Nous rejoindre sur les réseaux

Culture

Culture : Le Festival de Cannes choisit Vincent Lindon pour présider son jury

Article

le

le-festival-de-cannes-choisit-vincent-lindon-pour-presider-son-jury

A trois semaines de sa 75e édition, le Festival de Cannes a mis fin au suspense mardi en annonçant la composition de son jury, qui sera présidé par l’acteur français Vincent Lindon, prix d’interprétation en 2015 et acteur dans « Titane », la Palme d’or 2021.

Il prendra la suite du réalisateur américain Spike Lee qui, avec son jury, avait couronné le film de la Française Julia Ducournau en juillet 2021.

« C’est un immense honneur, et une très grande fierté de me voir confiée, au milieu du tumulte des multiples événements que nous traversons dans le monde, la splendide et lourde tâche de présider le Jury du 75e Festival International du Film de Cannes », a déclaré Vincent Lindon, cité dans le communiqué du Festival.

Cette annonce survient au terme d’un long suspense: d’ordinaire, le président du jury est connu en début d’année, avec le jury dévoilé quelques semaines avant le Festival.

Avec le redémarrage du cinéma post-pandémie et l’essor des séries, « tous les artistes travaillent », avait souligné mi-avril Thierry Frémaux, le délégué général du Festival, pour justifier ce calendrier bousculé.

Les noms des actrices Penelope Cruz et Marion Cotillard avaient circulé dans la presse spécialisée, sans être jamais confirmés, ainsi que celui du réalisateur iranien Asghar Farhadi, qui sera finalement membre du jury.

Le cinéaste oscarisé est actuellement accusé de plagiat par une de ses anciennes élèves pour son dernier film « Un héros », Grand Prix au festival de Cannes l’an dernier.

En choisissant Vincent Lindon, 62 ans, le Festival parie sur un fidèle de Cannes, qui a présenté neuf longs métrages sur place depuis 1987 et se plait à parler 7e art lors de masterclass à la Cinémathèque française ou l’Institut Lumière. Aucune personnalité française n’avait occupé cette fonction depuis l’actrice Isabelle Huppert en 2009.

A l’écran, l’acteur incarne souvent un homme contemporain en colère, à la fragilité manifeste, comme dans « La loi du marché » de Stéphane Brizé qui lui avait valu le prix d’interprétation en 2015.

« Mission: émouvoir »

Retrouvant le réalisateur trois ans plus tard, et les marches cannoises, il avait présenté en 2018 « En Guerre », où il campait un représentant syndical qui va conduire la lutte pour empêcher la fermeture de son usine.

En juillet 2021, il avait surpris en sapeur-pompier bodybuildé et « meurtri, (qui) a marqué les corps, les cœurs et les esprits », dixit le Festival.

Proche de Thierry Frémaux, Vincent Lindon devra choisir la Palme d’or parmi les 21 films en compétition, dont le dernier opus du Canadien David Cronenberg ou celui du Russe Kirill Serebrennikov, en rupture avec la ligne du régime de Poutine.

Il sera épaulé dans cette mission par l’actrice et réalisatrice anglo-américaine Rebecca Hall (« Vicky Cristina Barcelona »), la Suédoise Noomi Rapace, révélée en 2009 dans la première adaptation de la saga Millenium, l’Italienne Jasmine Trinca (dont le premier long métrage « Marcel! » sera présenté en séance spéciale) et l’Indienne Deepika Padukone.

Quatre réalisateurs de renom viendront compléter ce jury: l’Iranien Asghar Farhadi donc, le Français Ladj Ly (« Les misérables », prix du jury 2019 à Cannes), l’Américain Jeff Nichols (qui avait présenté son film « Loving » en 2016 sur la Croisette) et le Norvégien Joachim Trier (« Julie en 12 chapitres, prix d’interprétation féminine en 2021).

« Avec mon jury, nous nous efforcerons de prendre soin au mieux des films de l’avenir, qui portent tous un même espoir secret, de courage, de loyauté et de liberté ; dont la mission est d’émouvoir le plus grand nombre de femmes et d’hommes en leur parlant de leurs blessures et de leurs joies communes. La culture aide l’âme humaine à s’élever et à espérer pour demain », a souligné Vincent Lindon.

Culture

Plateformes de streaming : 7 000 artistes réclament une meilleure rémunération

Article

le

Plateformes de streaming : 7 000 artistes réclament une meilleure rémunération

À la veille du Festival de Cannes, 7 000 acteurs signent une tribune pour dénoncer le non-respect de la loi sur la rémunération proportionnelle de leurs œuvres.

Alors que le Festival de Cannes s’apprête à ouvrir ses portes pour sa 77e édition, une tribune signée par 7 000 acteurs français fait grand bruit. Cette déclaration exprime le mécontentement des artistes face à la rémunération jugée insuffisante de leurs œuvres par les plateformes de streaming.

Parmi les signataires de cette tribune, des personnalités telles que Julie Gayet, Samuel Le Bihan, Benoît Magimel et Thierry Lhermitte réclament une application stricte de la loi du 12 mai 2021. Cette loi prévoit une rémunération supplémentaire proportionnelle au succès des œuvres diffusées sur les plateformes en ligne.

Trois ans après l’adoption de cette loi, les acteurs constatent qu’elle n’est toujours pas mise en application. Dans leur tribune, ils évoquent la possibilité d’un mouvement de grève similaire à celui ayant eu lieu à Hollywood, ayant entraîné des pertes considérables pour l’industrie cinématographique américaine.

Anne Bouvier, présidente de l’Adami, soutient cette initiative et appelle à un soutien gouvernemental pour faire respecter les droits des artistes. Elle souligne également une montée de la colère parmi les acteurs français, notamment ceux œuvrant dans les séries télévisées quotidiennes.

L’acteur et réalisateur Sam Karmann, dans une déclaration au Parisien, espère que la raison et la loi prévaudront, mais n’exclut aucune forme de mobilisation pour faire entendre les revendications des acteurs.

Lire Plus

Culture

Culture : le secteur de l’édition demande d’interdire la pub télé pour les livres

Article

le

Culture : le secteur de l'édition demande d'interdire la pub télé pour les livres

Le Syndicat national de l’édition demande l’abrogation d’un décret autorisant la publicité télévisée pour les livres, craignant un impact négatif sur la création littéraire.

Le Syndicat national de l’édition (SNE) a lancé un appel au gouvernement mercredi pour interdire la publicité télévisée pour les livres, arguant qu’une telle mesure pourrait entraîner « un appauvrissement de la création littéraire ».

Cette prise de position fait suite à un décret du 5 avril qui autorise la publicité télévisée pour les livres à titre expérimental pendant deux ans. Le SNE, inquiet des conséquences potentielles de cette décision, demande fermement son abrogation.

Le décret en question suscite des préoccupations au sein de l’industrie de l’édition, notamment quant à la fragilisation du secteur et à l’éventuelle réduction de la diversité littéraire. Le ministère de la Culture avait ouvert une consultation publique sur cette mesure en janvier et février, mais les résultats de cette consultation n’ont pas été rendus publics avant la publication du décret au Journal officiel, ce qui a pris de court de nombreux acteurs du secteur.

Le SNE a exprimé son désaccord lors de cette consultation, soulignant la nécessité de maintenir l’équilibre dans une industrie caractérisée par sa grande diversité. Il déplore également le manque d’encadrement précis et d’engagement en faveur de la promotion du livre et de la lecture à la télévision dans le cadre de cette expérimentation.

Jusqu’à présent, une seule maison d’édition, les éditions XO, a diffusé un spot télévisé, affirmant avoir toujours milité en faveur de cette forme de publicité.

Cette opposition à la publicité télévisée pour les livres n’est pas seulement portée par les éditeurs, mais également par l’organisation des libraires, le Syndicat de la librairie française, qui s’aligne sur la position du SNE. « Avec l’ensemble de la filière, nous avons toujours été fermement opposés à la publicité télévisée pour les livres. Et nous l’avons réaffirmé lors de la consultation publique », a déclaré Guillaume Husson, délégué général du Syndicat de la librairie française.

Lire Plus

Culture

Emmanuel Macron soutient la participation d’Aya Nakamura aux JO de Paris 2024

Article

le

Emmanuel Macron soutient la participation d'Aya Nakamura aux JO de Paris 2024

Le Président de la République estime que la chanteuse a « tout à fait sa place » lors de la cérémonie olympique.

Lors de l’inauguration du centre aquatique olympique de Saint-Denis, Emmanuel Macron s’est prononcé en faveur de la participation de la chanteuse Aya Nakamura à la cérémonie des Jeux olympiques de Paris 2024, affirmant qu’elle avait « tout à fait sa place ».

Face à la presse, le président de la République a déclaré que la présence d’Aya Nakamura lors de la cérémonie d’ouverture ou de clôture des Jeux serait « une bonne chose si elle en fait partie avec d’autres », soulignant que l’artiste « parle à bon nombre de nos compatriotes ».

Cependant, Emmanuel Macron a rappelé que la décision finale revenait à la direction artistique, dirigée par Monsieur Thomas Joly, responsable des cérémonies des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024.

Cette prise de position intervient après plusieurs semaines de polémique autour d’une possible participation d’Aya Nakamura, la chanteuse franco-malienne étant la cible de critiques de la part de la droite et de l’extrême droite.

Toutefois, la situation semble évoluer favorablement pour l’artiste, puisque les belles-sœurs et héritières d’Édith Piaf ont exprimé leur soutien à l’idée qu’Aya Nakamura interprète une chanson de la Môme lors des JO de Paris, après avoir été sollicitées pour l’utilisation de « L’Hymne à l’amour » lors d’une cérémonie.

Lire Plus

Les + Lus