Nous rejoindre sur les réseaux

Planète

De l’eau chaude pour remplir les estomacs: au Tigré, la faim après les combats

Article

le

de-l’eau-chaude-pour-remplir-les-estomacs:-au-tigre,-la-faim-apres-les-combats

Tesfaye Berhe fixe avec inquiétude ses plants de sorgho jaunis par le soleil brûlant: il se demande s’il parviendra à sauver sa récolte, perturbée par les combats qui ont touché la région éthiopienne du Tigré.

Cet agriculteur de 60 ans, portant une barbe grise et un léger embonpoint, a pris ses jambes à son cou lorsque les obus ont commencé, en novembre, à s’abattre non loin de ses champs, près du village d’Ayasu Gebriel.

A l’est, les tirs venaient de l’armée fédérale; à l’ouest, des forces loyales au Front de libération du Peuple du Tigré (TPLF), le parti qui dirigeait cette région dissidente et défiait l’Etat depuis des mois.

L’urgence a contraint Tesfaye à abandonner sur place sa récolte de teff – une céréale clé dans l’alimentation éthiopienne. Elle a disparu depuis. Et le fermier craint maintenant de perdre aussi son sorgho, même si le gouvernement assure que les combats sont terminés.

« Nous entendons qu’il y a toujours des combattants dans les deux directions. Nous sommes inquiets de savoir si nous pourrons manger ce que nous récoltons maintenant, s’ils reviennent », s’interroge-t-il.

Le Tigré, région pauvre du nord de l’Ethiopie comptant 6 millions d’habitants, faisait déjà face à d’importants problèmes de sécurité alimentaire avant le début du conflit, le 4 novembre. En plus de l’épidémie de coronavirus, l’année 2020 fut marquée par la pire invasion de criquets pèlerins depuis des décennies.

Les agences humanitaires craignent désormais que le conflit – qui aurait fait des milliers de morts et a déplacé plus de 50.000 personnes – entraîne la région dans une situation catastrophique.

Précarité

Une équipe de l’AFP est parvenue ces derniers jours à se rendre en exclusivité dans le sud du Tigré, où se trouve notamment Ayasu Gebriel.

Sur place, des habitants désespérés ont raconté dépendre de l’aumône de leurs voisins pour se nourrir et servir à leurs enfants de l’eau bouillie afin qu’ils aient « quelque chose de chaud dans l’estomac ».

Cette précarité pourrait durer de longs mois, d’autant plus si les récoltes de céréales sont perdues.

« La perte potentielle des récoltes au Tigré, qui étaient sur le point de démarrer quand le conflit a commencé, pourrait avoir des conséquences majeures sur la sécurité alimentaire dans la région », affirme Saviano Abreu, porte-parole du Bureau de coordination de l’aide humanitaire de l’ONU (Ocha).

Les tensions autour de l’aide humanitaire se sont exacerbées ces dernières semaines entre les agences humanitaires et le Premier ministre Abiy Ahmed, prix Nobel de la paix en 2019.

Le gouvernement éthiopien insiste sur sa volonté d’amener l’aide aux « communautés vulnérables » mais aussi de coordonner l’accès des organisations internationales, évoquant notamment l’insécurité dans la région.

Zones inaccessibles

La semaine dernière, il a admis que des forces progouvernementales avaient tiré sur une équipe de l’ONU qui tentait de visiter un camp de réfugiés érythréens, dans une zone du Tigré où « elle n’était pas supposée se rendre ».

A Alamata, près d’Ayasu Gebriel, le gouvernement a distribué il y a quelques jours des sacs de 50 kilos de blé – flanqués du drapeau éthiopien – à des centaines d’habitants formant une longue file indienne parsemée de parapluies pour se protéger du soleil.

Certains d’entre eux ont raconté avoir entendu des combats dans les collines environnantes, mais la ville elle-même a été épargnée.

Solomon Admasu, un agent de la commission fédérale de gestion des catastrophes, admet en revanche que son unité peine à atteindre les zones plus touchées par les combats.

« Les ressources sont là, mais il y a des endroits où il y a des problèmes de sécurité et des endroits qui sont instables », dit-il.

De plus, de nombreux administrateurs locaux auraient abandonné leur poste, ce qui pourrait compliquer la distribution de l’aide dans les zones reculées, souligne Assefa Mulugeta, qui coordonne l’action gouvernementale dans la région d’Alamata.

Stocks épuisés

« Le gouvernement a besoin d’aide, c’est évident », dit-il, « car la demande est très forte ».

L’aide internationale commence à arriver au Tigré. Une cargaison du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) contenant des médicaments et des équipements – la première venant d’une organisation internationale – a notamment atteint samedi la capitale régionale Mekele.

Longtemps bloqués, de premiers convois du Programme alimentaire mondial (PAM) commencent aussi à arriver au Tigré. Dix-huit camions ont livré mardi 570 tonnes de nourriture, a déclaré le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric, mais « nous sommes toujours à la recherche (d’un) accès humanitaire sans entrave et complet » au Tigré.

A travers le sud du Tigré, les habitants disent que l’aide déjà reçue du gouvernement éthiopien est loin d’être suffisante.

« Les gens n’ont rien à manger ou à boire (…) même les gens aisés », témoigne Asene Hailu, qui habite Mehoni, au sud de Mekele.

En plus du manque d’eau, d’électricité et de médicaments pendant des semaines, les banques sont restées fermées, empêchant ceux qui en avaient les moyens de retirer de l’argent, alors que le conflit faisait grimper les prix des denrées, note de son côté un habitant de la ville de Korem.

Et les plus pauvres, explique cet homme qui travaille dans le bâtiment et souhaite rester anonyme par peur de représailles du gouvernement, « mangeaient ce qu’ils avaient en stock, et c’est presque terminé ».

« Ils vivent maintenant avec l’aide de Dieu ».

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Planète

Chaleur : des températures plus élevées que la normale dans les régions méditerranéennes cet été

Article

le

Chaleur : des températures plus élevées que la normale dans les régions méditerranéennes cet été

Sous-titre : Météo France prévoit une forte probabilité de températures supérieures à la normale entre mai et juillet, en particulier dans le sud de la France.

Selon Météo France, les régions méditerranéennes pourraient connaître des températures estivales supérieures à la normale entre mai et juillet, avec une probabilité de 70 %. Cette prévision s’accompagne d’une augmentation de la température moyenne de la mer Méditerranée, contribuant à cette tendance.

Le bulletin trimestriel de Météo France, publié le 29 avril, indique que la probabilité de températures plus élevées que la normale est de 70 % dans la zone méditerranéenne. En revanche, dans le reste de la France, cette tendance est moins prononcée, avec une probabilité de 50 % à l’échelle nationale.

Ces prévisions sont essentielles pour les agriculteurs, bien qu’elles nécessitent une certaine prudence, étant donné leur nature à long terme. Guillaume Sechet, météorologue, souligne qu’il est plus difficile de prédire les précipitations que les températures sur une période aussi étendue. Bien que les modèles européens et américains convergent vers des températures plus élevées, aucune préférence n’est donnée à un scénario spécifique par Météo France.

Le climatologue Davide Farande explique que la hausse des températures de la mer Méditerranée est un facteur contributif majeur à cette prévision. Avec une mer plus chaude que la normale ce printemps, la chaleur se propage progressivement vers le littoral, augmentant ainsi les températures dans la région.

Ces prévisions ne doivent pas être confondues avec des annonces de vagues de chaleur ou de canicules, souligne-t-on. Ces phénomènes restent imprévisibles sur une échelle temporelle aussi large.

Lire Plus

Planète

Des applications récompensent les gestes écologiques : un coup de pouce pour l’environnement et le portefeuille

Article

le

Des applications récompensent les gestes écologiques : un coup de pouce pour l'environnement et le portefeuille

Des applications incitent à adopter des comportements respectueux de l’environnement en offrant des récompenses pour chaque action éco-responsable.

La prise de conscience environnementale se traduit par des actions concrètes, souvent encouragées par des initiatives numériques innovantes. Des applications mobiles se sont engagées dans une démarche incitative, proposant aux utilisateurs des récompenses en échange de gestes écologiques au quotidien. Un moyen ludique et motivant de contribuer à la préservation de la planète tout en bénéficiant d’avantages financiers.

Parmi ces applications, Survoltage se distingue en encourageant la réduction de la consommation électrique. En alertant les utilisateurs sur les pics de consommation du réseau électrique national, elle les incite à adapter leurs habitudes et récompense leurs efforts par des points convertibles en diverses rétributions.

Vazy, quant à elle, valorise les déplacements à faible empreinte carbone. En enregistrant les kilomètres parcourus en trottinette, vélo ou à pied, elle offre des points échangeables contre des bons d’achat chez des commerçants locaux, favorisant ainsi les mobilités douces et la consommation responsable.

Pour les adeptes de la marche, WeWard constitue une option attrayante. En récompensant les pas effectués grâce à la géolocalisation, elle permet d’accumuler des points convertibles en cadeaux, bons d’achat ou même en argent, tout en soutenant des projets sociaux et environnementaux.

Enfin, Trashback encourage le ramassage des déchets avec une approche originale. Les utilisateurs photographient les détritus ramassés sur la voie publique, accumulant ainsi des points échangeables contre des bons d’achat ou des réductions chez des partenaires engagés dans une consommation éco-responsable.

Ces applications démontrent que la technologie peut être un allié précieux dans la transition vers un mode de vie plus respectueux de l’environnement. En incitant les individus à adopter des gestes écologiques, elles contribuent à sensibiliser le grand public et à créer un cercle vertueux où chacun peut jouer un rôle dans la protection de notre planète.

Lire Plus

Planète

La NASA révèle sonde Clipper : À la quête de vie sur une lune de Jupiter !

Article

le

La NASA révèle sonde Clipper : À la quête de vie sur une lune de Jupiter !

La Nasa a présenté jeudi sa sonde interplanétaire, Europa Clipper, destinée à explorer Europe, une des lunes de Jupiter. L’objectif : rechercher des conditions propices à la vie sur cette lune glacée, qui pourrait abriter de l’eau liquide sous sa surface.

Des extraterrestres barbotent-ils en secret sous la surface d’une lune glacée de Jupiter ? La Nasa a dévoilé, jeudi 11 avril, une sonde interplanétaire destinée à découvrir ce qu’il en est.

La sonde Europa Clipper, d’une valeur de cinq milliards de dollars (environ 4,7 milliards d’euros), doit partir en octobre à bord d’une fusée Falcon Heavy de SpaceX à destination d’Europe, l’une des dizaines de lunes de Jupiter, la plus grande planète du système solaire.

L’appareil voyagera pendant plus de cinq ans et passera notamment par Mars, avant – si tout se passe comme prévu – d’entrer en orbite autour de Jupiter et Europe en 2031.

« L’une des questions fondamentales que la Nasa veut comprendre est : ‘Sommes-nous seuls dans le cosmos ?' », explique Bob Pappalardo, scientifique de la mission. Si une preuve de vie était découverte, « ce serait (une avancée) énorme pour comprendre à quel point la vie est répandue dans l’univers », ajoute-t-il.

Une fois sa mission débutée, Clipper entamera une inspection détaillée de ce satellite de Jupiter, d’une taille comparable à la Lune, que les scientifiques croient recouvert d’eau gelée.

« Nous avons des instruments comme des caméras, des spectromètres, un magnétomètre et un radar qui peuvent (…) pénétrer la glace, rebondir sur l’eau liquide et revenir à la surface pour nous indiquer à quel point la glace est épaisse et où l’eau liquide se situe », poursuit Bob Pappalardo.

Les responsables de la mission n’espèrent pas trouver de petits hommes verts en train de barboter : en fait, ils ne recherchent pas forcément de signe de vie, seulement des conditions favorables à celle-ci.

Les scientifiques savent que même par des climats extrêmes sur Terre, sous la calotte glaciaire dans des milieux sans lumière, de petites formes de vie peuvent exister.

« Si les lunes autour des planètes éloignées des étoiles pouvaient héberger la vie, alors le nombre de possibilités dans le système solaire, dans l’univers, que la vie soit présente, augmente drastiquement, je pense », estime Jordan Evans, chef de projet pour la mission Europa Clipper.

L’étude d’Europe ne sera toutefois pas aisée : un puissant champ de radiations englobe le satellite naturel de Jupiter et il pourrait abîmer les instruments de Clipper, qui recevra l’équivalent de 100 000 radiographies du thorax à chaque boucle autour de son objectif.

À cause de la distance, les données de la sonde mettront 45 minutes à arriver au poste de contrôle. Et malgré ses énormes panneaux solaires qui se déploieront une fois dans l’espace, il sera ardu de maintenir Clipper en service, selon Jordan Evans.

« Près de la Terre, ils pourraient alimenter 20 maisons en continu. Et (près de) Jupiter, seulement quelques ampoules et petits appareils », du fait de l’éloignement de la planète vis-à-vis du Soleil, explique-t-il.

La mission, dont la planification a commencé à la fin des années 1990, doit se terminer vers 2034, quand Clipper aura atteint la fin de sa durée de vie utile.

La dernière étape de la sonde consistera à s’écraser sur une lune de Jupiter, déclare Tim Larson, chef adjoint du projet.

« Quand nous en aurons terminé avec la mission scientifique, la façon d’en finir est de s’écraser sur l’un des autres corps (célestes) du système jovien à disposition de l’appareil », conclut-il. « Pour l’instant », la Nasa prévoit de précipiter la sonde contre Ganymède, le plus gros satellite naturel de Jupiter, précise-t-il.

Lire Plus

Les + Lus