Nous rejoindre sur les réseaux

Frontignan

[Frontignan] Prix : Le poisson rouge récompensé pour sa carte des vins

Article

le

La première cérémonie du Tour des Cartes – spécial Occitanie a dévoilé son palmarès hier 5 octobre à Montpellier, avec le soutien des Vins Pays d’Oc IGP, dans le domaine de Manse.

Le bien connu restaurant frontignanais Le poisson rouge a reçu lundi 5 octobre le Prix spécial du jury lors de la 1ère première cérémonie du Tour des Cartes – spécial Occitanie organisée par Terres de vins.

Lors de la cérémonie (6 catégories d’établissements sont recensées), un Prix Spécial du jury a été décerné au Poisson Rouge, qui, installé les pieds dans le sable à Frontignan plage,  « depuis 18 ans mène un travail de fond sur les vins avec une carte originale et pédagogique, avec beaucoup de vins bio, sous l’égide de son nouveau sommelier », a déclaré le jury.

Une distinction qui valorise le territoire frontignanais et n’a pas manqué de satisfaire l’ensemble de l’équipe du restaurant, à l’image de Jordan Mabileau, chef de salle, présent avec son sommelier Corentin Zambeaux lors de la cérémonie pour recevoir le prix.

Bassin de Thau

Thau : première BD pour Morgane Chauvet et Mataïrea Mare

Article

le

Deux jeunes de Poussan et Frontignan se sont lancés dans le dessin en publiant une bande dessinée sur le site Webtoons. 

Heisenberg, ce mot ne vous évoque rien ? Pourtant c’est le nom de la première bande dessinée de Morgane Chauvet de Poussan et Mataïrea Mare de Frontignan qui vient de sortir sur internet.
« Chasyslomani est une petite ville sans prétention du fin fond de la Sibérie. Elle l’était, jusqu’à ce que toutes les horloges se soient arrêtées de tourner. Ce premier événement était précurseur de ce qui mènerait le monde à une inexorable fin. » Le synopsis annonce une histoire du genre thriller, qui va vous intriguer et vous plonger dans son monde assez rapidement.  

Une histoire, quatre mains

Ce couple de jeunes adultes de la vingtaine s’est rencontré au lycée. Leurs passions se sont entrechoquées et depuis collaborent sur cette bande dessinée « Heisenberg ». Pour cette dernière, chacun avait son rôle attitré, « Nous avons tous les deux écrits le scénario, (…) pour la mise au propre, Mataïrea s’occupe des personnages et moi des décors. » nous explique Morgane. Leur inspiration ? Le goût pour le mystère et les secrets.  « On aime tout remettre en question et aller creuser dans le tabou. » explique la dessinatrice, « on a toujours aimé écrire tous les deux et lorsqu’on créé ensemble tout s’emboite parfaitement. » voilà les paroles d’un duo qui se complète parfaitement et qui plus est, a de l’ambition, car pour pouvoir participer à un concours qui peut leur octroyer notoriété et argent !

Plus qu’une bande-dessinée

« C’est pour moi le moyen de devenir quelqu’un » détaille-t-elle. Car pour le duo de dessinateurs, dessiner est plus important que ce que vous croyez. « C’est pour moi un moyen de m’exprimer.  Avec le dessin la possibilité de transmettre des émotions aux gens ». 

De plus, la bande dessinée est inscrite à un concours où n’importe qui qui veut s’essayer au maniement du crayon peut participer. « Nous avons jusqu’en août pour faire grandir notre communauté et peut-être avoir la chance de remporter entre 5000€ et 15000€ », et ça a l’air très bien parti ! Plus de 330 lectures et elle est classée deuxième dans sa catégorie, c’est un bon début ! « les vues sont très importantes, et les likes vont donner de la crédibilité au classement » complète Morgane. 

Si vous êtes attentifs, nos deux Héraultais se sont amusés à cacher des indices qui annoncent la suite de l’histoire dans le premier volet, vous devrez donc chercher attentivement ( car c’est très bien caché) cinq indices qui annoncent une suite encore plus trépidante que le premier volet. Une suite qui sera disponible sûrement dans les semaines à venir « si nous sommes rapides, je dirais dans une à deux semaines et l’épisode 3 maximum le 30 août ». Restez donc à l’affût pour suivre cette fabuleuse histoire de nos deux dessinateurs. 

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Bassin de Thau

Covid-19 : nouvelles restrictions pour Sète, Frontignan et Marseillan

Article

le

Pour faire face à la propagation du coronavirus, le préfet de l’Hérault a décidé de renforcer certaines restrictions. 

Les mesures sanitaires sont une nouvelle fois renforcées dans l’Hérault. Pour faire face à la propagation du coronavirus, Hugues Moutouh, le préfet, a décidé d’accentuer certaines restrictions.

Une forte augmentation du taux d’incidence continue d’être observée dans l’Hérault traduisant une circulation active du virus Covid-19. Ce taux est actuellement de 470.8 cas dépistés positifs pour 100 000 habitants, contre 227 le 21 juillet dernier.

Le niveau des hospitalisations a sensiblement augmenté ces 14 derniers jours (+44.2%). Les lits de réanimation du département sont par ailleurs occupés à plus de 85%. Cette dégradation de la situation justifie la prise de nouvelles mesures sanitaires afin de freiner la propagation du virus. Le préfet de l’Hérault a décidé, à compter du mardi 27 juillet 2021 et jusqu’au dimanche 15 août 2021 :

D’étendre l’obligation du port du masque en extérieur à tout le département, à l’exception des 6 communes de la C.C. des Monts de Lacaune et de la Montagne du Haut Languedoc (La Salvetatsur-Agout, Le Soulie, Fraisse-sur-Agout, Cambon-et-Salvergues, Rosis, Castanet le Haut), des plages, des zones de baignade et des grands espaces naturels.

Le port du masque reste toutefois fortement conseillé dans ces territoires et espaces dans toutes les situations où le maintien des distanciations physiques ne peut être assuré.

La vente d’alcool à emporter est interdite de 20h à 6h dans les villes : Montpellier, Béziers, Sète, Lattes et dans toutes les stations balnéaires du littoral : La Grande Motte, Agde, Mauguio-Carnon, Palavas- les-Flots, Villeneuve-lès-Maguelone, Frontignan, Marseillan, Vias, Portiragnes, Sérignan, Valras et Vendres.

D’interdire la consommation d’alcool sur la voie publique (hors terrasses extérieures) sur le territoire des 16 communes sus-mentionnées.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Frontignan

Frontignan : les habitants des Aresquiers ne risquent plus de perdre leur toit

Article

le

Le tribunal de Montpellier confirmait il y a quelques jours le rejet de la procédure d’expulsion des habitants des Aresquiers engagée par la préfecture Héraultaise. Après des années de lutte, c’est le moment de respirer à nouveau pour les Cabaniers. 

Les premières constructions faites aux Aresquiers sont apparues au cours du 19ème siècle. Au départ, il s’agissait de cabanes pour les pêcheurs, les chasseurs ou encore les viticulteurs. Aujourd’hui, grâce a des conventions établies par l’Etat, elles se sont changées en vraies maisons, dans lesquelles les habitants vivent, comme dans n’importe quel quartier en France. 

Problème : en 2014, le Préfet ordonnait l’évacuation du quartier, avec pour prétexte qu’il se trouvait en zone inondable. L’ARCA (Association des riverains du canal des Aresquiers), créée à la fin du 20eme siècle, lutte depuis lors contre cette décision, prise notamment sans indemnisation.  

Des habitants qui tiennent à leur habitat  

En 2019, lorsque les habitants ont appris qu’ils seraient expulsables sous peu, Claudine Laberenne, qui vit ici depuis 1985 et accueille l’ARCA chez elle, s’insurgeait « Nous, on a travaillé toute notre vie pour se payer une petite maison et à l’âge de la retraite, on nous met dehors comme des squatteurs, comme des malpropres alors qu’on a toujours tout payé comme tout propriétaire, en payant en plus une taxe domaniale ! »

Dans ce quartier frontignanais, les habitants ont un fort ancrage local, comme le président de l’association Jacky Campla, justement élu grâce à son ancienneté. Il aborde ses « profondes racines en ce lieu », venues de son arrière grand-père, qui a obtenu sa parcelle en 1923, soit il y a presque un siècle. 

Il parle également d’une habitante, âgée de 88 ans et née de pêcheurs, dans la même maison dans laquelle elle vit. C’est la plus ancienne maison des Aresquiers, et cette habitante y tient, comme beaucoup d’autres.

La municipalité engagée dans le combat  

C’est surement ce pourquoi la mairie de Frontignan s’est engagée depuis le début dans cette lutte pour les habitants. A l’époque, « Au départ c’est Pierre Bouldoire qui nous a défendu et s’est porté en intervention volontaire auprès du tribunal », comme raconte Jacky. Aujourd’hui, « le nouveau maire de Frontignan suit la même démarche, et l’avocat de la mairie nous a défendu dans un cadre historique et patrimonial » .

Ces habitants vivent ainsi un bras de fer contre l’Etat et la préfecture de l’Hérault qui ne cesse de rebondir, allant de report en nouvelles assignations en justice. Selon le président, « l’Etat s’appuie sur les risques d’inondations de façon un peu lourde, puisqu’il y a eu encore moins d’inondations qu’à Frontignan ou à Palavas ». Il ajoute que les Aresquiers n’ont pas connu autant de dommages que ces villes « mais qu’ils continuent d’argumenter sur ça ».

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Les + Lus