouragements des autres membres des délégations, il y aura le 200 m dames.

Le rendez-vous promet d’autant plus que toutes les grandes favorites seront logiquement présentes et notamment les Jamaïcaines Elaine Thompson-Herah, sacrée pour la 2e fois samedi sur 100 m et tenante du titre sur 200 m, et sa dauphine Shelly-Ann Fraser-Pryce, frustrée par sa 2e place sur 100.

Les regards seront aussi tournés vers les deux athlètes hyperandrogènes venues de Namibie, Beatrice Masilingi (22 sec 40) et Christine Mboma (21 sec 97), 18 ans.

Mboma a explosé cette saison pour devenir la 7e meilleure performeuse de tous les temps sur 400 m fin juin. Mais elle a dû se rabattre sur le demi-tour de piste car elle ne peut pas s’aligner sur sa distance de prédilection, étant concernée par le règlement sur l’hyperandrogénie.

Depuis 2019, les athlètes hyperandrogènes doivent suivre un traitement pour faire baisser leur taux de testostérone pendant six mois consécutifs avant de pouvoir participer à une compétition internationale du 400 m au mile (1.609 m).

Dans les sports collectifs, les handballeurs ont montré la voie à leurs collègues du basket et de volley qui, eux aussi, entrent dans la phase des matches couperet, avec les quarts de finale.

La programmation faisant parfaitement les choses, tous se succèdent toute la journée.

Après les handballeurs, ce seront les basketteurs (17h20 locales, 10h30 française). Eux aussi ont hérité d’un adversaire « abordable », avec l’Italie.

Enfin dans la soirée, les volleyeurs, qui ont survécu à un 1er tour plus poussif, affrontent eux un gros morceau: la Pologne.

Place à l’escalade

Face aux doubles champions du monde en titre (21h30 locales, 14h30), les Bleus abordent la rencontre avec l’attitude de ceux qui n’ont aucune pression face à la « meilleure équipe du monde », selon le sélectionneur Laurent Tillie.

Une décontraction qui leur réussit souvent plutôt bien.

Enfin ce seront les débuts de l’escalade après ceux du surf et du skate dans le programme olympique.

Dans les compétitions internationales, les grimpeurs disputent trois épreuves indépendantes, la « difficulté », monter le plus haut possible sur un mur d’une quinzaine de mètres, le « bloc », les grimpeurs doivent escalader des blocs de 4,5 mètres de hauteur, et la « vitesse », faire le meilleur temps possible sur un parcours connu par coeur.

Aux JO, le champion olympique sera le plus polyvalent puisque les grimpeurs enchaineront les trois disciplines. Et avec Anouck Jaubert, Julia Chanourdie et les frères Bassa et Mickaël Mawem, l’escalade française s’est donné les moyens de ramener des médailles de Tokyo.

Sports

NFL – Super Bowl LVIII : Kansas City remporte son deuxième titre de suite

Article

le

NFL - Super Bowl LVIII : Kansas City remporte son deuxième titre de suite

Dans une finale haletante, les Kansas City Chiefs ont triomphé dans la nuit de dimanche à lundi contre les San Francisco 49ers après une prolongation, remportant ainsi leur deuxième titre consécutif au Super Bowl.

Dans une bataille acharnée où les enjeux étaient à leur paroxysme, les Kansas City Chiefs ont réussi à surmonter les obstacles pour s’adjuger une victoire historique au Super Bowl LVIII. Menés par leur quarterback vedette Patrick Mahomes, les Chiefs ont fait face à une opposition farouche des San Francisco 49ers tout au long de la rencontre.

Le match a été marqué par des moments de tension et de nervosité chez les Kansas City Chiefs, notamment au cours des deux premiers quarts-temps. Cependant, malgré les difficultés initiales et les erreurs commises, l’équipe a su rester concentrée et déterminée à renverser la situation. Grâce à des performances exceptionnelles de joueurs clés comme Travis Kelce, les Chiefs ont su rattraper leur retard et égaliser à plusieurs reprises.

La prolongation a été le théâtre d’un duel intense entre les deux équipes. Alors que les San Francisco 49ers semblaient avoir l’avantage après un field goal, les Kansas City Chiefs ont su saisir l’opportunité et conclure le match de manière magistrale. Sous la direction de Patrick Mahomes, l’équipe a réussi à marquer le touchdown décisif à trois secondes de la fin, assurant ainsi leur victoire et leur titre consécutif au Super Bowl.

Cette victoire consacre les Kansas City Chiefs comme une équipe dominante dans la NFL, avec trois titres remportés au cours des cinq dernières années. Leur détermination et leur capacité à surmonter les obstacles font désormais d’eux une véritable dynastie dans le monde du football américain.

Lire Plus

Sports

Ligue des Nations : la France dans un groupe relevé avec l’Italie, la Belgique et Israël

Article

le

Ligue des Nations : la France dans un groupe relevé avec l'Italie, la Belgique et Israël

Les Bleus affronteront des adversaires redoutables lors de l’édition 2024-2025 de la compétition européenne.

Le tirage au sort de la phase de groupes de la Ligue des Nations a été effectué jeudi 8 février, plaçant l’équipe nationale française dans une poule relevée aux côtés de l’Italie, de la Belgique et d’Israël. Après une performance décevante lors de la campagne précédente, les Bleus se préparent à affronter des défis de taille dans l’édition 2024-2025 de cette compétition.

L’Italie en nouveau départ

L’Italie, actuelle tenante du titre de l’Euro, se trouve dans une phase de reconstruction après avoir manqué les deux dernières Coupes du monde. Malgré des résultats mitigés lors des éliminatoires de l’Euro, la Squadra Azzurra reste une équipe redoutable. Sous la direction de Luciano Spalletti, elle cherche à s’affirmer et à trouver un nouvel élan, notamment en attaque. Bien que la dernière confrontation officielle entre la France et l’Italie remonte à 2008, les rencontres amicales récentes ont toutes penché en faveur des Bleus.

La Belgique, un adversaire solide

Les Belges, toujours en quête de revanche depuis leurs échecs en Coupe du monde et en Ligue des Nations, restent un adversaire redoutable. Sous la direction de leur nouvel entraîneur Domenico Tedesco, les Diables Rouges ont réalisé une performance solide lors des éliminatoires de l’Euro, se plaçant en tête de leur groupe. Avec des joueurs de talent tels que Kevin De Bruyne et Romelu Lukaku, la Belgique s’annonce comme l’un des défis les plus coriaces pour les Français.

Israël, un adversaire méconnu

Israël, bien que moins connu en tant qu’adversaire, ne doit pas être sous-estimé. Promu en Ligue A après une performance solide en Ligue B, Israël a montré sa capacité à rivaliser avec des équipes plus importantes. Malgré une dernière confrontation officielle remontant à 2005, les Israéliens sont déterminés à prouver leur valeur sur la scène internationale.

En résumé, les Bleus devront se préparer à des rencontres difficiles contre des adversaires redoutables lors de la prochaine édition de la Ligue des Nations.

Lire Plus

Sports

Paris 2024 : enquête ouverte autour de la rémunération de Tony Estanguet

Article

le

JO 2024 : enquête ouverte autour de la rémunération de Tony Estanguet

La justice a ouvert une enquête sur les conditions de rémunération de Tony Estanguet, en tant que président du comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques (Cojop).

À quelques mois de la cérémonie d’ouverture des JO 2024, une nouvelle enquête vient entacher les préparatifs. Le parquet national financier a initié une enquête concernant les conditions de rémunération de Tony Estanguet, président du Comité d’Organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques (Cojop) de Paris. Cette investigation a été confiée à la Brigade de répression de la délinquance économique de la police judiciaire parisienne.

Selon les informations communiquées par le Cojop en 2018, Estanguet aurait perçu une rémunération annuelle brute de 270.000 euros jusqu’en 2020. Cependant, le Cojop, étant une association de type loi 1901, est soumis à des plafonnements légaux concernant la rémunération de ses dirigeants.

Face à ces révélations, le Cojop a exprimé son étonnement, affirmant que la rémunération de son président était strictement encadrée et validée par son conseil d’administration en 2018, en l’absence d’Estanguet. La décision de rémunération avait été basée sur la proposition d’un comité des rémunérations composé d’experts indépendants. De plus, le comité affirme que le versement a été validé par le contrôleur général économique et financier et l’URSSAF, et que les montants ont fait l’objet d’un audit annuel.

Cette enquête s’ajoute à trois autres investigations financières visant les Jeux Olympiques de Paris. Une première procédure pénale concernant des soupçons de « prise illégale d’intérêt, favoritisme et détournement de fonds publics » a été lancée en 2017, suivie d’une autre en 2022. En octobre dernier, une perquisition a eu lieu au Cojop dans le cadre d’une enquête sur des « prises illégales d’intérêts, favoritisme et recel » liés à plusieurs marchés des JO 2024.

Au-delà de ces aspects judiciaires, l’organisation des Jeux soulève également des questions pratiques, notamment concernant le fonctionnement des transports et le manque de logements.

Lire Plus

Les + Lus