Nous rejoindre sur les réseaux

Culture

Culture: De retour après 40 ans, ABBA ravit ses fans mais divise la critique

Article

le

de-retour-apres-40-ans,-abba-ravit-ses-fans-mais-divise-la-critique

ABBA fait son grand retour vendredi avec un nouvel album « Voyage » après quarante ans de silence des légendes suédoises de la disco-pop, un opus qui ravit ses millions de fans mais laisse la critique plus partagée.

Depuis leur séparation de fait fin 1982, un an après leur dernier album « The Visitors », Agnetha, Björn, Benny et Anni-Frid (acronyme ABBA) n’avaient plus sorti de chansons et rangé aux vestiaires leurs célèbres costumes kitsch.

L’annonce début septembre de leur reformation, lors d’une cérémonie XXL tournée dans plusieurs capitales, avait fait le tour du monde, après des années de spéculations.

Composé de dix titres, « Voyage » est le fruit imprévu d’un projet sur lequel ABBA travaille depuis des années: un concert d’avatars numériques « révolutionnaires », censé reléguer au rayon de vieilleries les hologrammes qui ont fleuri ces dernières années dans le monde de la musique.

Une « ABBA Arena » est en construction à Londres pour accueillir le show à partir de fin mai 2022.

Certains points restent mystérieux mais une chose est claire: c’est les ABBA d’aujourd’hui qu’on entendra chanter, mais leurs « ABBAtars » les représenteront avec leur physique de… 1979.

C’est en préparant ce projet en partenariat avec une société d’effets spéciaux du père de Star Wars George Lucas – maintes fois retardé par des difficultés techniques, puis par le Covid – que naît l’idée de refaire de la musique ensemble.

Dès 2018, ABBA avait confirmé les rumeurs de son retour en studio et on savait que l’enregistrement d’au moins deux nouvelles chansons était conservé à l’abri des oreilles indiscrètes.

« Au début, c’était seulement deux chansons, et puis on s’est dit. +Peut être qu’on pourrait en faire quelques autres (…) et puis j’ai demandé: « Et si on faisait un album complet? », a expliqué Benny Andersson, 74 ans, lors de l’annonce de l’album.

Lui et Björn Ulvaeus, 76 ans, en assurent la promotion ces dernières semaines, Agnetha Fältskog et Anni-Frid Lyngstad ayant choisi de s’épargner cette épreuve à respectivement 71 et 75 printemps.

Toujours le « son ABBA »

Trois des dix chansons de l’album, disponible depuis minuit heure locale dans tous les pays du monde, avaient déjà été dévoilées: d’abord « I Still Have Faith In You » (Je crois toujours en toi) et « Don’t Shut Me Down » (Ne me ferme pas la porte). Puis une version modernisée de « Just A Notion », enregistré en 1978 mais jamais publié jusqu’ici.

« Waterloo », « Dancing Queen », « Mamma Mia », « The Winner Takes It All », « Money Money Money »: la nouvelle livraison ne souffrira-t-elle pas de la comparaison avec l’âge d’or?

« Nous n’avons rien à prouver – qu’est ce que ça peut faire si les gens pensent que nous étions meilleurs avant? », a botté en touche Benny Andersson dans une interview au quotidien suédois Dagens Nyheter.

Les critiques sont partagées: certains comme le magazine Rolling Stone saluent une réussite « qui méritait d’attendre », quand le Guardian étrille l’album d’un cruel « No thank you for the music » pastichant un des hits du groupe. Beaucoup s’accordent toutefois sur le niveau inégal de la livrée.

Pour Jean-Marie Potiez, un des meilleurs experts internationaux du groupe, « les voix d’Agnetha et d’Anni-Frid ont perdu dans les aigus, ce qui est normal vu leur âge, mais ont gagné en profondeur, en sensibilité ».

« Quand elles chantent ensemble, toutes les deux, comme sur +Don’t Shut Me Down+, c’est le son ABBA ».

Sur les réseaux sociaux, les fans affichent eux majoritairement leur enthousiasme.

« C’est le son ABBA, mais ce n’est pas nostalgique, pas figé dans ce qu’ils étaient. Ca correspond à qui ils sont aujourd’hui », salue un fan suédois rencontré par l’AFP, Peter Palmquist.

La satisfaction est partagée par les disquaires. « C’est probablement le plus gros lancement sur lequel j’ai travaillé. Cela fait dix ans que je travaille dans ce magasin et je n’ai jamais rien vu de tel », confie à l’AFP Samuel Hägglund en faisant les rayonnages de sa boutique du centre de Stockholm.

Hilde, une fan norvégienne venue chercher le disque si attendu dans le magasin, n’hésite pas une seconde quand on lui demande si elle est émue. « J’ai attendu 40 ans pour ce moment, donc oui », confie-t-elle.

Mais « Voyage », neuvième album studio du groupe, sera bel et bien le dernier, ont confirmé les deux « B » dans une interview au Guardian fin octobre.

 

Culture

Des militantes écologistes aspergent de soupe la vitre de « La Joconde » sans l’endommager

Article

le

Des militantes écologistes aspergent de soupe la vitre de "La Joconde" sans l'endommager

Deux militantes écologistes ont projeté de la soupe sur la vitre blindée protégeant « La Joconde » au Louvre, sans causer de dommages à l’œuvre d’art.

Dimanche matin, deux militantes écologistes ont aspergé la vitre blindée qui protège le célèbre tableau de « La Joconde » au musée du Louvre, ajoutant leur action à une série d’opérations menées ces dernières années par des mouvements écologistes dans des musées du monde entier.

Le Louvre a confirmé que l’œuvre elle-même n’avait subi aucun dommage, et la salle des États, où « La Joconde » est exposée, a été rouverte après une fermeture d’environ une heure. Le plus grand musée du monde a l’intention de déposer une plainte lundi.

Les deux militantes ont mené cette action pour attirer l’attention sur la nécessité d’une alimentation saine et durable en France. Elles ont déclaré : « Qu’est-ce qui est important ? Qu’est-ce qu’il y a de plus important ? L’art ou le droit à une alimentation saine et durable ? Notre système agricole est malade. Nos agriculteurs meurent au travail. Un Français sur trois ne fait pas tous ses repas tous les jours. »

Les deux femmes ont été placées en garde à vue pour dégradation d’un bien classé ou inscrit, selon le parquet de Paris.

Selon le Louvre, les militantes avaient dissimulé de la soupe au potiron dans un thermos à café. L’entrée du musée autorise la nourriture, bien que le musée ait par le passé envisagé d’interdire l’entrée avec de la nourriture, mais a finalement abandonné cette mesure, car il est possible d’acheter de la nourriture à l’intérieur du musée.

La ministre de la Culture, Rachida Dati, a condamné l’incident en déclarant : « La Joconde, comme notre patrimoine, appartient aux générations futures. Aucune cause ne peut justifier qu’il soit pris pour cible. »

Cependant, Prisca Thévenot, porte-parole du gouvernement, a critiqué l’action, soulignant que « La Joconde » n’était pas la plus grande source de pollution en France.

« La Joconde » de Léonard de Vinci est protégée derrière une vitre de sécurité depuis 2005 et a été la cible de vandalisme à plusieurs reprises par le passé.

L’action a été revendiquée par un collectif appelé « Riposte Alimentaire », qui se décrit comme « une campagne de résistance civile française visant à impulser un changement radical de société sur les plans climatique et social ». Cette action fait suite à une série de protestations menées pour demander un plan de rénovation thermique des bâtiments en réponse à l’urgence climatique.

Ces dernières années, plusieurs opérations de militants écologistes ont visé des œuvres d’art dans des musées à travers le monde, cherchant à attirer l’attention sur les problèmes environnementaux.

Lire Plus

Culture

Oscars 2024 : cinq nominations pour le film français « Anatomie d’une chute »

Article

le

Oscars 2024 : cinq nominations pour le film français « Anatomie d’une chute »

Le film français en lice pour les statuettes hollywoodiennes au Oscars 2024.

Le film « Anatomie d’une chute » de la cinéaste française Justine Triet brille à Hollywood en étant nommé dans cinq catégories pour la 96e cérémonie des Oscars, prévue pour le 10 mars en Californie. Palme d’or au dernier Festival de Cannes, le film avait été écarté par la commission de professionnels chargée de choisir le film représentant la France dans la catégorie « meilleur film étranger », au profit de « La Passion de Dodin Bouffant » de Tran Anh Hung, avec Juliette Binoche et Benoît Magimel.

Cependant, l’Académie des Oscars a opté pour une approche différente, en écartant « Dodin Bouffant » de sa sélection et en récompensant « Anatomie d’une chute » dans cinq catégories distinctes : meilleur film, meilleure réalisation, meilleur scénario original, meilleure actrice et meilleur montage.

Dans la course à l’Oscar du meilleur film, le quatrième long-métrage de Justine Triet affrontera de redoutables concurrents, dont « American Fiction », « Barbie », « Killers of the Flower Moon » de Martin Scorsese, « Maestro », « Oppenheimer » de Christopher Nolan (en tête des nominations avec 13 citations), « Past Lives », « Pauvres créatures », « Winter Break » d’Alexander Payne et « La Zone d’intérêt ».

Le 7 janvier dernier, « Anatomie d’une chute », partiellement tourné au palais de justice de Saintes, en Charente-Maritime, avait déjà remporté deux prix lors de la cérémonie des Golden Globes. De plus, il est en lice pour sept nominations aux BAFTA, l’équivalent britannique des César, dont la remise des prix aura lieu le 18 février prochain.

Ce succès aux nominations des Oscars marque une étape majeure pour Justine Triet et son œuvre, confirmant son statut en tant que réalisatrice de renom dans l’industrie cinématographique mondiale. Les cinéphiles du monde entier attendent avec impatience cette prestigieuse cérémonie pour découvrir si « Anatomie d’une chute » décrochera les statuettes tant convoitées.

Lire Plus

Culture

Moisson de récompenses pour « Oppenheimer » aux Critics Choice Awards, « Anatomie d’une chute » également primé

Article

le

Moisson de récompenses pour "Oppenheimer" aux Critics Choice Awards, "Anatomie d'une chute" également primé

Lors des Critics Choice Awards, « Oppenheimer » de Christopher Nolan remporte huit distinctions, tandis que le film français « Anatomie d’une chute » est également honoré. Les meilleurs acteurs, actrices et films de l’année cinématographique sont récompensés lors de cet événement majeur dans la saison des récompenses.

Le biopic « Oppenheimer, » réalisé par Christopher Nolan, a continué sa razzia de prix internationaux en remportant huit distinctions lors des Critics Choice Awards, tandis que le film français « Anatomie d’une chute » a également été récompensé.

Le film relatant l’histoire du père de la bombe atomique a poursuivi son impressionnante course aux Oscars, décrochant les prix du meilleur film, du meilleur réalisateur pour Nolan, du meilleur second rôle pour Robert Downey Jr., ainsi que ceux de la meilleure photographie, de la meilleure musique, du meilleur montage, des meilleurs effets visuels et de la meilleure distribution.

En recevant son prix, Christopher Nolan a tenu à remercier les critiques pour avoir contribué à persuader le public mainstream qu’un film sur la physique quantique et l’apocalypse pouvait être captivant.

De son côté, le film français « Anatomie d’une chute, » réalisé par Justine Triet, a consolidé son succès international en remportant le prix du meilleur film en langue étrangère, après sa victoire aux Golden Globes au début du mois de janvier. Ce drame, qui relate le procès d’une femme accusée d’avoir tué son mari, aspire à briller également aux Oscars.

Les Critics Choice Awards ont également distingué Emma Stone en tant que meilleure actrice pour son rôle dans la comédie noire « Pauvres créatures, » tout comme Paul Giamatti, meilleur acteur pour son rôle dans « Winter Break. » Il sera notamment en compétition pour l’Oscar contre Cillian Murphy, qui incarne J. Robert Oppenheimer dans le film de Christopher Nolan.

La comédie à succès « Barbie » a également été couronnée de succès, remportant les prix de la meilleure comédie, du meilleur scénario original, de la meilleure chanson, ainsi que des meilleurs décors, costumes, coiffures et maquillages.

En ce qui concerne l’animation, « Spider-man: Across the Spider-Verse » a raflé la mise.

Les Critics Choice Awards sont remis à Los Angeles par un collège composé d’environ 600 membres des principales organisations de critiques de cinéma aux États-Unis.

Lire Plus

Les + Lus