Nous rejoindre sur les réseaux

Société

Des milliers de manifestants pour l’emploi en France, malgré le virus

Article

le

« Masqué.e mais pas muselé.e » : des milliers de manifestants, dont certains portant cette devise sur le masque, ont défilé jeudi en France, à l’appel de la CGT, de la FSU, de Solidaires et d’organisations de jeunesse, pour défendre l’emploi et les services publics, même en temps d’épidémie.

Etudiants, énergéticiens, enseignants, soignants, de nombreuses professions se sont retrouvées jeudi sur ce mot d’ordre, bravant un contexte sanitaire peu favorable aux mobilisations, de l’aveu même des syndicats. Des intermittents du spectacle étaient aussi présents pour réclamer une prolongation de « l’année blanche ».

La manifestation parisienne, forte de 20.000 manifestants selon la CGT, 4.800 pour la préfecture de police, s’est ébranlée vers 14H30 de la place de la République en direction de celle de la Nation, derrière une banderole proclamant « emplois, salaires, temps de travail, retraites… relançons le social ».

Elle est arrivée peu après 16H00 place de la Nation, après s’être déroulée dans le calme. Le service d’ordre syndical avait été étoffé, rassemblant 200 personnes, deux à trois fois plus que d’habitude pour une manifestation nationale selon la CGT.

« Sommet de l’iceberg »

« Il y a des salariés qui disent qu’ils ne viendront pas parce qu’il y a le contexte sanitaire. Ce n’est pas pour cela que la colère et les mobilisations ne sont pas à la hauteur », a déclaré à la presse le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, en tête du cortège.

« On est dans une dynamique qui peut paraître lente dans une période où tout est compliqué » mais la manifestation est « le sommet de l’iceberg en terme de colère sociale », a expliqué de son côté Simon Duteil, co-délégué général de Solidaires.

Le mois de janvier a été ponctué de plusieurs mobilisations sectorielles, avec un certain succès selon les syndicats: professionnels de santé le 21, de l’Education nationale le 26, du secteur de l’énergie le 28.

Et dans leur communiqué commun, les organisateurs avaient annoncé dès lundi qu’ils se retrouveraient « la semaine prochaine pour donner des suites à ces mobilisations ».

Au total, plus de 165 initiatives étaient prévues dans toute la France – rassemblements, manifestations, bureaux d’embauche. Dans les cortèges, beaucoup ont dénoncé des milliards d’aides publiques bénéficiant aux actionnaires et trop peu selon eux aux salariés et aux services publics.

« Toulouse, c’est une ville dans laquelle on expérimente grâce à l’aéronautique l’utilisation des milliards distribués par le gouvernement qui vont directement dans la poche des actionnaires pendant que l’emploi quitte le périmètre national. L’argent public doit bénéficier à l’emploi », a déclaré le secrétaire général de la CGT Haute-Garonne, Cédric Caubère. Plusieurs centaines de manifestants s’étaient rassemblés dans la Ville rose.

A Marseille, où 2.800 personnes selon la police ont manifesté jeudi, Grégory Fontaine, infirmier délégué à l’hôpital de la Timone, a expliqué que « les soignants sont épuisés. Ça fait un an que cette pandémie a commencé. Rien n’a été fait de vraiment sérieux pour renforcer les moyens de l’hôpital et même au contraire ».

Rencontré à Bordeaux, où 850 personnes ont manifesté selon la police, Franck Dole, 54 ans, co-secrétaire CGT Education Gironde, a opposé « les milliards donnés au grand patronat, au Medef, aux grandes entreprises » aux « multitudes de licenciements ».

A Nantes, 2.500 personnes ont manifesté selon la CGT, 1.700 selon la police, à Lyon 3.000 selon les organisateurs, 1.600 pour la police, à Saint-Etienne 1.200 personnes d’après la CGT, 460 selon la police, à Roanne 250 (200 selon la police).

A Rennes, 1.500 selon la CGT, 1.100 selon la police, ont défilé derrière une banderole « Pour l’emploi, les salariés et le progrès social ».

Entre 400 et 500 personnes ont manifesté à Strasbourg selon la police et la CGT, plusieurs centaines à Lille.

« Sanofric »

La CGT et ses partenaires prônent une politique de « relocalisation industrielle », le partage du temps de travail, le « développement des services publics », l’interdiction des licenciements dans les entreprises bénéficiant d’aides publiques « surtout lorsqu’elles continuent à dégager des profits », a détaillé auprès de l’AFP Céline Verzeletti, dirigeante confédérale de la CGT.

Parmi les exemples les plus saillants de plans de sauvegarde de l’emploi (PSE) récemment annoncés, celui de Sanofi, où 364 emplois doivent être supprimés au sein de l’entité Sanofi-Aventis Recherche et Développement, selon les syndicats.

Philippe Martinez s’est rendu jeudi matin devant le site du groupe à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne) pour apporter son soutien aux salariés, arborant une blouse dénonçant « Sanofric ». Un rassemblement a également été organisé devant le siège du groupe à Paris.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Société

Manifestation Anti-RN : La rue se mobilise contre l’extrême-droite

Article

le

Manifestation Anti-RN : La rue se mobilise contre l'extrême-droite

Des milliers de manifestants attendus ce week-end dans un climat de tensions politiques et sociales après la dissolution de l’Assemblée nationale.

Moins d’une semaine après la dissolution de l’Assemblée nationale, les opposants à l’extrême droite se préparent à descendre dans les rues de toute la France ce samedi. À l’appel des syndicats, des associations et de la coalition de gauche du « Nouveau Front populaire », ces manifestations visent à dénoncer les récentes avancées du Rassemblement National (RN) et à afficher leur opposition à la montée en puissance de l’extrême droite.

Dès vendredi soir, plusieurs milliers de personnes ont défilé dans plusieurs villes, avec des violences à Lyon qui ont fait quatre blessés, dont trois policiers selon la préfecture. Environ 200 manifestations sont prévues durant le week-end, en prélude aux élections législatives anticipées des 30 juin et 7 juillet. Les mobilisations débuteront dès samedi matin à Bayonne, Toulon et Valenciennes, tandis qu’à Paris, le cortège s’élancera à 14h00 du traditionnel itinéraire République-Bastille-Nation. Lyon, quant à elle, défilera dimanche.

Des sources policières estiment que 300 à 350.000 personnes sont attendues à travers le pays, dont 50.000 à 100.000 dans la capitale, mobilisant ainsi 21.000 policiers et gendarmes. « Il faut bien entendu que cette journée puisse se dérouler comme on a réussi à le faire sur les retraites, sans violence », a déclaré Marylise Léon, secrétaire générale de la CFDT, dans une interview au Parisien.

Cinq syndicats (CFDT, CGT, UNSA, FSU et Solidaires) appellent à la mobilisation. D’autres, comme FO, CFE-CGC et CFTC, mettent en avant leur neutralité politique pour ne pas appeler à manifester, bien que certaines de leurs fédérations, comme celle de l’éducation chez FO, participeront aux défilés.

« Il y a besoin d’un sursaut démocratique », a souligné Marylise Léon, qui appelle à voter « pour n’importe quelle bannière face au RN ». Hervé Aussel, secrétaire général CFDT Haute-Garonne, ajoute : « Un samedi, au vu de la situation qu’on est en train de vivre en France, il devrait y avoir beaucoup de monde ».

Les leaders de la gauche, qui avaient appelé dès lundi soir à rejoindre les cortèges, pourront y mesurer la popularité du Nouveau Front Populaire, une coalition électorale réunissant les principaux partis de gauche, des Insoumis à Place publique, en passant par le Parti socialiste. Cette union, scellée cette semaine, a donné naissance à un programme commun. Cependant, des divergences internes ont déjà émergé, notamment avec l’investiture d’Adrien Quatennens par La France Insoumise (LFI), tandis que des figures historiques du parti comme Danielle Simonnet, Alexis Corbière ou Raquel Garrido n’ont pas été reconduites.

Le président Emmanuel Macron, depuis le sommet du G7 en Italie, a critiqué cette coalition, jugeant que leur programme économique représente un « très grand danger » pour la France. Jordan Bardella, leader du RN, a également fustigé cette alliance, tout en dénonçant les manifestations prévues ce week-end comme étant des appels « extrêmement dangereux » à l’insurrection.

Depuis la dissolution, des manifestations et rassemblements ont lieu quasi-quotidiennement, rappelant les mobilisations historiques telles que celle du 1er mai 2002. Les partis finalisent leurs listes de candidats d’ici dimanche, date limite du dépôt des candidatures, tandis que la Bourse de Paris a enregistré sa pire semaine depuis mars 2022, signe de l’incertitude entourant ce scrutin.

Les regards seront tournés ce week-end vers les rues de France, où des milliers de citoyens exprimeront leur opposition à l’extrême droite et leur désir de changement politique.

Lire Plus

France

Bac 2024 : début des épreuves avec l’écrit de français pour 535.000 élèves

Article

le

Bac 2024 : début des épreuves avec l'écrit de français pour 535.000 élèves

Quelque 535.000 élèves de classe de première générale ou technologique passent vendredi l’écrit de français, coup d’envoi du bac 2024 qui se poursuivra mardi avec la philosophie pour les lycéens de terminale.

Pour l’épreuve de français, qui commencera à 08H00 (jusqu’à 12H00), 390.129 candidats sont inscrits en voie générale et 145.294 en voie technologique. Ils devront choisir entre une dissertation et un commentaire de texte pour le bac général, et entre un commentaire et une contraction de texte associée à un essai pour le bac technologique.

La dissertation, et l’essai en filière technologique, portent sur un texte au programme, qui est construit autour des quatre grands genres littéraires: roman, poésie, théâtre et littérature d’idées. Pour chaque genre, les élèves ont étudié une œuvre, parmi trois proposées. Ont pu ainsi être étudiés « Manon Lescaut » (1731) de l’Abbé Prévost, « La Peau de chagrin » (1831) de Balzac ou « Sido » (1929) de Colette pour le roman; « Le Cahier de Douai » (1893) d’Arthur Rimbaud, « La Rage de l’expression » (1952) de Francis Ponge ou « Mes forêts » (2021) d’Hélène Dorion pour la poésie.

Pour la littérature d’idées, sont au programme « Gargantua » (1534) de Rabelais, « Les Caractères » (1688) de La Bruyère et la « Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne » (1791) d’Olympe de Gouges. Pour le théâtre, étaient proposés cette année « Le Malade imaginaire » (1673) de Molière, « Les Fausses confidences » (1737) de Marivaux et « Juste la fin du monde » (1990) de Jean-Luc Lagarce.

L’épreuve écrite de français compte coefficient 5 en voie générale et technologique. Cet écrit sera suivi d’un oral de français, doté également d’un coefficient 5 et qui porte sur les mêmes textes. Les dates de l’oral sont fixées par chaque académie. Le nombre de textes au programme pour cette épreuve a été ramené de 20 à 16 cette année en voie générale.

Les élèves de terminale commenceront les épreuves écrites du bac mardi matin avec la philosophie. Ils passeront ensuite les épreuves écrites de spécialité du 19 au 21 juin, puis le grand oral entre 24 juin et le 3 juillet.

Lire Plus

France

Nouveau Front populaire : la gauche scelle l’union et annonce un « programme de gouvernement »

Article

le

Nouveau Front populaire : la gauche scelle l'union et annonce un "programme de gouvernement"

Le « Nouveau Front populaire » de la gauche française présente un programme de gouvernement commun pour les législatives anticipées, marqué par une intense négociation et des attentes d’union, malgré quelques dissensions internes.

Un ouf de soulagement à gauche : après quatre jours d’intenses négociations entre ses principaux partis, le « Nouveau Front populaire » a annoncé avoir scellé un « programme de gouvernement » pour accompagner des « candidatures uniques » aux législatives anticipées des 30 juin et 7 juillet.

« Nous avons réussi. Une page de l’Histoire de France s’écrit », s’est réjoui sur X le premier secrétaire du Parti socialiste Olivier Faure alors que le leader insoumis Jean-Luc Mélenchon a salué « un événement politique considérable en France ». « Le changement est en route », a tweeté le chef des communistes Fabien Roussel alors que la patronne des Écologistes Marine Tondelier a estimé qu’une « immense attente d’union s’est exprimée. Avec des candidatures et un programme commun ».

Cependant, Raphaël Glucksmann, en tête de la gauche pour les européennes, reste muré dans le silence. « C’est compliqué », a commenté un de ses proches, interrogé pour savoir si Place publique validait le programme. Le mouvement de l’essayiste avait pourtant bien signé l’accord de principe trouvé entre les différentes formations de gauche du « Nouveau Front populaire » dès lundi soir.

Une conférence de presse commune entre les différentes formations de gauche devrait avoir lieu vendredi. Les partis de gauche scellent ainsi une nouvelle alliance, deux ans après la création de la Nupes, qui, après beaucoup de désaccords entre ses membres, avait fini par éclater après les attaques du Hamas le 7 octobre 2023 en Israël.

François Hollande, pourtant très critique du style et de la ligne de La France insoumise et de Jean-Luc Mélenchon, a dit sur TF1 approuver ce « Nouveau Front populaire ». Après quatre jours de tractations, les voyants étaient au vert pour que cette communication commune se fasse jeudi. « On va atterrir, il y a une vraie avancée », expliquait en début d’après-midi un négociateur socialiste alors que les différents responsables de gauche étaient réunis au QG des Écologistes.

Dans la matinée, la tonalité était pourtant bien différente, les discussions semblant alors achopper sur la répartition des circonscriptions et certains points du programme. « Il y avait une crainte pour que nous n’y parvenions pas », avait reconnu Fabien Roussel au journal de 13h00 de TF1. Mais « à l’heure où je vous parle, je suis beaucoup plus optimiste, et nous devrions normalement pouvoir tenir l’engagement que nous avons pris ici en début de semaine », de constituer une nouvelle alliance de gauche pour lutter contre l’extrême droite lors des législatives, avait ajouté le patron des communistes.

En milieu de journée, un responsable socialiste racontait que la réunion sur le programme était « suspendue » tant que la discussion sur la répartition des circonscriptions « n’est pas débloquée ». Les deux négociations se tenaient séparément, mais les avancées de l’une avaient des conséquences sur l’autre, obligeant les différents acteurs des débats à un délicat jeu d’équilibriste. LFI veut « garder toutes les circonscriptions gagnables », soupirait la source socialiste.

Écologistes, socialistes, Insoumis et communistes sont tombés d’accord dans la semaine sur le nombre de circonscriptions allouées à chaque parti dans le cadre des candidatures uniques : 229 pour LFI, 175 pour le PS, 92 pour les Écologistes et 50 pour le PCF.

Sur la question du programme, « chacun y a mis du sien pour avoir le programme le plus clair (…) y compris sur la qualification des crimes qui ont été commis le 7 octobre » par le Hamas en Israël », mais aussi sur « la libération des otages », a indiqué Fabien Roussel.

Reste une question primordiale à trancher : qui incarnera cette alliance en passe de prendre vie. Et sur cet aspect plane l’ombre de Jean-Luc Mélenchon. Après s’être déclaré « capable » de devenir le nouveau locataire de Matignon, il a rappelé au reste de la gauche qu’il n’était pas en dehors du jeu. Tout en précisant qu’il souhaitait un profil fédérateur, ce qui n’est pas le point fort du tribun insoumis. Olivier Faure a dit toutefois « ne pas disqualifier » le triple candidat à la présidentielle pour le poste de Premier ministre.

Mais toute la gauche pourrait-elle se rallier derrière lui en cas de victoire ? « Chaque problème en son temps », évacue un élu communiste.

Lire Plus

Les + Lus