Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

De Trump à Biden, tensions, divisions et changement de ton

Article

le

de-trump-a-biden,-tensions,-divisions-et-changement-de-ton

Une campagne d’une agressivité inouïe, la défaite et les ruades de Donald Trump: 2020 fut pour l’Amérique une année de fractures et de divisions. Mais aussi, avec Joe Biden, celle de l’annonce d’un profond changement de style.

« Gagner, gagner, gagner »: le tempétueux républicain a scandé pendant des mois ces mots dans un pays fragilisé par la secousse du Covid. Après la défaite, il a rejeté le verdict des urnes, s’est arc-bouté, jusqu’à la caricature.

Au point que l’arrivée prochaine de « Joe » à la Maison Blanche se présente d’abord, pour l’Amérique et le monde, et quelles que soient les divergences politiques, comme une promesse de calme.

Une promesse résumée par un dessin de Robert Leighton publié dans le New Yorker où l’on voit un père lire une histoire à sa fille à la nuit tombée. Tout est dit à la dernière phrase du livre: « Et à partir de ce jour, il ne fut plus question seulement de Donald J. Trump ».

Sur le fond, comme sur la forme, dans ses nominations comme dans l’affichage de ses priorités, Joe Biden, qui deviendra le 20 janvier le 46e président de l’histoire, s’est efforcé depuis sa victoire de marquer le contraste avec le 45e.

Les Etats-Unis ont vécu 12 mois au rythme de l’élection du 3 novembre. Mais un autre épisode, inédit dans l’histoire politique moderne, restera aussi dans les livres d’histoire: celui du refus de la défaite d’un président sortant.

« ELECTION LA PLUS CORROMPUE DE L’HISTOIRE! »: à coups de tweets, de majuscules et de points d’exclamation, mais sans preuves ni éléments crédibles, Donald Trump a pratiqué la politique de la terre brûlée.

Il a piétiné toute les règles non écrites qui contribuent au bon fonctionnement de la machine politique américaine: le salut élégant au vainqueur, la passation de pouvoir bien ordonnée, les mots rassembleurs.

Il a, à dessein, braqué encore plus une partie du pays – minoritaire mais d’une fidélité inébranlable – contre l’autre.

Les scénarios les plus apocalyptiques se sont cependant révélés erronés. Face à ces coups de boutoir, cette avalanche de recours ubuesques, ces sombres théories du complot mises en avant par le président et son entourage, les institutions ont montré leur robustesse, la démocratie sa vivacité.

« Nous savons désormais que rien – ni même une pandémie ou un abus de pouvoir – ne peut éteindre la flamme » de la démocratie, a jugé Joe Biden.

« Virus chinois »

Reste une question lancinante: Donald Trump l’aurait-il emporté en 2020 si le nouveau coronavirus n’avait pas frappé la première puissance mondiale?

Les historiens spéculeront sans fin. L’ancien homme d’affaires, lui, en est persuadé.

S’il n’a pas obtenu « quatre années incroyables de plus à la Maison Blanche » comme il le prédisait, c’est à cause du « virus chinois ».

A bord d’Air Force One, fin février, au premier jour sa visite en Inde, il avait dit au petit groupe de journalistes l’accompagnant combien, à 36 semaines de l’élection présidentielle, la voie lui semblait dégagée.

L’économie était au beau fixe, le procédure de destitution le visant appartenait à l’Histoire, le camp démocrate peinait à trancher entre Bernie Sanders et Joe Biden.

Quelques semaines plus tard, le virus changeait profondément la donne.

Tous les dirigeants de la planète ont tâtonné et trébuché face à cette pandémie qui a fait plus de 1,6 million de morts.

Mais le refus de Donald Trump de reconnaître la gravité de la crise, et son obstination à minimiser son impact l’ont placé dans une situation à part.

Le lundi 14 décembre fut une date singulière pour la première puissance mondiale, marquée par deux événements: le début d’une campagne de vaccination massive porteuse d’immenses espoirs. Et le franchissement du cap – terrible – des 300.000 morts.

Donald Trump a célébré le premier d’un tweet (« Congratulations USA! Congratulations WORLD! »). Il n’a jamais évoqué le second.

« Simplement moins épuisant »

Dans ses emportements, contre les journalistes, ses détracteurs ou ses rivaux, Donald Trump aimait, avec une formule provocatrice qui est sa marque de fabrique, rappeler inlassablement sa victoire de 2016.

« Nous sommes dans le Bureau ovale. Et vous savez quoi? J’y suis, pas vous! ».

A partir du 20 janvier, il ne pourra plus prononcer cette phrase. Joe Biden aura pris sa place.

La société américaine, qui restera à n’en pas douter profondément divisée quels que soient les appels à l’apaisement et à la réconciliation de son prochain président, se prépare néanmoins à vivre sur autre tempo, résumé par Barack Obama.

« Avec Joe (Biden) et Kamala (Harris), vous n’aurez pas à vous soucier des trucs fous qu’ils pourraient dire chaque jour. Ce sera tout simplement moins épuisant. »

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Monde

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

Article

le

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

L’ancien président américain avait été banni du réseau social après l’assaut de ses partisans contre le Congrès, le 6 janvier 2021.

Le géant des réseaux sociaux Meta a annoncé mercredi qu’il allait, dans les prochaines semaines, « mettre fin à la suspension » des comptes de Donald Trump sur Facebook et Instagram, deux ans après l’exclusion de l’ancien président américain suite à l’assaut du Capitole.

« Le public doit pouvoir entendre ce que les personnalités politiques disent afin de pouvoir faire des choix éclairés », a justifié Nick Clegg, le responsable des affaires internationales de Meta, dans un communiqué. « Mais cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de limites à ce que les gens peuvent dire sur notre plateforme. Quand il y a un risque de préjudice dans le monde réel – un risque élevé qui justifie une intervention de Meta dans le débat public – nous agissons », a-t-il précisé.

L’ex-chef d’État américain avait été exclu du réseau social le 7 janvier 2021, alors qu’il était encore au pouvoir, pour avoir encouragé ses partisans lors de l’attaque du Congrès à Washington la veille, une décision sans précédent, imitée à l’époque par la plupart des réseaux sociaux grand public, dont Twitter.

En juin 2021, Facebook avait décidé que l’exclusion durerait deux ans, et que le milliardaire républicain ne pourrait revenir que quand les « risques pour la sécurité du public » auraient « disparu ».

La suspension « devrait ne plus jamais arriver à un président en exercice ou à qui que ce soit qui ne mérite pas de sanctions ! », a réagi Donald Trump depuis son compte sur Truth Social, le réseau social qu’il a lancé l’an dernier.

La semaine dernière, l’ancien président avait officiellement demandé à pouvoir retourner sur Facebook. Son avocat avait adressé une lettre au fondateur et président de Meta, Mark Zuckerberg, l’appelant à ne pas « réduire un candidat à la présidentielle au silence ».

L’homme politique avait déjà été réadmis sur Twitter le 19 novembre 2022, quatre jours après avoir déclaré sa candidature à l’élection présidentielle de 2024. Il n’a toutefois pas encore publié de message sur ce compte, communiquant principalement via sa propre plateforme, Truth Social.

Lire Plus

Europe

Espagne : un sacristain mort et un prêtre blessé dans une attaque à la machette

Article

le

Espagne : un sacristain mort et un prêtre blessé dans une attaque à la machette

Un homme a été interpellé après avoir attaqué à l’arme blanche plusieurs personnes dans un église du sud de l’Espagne.

Un sacristain a été tué mardi 24 janvier et un prêtre grièvement blessé, dans une attaque à la machette dans deux églises d’Algésiras, dans le sud de l’Espagne, a indiqué une source policière à l’AFP, précisant qu’un homme avait été arrêté. Une enquête a été ouverte pour des faits présumés de terrorisme. Elle sera menée par un magistrat de l’Audience nationale, tribunal chargé notamment des affaires de terrorisme, a précisé le parquet, sans donner plus de précisions.

L’attaque à l’arme blanche s’est produite peu avant 20h dans l’église de San Isidro d’Algésiras, a indiqué le ministère de l’Intérieur. Une personne a été tuée à l’extérieur de l’église et une blessée dans l’église, a ajouté le ministère.

Selon un prêtre d’Algésiras, cité par El Pais, «l’agresseur s’est d’abord rendu à la paroisse de San Isidro, où il a attaqué le sacristain». «Quelques instants plus tard, il est allé à l’église de la Plaza de la Palma, où il a rencontré le prêtre dans la rue, l’a attaqué et l’a laissé pour mort. Ensuite, il a semblé aller à l’église de la Virgen de Europa, mais je ne sais pas s’il y est arrivé. Toutes les églises sont situées au centre de la ville», raconte le religieux. Plusieurs sources policières soulignent qu’il y a eu des assauts dans «au moins deux églises». Les mêmes sources confirment que l’agresseur était sans papiers, «sans doute d’origine marocaine».

Peu après l’attaque, le président de la communauté d’Andalousie Juan Manuel Moreno a réagi. «Horrible et déchirant. Un sacristain a été assassiné et au moins un autre prêtre a été blessé dans un attentat qui a eu lieu à Algésiras. Prudence, les faits sont en cours d’investigation. Je condamne fermement le crime. L’intolérance n’aura jamais sa place dans notre société», a-t-il écrit sur Twitter.

Lire Plus

Monde

Guerre en Ukraine : Kiev admet avoir cédé Soledar à la Russie

Article

le

Guerre en Ukraine : Kiev admet avoir cédé Soledar à la Russie

L’armée ukrainienne a admis mercredi avoir cédé aux Russes la ville de Soledar (ici en juin 2022), deux semaines après l’annonce de sa prise par Moscou.

« Après des mois de combats difficiles […], les forces armées ukrainiennes l’ont quittée » pour « se replier sur des positions préparées », a indiqué à l’AFP le porte-parole militaire de la zone est Serguiï Tcherevaty, refusant cependant de préciser quand cette retraite a eu lieu.

À la mi-janvier, la petite ville était au centre d’une bataille acharnée et Moscou en avait revendiqué la prise. Le gouverneur de la région de Donetsk, Pavlo Kyrylenko, avait toutefois démentié, assurant que Soledar était « sous le contrôle des autorités ukrainienne ».

Lire Plus

Les + Lus