Nous rejoindre sur les réseaux

Sports

Euro de natation: Popovici continue d’écrire sa folle histoire

Article

le

euro-de-natation:-popovici-continue-d’ecrire-sa-folle-histoire

Deux jours après son record du monde du 100 m, David Popovici, 17 ans, a encore étalé son incroyable talent en devenant le nouveau champion d’Europe du 200 m nage libre, et au passage, le troisième meilleur performeur de tous les temps, lundi à Rome.

Le plan de course du prodige roumain était simple: « Je n’avais pas vraiment de temps en tête, le seul conseil que mon coach m’a donné, c’est +Fais quelque chose de fou+. Je pense que ce que j’ai fait est assez fou pour le moment », a raconté l’adolescent après sa course, calme, décontracté, à l’aise face aux médias comme à son habitude.

En tête dès la première coulée, Popovici n’a jamais lâché la première place, et a même accéléré dans la dernière longueur pour s’imposer en 1 min 42 sec 97, devançant largement le Suisse Antonio Djakovic (1:45.60) et l’Autrichien Felix Auboeck (1:45.89).

« La dernière longueur est ma spécialité, dans le 100 m comme dans le 200 m. Du coup, je savais que j’allais laisser les autres un peu derrière. Je m’y attendais », a-t-il expliqué. Pourtant, « ce n’est pas facile à faire », a-t-il assuré. « J’étais extrêmement fatigué. J’ai eu des courses où j’ai été beaucoup plus fatigué que ça, mais celle-là m’a tué un peu. »

On le pensait inaccessible pendant encore un bon moment mais le vieux record du monde de l’Allemand Paul Biedermann (1 min 42 s 00 en 2009 à Rome), établi à la folle époque des combinaisons, peut commencer à vaciller.

« J’ai enfin réussi à nager sous 1 min 43 (son ancien record était de 1:43.21, NDLR). Le temps est excellent, c’était une course difficile à nager. Je pense que le temps est mérité », s’est félicité Popovici.

« Nous sommes tous humains »

Dans l’histoire de la natation, ils ne sont que deux à être allés plus vite que lui sur la distance. Paul Biedermann, donc, et la légende américaine Michael Phelps, pour un petit centième (1:42.96). Le Français Yannick Agnel, sacré champion olympique aux Jeux de Londres en 2012 avec un chrono de 1:43.14, rétrograde lui au rang de quatrième meilleur performeur de l’histoire.

Interrogé en début de semaine sur la possibilité de s’approcher du record du monde du nageur allemand, établi dans cette même piscine du Foro Italico, Popovici, philosophe, avait répondu: « Paul est humain, il était humain quand il a battu le record, et nous sommes tous humains. Je pense que c’est aussi simple que ça. »

A 17 ans, l’adolescent tout maigre de Bucarest continue de défier les limites du temps, après avoir décroché samedi le titre européen sur la distance reine de la natation, le 100 m, en améliorant de cinq centièmes le record du monde du Brésilien César Cielo en 46.86.

« Bon endroit pour commencer »

Celui qui avait déjà réalisé le doublé 100-200 m aux Mondiaux de Budapest en juin dernier s’impose assurément comme le nouveau phénomène des bassins.

Mais son nouveau statut ne semble pas l’affecter. « Je ne suis pas allé sur les réseaux sociaux (…) Je ne sais pas vraiment quel impact j’ai en Roumanie en ce moment ou dans le monde de la natation, je ne vois que ce qui est autour de moi », a-t-il affirmé avec sa maturité déconcertante. « Mais au bout d’un moment, en allant sur internet, je verrai l’impact que j’ai eu, et je suis excité de le savoir. »

Son programme dans la capitale italienne est loin d’être fini puisqu’il s’élancera dès mercredi pour les séries du 400 m, une distance qui ne fait pas partie de ses habitudes.

« C’est la course la plus bizarre que je vais faire ici parce que je n’ai aucune expérience. Je l’ai seulement nagée trois fois dans ma vie et c’était dans des petits meetings. Mais c’est un bon endroit pour commencer et voir si je suis bon ou pas.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Sports

C1: le PSG retrouve son rival barcelonais sous la menace terroriste

Article

le

C1: le PSG retrouve son rival barcelonais sous la menace terroriste

Le Paris Saint-Germain (PSG) se prépare à affronter Barcelone dans un contexte sécuritaire tendu, suite à des menaces terroristes, alors que les deux équipes se retrouvent en quart de finale de la Ligue des champions.

Le ministre de l’Intérieur français, Gérald Darmanin, a annoncé un renforcement considérable de la sécurité à Paris en réponse à des menaces du groupe jihadiste État islamique visant les matchs des quarts de finale de la compétition.

Malgré ce contexte sécuritaire, les joueurs du PSG restent concentrés sur le match. Danilo Pereira, défenseur du club, souligne l’importance de se focaliser sur le football malgré les mesures de sécurité renforcées.

Cette saison, le PSG affiche de bonnes performances, malgré les doutes liés aux départs de Neymar et Messi. Toujours en lice en Ligue des champions, en finale de la Coupe de France et en tête du classement de la Ligue 1, l’équipe se sent confiante. Les confrontations avec Barcelone suscitent toujours des passions chez les joueurs et les supporters.

L’entraîneur du PSG, Luis Enrique, ancien joueur et entraîneur du Barça, reconnaît l’importance de ces matchs. Surnommé le « socio culer », il avoue que son cœur reste attaché à Barcelone malgré son engagement envers Paris.

La rivalité entre les deux équipes a été renforcée depuis la « remontada » historique de Barcelone en 2017, où le PSG a subi une défaite retentissante. Depuis lors, les deux clubs se sont affrontés à plusieurs reprises, marquant ainsi une rivalité intense.

Malgré les départs de stars telles que Neymar et Messi du Barça vers le PSG, ainsi que celui d’Ousmane Dembélé, le match promet d’être disputé. Les deux équipes se battront pour la victoire dans un duel qui dépasse les simples enjeux sportifs.

Lire Plus

Sports

Football – EDF : Kolo Muani porte les bleus contre le Chili à Marseille

Article

le

Football - EDF : Kolo Muani porte les bleus contre le Chili à Marseille

Trois jours après leur défaite face à l’Allemagne, les Bleus ont retrouvé le chemin de la victoire en battant le Chili 3-2 à Marseille. Malgré une performance en dents de scie, l’équipe française a su rebondir grâce notamment à Randal Kolo Muani, auteur d’un but et d’une passe décisive, dans un match marqué par les blessures de Jonathan Clauss et d’Eduardo Camavinga.

L’équipe de France, remaniée depuis son dernier match, a connu un début difficile en encaissant un but dès les premières minutes du match. Cependant, elle a rapidement réagi avec des offensives plus abouties, permettant à Youssouf Fofana d’égaliser rapidement. Peu après, Randal Kolo Muani a donné l’avantage aux Bleus d’une tête bien placée.

Malgré quelques frayeurs, notamment avec un tir sur le poteau du gardien Mike Maignan, les Français ont su maintenir leur avance grâce à un but d’Olivier Giroud. Le Chili a réduit l’écart en marquant un deuxième but, mais la France a tenu bon jusqu’au coup de sifflet final.

Cette victoire permet à l’équipe de France de rebondir après sa défaite contre l’Allemagne et de regagner en confiance avant les prochaines échéances, notamment l’Euro de football qui débutera en juin.

Lire Plus

Sports

Tournoi des Six Nations 2024 : Victoire des Bleues contre l’Angleterre

Article

le

Tournoi des Six Nations 2024 : Victoire des Bleues contre l'Angleterre

Le XV de France clôture le Tournoi des Six Nations 2024 avec une victoire épique face à l’Angleterre (33-31), mais les apparences sont parfois trompeuses. Malgré cette performance, qui assure une deuxième place dans le tournoi, l’équipe française reste confrontée à plusieurs défis majeurs.

Sur le papier, les statistiques semblent encourageantes : une deuxième place derrière l’Irlande, la quatrième en cinq ans ; la deuxième meilleure attaque du tournoi ; Thomas Ramos sacré meilleur réalisateur avec 63 points à son actif.

Cependant, ces chiffres dissimulent une réalité plus mitigée pour le XV de France, qui a connu un Tournoi laborieux. Le début chaotique avec une défaite face à l’Irlande (17-38), suivie d’une victoire laborieuse en Écosse (20-16) et d’un nul décevant contre l’Italie (13-13), a été suivi de deux victoires éclatantes au Pays de Galles (45-24) et contre l’Angleterre.

Le sélectionneur Fabien Galthié a qualifié ce tournoi d' »enfer » où l’équipe a dû faire preuve de solidité et de résilience. Près de six mois après la déception du quart de finale de la Coupe du Monde 2023, les Bleus peinent encore à digérer cette sortie prématurée de la compétition.

Malgré des moments difficiles, les joueurs ont su montrer leur unité et leur détermination. Louis Bielle-Biarrey a souligné que ces épreuves allaient renforcer l’équipe à l’avenir.

La défense, point fort autrefois, a été le talon d’Achille de l’équipe avec quatorze essais encaissés, le pire bilan depuis l’arrivée de Fabien Galthié. Malgré tout, le XV de France a pu compter sur ses talents individuels, avec des actions décisives de joueurs comme Gaël Fickou, Damian Penaud ou Léo Barré.

Cette épreuve a également permis à certains joueurs de se révéler, tandis que les cadres ont retrouvé leur rang, en l’absence de joueurs clés comme Antoine Dupont ou Romain Ntamack. La discipline de l’équipe s’est améliorée, bien que quelques cartons jaunes et rouges aient été distribués au cours du tournoi.

Maintenant, les regards se tournent vers la tournée estivale en Argentine, où l’équipe devra confirmer ses progrès et renforcer sa cohésion.

Lire Plus

Les + Lus