Nous rejoindre sur les réseaux

Sports

Foot: dernière envolée pour Bruno Martini, ex-gardien des Bleus parti à 58 ans

Article

le

foot:-derniere-envolee-pour-bruno-martini,-ex-gardien-des-bleus-parti-a-58-ans

Ancien gardien de l’équipe de France, « légende » de l’AJ Auxerre où cet homme discret et apprécié a effectué l’essentiel de sa carrière, Bruno Martini est mort à l’âge de 58 ans, a annoncé mardi Montpellier, son dernier club.

Son décès a donné lieu à de nombreux hommages unanimes, de la part des clubs français comme des personnalités du ballon rond.

L’AJA s’est émue de la disparition de « l’un des plus grands gardiens de l’histoire du football français », une « véritable légende » en Bourgogne. « Le MHSC pleure l’un des siens », a réagi Montpellier, où Martini occupait le poste de directeur adjoint du centre de formation.

« Quelle tristesse, quel homme formidable. Le football perd un homme intègre, honnête et passionné », s’est incliné Luis Fernandez, ex-joueur et entraîneur du Paris SG.

Victime d’un arrêt cardio-respiratoire, Martini s’était effondré en début de semaine passée en retournant à sa voiture après un entraînement et avait été évacué en soins intensifs au centre de réanimation du CHU de Montpellier.

Né à Nevers, il avait rejoint à 19 ans l’AJ Auxerre pour 14 saisons (dont deux en prêt à Nancy) et y avait pris la succession de Joël Bats, autre gardien emblématique du football tricolore.

Invincible à Auxerre

Il a fini aussi par remplacer son aîné en équipe de France, alignant 31 sélections entre 1987 et 1996, disputant l’Euro-1992 et restant sur le banc en 1996.

Martini a également été champion d’Europe Espoirs en 1988 avec Laurent Blanc, Eric Cantona, Franck Passi ou Bernard Casoni.

En club, il ne compte qu’une Coupe de France à son palmarès, la première de l’AJA et de Guy Roux, remportée en 1994 contre Montpellier (3-0).

Mais il a vécu d’autres moments historiques, comme son record d’invincibilité du 17 octobre 1987 au 20 février 1988 (aucun but encaissé durant 892 minutes), battu par Gaëtan Huard avec Bordeaux en 1992-1993 (1.176 minutes).

En Coupe d’Europe, son sommet a été la demi-finale de Coupe de l’UEFA à l’Abbé-Deschamps, perdue aux tirs au but contre le Borussia Dortmund (0-2/2-0, 5 t.a.b. à 6), en 1993.

Avec les Bleus, il participe au Grand chelem des qualifications pour l’Euro-1992: huit victoires en huit matches sous la direction de Michel Platini, devenu sélectionneur. Mais les Bleus quittent l’Euro suédois après le premier tour.

Après son long règne bourguignon, il a fini sa carrière à Montpellier (1995-1999).

Joueur d’échecs, grand lecteur

Pendant plus de 10 ans, il a ensuite entraîné les gardiens de l’équipe de France (1999-2010) et, à ce titre, a été champion d’Europe 2000 et vice-champion du monde 2006.

A la Direction technique nationale (DTN), il a également travaillé à la mise en place de la formation des gardiens de haut niveau.

Puis il est revenu à Montpellier, où ce titulaire du diplôme d’entraîneur a assuré au côté de Pascal Baills un court intérim à la tête de l’équipe première, après la démission de Rolland Courbis en décembre 2015 et avant la nomination de Frédéric Hantz fin janvier 2016.

Réputé pour sa grande discrétion, celui qui vivait à La Grande-Motte au bord de la mer, près de Montpellier, était un personnage singulier du foot des années 1990.

Joueur d’échecs, amateur de lecture (il évoquait Goethe, Gide, Céline ou Montherlant), il préférait également les grands anciens en musique, citant « Mozart, Wagner, Bach mais, surtout, Haendel ».

Il était également classique à son poste, excellent sur sa ligne, peu enclin à sortir et jouer au pied comme le font les gardiens aujourd’hui.

Martini a failli ne pas devenir footballeur. Major du concours pour devenir prof d’éducation physique, il n’a pas pu le valider car il a raté son bac D. Repéré par Guy Roux à l’AJA, il a été prêté à Nancy pour s’aguerrir. Il a remplacé Jean-Michel Moutier sur une blessure, et quand le grand ami de Platini a été guéri, la cage était tenue pour de bon par le jeune Martini.

C’était le début d’une grande carrière dans le foot français, qui s’est éteinte un soir d’octobre.

Sports

C1: le PSG retrouve son rival barcelonais sous la menace terroriste

Article

le

C1: le PSG retrouve son rival barcelonais sous la menace terroriste

Le Paris Saint-Germain (PSG) se prépare à affronter Barcelone dans un contexte sécuritaire tendu, suite à des menaces terroristes, alors que les deux équipes se retrouvent en quart de finale de la Ligue des champions.

Le ministre de l’Intérieur français, Gérald Darmanin, a annoncé un renforcement considérable de la sécurité à Paris en réponse à des menaces du groupe jihadiste État islamique visant les matchs des quarts de finale de la compétition.

Malgré ce contexte sécuritaire, les joueurs du PSG restent concentrés sur le match. Danilo Pereira, défenseur du club, souligne l’importance de se focaliser sur le football malgré les mesures de sécurité renforcées.

Cette saison, le PSG affiche de bonnes performances, malgré les doutes liés aux départs de Neymar et Messi. Toujours en lice en Ligue des champions, en finale de la Coupe de France et en tête du classement de la Ligue 1, l’équipe se sent confiante. Les confrontations avec Barcelone suscitent toujours des passions chez les joueurs et les supporters.

L’entraîneur du PSG, Luis Enrique, ancien joueur et entraîneur du Barça, reconnaît l’importance de ces matchs. Surnommé le « socio culer », il avoue que son cœur reste attaché à Barcelone malgré son engagement envers Paris.

La rivalité entre les deux équipes a été renforcée depuis la « remontada » historique de Barcelone en 2017, où le PSG a subi une défaite retentissante. Depuis lors, les deux clubs se sont affrontés à plusieurs reprises, marquant ainsi une rivalité intense.

Malgré les départs de stars telles que Neymar et Messi du Barça vers le PSG, ainsi que celui d’Ousmane Dembélé, le match promet d’être disputé. Les deux équipes se battront pour la victoire dans un duel qui dépasse les simples enjeux sportifs.

Lire Plus

Sports

Football – EDF : Kolo Muani porte les bleus contre le Chili à Marseille

Article

le

Football - EDF : Kolo Muani porte les bleus contre le Chili à Marseille

Trois jours après leur défaite face à l’Allemagne, les Bleus ont retrouvé le chemin de la victoire en battant le Chili 3-2 à Marseille. Malgré une performance en dents de scie, l’équipe française a su rebondir grâce notamment à Randal Kolo Muani, auteur d’un but et d’une passe décisive, dans un match marqué par les blessures de Jonathan Clauss et d’Eduardo Camavinga.

L’équipe de France, remaniée depuis son dernier match, a connu un début difficile en encaissant un but dès les premières minutes du match. Cependant, elle a rapidement réagi avec des offensives plus abouties, permettant à Youssouf Fofana d’égaliser rapidement. Peu après, Randal Kolo Muani a donné l’avantage aux Bleus d’une tête bien placée.

Malgré quelques frayeurs, notamment avec un tir sur le poteau du gardien Mike Maignan, les Français ont su maintenir leur avance grâce à un but d’Olivier Giroud. Le Chili a réduit l’écart en marquant un deuxième but, mais la France a tenu bon jusqu’au coup de sifflet final.

Cette victoire permet à l’équipe de France de rebondir après sa défaite contre l’Allemagne et de regagner en confiance avant les prochaines échéances, notamment l’Euro de football qui débutera en juin.

Lire Plus

Sports

Tournoi des Six Nations 2024 : Victoire des Bleues contre l’Angleterre

Article

le

Tournoi des Six Nations 2024 : Victoire des Bleues contre l'Angleterre

Le XV de France clôture le Tournoi des Six Nations 2024 avec une victoire épique face à l’Angleterre (33-31), mais les apparences sont parfois trompeuses. Malgré cette performance, qui assure une deuxième place dans le tournoi, l’équipe française reste confrontée à plusieurs défis majeurs.

Sur le papier, les statistiques semblent encourageantes : une deuxième place derrière l’Irlande, la quatrième en cinq ans ; la deuxième meilleure attaque du tournoi ; Thomas Ramos sacré meilleur réalisateur avec 63 points à son actif.

Cependant, ces chiffres dissimulent une réalité plus mitigée pour le XV de France, qui a connu un Tournoi laborieux. Le début chaotique avec une défaite face à l’Irlande (17-38), suivie d’une victoire laborieuse en Écosse (20-16) et d’un nul décevant contre l’Italie (13-13), a été suivi de deux victoires éclatantes au Pays de Galles (45-24) et contre l’Angleterre.

Le sélectionneur Fabien Galthié a qualifié ce tournoi d' »enfer » où l’équipe a dû faire preuve de solidité et de résilience. Près de six mois après la déception du quart de finale de la Coupe du Monde 2023, les Bleus peinent encore à digérer cette sortie prématurée de la compétition.

Malgré des moments difficiles, les joueurs ont su montrer leur unité et leur détermination. Louis Bielle-Biarrey a souligné que ces épreuves allaient renforcer l’équipe à l’avenir.

La défense, point fort autrefois, a été le talon d’Achille de l’équipe avec quatorze essais encaissés, le pire bilan depuis l’arrivée de Fabien Galthié. Malgré tout, le XV de France a pu compter sur ses talents individuels, avec des actions décisives de joueurs comme Gaël Fickou, Damian Penaud ou Léo Barré.

Cette épreuve a également permis à certains joueurs de se révéler, tandis que les cadres ont retrouvé leur rang, en l’absence de joueurs clés comme Antoine Dupont ou Romain Ntamack. La discipline de l’équipe s’est améliorée, bien que quelques cartons jaunes et rouges aient été distribués au cours du tournoi.

Maintenant, les regards se tournent vers la tournée estivale en Argentine, où l’équipe devra confirmer ses progrès et renforcer sa cohésion.

Lire Plus

Les + Lus