Nous rejoindre sur les réseaux

Sports

Euro: l’Italie illico presto, le pays de Galles y est presque

Article

le

euro:-l’italie-illico-presto,-le-pays-de-galles-y-est-presque

L’Italie n’a pas perdu de temps: cinq jours après avoir donné le coup d’envoi de l’Euro, la « Nazionale » est devenue mercredi, à la faveur de son succès face à la Suisse (3-0), la première équipe qualifiée pour les huitièmes de finale où elle devrait être accompagnée par le pays de Galles.

Deux victoires, six points, six buts marqués et aucun encaissé: l’Italie, absente de marque de la dernière Coupe du monde en Russie, ne manque pas son retour sur la scène internationale.

Contre la Suisse, elle a enchaîné un 29e match sans défaite et n’est plus qu’à une longueur du record établi par sa devancière de 1935 à 1939.

Plus important encore, Roberto Mancini et ses joueurs ont confirmé ce qu’ils avaient montré dans le match d’ouverture remporté 3 à 0 face à la Turquie: il va falloir compter sur eux pour le titre.

Tout n’a pas été parfait au Stadio Olimpico, notamment un premier quart d’heure un peu laborieux, mais la « Nazionale », toujours sans Marco Verratti, relégué une fois encore en tribunes, a de la ressource.

Même la sortie sur blessure de son capitaine Giorgio Chiellini, dès la 24e minute et quelques instants seulement après avoir cru ouvrir la marque avant l’intervention de l’assistance vidéo à l’arbitrage (VAR), ne l’a pas perturbée.

Mancini peut notamment compter sur Dominico Berardi, révélation à 26 ans de ce début de tournoi. C’est sur un contre superbement négocié par l’ailier de Sassuolo qui a servi en retrait son coéquipier en club Manuel Locatelli pour donner l’avantage à l’Italie (26e).

Doublé de Locatelli

Profitant des largesses de la défense suisse, Locatelli doublait la marque (52e), avant le 3e but en fin de match de Ciro Immobile (89e).

Dans l’autre rencontre du groupe A disputée plus tôt à Bakou devant le président turc Recep Tayyip Erdogan et 30.000 spectateurs acquis à la cause de la Turquie, le pays de Galles s’est relancé après son décevant nul (1-1) inaugural contre la Suisse.

Le dragon gallois s’est réveillé avec un succès (2-0) et un festival d’ouvertures lumineuses de Gareth Bale.

Le capitaine gallois n’a toujours pas mis fin à sa disette de buts en sélection qui dure depuis octobre 2019, mais il a distillé deux passes décisives, la première pour Aaron Ramsey (43e), la seconde en fin de match, sur un corner joué astucieusement pour Connor Roberts.

De quoi oublier son penalty grossièrement manqué à l’heure de jeu.

Avec quatre points et un dernier match de poules contre une Italie déjà qualifiée dimanche, les Gallois, surprenants demi-finalistes de l’Euro-2016, peuvent commencer à penser aux huitièmes.

« On peut y penser, mais il va falloir encore être patient. Si on nous avait dit qu’on aurait quatre points après deux matches, on aurait signé des deux mains », a résumé Bale.

Au lendemain du choc entre les deux derniers champions du monde France-Allemagne (1-0), la 2e journée de la phase de groupes a débuté par la courte victoire de la Russie face à la Finlande (1-0) à Saint-Pétersbourg.

Alekseï Miranchuk a fait la différence dans le temps additionnel de la première période, d’une superbe frappe enroulée du gauche.

Pas de sanction contre Rüdiger

Pour le match décisif contre le Danemark lundi, la Russie, déjà décimée par les blessures, devra probablement faire sans son défenseur d’origine brésilienne Mario Fernandes, sorti sur civière après un duel aérien (26e).

Les premières informations avaient même fait craindre une grave blessure à la colonne vertébrale, mais Fernandes a finalement pu regagner Moscou avec ses coéquipiers.

Cette défaite condamne la Finlande, victorieuse du Danemark samedi (3-0), à l’exploit contre la Belgique lundi dans son dernier match de poules.

« Ca sera un défi énorme pour nous. Mais l’équipe a montré qu’elle était capable de rivaliser », a insisté le sélectionneur Markku Kanerva, dont les joueurs se sont échauffés avec un T-shirt « Get well Christian! » (« Bon rétablissement Christian! ») en hommage au Danois Christian Eriksen, toujours hospitalisé après son malaise cardiaque en plein match.

La journée a été chargée pour l’UEFA qui a infligé un match de suspension à l’Autrichien Marko Arnautovic pour avoir « insulté un autre joueur » lors de la victoire de son pays face à la Macédoine du Nord (3-1).

L’instance européenne a en revanche renoncé à ouvrir une procédure disciplinaire contre le défenseur allemand Antonio Rüdiger, accusé par Paul Pogba de l’avoir « un peu grignoté » mardi soir lors de la défaite allemande face aux Bleus (1-0).

Autre dossier arrivé sur les bureaux de l’UEFA, celui du maintien en jeu durant France-Allemagne de Benjamin Pavard, percuté violemment par l’Allemand Robin Gosens en plein visage, une décision qui ravive le débat sur la prise en charge des commotions dans le football.

Sports

Euro 2024 : Didier Deschamps dévoile la liste des 25 Bleus

Article

le

Euro 2024 : Didier Deschamps dévoile la liste des 25 Bleus
©TF1

La sélection pour l’Euro 2024 inclut les surprises de Bradley Barcola et le retour inattendu de N’Golo Kanté après plus de deux ans d’absence.

Didier Deschamps, sélectionneur de l’équipe de France, a annoncé ce jeudi la liste des 25 joueurs qui représenteront les Bleus à l’Euro 2024 en Allemagne. Parmi les sélectionnés, on note l’intégration de Bradley Barcola, récompensé pour sa remarquable saison au PSG, et le retour surprise de N’Golo Kanté, absent depuis juin 2022.

La présence de N’Golo Kanté, qui évolue désormais à Al-Ittihad en Arabie Saoudite, a surpris de nombreux observateurs. Après une longue absence due à des blessures, Kanté, champion du monde en 2018, n’avait plus joué en Bleu depuis un match contre le Danemark en juin 2022. Son inclusion s’explique par la nécessité de renforcer le leadership de l’équipe, surtout après la blessure de Lucas Hernandez. Kanté, malgré le niveau controversé du championnat saoudien, a cumulé près de 4000 minutes de jeu cette saison, convainquant Deschamps de sa capacité à contribuer efficacement à l’Euro.

Bradley Barcola, convoqué pour la première fois en équipe nationale, a également été une surprise. Sa saison impressionnante avec le PSG, notamment une performance marquante contre Nice, lui a valu cette opportunité. Barcola était initialement destiné à jouer un rôle clé dans l’équipe de France olympique, mais ses récentes démonstrations lui ont ouvert les portes des A, où il pourrait servir de doublure à Kylian Mbappé.

En défense, Ferland Mendy fait son retour après une absence prolongée. Absent depuis septembre 2022, il a retrouvé sa forme avec le Real Madrid, remplaçant Lucas Digne. Théo Hernandez, vice-champion du monde, conserve sa place, tout comme 18 autres membres de l’équipe finaliste de la Coupe du monde 2022, formant le socle de l’équipe.

Kingsley Coman, malgré une récente blessure à l’adducteur, sera également présent après avoir repris l’entraînement avec le Bayern Munich. Moussa Diaby, malgré une fin de saison réussie avec Aston Villa, ne fait pas partie de la liste.

Didier Deschamps espère que cette sélection, marquée par des retours significatifs et des nouveaux talents, permettra aux Bleus de briller à l’Euro 2024.

LA LISTE DES BLEUS POUR L’EURO 2024 :

Gardiens :

Mike Maignan
Brice Samba
Alphonse Areola

Défenseurs :

Jonathan Clauss
Jules Koundé
William Saliba
Ibrahima Konaté
Dayot Upamecano
Benjamin Pavard
Théo Hernandez
Ferland Mendy

Milieux :

Aurélien Tchouaméni
Youssouf Fofana
Adrien Rabiot
Eduardo Camavinga
Warren Zaïre-Emery
Antoine Griezmann
N’Golo Kanté

Attaquants :

Kylian Mbappé
Olivier Giroud
Ousmane Dembélé
Randal Kolo Muani
Bradley Barcola
Marcus Thuram
Kingsley Coman

Lire Plus

Sports

Ligue 1 : Marseille s’impose face à Lorient malgré une prestation en demi-teinte

Article

le

Ligue 1 : Marseille s'impose face à Lorient malgré une prestation en demi-teinte

Les Olympiens restent en lice pour une qualification européenne tandis que Lorient se rapproche dangereusement de la relégation.

Après leur élimination décevante en demi-finale de la Ligue Europa contre l’Atalanta, l’Olympique de Marseille devait se ressaisir rapidement pour garder ses chances de qualification européenne pour la saison prochaine. L’affrontement contre Lorient ce dimanche s’avérait crucial à cet égard.

Le début de la rencontre a vu les Lorientais se créer les premières occasions, mais sans réussite. C’est pourtant Marseille qui a ouvert le score grâce à Aubameyang, bien servi par Murillo (36e), suivi d’un but de Gigot (41e). Malgré une réduction de l’écart par Benjamin Mendy pour Lorient (43e), l’OM a rapidement creusé l’écart en seconde période sur un penalty transformé par Aubameyang (54e).

Bien que Lorient ait continué à se battre avec des occasions, notamment une frappe sur la barre de Katseris (65e), et une tentative de Bouanani (88e), Marseille a conservé son avance jusqu’au bout pour remporter le match.

Malgré cette victoire, Lorient se rapproche dangereusement de la relégation, tandis que Marseille reste en lice pour une place européenne. Avec une rencontre en retard à venir contre Reims, les Olympiens peuvent encore espérer accrocher la sixième ou la septième place au classement.

Lire Plus

France

Marseille : La flamme olympique embrasée pour les JO de Paris 2024

Article

le

Marseille : La flamme olympique embrasée pour les JO de Paris 2024

L’événement marqué par une parade maritime spectaculaire et l’allumage du chaudron par la star du rap Jul, mais aussi par des manifestations et des sifflets contre Emmanuel Macron.

La flamme olympique a illuminé le Vieux-Port de Marseille lors d’une cérémonie somptueuse, marquant ainsi son arrivée en France pour les Jeux Olympiques de Paris 2024. L’événement, précédé d’une parade maritime grandiose, a été célébré avec faste, mais n’a pas manqué de susciter des réactions mitigées.

Le mythique trois-mâts Belem a été le vaisseau porteur de la flamme, qui a été accueilli par une foule enthousiaste sous un magnifique arc-en-ciel. La descente de la flamme, entre les mains du champion olympique de natation Florent Manaudou, a été un moment empreint d’émotion, symbolisant le lien entre la tradition maritime de la ville et l’esprit olympique.

La flamme a ensuite été transmise à la championne paralympique Nantenin Keita, soulignant ainsi l’importance de l’inclusion et de la diversité aux Jeux Olympiques. C’est finalement Jul, l’artiste rap marseillais, qui a eu l’honneur d’allumer le chaudron olympique pour la nuit, au milieu des acclamations de la foule.

Cependant, l’événement n’a pas été sans controverse. Alors que le président Emmanuel Macron assistait à la cérémonie, des sifflets ont retenti, témoignant de la polarisation politique autour de l’événement. Malgré cela, la flamme a symbolisé l’unité et la fierté pour de nombreux spectateurs.

Les festivités se sont poursuivies avec un concert gratuit, mettant en vedette des artistes locaux comme Soprano et Alonzo, rassemblant ainsi les communautés dans une célébration de la diversité culturelle de Marseille.

Cependant, des voix discordantes se sont également fait entendre. Des manifestants ont exprimé leur opposition aux Jeux Olympiques en raison de leurs préoccupations environnementales et ont demandé l’exclusion d’Israël, suscitant ainsi des débats sur les questions politiques et sociales liées à l’événement.

Malgré ces tensions, la flamme olympique a brillé de tout son éclat, annonçant le début d’un voyage à travers la France, symbolisant l’esprit de compétition, d’inclusion et de célébration qui caractérise les Jeux Olympiques.

Lire Plus

Les + Lus