Nous rejoindre sur les réseaux

France

De Charlie à Libé, Coco « dessine encore » pour « réussir à vivre »

Article

le

de-charlie-a-libe,-coco-« dessine-encore »-pour-« reussir-a-vivre »

« Réussir à vivre avec »: rescapée de l’attentat qui a décimé la rédaction de Charlie Hebdo, son école, la caricaturiste Coco retrace dans « Dessiner encore » son combat vers la reconstruction, affûtant ses crayons avant de prendre, à 38 ans, la succession de Willem à Libération.

Corinne Rey, de son vrai nom, deviendra le 1er avril la première dessinatrice attitrée d’un grand quotidien. Une revanche pour la jeune femme qui a eu le malheur de croiser les frères Kouachi, le 7 janvier 2015, en partant chercher sa fille à la halte-garderie.

Sous la menace des kalachnikovs, Coco a composé le code d’entrée du journal où elle travaille depuis 2008. « Cette place de la fille qui a ouvert la porte a été dure à encaisser. Encore maintenant c’est difficile d’accepter ce qui s’est passé », dit la dessinatrice à l’AFP.

Culpabilité, angoisse, mais aussi souvenirs heureux… Son bouleversant récit graphique, récemment paru aux éditions Les Arènes, mêle cauchemars, séances chez le psy et tranches de vie chez Charlie, « cette rédaction géniale entre déconne, sérieux, boulot, engueulades, bouffe, vie ».

La dessinatrice y dépeint « la vague » prête à l’engloutir à tout moment. Et « les obsessions » qui la hantent : « Et si j’avais appelé au secours ? Et si j’avais essayé de m’enfuir ? Et si je les avais poussés dans les escaliers ? » s’interroge-t-elle frénétiquement dans une séquence d’une dizaine de pages conclue « par un fragment rouge, l’équivalent d’une mort certaine ».

« Il m’a fallu du temps pour regarder ce moment-là et me dire que je n’avais pas le choix », relate-t-elle.

La vague toujours là

C’est à l’approche du procès des attaques de Charlie, de Montrouge et de l’Hyper Cacher fin 2020 que la dessinatrice s’est plongée dans son album. « Cela m’a aidée à me préparer » pour la Cour d’assises, « à trouver des mots, à rentrer à l’intérieur de moi ».

« Le procès dans un certain sens a été cathartique », après des années à taire ces « choses enfouies » en pensant « aux familles, enfants des victimes beaucoup plus déchirées » qu’elle, qui est « en vie » et « pas blessée ».

Mais « la vague sera toujours là. (…) On cohabite avec ce 7 janvier, le tout c’est de réussir à vivre avec le mieux possible », souligne la jeune femme, toujours sous protection rapprochée.

Son salut, elle le doit au dessin, passion née « vers 4-5 ans ». Son bac en poche, après une première année décevante aux Beaux-Arts de Lyon, la jeune fille d’Annemasse « s’éclate » à l’école européenne supérieure de l’image de Poitiers et s’oriente vers le dessin de presse en 2007 au détour d’un stage… chez Charlie.

Celle qui aimait « faire marrer les profs et les copains » avec ses caricatures se trouve séduite par « la portée des dessins engagés » de Wolinski, Tignous, Honoré et Cabu –le seul qu’elle connaissait, génération « Club Dorothée » oblige.

Remplacer Dieu

Percevant son « petit potentiel », selon ses mots, Cabu et Philippe Val, alors directeur de la publication, l’invitent à revenir. Elle publie son premier dessin dans l’hebdomadaire satirique en 2008.

Cabu, « toujours disposé à vous aider », lui transmet « ses propres codes de dessins ». Charb, « bienveillant », l’encourage à aller « faire ses armes dans d’autres journaux comme l’Humanité » et à « 28 minutes » (une émission d’Arte). Et suivant les conseils de Luz, elle illustre « pendant six ans le billet d’humour satirique de Christophe Conte » aux Inrocks.

Son prochain défi ? Succéder à Willem, « géant du dessin » qui prendra sa retraite de Libération à 80 ans, tout en continuant, comme elle, à travailler pour Charlie.

« Cavanna disait +un dessin, c’est un coup de poing dans la gueule+. Mais Willem, c’est vraiment un grand coup de pied, un uppercut, et je te casse trois dents en plus » dit-elle au sujet de ce « grand esprit de synthèse », « percutant », à « la liberté incroyable ».

« On m’a dit +tu vas remplacer Dieu+ », lance-t-elle en riant. « Comment prendre la suite de Dieu ? Je n’en sais rien, je vais y aller comme je suis ». Engagée, parfois « violente », parfois « moins violente ».

Elle ne sera pas dépaysée: Libération a accueilli la rédaction de Charlie à deux reprises, après l’attentat et après l’incendie de ses locaux en 2011.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

France

Gard : l’imam Mahjoub Mahjoubi expulsé de France vers la Tunisie

Article

le

Gard : l'imam Mahjoub Mahjoubi expulsé de France vers la Tunisie

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin l’a annoncé sur X. L’imam avait qualifié le «drapeau tricolore» de «satanique» dans un prêche diffusé sur les réseaux sociaux.

Mahjoub Mahjoubi, imam accusé d' »appels à la haine », a été expulsé jeudi soir vers la Tunisie, selon des sources proches du dossier. Son expulsion fait suite à des prêches où il aurait véhiculé une conception littérale, rétrograde, intolérante et violente de l’islam.

Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a confirmé l’expulsion de l’imam radical, soulignant que celle-ci a été réalisée moins de 12 heures après son interpellation à son domicile à Bagnols-sur-Cèze (Gard). Gérald Darmanin a également précisé que des instructions avaient été données pour prendre un arrêté ministériel d’expulsion contre cet individu aux propos inacceptables.

Dans l’arrêté ministériel d’expulsion, il est reproché à Mahjoub Mahjoubi d’avoir tenu des propos encourageant des comportements contraires aux valeurs de la République, tels que la discrimination à l’égard des femmes, le repli identitaire, les tensions avec la communauté juive et la radicalisation jihadiste, lors de ses prêches des 2, 9 et 16 février.

L’avocat de l’imam a déclaré qu’il contesterait cette procédure en engageant une procédure de référé expulsion devant le tribunal administratif de Paris, disposant de deux jours pour le faire.

Cette expulsion express est la première depuis l’entrée en vigueur de la loi sur l’immigration voulue par le ministre de l’Intérieur.

Lire Plus

France

Manouchian et ses frères d’armes étrangers entrent au Panthéon

Article

le

Manouchian et ses frères d'armes étrangers entrent au Panthéon

La France rend hommage aux héros oubliés de la résistance étrangère en accueillant Missak Manouchian et 23 de ses compagnons d’armes au Panthéon, 80 ans après leur exécution par les nazis. Cet acte solennel, présidé par Emmanuel Macron, témoigne de la reconnaissance tardive mais profonde envers ces combattants de l’ombre qui ont sacrifié leur vie pour la liberté et la justice.

Dans une déclaration publiée dans le quotidien L’Humanité, le président Macron souligne l’engagement sans faille de ces hommes venus de divers horizons pour défendre la France. « Juifs, Hongrois, Polonais, Arméniens, communistes, ils ont donné leur vie pour notre pays », déclare-t-il.

Cette cérémonie historique marque également la reconnaissance de toute la résistance communiste et étrangère, un geste salué comme un honneur et une réparation par Fabien Roussel, secrétaire national du Parti Communiste Français.

Pour le chef de l’État, cette panthéonisation est la quatrième sous son mandat, après celles de Maurice Genevoix, Simone Veil et Joséphine Baker, avec l’annonce récente de celle de Robert Badinter.

Cependant, cette décision a suscité la colère du Rassemblement National (RN) et de ses partisans, qualifiant les propos de Macron d' »indignes » et d' »utilisation politique de l’histoire nationale ».

La cérémonie, prévue pour durer une heure et demie, sera empreinte de moments émouvants et symboliques. Le chanteur Patrick Bruel lira la dernière lettre de Missak Manouchian à sa bien-aimée, tandis que le groupe de rock Feu ! Chatterton interprétera « L’Affiche rouge » de Léo Ferré, immortalisant le sacrifice des résistants.

Missak Manouchian, rescapé des massacres arméniens, a rejoint la résistance communiste en 1943, où il a joué un rôle crucial dans les rangs des Francs-tireurs partisans – Main-d’œuvre immigrée (FTP-MOI), avant d’être exécuté avec ses compagnons en 1944.

Cette cérémonie, à laquelle 2000 personnes ont été conviées, dont des représentants du Parti Communiste et du gouvernement arménien, ainsi que 600 élèves, témoigne de l’importance de se souvenir et de rendre hommage aux sacrifices de ces héros de la liberté, dont le courage et la détermination resteront gravés dans l’histoire de la France.

Lire Plus

Europe

Une visite médicale obligatoire tous les 15 ans pour conserver son permis de conduire

Article

le

Permis de Conduire : bientôt une visite médicale obligatoire pour conserver son permis

Les États membres de l’Union européenne vont prochainement s’exprimer sur un projet de loi qui vise à instaurer une visite médicale pour délivrer ou renouveler le permis de conduire.

Un projet de loi débattu prochainement au Parlement européen pourrait changer les règles pour les automobilistes européens. Il prévoit une visite médicale obligatoire tous les quinze ans pour conserver son permis de conduire. Cette mesure, soutenue par la commission des Transports de l’instance européenne, vise à réduire de moitié le nombre de décès sur les routes d’ici 2030, dans une perspective ultime d’atteindre zéro mort d’ici 2050.

L’examen médical comprendrait un contrôle de la vue, tandis que les autres tests requis seraient définis par chaque État membre. Bien que cette proposition suscite des débats, elle s’inspire de pratiques déjà en vigueur dans certains pays européens, où des contrôles médicaux sont effectués à des intervalles réguliers pour les conducteurs âgés.

Si cette mesure est adoptée, elle ne serait pas mise en œuvre avant 2027. Son objectif principal est de garantir que les conducteurs restent aptes à conduire tout au long de leur vie, contribuant ainsi à la sécurité routière et à la réduction du nombre de victimes sur les routes de l’Union européenne.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Les + Lus