Nous rejoindre sur les réseaux

Europe

Espagne: reprise des négociations entre Madrid et les séparatistes catalans

Article

le

espagne:-reprise-des-negociations-entre-madrid-et-les-separatistes-catalans

Suspendues depuis un an et demi, les négociations entre Madrid et les indépendantistes catalans reprennent mercredi, afin de tenter de trouver une issue à la crise dans cette région secouée en 2017 par une tentative de sécession.

Après avoir laissé planer le doute, le Premier ministre Pedro Sanchez a confirmé lundi soir qu’il ferait le déplacement en personne à Barcelone pour ces pourparlers.

« J’ai toujours défendu le dialogue (…), la nécessité d’ouvrir un nouveau chapitre » en Catalogne, a dit le dirigeant socialiste, qui a fait de l’apaisement dans cette région l’une de ses grandes priorités depuis son arrivée au pouvoir en 2018.

Mais les perspectives d’accord sont infimes tant les positions du gouvernement et de l’exécutif régional du séparatiste modéré Pere Aragonès sont opposées.

M. Sanchez a ainsi balayé de nouveau la principale revendication des indépendantistes: un accord sur l’organisation d’un référendum d’autodétermination.

« Si nous sommes face à des revendications jusqu’au-boutistes, il est clair que la discussion ne va pas durer longtemps », a-t-il insisté. Un référendum d’autodétermination « est contraire à la Constitution », a-t-il poursuivi.

Le Premier ministre est seulement favorable à un vote des Catalans sur l’octroi de nouvelles compétences à la région, qui compte déjà sa propre police notamment.

La tentative de sécession, en octobre 2017, de cette région du nord-est du pays, peuplée de 7,8 millions d’habitants, a été l’une des pires crises vécues par l’Espagne depuis la fin de la dictature franquiste en 1975.

Malgré l’interdiction de la justice, le gouvernement régional de Carles Puigdemont avait organisé un référendum d’autodétermination, émaillé de violences policières et suivi, quelques semaines plus tard, d’une déclaration d’indépendance mort-née.

Le gouvernement espagnol, alors dirigé par les conservateurs, avait réagi en mettant la région sous tutelle et en arrêtant les principaux leaders du mouvement qui n’avaient pas fui à l’étranger comme M. Puigdemont.

Condamnés pour neuf d’entre eux à la prison en 2019, ils ont été graciés en juin par le gouvernement Sanchez.

Nouvelle crise entre indépendantistes

La mise en place de ces négociations avait été obtenue par le parti ERC (Gauche Républicaine de Catalogne) de M. Aragonès en échange de son soutien à la reconduction au pouvoir de M. Sanchez début 2020.

Mais une seule réunion s’est tenue en février 2020 avant que les discussions ne soient gelées en raison de la pandémie et du contexte politique dans la région à la tête de laquelle M. Aragonès a succédé à l’indépendantiste radical Quim Torra en mai dernier.

Depuis l’élection de M. Aragonès, les relations entre Madrid et Barcelone se sont apaisées, permettant cette reprise des négociations et un accord sur un projet controversé d’agrandissement de l’aéroport de Barcelone.

Mais elles viennent d’être ravivées par la décision du gouvernement central de suspendre la semaine dernière ce projet, en raison d’une « perte de confiance » dans le gouvernement régional séparatiste, rongé par les tensions entre ERC et Ensemble pour la Catalogne (JxC), la formation de M. Puigdemont.

La reprise de ce dialogue est très mal vue par JxC et les tenants d’une ligne dure au sein du mouvement indépendantiste.

La formation de M. Puigdemont a d’ailleurs déclenché une crise en décidant mardi de boycotter les pourparlers où elle voulait aller uniquement si elle pouvait être représentée par deux anciens leaders graciés alors que seuls des membres du gouvernement régional peuvent y assister.

Europe

Une visite médicale obligatoire tous les 15 ans pour conserver son permis de conduire

Article

le

Permis de Conduire : bientôt une visite médicale obligatoire pour conserver son permis

Les États membres de l’Union européenne vont prochainement s’exprimer sur un projet de loi qui vise à instaurer une visite médicale pour délivrer ou renouveler le permis de conduire.

Un projet de loi débattu prochainement au Parlement européen pourrait changer les règles pour les automobilistes européens. Il prévoit une visite médicale obligatoire tous les quinze ans pour conserver son permis de conduire. Cette mesure, soutenue par la commission des Transports de l’instance européenne, vise à réduire de moitié le nombre de décès sur les routes d’ici 2030, dans une perspective ultime d’atteindre zéro mort d’ici 2050.

L’examen médical comprendrait un contrôle de la vue, tandis que les autres tests requis seraient définis par chaque État membre. Bien que cette proposition suscite des débats, elle s’inspire de pratiques déjà en vigueur dans certains pays européens, où des contrôles médicaux sont effectués à des intervalles réguliers pour les conducteurs âgés.

Si cette mesure est adoptée, elle ne serait pas mise en œuvre avant 2027. Son objectif principal est de garantir que les conducteurs restent aptes à conduire tout au long de leur vie, contribuant ainsi à la sécurité routière et à la réduction du nombre de victimes sur les routes de l’Union européenne.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Économie

Streaming audio : amende record en vue pour Apple, 500 millions d’euros selon UE

Article

le

Streaming audio : amende record en vue pour Apple, 500 millions d'euros selon UE

La firme américaine sur le point d’être sanctionnée pour favoritisme envers ses services au détriment de ses concurrents.

Selon une information relayée par le Financial Times, la Commission européenne serait sur le point de prononcer une amende historique à l’encontre d’Apple, atteignant la somme colossale de 500 millions d’euros. Cette sanction serait la première du genre pour le géant américain, lequel est accusé d’avoir violé la législation européenne en matière d’accès aux services de streaming musical.

Les accusations portées contre Apple découlent d’une plainte déposée par Spotify en 2019, soulignant des pratiques anticoncurrentielles. La société suédoise de streaming musical avait dénoncé le comportement de la firme américaine, propriétaire de l’App Store, pour avoir imposé une commission de 30 % aux services de streaming commercialisant leurs offres payantes via sa plateforme. Cette stratégie aurait eu pour effet de favoriser les services d’Apple au détriment de ses concurrents, en rendant les abonnements à ces derniers plus onéreux pour les utilisateurs.

Bien que jamais condamnée à une amende pour infraction à la législation antitrust par Bruxelles jusqu’à présent, Apple a déjà été sanctionnée par la France en 2020 pour comportement anticoncurrentiel, une amende qui a ensuite été réduite en appel. En janvier de cette année, Apple avait annoncé des ajustements au sein de ses logiciels mobiles et de l’App Store pour se conformer aux exigences de l’UE, mais ces mesures ont été critiquées par Spotify comme étant insuffisantes.

Ces développements soulignent les tensions croissantes entre les grandes entreprises technologiques et les autorités de régulation, mettant en lumière les enjeux liés à la concurrence dans le secteur numérique. La décision finale de la Commission européenne devrait être annoncée en mars, et elle pourrait avoir des répercussions significatives sur la façon dont les plateformes numériques sont réglementées à l’avenir.

Lire Plus

Europe

Ukraine : La France annonce « jusqu’à 3 milliards d’euros » d’aide militaire supplémentaire

Article

le

Ukraine : La France annonce "jusqu'à 3 milliards d'euros" d'aide militaire supplémentaire

Paris et Kyiv ont conclu un accord qui prévoit jusqu’à trois milliards d’euros d’aide militaire en 2024.

Ce vendredi 16 février, lors d’une rencontre à Paris entre le président ukrainien Volodymyr Zelensky et son homologue français, un accord majeur a été conclu, plaçant l’accent sur la coopération en matière de sécurité. Au cœur de cet accord réside l’engagement de la France à fournir jusqu’à trois milliards d’euros d’aide militaire supplémentaire à l’Ukraine pour l’année 2024.

Lors de cette rencontre historique, le président français a réaffirmé l’engagement de long terme de la France envers l’Ukraine. « Je voudrais redire que la France continuera à soutenir l’Ukraine dans la durée. C’est l’objectif de l’accord décennal que nous avons signé, et qui restera valable jusqu’à ce que l’Ukraine rejoigne l’OTAN », a souligné le président de la République.

De son côté, Volodymyr Zelensky a exprimé sa gratitude envers la France pour ce soutien crucial. Il voit dans cet engagement financier un rempart contre les pressions exercées par Vladimir Poutine sur les forces ukrainiennes.

Cette annonce intervient dans un contexte où l’Ukraine cherche à renforcer ses alliances et à garantir son soutien international face aux défis sécuritaires posés par la Russie. Il est également à noter que Kyiv a signé un accord similaire avec Berlin, démontrant ainsi une mobilisation internationale en faveur de la sécurité et de la stabilité dans la région.

Lire Plus

Les + Lus