Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Donald Trump vs Joe Biden, place au débat

Article

le

donald-trump-vs-joe-biden,-place-au-debat

Après des mois d’invectives, l’heure du face-à-face a sonné: Donald Trump et Joe Biden se retrouvent mardi ensemble sur scène à 35 jours d’une élection présidentielle américaine sous très haute tension.

Des dizaines de millions d’Américains auront les yeux rivés sur leurs écrans pour ce premier débat entre le président républicain, 74 ans et l’ancien vice-président démocrate, 77 ans.

Si leur impact sur le scrutin reste souvent limité, ces rendez-vous sont des moments forts de la campagne électorale, depuis le premier tête-à-tête télévisé organisé il y a 60 ans, à Chicago, entre John F. Kennedy et Richard Nixon.

A Cleveland, dans l’Ohio, un Etat-clé susceptible de basculer d’un côté ou de l’autre, les deux hommes se retrouveront sur scène pendant 90 minutes, sous l’oeil du journaliste de Fox News, Chris Wallace, figure respectée dans les deux camps.

Covid-19 oblige, aucune poignée de main n’est prévue pour ce duel qui débutera à 21H00 (01H00 GMT mercredi) devant un public restreint.

Distancé dans les sondages depuis de longues semaines, Donald Trump espère une bonne soirée – ou un spectaculaire faux-pas de son adversaire démocrate – pour se relancer.

A l’approche du scrutin du 3 novembre, il redoute de devenir le premier président à ne pas être réélu depuis plus d’un quart de siècle (défaite de George H. W. Bush face à Bill Clinton en 1992).

Le Covid-19, la Cour suprême, l’économie, les questions raciales, les bilans des deux candidats ainsi que « l’intégrité du scrutin » feront partie des sujets au menu.

Langage corporel

Après les révélations explosives du New York Times, le patrimoine de Donald Trump et sa situation fiscale devraient également figurer en bonne place dans les échanges qui pourraient être explosifs.

Mais les petites phrases et le langage corporel des deux hommes sera scruté avec attention.

Depuis des semaines, le locataire de la Maison Blanche moque les capacités physiques et mentales de « Sleepy Joe » (« Joe l’endormi »), le présentant comme une marionnette manipulée par la « gauche radicale ».

Tout sépare les deux candidats septuagénaires. Donald Trump s’est présenté une fois, en 2016, et a créé la plus grande surprise de l’histoire politique moderne. Entré en politique il y un demi-siècle, Joe Biden, sénateur puis vice-président, espère que sa troisième tentative pour la Maison Blanche (il s’était déjà présenté aux primaires démocrates en 1988 et 2008) en sera la bonne.

La force de l’ancien homme d’affaires? Sa capacité à surprendre, casser les codes, imposer ses propres règles, son propre style.

« C’est un débatteur à part, il n’y a pas vraiment de recette pour l’affronter », explique à l’AFP Aaron Kall, enseignant à l’Université du Michigan et auteur d’un livre intitulé « Debating The Donald ».

Dans camp de Joe Biden, on table sur son expérience, son sens de l’empathie.

« Les Américains vont voir à quoi ressemble un président », a assuré sa femme Jill Biden. « Calme, constant, fort, résistant. »

Mais la crainte d’une gaffe hante le camp démocrate, tant ce vieux lion de la politique est habitué du genre.

A l’approche du grand rendez-vous, Donald Trump a de nouveau formulé une étrange demande sur le mode mi-humoristique mi-provocateur qu’il affectionne: un contrôle antidopage pour Joe Biden.

Ce dernier s’est refusé à tout commentaire dimanche. Mais son équipe a envoyé une réponse cinglante à cette demande. « Si le président pense que la meilleure façon de présenter ses arguments c’est par l’urine, alors qu’il ne se gêne pas », a déclaré la directrice de communication du candidat démocrate, Kate Bedingfield.

La stratégie n’a rien de nouveau. Il y a quatre ans, Donald Trump avait formulé exactement la même demande face… à Hillary Clinton.

Les deux autres débats présidentiels sont prévus les 15 et 22 octobre, respectivement à Miami, en Floride, et à Nashville, dans le Tennessee.

Le vice-président républicain Mike Pence affrontera la colistière de Joe Biden, la sénatrice et ex-procureure Kamala Harris, le 7 octobre à Salt Lake City, dans l’Utah.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Monde

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

Article

le

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

L’ancien président américain avait été banni du réseau social après l’assaut de ses partisans contre le Congrès, le 6 janvier 2021.

Le géant des réseaux sociaux Meta a annoncé mercredi qu’il allait, dans les prochaines semaines, « mettre fin à la suspension » des comptes de Donald Trump sur Facebook et Instagram, deux ans après l’exclusion de l’ancien président américain suite à l’assaut du Capitole.

« Le public doit pouvoir entendre ce que les personnalités politiques disent afin de pouvoir faire des choix éclairés », a justifié Nick Clegg, le responsable des affaires internationales de Meta, dans un communiqué. « Mais cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de limites à ce que les gens peuvent dire sur notre plateforme. Quand il y a un risque de préjudice dans le monde réel – un risque élevé qui justifie une intervention de Meta dans le débat public – nous agissons », a-t-il précisé.

L’ex-chef d’État américain avait été exclu du réseau social le 7 janvier 2021, alors qu’il était encore au pouvoir, pour avoir encouragé ses partisans lors de l’attaque du Congrès à Washington la veille, une décision sans précédent, imitée à l’époque par la plupart des réseaux sociaux grand public, dont Twitter.

En juin 2021, Facebook avait décidé que l’exclusion durerait deux ans, et que le milliardaire républicain ne pourrait revenir que quand les « risques pour la sécurité du public » auraient « disparu ».

La suspension « devrait ne plus jamais arriver à un président en exercice ou à qui que ce soit qui ne mérite pas de sanctions ! », a réagi Donald Trump depuis son compte sur Truth Social, le réseau social qu’il a lancé l’an dernier.

La semaine dernière, l’ancien président avait officiellement demandé à pouvoir retourner sur Facebook. Son avocat avait adressé une lettre au fondateur et président de Meta, Mark Zuckerberg, l’appelant à ne pas « réduire un candidat à la présidentielle au silence ».

L’homme politique avait déjà été réadmis sur Twitter le 19 novembre 2022, quatre jours après avoir déclaré sa candidature à l’élection présidentielle de 2024. Il n’a toutefois pas encore publié de message sur ce compte, communiquant principalement via sa propre plateforme, Truth Social.

Lire Plus

Europe

Espagne : un sacristain mort et un prêtre blessé dans une attaque à la machette

Article

le

Espagne : un sacristain mort et un prêtre blessé dans une attaque à la machette

Un homme a été interpellé après avoir attaqué à l’arme blanche plusieurs personnes dans un église du sud de l’Espagne.

Un sacristain a été tué mardi 24 janvier et un prêtre grièvement blessé, dans une attaque à la machette dans deux églises d’Algésiras, dans le sud de l’Espagne, a indiqué une source policière à l’AFP, précisant qu’un homme avait été arrêté. Une enquête a été ouverte pour des faits présumés de terrorisme. Elle sera menée par un magistrat de l’Audience nationale, tribunal chargé notamment des affaires de terrorisme, a précisé le parquet, sans donner plus de précisions.

L’attaque à l’arme blanche s’est produite peu avant 20h dans l’église de San Isidro d’Algésiras, a indiqué le ministère de l’Intérieur. Une personne a été tuée à l’extérieur de l’église et une blessée dans l’église, a ajouté le ministère.

Selon un prêtre d’Algésiras, cité par El Pais, «l’agresseur s’est d’abord rendu à la paroisse de San Isidro, où il a attaqué le sacristain». «Quelques instants plus tard, il est allé à l’église de la Plaza de la Palma, où il a rencontré le prêtre dans la rue, l’a attaqué et l’a laissé pour mort. Ensuite, il a semblé aller à l’église de la Virgen de Europa, mais je ne sais pas s’il y est arrivé. Toutes les églises sont situées au centre de la ville», raconte le religieux. Plusieurs sources policières soulignent qu’il y a eu des assauts dans «au moins deux églises». Les mêmes sources confirment que l’agresseur était sans papiers, «sans doute d’origine marocaine».

Peu après l’attaque, le président de la communauté d’Andalousie Juan Manuel Moreno a réagi. «Horrible et déchirant. Un sacristain a été assassiné et au moins un autre prêtre a été blessé dans un attentat qui a eu lieu à Algésiras. Prudence, les faits sont en cours d’investigation. Je condamne fermement le crime. L’intolérance n’aura jamais sa place dans notre société», a-t-il écrit sur Twitter.

Lire Plus

Monde

Guerre en Ukraine : Kiev admet avoir cédé Soledar à la Russie

Article

le

Guerre en Ukraine : Kiev admet avoir cédé Soledar à la Russie

L’armée ukrainienne a admis mercredi avoir cédé aux Russes la ville de Soledar (ici en juin 2022), deux semaines après l’annonce de sa prise par Moscou.

« Après des mois de combats difficiles […], les forces armées ukrainiennes l’ont quittée » pour « se replier sur des positions préparées », a indiqué à l’AFP le porte-parole militaire de la zone est Serguiï Tcherevaty, refusant cependant de préciser quand cette retraite a eu lieu.

À la mi-janvier, la petite ville était au centre d’une bataille acharnée et Moscou en avait revendiqué la prise. Le gouverneur de la région de Donetsk, Pavlo Kyrylenko, avait toutefois démentié, assurant que Soledar était « sous le contrôle des autorités ukrainienne ».

Lire Plus

Les + Lus