Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Décès de l’ancien président chinois Jiang Zemin à l’âge de 96 ans

Article

le

deces-de-l’ancien-president-chinois-jiang-zemin-a-l’age-de-96-ans

L’ex-président chinois Jiang Zemin est décédé mercredi à l’âge de 96 ans, ont annoncé les médias d’Etat, qui l’ont salué comme un grand révolutionnaire communiste ayant aidé à rétablir le calme durant les manifestations pro-démocratie de 1989.

Son décès survient alors que les autorités chinoises sont confrontées depuis plusieurs jours au mouvement de contestation le plus étendu depuis ces événements, contre les restrictions sanitaires anti-Covid et pour davantage de libertés politiques.

Arrivé au pouvoir au lendemain de la répression des manifestations de la place Tiananmen à Pékin, Jiang Zemin avait accompagné la transformation de la nation la plus peuplée du monde en une puissance mondiale, qu’il avait dirigée jusqu’au début des années 2000.

« Jiang Zemin est décédé de leucémie et d’une défaillance de plusieurs organes à Shanghai à 12H13 (04H13 GMT) le 30 novembre 2022, à l’âge de 96 ans », a annoncé l’agence d’Etat Chine nouvelle.

Les drapeaux seront en berne sur les bâtiments du Parti et du gouvernement, a indiqué la télévision d’Etat CCTV.

Selon Chine nouvelle, sa mort a été annoncée dans une lettre des autorités chinoises exprimant une « profonde tristesse », adressée à l’ensemble du Parti communiste chinois, à l’armée et au peuple.

« Le camarade Jiang Zemin était (…) un grand marxiste, un grand révolutionnaire prolétarien, un homme d’État, un stratège militaire et un diplomate, un combattant communiste de longue date, et un leader exceptionnel de la grande cause du socialisme aux caractéristiques chinoises », a ajouté l’agence citant la lettre.

« Vif et jovial »

L’annonce de son décès arrive alors qu’une vague de manifestations secoue plusieurs villes de Chine ces derniers jours, rappelant la mobilisation pro-démocratie de 1989, qui avait finalement été réprimée dans le sang à Pékin.

« Pendant les graves troubles politiques qui ont secoué la Chine au printemps et à l’été 1989, le camarade Jiang Zemin a soutenu et appliqué la décision correcte du Comité central du Parti pour s’opposer aux troubles, défendre le pouvoir d’État socialiste et sauvegarder les intérêts fondamentaux du peuple », selon  CCTV.

Dans la population, Jiang Zemin a aussi laissé l’image d’un dirigeant au caractère affable.

« Il y avait beaucoup de problèmes de corruption à l’époque, mais c’est quelqu’un qui était vif et jovial », a confié Wang Yi, une habitante de Pékin. « Les médias étaient aussi plus libres à son époque de faire des reportages critiques sur les problèmes de la société ».

Mais il a aussi été critiqué pour n’avoir pas réussi à régler certains problèmes comme la corruption, les inégalités, la dégradation de l’environnement et des réformes du secteur de l’Etat qui ont entraîné des licenciements massifs.

Deng Xiaoping l’avait appelé à la tête du Parti communiste chinois en juin 1989, impressionné par la maîtrise avec laquelle il venait de mettre fin pacifiquement aux manifestations dans sa ville de Shanghai, sans verser le sang comme à Pékin.

Mèmes et nostalgie

Il aura été 13 ans à la tête du parti (1989-2002) et président durant dix ans (1993-2003).

Une fois à la retraite, il a fait l’objet de nombreux mèmes amusants, des jeunes se surnommant les « adorateurs du crapaud » en référence à son allure. Des mèmes postés en quantité mercredi par les usagers chinois sur les réseaux sociaux, avec moult hommages au « roi crapaud » laissant apparaître une certaine nostalgie pour une époque perçue comme plus libérale.

Plus d’un demi-million ont posté dans l’heure le message de CCTV annonçant son décès sur Weibo, le Twitter chinois. Beaucoup évoquaient « Grand-père Jiang ».

Certains ont lancé des piques à l’actuel dirigeant. « L’époque de Jiang, tout en n’étant pas la plus prospère, était plus tolérante », écrit un usager de Weibo. « J’ai entendu beaucoup de critiques envers lui mais le fait qu’il autorisait l’existence de voix critiques montre qu’il est digne d’éloge », renchérit  un autre.

Nombre des messages les plus humoristiques ont été censurés en quelques minutes sur Weibo.

Les « adorateurs du crapaud » lui ont également rendu hommage. « Repose en paix, roi crapaud », a écrit l’un sur Weibo. « Crapaud … pourais-tu emmener Winnie the Pooh? », demandait un autre en utilisant un surnom interdit désignant l’actuel président.

Sur l’application populaire WeChat, des liens étaient postés avec des chansons intitulées « Dommage que ce n’était pas toi »  ou « La mauvaise personne », en référence à M. Xi. Les commentaires sur la première chanson ont été supprimés sur le service de musique en streaming NetEase peu après la mort de Jiang Zemin.

Selon les analystes, Jiang Zemin et son « gang de Shanghai » –la faction le soutenant– ont continué à avoir une grande influence sur la politique chinoise longtemps après son départ du pouvoir.

A l’annonce de son décès, les médias d’Etat ont tous publié la même photo en noir et blanc d’un chrysanthème sur les comptes officiels de Weibo.

Quand il avait officiellement été désigné en 1989 par l’ex-dirigeant Deng Xiaoping comme son successeur, la Chine n’en était qu’aux prémices de sa modernisation économique.

Lorsqu’il a quitté ses fonctions en 2003, elle était devenue membre de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), avait remporté l’organisation des Jeux olympiques de Pékin 2008 et devenait une superpuissance.

Il laisse derrière lui sa femme Wang Yeping ainsi que deux fils.

Europe

Européennes: Manon Aubry (LFI) dénonce le « racket social » du gouvernement

Article

le

Européennes: Manon Aubry (LFI) dénonce le "racket social" du gouvernement

À Montpellier ce dimanche, Manon Aubry, tête de liste des Insoumis aux élections européennes, a vivement critiqué ce qu’elle a qualifié de « racket social » perpétré par le gouvernement.

Lors d’un meeting à Montpellier dimanche, Manon Aubry, tête de liste des Insoumis aux élections européennes, a vivement critiqué ce qu’elle a qualifié de « racket social » perpétré par le gouvernement. Elle a appelé à faire des élections du 9 juin un « référendum contre ces nouvelles règles d’austérité ».

Manon Aubry a vivement critiqué les politiques d’austérité imposées par l’Union européenne et mises en œuvre par le gouvernement français. Elle a également accusé une alliance entre macronistes, la droite et les socialistes d’avoir voté en faveur d’un pacte asile-immigration qu’elle qualifie d' »infâme ».

De plus, elle a qualifié le programme du Rassemblement National de « vide sidéral », reprochant à leur tête de liste, Jordan Bardella, de ne pas avoir déposé suffisamment d’amendements lors de son mandat au Parlement européen.

Manuel Bompard, coordinateur national de LFI, a également pris la parole pour critiquer le candidat des socialistes, Raphaël Glucksmann, l’accusant de vouloir « une élection sans le peuple pour préparer le retour de François Hollande ».

Le meeting a également été marqué par les propos de Rima Hassan, militante franco-palestinienne controversée, appelant à mettre fin à l’accord d’association entre l’UE et Israël, conditionné selon elle au respect des droits humains.

Ce meeting à Montpellier, ville où Jean-Luc Mélenchon avait obtenu un fort soutien lors de la présidentielle de 2022, a rassemblé environ 1 000 personnes selon les organisateurs. Depuis leur premier meeting à Villepinte le mois dernier, les Insoumis ont prévu 60 réunions publiques à travers la France.

Lire Plus

France

Emmanuel Macron condamne fermement l’attaque de l’Iran contre Israël

Article

le

Emmanuel Macron condamne fermement l'attaque de l'Iran contre Israël

Emmanuel Macron a « condamné avec la plus grande fermeté l’attaque sans précédent lancée par l’Iran contre Israël » et appelé « à la retenue » les parties prenantes, dans un message publié dimanche sur X.

Le président français, Emmanuel Macron, a réagi avec fermeté à l’attaque lancée par l’Iran contre Israël, la qualifiant d’ « attaque sans précédent » qui risque de déstabiliser la région. Dans un message publié sur X dimanche, il a exprimé sa solidarité avec le peuple israélien et a réaffirmé l’engagement de la France envers la sécurité d’Israël et la stabilité régionale. Macron a également appelé toutes les parties impliquées à faire preuve de retenue.

L’Iran a lancé plus de 200 drones et missiles contre Israël dans la nuit de samedi à dimanche, en représailles à une frappe contre son consulat à Damas. Cependant, l’armée israélienne a affirmé que cette attaque avait été « déjouée ».

Le G7, dont la France est membre, tiendra une réunion en vidéo-conférence dimanche après-midi pour discuter de cette attaque. Le gouvernement italien, président actuel du G7, a souligné la nécessité d’éviter une escalade militaire et de promouvoir la prudence. Le Conseil de sécurité de l’ONU tiendra également une réunion d’urgence, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, ayant qualifié cette situation d' »escalade grave ».

Lire Plus

Monde

Attaque de l’Iran contre Israël : plus de 300 drones et missiles lancés par Téhéran

Article

le

Attaque de l’Iran contre Israël : plus de 300 drones et missiles lancés par Téhéran

L’Iran a lancé une attaque de drones contre son pays ce samedi 13 avril au soir, marquant ainsi une escalade dans les tensions régionales.

L’Iran a lancé plus de 200 drones et missiles contre Israël, près de deux semaines après un raid contre le consulat iranien à Damas, une action attribuée à Israël. Cette série d’événements suscite des inquiétudes quant à une possible escalade des tensions au Moyen-Orient.

À Téhéran, des médias d’État ont confirmé une attaque de drones en cours contre Israël, considéré comme l’ennemi juré de l’Iran.

En réponse, les alliés de l’Iran, notamment le Hezbollah libanais et les rebelles yéménites houthis, ont également mené des attaques contre Israël. Le Hezbollah a tiré des roquettes sur le Golan occupé par Israël, tandis que les Houthis ont lancé des drones en direction du territoire israélien.

Les États-Unis ont été appelés à rester à l’écart du conflit par l’Iran, mais la défense anti-aérienne américaine aurait abattu des drones iraniens visant Israël, selon un responsable américain.

Des sirènes d’alerte ont retenti dans plusieurs régions d’Israël, notamment à Jérusalem, au Néguev (sud) et dans le nord du pays, signalant une possible attaque imminente.

Une heure après le début de l’opération iranienne, l’agence officielle Irna à Téhéran a rapporté le lancement d’une première vague de missiles balistiques « profondément à l’intérieur des territoires occupés (Israël, NDLR) ».

Cette attaque est considérée comme une réponse à une frappe sur le consulat iranien à Damas le 1er avril, qui a causé la mort de deux hauts gradés des Gardiens de la Révolution. L’Iran a accusé Israël d’être derrière cette attaque, bien que ce dernier n’ait ni confirmé ni nié sa responsabilité.

Benjamin Netanyahu, Premier ministre israélien, a rapidement convoqué une réunion de crise avec son état-major et ses collaborateurs, tandis que les États-Unis ont réaffirmé leur soutien « inébranlable » à Israël.

La Jordanie, le Liban et l’Irak ont fermé leur espace aérien, tandis que l’Égypte a placé ses défenses aériennes en alerte maximale.

Les gouvernements britannique, français et allemand ont condamné l’attaque iranienne, exprimant leurs préoccupations quant à une possible escalade du conflit au Moyen-Orient.

Israël a fermé son espace aérien et suspendu les activités scolaires pour les deux prochains jours en raison de la menace sécuritaire.

L’Iran, ennemi déclaré d’Israël et allié du Hamas, auteur d’attaques contre Israël par le passé, souligne le risque d’une escalade régionale majeure suite à ces récents événements.

Lire Plus

Les + Lus