Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

En Irak, tentative d’assassinat d’un journaliste 24 heures après la mort d’un militant

Article

le

en-irak,-tentative-d’assassinat-d’un-journaliste-24-heures-apres-la-mort-d’un-militant

Un journaliste irakien était tôt lundi en soins intensifs après une tentative d’assassinat dans le sud de l’Irak, 24 heures après qu’Ehab al-Ouazni, l’une des voix antipouvoir en Irak, a été abattu.

Tôt dimanche, des hommes armés de pistolets munis de silencieux ont tiré plusieurs balles sur Ehab al-Ouazni, qui depuis de longues années dénonçait les groupes armés ou la mainmise de l’Iran dans son pays depuis sa ville sainte chiite de Kerbala.

Depuis la situation n’a cessé de dégénérer. Des manifestations ont éclaté à Kerbala, mais aussi à Diwaniyah et Nassiriya, deux autres villes du Sud.

Alors que dans la soirée, des manifestants ont brûlé des pneus et des préfabriqués devant le consulat d’Iran à Kerbala après avoir scandé au cours du cortège funéraire de M. Ouazni « Iran dégage! » ou « Le peuple veut la chute du régime! », une nouvelle attaque a eu lieu.

Vers une heure du matin, « alors qu’il sortait de sa voiture pour rentrer chez lui » près de Diwaniya, le journaliste Ahmed Hassan de la chaîne irakienne al-Fourat, était victime de tirs, rapporte un témoin présent au moment des faits.

Il est depuis en soins intensifs après avoir reçu « deux balles dans la tête et une à l’épaule », a expliqué un médecin.

Série d’assassinats politiques

L’assassinat de M. Ouazni et la tentative d’assassinat contre M. Hassan ont aussitôt fait ressurgir le spectre des éliminations politiques, dans un pays qui en était coutumier durant la guerre civile (2006-2009) mais où ils avaient depuis cessé.

Ces violences interviennent alors que le pays est censé organiser des législatives en octobre –un scrutin anticipé promis dans la foulée d’une révolte inédite en octobre 2019.

Ce mouvement, la « révolution d’octobre » conclue par près de 600 morts, ne s’est arrêté que sous les coups d’une campagne d’intimidations, d’enlèvements et d’assassinats.

Au moment où la colère gagne les rangs des anti-pouvoir à travers le sud chiite, rural et tribal de l’Irak, cinq partis, dont Al-Beit al-Watani (« le bloc national », en arabe), l’un des rares partis nés de la « révolution d’octobre » qui tenait encore à participer aux élections législatives prévues en octobre, ont annoncé jeté l’éponge.

« Comment un gouvernement qui laisse passer sous ses yeux des pistolets avec silencieux et des bombes peut-il garantir un climat électoral sûr? », interroge al-Beit al-Watani dans un communiqué, appelant à « boycotter l’ensemble du système politique ». Le parti communiste a également annoncé envisager de boycotter les élections.

Si les militants sont aussi exaspérés, c’est parce qu’ils espèraient une protection du gouvernement actuel, nommé parce que le précédent avait dû partir face à la « révolution d’octobre ».

La police de Kerbala a eu beau dire qu’elle ne « ménagerait pas ses efforts » pour retrouver « les terroristes » derrière cet « assassinat » et le Premier ministre Moustafa al-Kazimi promettre de « rattraper tous les tueurs », ils n’ont pas convaincu.

La famille Ouazni a ainsi affirmé qu’elle ne recevrait aucune condoléance tant que les auteurs ne seraient pas démasqués.

« Tu es au courant qu’on tue? »

Car les militants considèrent que M. Kazimi, également patron du renseignement, n’a toujours pas fait, un an après sa prise de fonction, justice aux critiques assassinés.

« Quelles vraies mesures ont été prises par le gouvernement Kazimi pour que les auteurs répondent de leurs crimes? », interroge Ali Bayati, de la Commission gouvernementale des droits humains.

M. Ouazni lui-même s’en était pris au chef de gouvernement en février sur Facebook: « Tu es au courant de ce qu’il se passe? Tu sais qu’ils enlèvent et tuent ou bien tu vis dans un autre pays que nous? ».

Depuis octobre 2019, au moins 70 militants ont été victimes d’assassinats ou de tentatives d’assassinat et des dizaines enlevés plus ou moins brièvement. Hicham al-Hachémi, un spécialiste du jihadisme, a été assassiné en juillet 2020 sous les yeux de ses enfants devant sa maison à Bagdad.

Personne n’a revendiqué leur mort mais pour les militants, comme pour l’ONU, ce sont des « milices ».

« Les milices de l’Iran ont assassiné Ehab et vont tous nous tuer, elles nous menacent et le gouvernement reste silencieux », a dénoncé l’un de ses amis dans une vidéo tournée à la morgue.

Et surtout, martèlent les militants, vidéo à l’appui, M. Ouazni avait récemment affirmé aux forces de l’ordre se sentir menacé. Aucune protection ne lui a été accordée, assurent-ils.

Et tôt dimanche, pendant l’une des « Nuits du destin » du ramadan –sacrées dans l’islam–, alors qu’il rentrait chez lui dans les ruelles de Kerbala, où les factions armées pro-Iran sont légion, des tireurs à moto ont surgi, pour l’abattre.

Ce coordinateur des manifestations à Kerbala, qui avait été de toutes les luttes sociales depuis des années dans cette ville, avait réchappé de justesse au même scénario en décembre 2019. Des tireurs à moto, pistolets équipés de silencieux en main avaient tué sous ses yeux un camarade de lutte, Fahem al-Taï, père de famille de 53 ans.

Monde

Israël lance à son tour une attaque contre l’Iran, provoquant des tensions régionales

Article

le

Israël lance à son tour une attaque contre l'Iran, provoquant des tensions régionales

Les explosions en Iran suscitent des inquiétudes mondiales et des appels à la retenue.

Israël a lancé une attaque contre l’Iran, déclenchant des explosions dans plusieurs régions du pays, selon des médias aux États-Unis citant des responsables américains. L’agence officielle iranienne Irna a rapporté qu’aucun dégât majeur n’avait été signalé après les événements survenus à l’aube.

Selon le New York Times, l’attaque aurait été menée par de petits drones, potentiellement lancés depuis le territoire iranien. Cette action vise à démontrer à l’Iran que Israël est capable de frapper à l’intérieur du pays, selon le Washington Post.

Les tensions entre les deux pays se sont intensifiées après les tirs de drones et de missiles contre Israël le week-end précédent. En réponse à ces attaques, Israël aurait lancé cette offensive contre l’Iran. Bien que les explosions aient été signalées, elles n’auraient pas visé les installations nucléaires, selon l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) basée à Vienne.

Les médias américains rapportent que Israël aurait informé Washington de son attaque sur l’Iran. Cependant, le Pentagone n’a pas encore fait de commentaire à ce sujet. L’attaque survient alors que l’Iran a activé son système de défense aérienne au-dessus de plusieurs villes, selon les médias d’État iraniens. Ces événements coïncident également avec le 85e anniversaire du guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei.

La communauté internationale appelle à la retenue et à la désescalade. Plusieurs pays, dont l’Allemagne, l’Espagne, le Royaume-Uni et l’Italie, ont exprimé leur préoccupation et ont appelé à un apaisement des tensions. Les États-Unis, qui n’ont pas été impliqués dans l’opération offensive, ont également exhorté à la retenue. Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a déclaré que les États-Unis surveillaient la situation de près.

En réponse à ces événements, l’Australie a appelé ses ressortissants à quitter Israël et les territoires palestiniens par crainte d’une régionalisation du conflit entre Israël et le Hamas.

Face à ces développements, la position de la France est axée sur la désescalade et la retenue au Moyen-Orient. Le ministre français délégué à l’Europe, Jean-Noël Barrot, a souligné l’importance de la prudence et a noté que le président Emmanuel Macron s’exprimera en temps voulu sur la situation.

Les appels à la désescalade se multiplient alors que la région reste sous haute tension, avec des préoccupations croissantes quant à une escalade potentielle des hostilités entre Israël et l’Iran.

Lire Plus

Europe

Ukraine: 11 morts dans une triple frappe russe sur une grande ville du nord

Article

le

Ukraine: 11 morts dans une triple frappe russe sur une grande ville du nord

Au moins 11 personnes tuées dans une triple frappe russe, l’Ukraine réclame un renforcement de ses défenses aériennes.

Une triple frappe russe a frappé la grande ville de Tcherniguiv dans le nord de l’Ukraine, faisant au moins 11 morts et 22 blessés, selon le ministre de l’Intérieur Igor Klimenko. Le président Volodymyr Zelensky a réagi en pointant du doigt le manque d’aide de l’Occident dans la défense du pays.

Le président Zelensky a déclaré que l’Ukraine manquait de défenses aériennes suffisantes pour empêcher de telles attaques. Il a déploré le fait que la Russie bombarde quotidiennement les villes ukrainiennes, utilisant des missiles et des drones explosifs, notamment pour cibler les infrastructures énergétiques du pays.

Face à une aide occidentale qui semble diminuer, l’Ukraine peine à intercepter ces attaques. Zelensky a exhorté ses partenaires internationaux à fournir davantage d’armements et de systèmes de défense aérienne pour renforcer la capacité de l’Ukraine à se protéger.

L’attaque sur Tcherniguiv survient dans un contexte où l’Ukraine tente de faire face à l’agression russe depuis plusieurs années. Fondée il y a plus de 1 000 ans, Tcherniguiv est une ville historique qui a été lourdement bombardée par l’armée russe depuis le début de l’offensive.

Dans un autre incident, des médias russes ont rapporté une attaque ukrainienne sur la base militaire de Djankoï en Crimée, avec des vidéos montrant des explosions impressionnantes au milieu de la nuit. Selon des sources, des missiles tactiques ATACMS fournis par les États-Unis à l’Ukraine pourraient avoir été utilisés lors de cette attaque.

Les pertes dans les rangs russes depuis le début de l’invasion de l’Ukraine, il y a deux ans, sont estimées à environ 50 000 soldats, selon des médias russes et britanniques. Les autorités russes ne divulguent pas officiellement leurs pertes, tandis que Zelensky a reconnu en février la mort de 31 000 militaires ukrainiens.

Lire Plus

Europe

Italie : un restaurant offre une bouteille de vin aux clients qui se séparent de leur portable

Article

le

Italie : un restaurant offre une bouteille de vin aux clients qui se séparent de leur portable

À Vérone, une initiative originale pour encourager les convives à profiter pleinement de leur repas sans les téléphones portables.

Le restaurant Al Condominio, situé à Vérone en Italie, propose une expérience gastronomique unique en son genre : laisser son téléphone portable à l’entrée dans une boîte fermée à clé en échange d’une bouteille de vin gratuite. Cette initiative, rapportée par The Guardian, vise à inciter les convives à savourer pleinement leur repas sans les distractions constantes des appareils électroniques.

Le propriétaire de l’établissement, Angelo Lella, explique : « Nous voulions ouvrir un restaurant différent des autres. La technologie devient un problème, il n’est pas nécessaire de regarder son téléphone toutes les cinq secondes. » Pour encourager cette déconnexion temporaire, il offre généreusement une bouteille de vin à tous ceux qui participent à cette initiative.

Angelo Lella compare l’addiction aux téléphones portables à une drogue et estime que cette initiative permet aux clients de « mettre de côté » cette dépendance et de profiter pleinement de leur vin et de leur repas.

Le processus est simple : les convives déposent leur téléphone dans une boîte fermée à clé à l’entrée du restaurant et reçoivent en échange une clé pour récupérer leur appareil à la fin du repas. Ceux qui sont pleinement satisfaits de leur expérience sont également invités à laisser un avis sur le repas, à déposer dans la même boîte que leur téléphone. Les commentaires les plus élogieux peuvent même leur valoir une invitation à dîner gratuitement dans le restaurant.

Depuis la mise en place de cette offre, Angelo Lella rapporte un franc succès : « La réponse a été très positive. 90% des clients ont choisi de laisser de côté leur téléphone en échange du vin. »

Cette initiative originale témoigne de la volonté du restaurant Al Condominio de créer une atmosphère conviviale et déconnectée, où les clients peuvent pleinement apprécier leur repas et leur compagnie, sans les distractions incessantes des appareils électroniques.

Lire Plus

Les + Lus