Nous rejoindre sur les réseaux

Culture

Portrait – Jean Vilar : Ce sétois créateur du Festival d’Avignon

Article

le

Jean Vilar ( 1912 – 1971 ), acteur et metteur en scène né et décédé à Sète, est une grande figure du théâtre français. C’ est un véritable moraliste du théâtre, et il pense avant tout au public populaire en modernisant la mise en scène de grands classiques avec un sens inné de son rôle d’acteur. Il reste toujours  une référence dans le monde de la culture d’aujourd’hui.

Ses parents sont des commerçants sétois, Jean Vilar découvre le théâtre lorsqu’il a vingt ans. Il assiste à une répétition dirigée par Charles Dullin. Il se nourrit de ses passions que sont la littérature et la musique et se dirige tout naturellement vers l’art dramatique. Jean Vilar se forme au théâtre de l’Atelier, à Paris, auprès de Dullin, et rejoint en 1941 la compagnie de la Roulotte. En 1942, sa première mise en scène, la Danse de mort de Strindberg – dont il est le principal interprète –, révèle un style neuf, fait d’austérité et de référence antérieures. C’est au cours de l’année 1943 que Jean Vilar crée la compagnie des sept.

En 1947, après avoir tourné pour Marcel Carné  » Les portes de la nuit « , il se voit proposer par René Char, l’animation d’une semaine d’art dramatique en Avignon. Pour cet évènement, Vilar monte une pièce de Shakespeare  » Richard II « . Le spectacle n’a que peu de succès. Mais le lieu magique de la cour d’honneur du palais des Papes fait son œuvre, et le Sétois conquis par la puissance que dégage ce lieu crée  » le festival d’Avignon « . Jean Vilar en fait un des rendez-vous culturels les plus importants  de  cette seconde partie du XXe siècle. Gérard Philippe contribue amplement au succès de cet évènement annuel en jouant  » le Cid  » de Corneille en 1951 et  » Lorenzaccio  » d’Alfred de Musset  en 1953. Ce qui donne à cette manifestation un élan historique.

En 1951, Jean Vilar prend la direction du TNP ( théâtre National Populaire ) à Paris au palais de Chaillot. Le style du metteur en scène, pas de décor, rideaux noirs, jeu centré sur la force du texte et appuyé sur l’immensité de l’espace, change de façon marquante avec la mode du moment. Mais, pour lui, cette approche exigeante du théâtre n’est pas incompatible avec le grand public. Au-delà de son activité d’artiste, il entreprend donc de mettre en place une possibilité d’ouvrir le théâtre aux classes les moins favorisées. Ainsi, au TNP tout particulièrement, les conditions de réservation des places, d’accueil et de placement dans la salle favorisent la venue de personnes peu fortunées. Le public répond présent dès la première saison. De nombreuses pièces sont à l’affiche , Jean Vilar fait découvrir Shakespeare (Richard III, Othello), Molière (Don Juan), Kleist (le Prince de Hombourg), T. S. Eliot (Meurtre dans la cathédrale) et Brecht (Mère Courage et ses enfants, la Résistible Ascension d’Arturo Ui) à un nouveau public.

Et toujours avec cette soif de partage, il ouvre le Festival d’Avignon à la danse, avec Maurice Béjart (qui donne avec sa compagnie, le Ballet du XXe siècle, Messe pour le temps présent, 1967), et au cinéma, avec Jean-Luc Godard (qui présente en première mondiale le film la Chinoise).

Mais Jean Vilar n’obtient pas les subventions qu’il juge nécessaires, il démissionne du TNP en 1963. Il garde la direction du Festival d’Avignon jusqu’en 1970, année de création du festival « off », avant de mourir l’année suivante dans sa ville natale. Il repose au cimetière marin, non loin de Paul Valéry, le grand poète sétois.

Promoteur de la culture populaire, Vilar est l’homme de théâtre qui, en France, portera le plus loin l’idée d’un art accessible au plus grand nombre. Si son soutien aux auteurs contemporains n’a pas le retentissement qu’obtiennent ses mises en scène de textes classiques, Vilar réussit tout de même à renouveler considérablement le public grâce à ses contacts avec le milieu enseignant. Ce prodigieux chef de troupe, à l’allure quelque peu sévère et à la voix grave, reste, par son action, une référence capitale dans le théâtre moderne.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Culture

Plateformes de streaming : 7 000 artistes réclament une meilleure rémunération

Article

le

Plateformes de streaming : 7 000 artistes réclament une meilleure rémunération

À la veille du Festival de Cannes, 7 000 acteurs signent une tribune pour dénoncer le non-respect de la loi sur la rémunération proportionnelle de leurs œuvres.

Alors que le Festival de Cannes s’apprête à ouvrir ses portes pour sa 77e édition, une tribune signée par 7 000 acteurs français fait grand bruit. Cette déclaration exprime le mécontentement des artistes face à la rémunération jugée insuffisante de leurs œuvres par les plateformes de streaming.

Parmi les signataires de cette tribune, des personnalités telles que Julie Gayet, Samuel Le Bihan, Benoît Magimel et Thierry Lhermitte réclament une application stricte de la loi du 12 mai 2021. Cette loi prévoit une rémunération supplémentaire proportionnelle au succès des œuvres diffusées sur les plateformes en ligne.

Trois ans après l’adoption de cette loi, les acteurs constatent qu’elle n’est toujours pas mise en application. Dans leur tribune, ils évoquent la possibilité d’un mouvement de grève similaire à celui ayant eu lieu à Hollywood, ayant entraîné des pertes considérables pour l’industrie cinématographique américaine.

Anne Bouvier, présidente de l’Adami, soutient cette initiative et appelle à un soutien gouvernemental pour faire respecter les droits des artistes. Elle souligne également une montée de la colère parmi les acteurs français, notamment ceux œuvrant dans les séries télévisées quotidiennes.

L’acteur et réalisateur Sam Karmann, dans une déclaration au Parisien, espère que la raison et la loi prévaudront, mais n’exclut aucune forme de mobilisation pour faire entendre les revendications des acteurs.

Lire Plus

Culture

Culture : le secteur de l’édition demande d’interdire la pub télé pour les livres

Article

le

Culture : le secteur de l'édition demande d'interdire la pub télé pour les livres

Le Syndicat national de l’édition demande l’abrogation d’un décret autorisant la publicité télévisée pour les livres, craignant un impact négatif sur la création littéraire.

Le Syndicat national de l’édition (SNE) a lancé un appel au gouvernement mercredi pour interdire la publicité télévisée pour les livres, arguant qu’une telle mesure pourrait entraîner « un appauvrissement de la création littéraire ».

Cette prise de position fait suite à un décret du 5 avril qui autorise la publicité télévisée pour les livres à titre expérimental pendant deux ans. Le SNE, inquiet des conséquences potentielles de cette décision, demande fermement son abrogation.

Le décret en question suscite des préoccupations au sein de l’industrie de l’édition, notamment quant à la fragilisation du secteur et à l’éventuelle réduction de la diversité littéraire. Le ministère de la Culture avait ouvert une consultation publique sur cette mesure en janvier et février, mais les résultats de cette consultation n’ont pas été rendus publics avant la publication du décret au Journal officiel, ce qui a pris de court de nombreux acteurs du secteur.

Le SNE a exprimé son désaccord lors de cette consultation, soulignant la nécessité de maintenir l’équilibre dans une industrie caractérisée par sa grande diversité. Il déplore également le manque d’encadrement précis et d’engagement en faveur de la promotion du livre et de la lecture à la télévision dans le cadre de cette expérimentation.

Jusqu’à présent, une seule maison d’édition, les éditions XO, a diffusé un spot télévisé, affirmant avoir toujours milité en faveur de cette forme de publicité.

Cette opposition à la publicité télévisée pour les livres n’est pas seulement portée par les éditeurs, mais également par l’organisation des libraires, le Syndicat de la librairie française, qui s’aligne sur la position du SNE. « Avec l’ensemble de la filière, nous avons toujours été fermement opposés à la publicité télévisée pour les livres. Et nous l’avons réaffirmé lors de la consultation publique », a déclaré Guillaume Husson, délégué général du Syndicat de la librairie française.

Lire Plus

Culture

Emmanuel Macron soutient la participation d’Aya Nakamura aux JO de Paris 2024

Article

le

Emmanuel Macron soutient la participation d'Aya Nakamura aux JO de Paris 2024

Le Président de la République estime que la chanteuse a « tout à fait sa place » lors de la cérémonie olympique.

Lors de l’inauguration du centre aquatique olympique de Saint-Denis, Emmanuel Macron s’est prononcé en faveur de la participation de la chanteuse Aya Nakamura à la cérémonie des Jeux olympiques de Paris 2024, affirmant qu’elle avait « tout à fait sa place ».

Face à la presse, le président de la République a déclaré que la présence d’Aya Nakamura lors de la cérémonie d’ouverture ou de clôture des Jeux serait « une bonne chose si elle en fait partie avec d’autres », soulignant que l’artiste « parle à bon nombre de nos compatriotes ».

Cependant, Emmanuel Macron a rappelé que la décision finale revenait à la direction artistique, dirigée par Monsieur Thomas Joly, responsable des cérémonies des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024.

Cette prise de position intervient après plusieurs semaines de polémique autour d’une possible participation d’Aya Nakamura, la chanteuse franco-malienne étant la cible de critiques de la part de la droite et de l’extrême droite.

Toutefois, la situation semble évoluer favorablement pour l’artiste, puisque les belles-sœurs et héritières d’Édith Piaf ont exprimé leur soutien à l’idée qu’Aya Nakamura interprète une chanson de la Môme lors des JO de Paris, après avoir été sollicitées pour l’utilisation de « L’Hymne à l’amour » lors d’une cérémonie.

Lire Plus

Les + Lus