Nous rejoindre sur les réseaux

France

Confinement: luthier, prof de danse ou photographe, ils posent nus pour dénoncer leur « agonie »

Article

le

confinement:-luthier,-prof-de-danse-ou-photographe,-ils-posent-nus-pour-denoncer-leur-« agonie »

« C’est une agonie »: luthier, professeur de danse, organisatrice d’événements ou commerçante, tous ont posé nus en Corse devant l’objectif d’une photographe pour exprimer « leur détresse psychologique et financière » face au confinement qui les empêche « injustement » selon eux de travailler.

« Le plus dur, c’est l’injustice, la catégorisation arbitraire des commerces essentiels et non-essentiels, alors que rien ne prouve qu’on puisse être des vecteurs de la maladie », explique à l’AFP la photographe Caroline Gilles, 43 ans, elle-même contrainte de fermer son studio de Vescovato (Haute-Corse), près de Bastia.

Elle a repris l’idée d’un confrère mosellan, qui avait réalisé un autoportrait nu, avec une phrase choc: « Quitte à être mis à poil par le gouvernement, autant le faire moi-même ».

Bénévolement, et en prenant le risque de recevoir une amende en accueillant la plupart de ses modèles dans son studio, Caroline Gilles a réalisé 43 portraits nus en 10 jours, dont le sien. Diffusés sur les réseaux sociaux, les clichés en noir et blanc totalisaient vendredi soir plusieurs dizaines de milliers de vues.

« C’est une agonie. On pose à poil parce qu’on est vraiment au bout. Les gens qui viennent sont en détresse psychologique et financière », assure-t-elle, évoquant des modèles qui ont tous « peur d’aller dans la précarité ». Spécialiste des photos de naissances, elle-même regrette « ces moments qu’on rate et qui ne reviendront plus jamais », et peste contre les photomatons, « jamais désinfectés », qui restent ouverts.

Virginie Dervaux, commerçante d’articles de sports à Ghisonaccia (Haute-Corse) a ainsi choisi de poser nue avec une pile de factures en confiant à la photographe son « impression qu’il n’y a plus que ça, que sa vie se résume à des factures », ignorant comment les payer.

« On étouffe »

« C’est l’agonie, on étouffe, si ça continue, dans six mois, on met la clé sous la porte », abonde auprès de l’AFP Sandy Le Dall-Giovansily, 41 ans, jointe par téléphone. Pour elle, la séance photo a été « limite bouleversante. Ça prend aux tripes, j’y suis allée sans maquillage, sans rien et on est vraiment à nu, on sent la haine qui monte, les larmes, ça m’a vraiment fait comprendre qu’on est au fond du trou », glisse cette femme à la tête d’une entreprise dans l’événementiel.

« On a de la colère, du dégoût, de la peine, on se sent tous ensemble mais tous impuissants, sans solution », ajoute-t-elle, néanmoins réconfortée par cette solidarité.

Un sentiment qui a aussi poussé Charles Vincensini, professeur de danse de couple de 24 ans, à tomber l’habit et prendre une pose de paso doble, la danse espagnole, juste vêtu de chaussures.

Le premier confinement a « enclenché la fermeture » de son ancienne école de danse sur le continent et son retour en Corse où il a créé une nouvelle structure en septembre à Biguglia. « J’ai beaucoup de frais engagés. Si ce deuxième confinement dure trop longtemps, je vais devoir fermer, alors que je n’aurais pas pu rêver meilleur démarrage puisque j’ai déjà plus de 100 élèves », regrette-t-il.

« C’est une manière forte de manifester notre désapprobation avec un côté irrévérencieux pour marquer les esprits », témoigne quant à lui Christian Magdeleine, 57 ans, luthier à Bastia. Avec sa courte barbe blanche soignée et ses mains habiles, lui a choisi de poser dans son atelier derrière une guitare en fabrication.

« Le premier confinement avait une logique (…), une situation d’urgence qu’on a tous ressenti comme nécessaire malgré les implications économiques. Là ce n’est pas le cas, on se demande vraiment pourquoi on a été sacrifiés », ajoute-t-il, pointant des mesures « complètement illogiques » dans son activité.

Si son activité de luthier est interdite, celle, annexe, de réparation, réglage et vente d’accessoires, si elle dépassait 50% de son chiffre d’affaires, lui permettrait d’ouvrir car jugée essentielle alors qu’elle brasse beaucoup plus de clientèle et donc de risque sanitaire, explique-t-il.

Avec une clientèle de musiciens lourdement impactée, il craint aussi le « double effet +Kiss Cool+ » d’une crise sur le long terme.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

France

Crèches en France : Rapport accablant sur la qualité de l’accueil des jeunes enfants

Article

le

Crèches en France : Rapport accablant sur la qualité de l'accueil des jeunes enfants

Le projet de rapport de la Commission d’enquête de l’Assemblée nationale sur les crèches met en lumière un système à bout de souffle, avec des défaillances majeures touchant à la qualité de l’accueil des jeunes enfants.

Lundi, le projet de rapport de la Commission d’enquête de l’Assemblée nationale sur les crèches, présenté par la rapporteuse Sarah Tanzilli, a été soumis à un vote. Le rapport révèle un système « à bout de souffle », marqué par une complexité kafkaïenne, un sous-financement chronique, une insatisfaction généralisée des usagers et des personnels, et une multiplication des dérogations.

Sarah Tanzilli, députée Renaissance, souligne que les défaillances ne sont pas dues à l’ouverture du secteur des crèches au privé ou à l’influence des fonds d’investissement, mais plutôt au modèle économique et aux règles de fonctionnement des crèches. « C’est le modèle économique et les règles de fonctionnement des crèches qui ont contribué à établir un cercle vicieux de la défaillance », a-t-elle déclaré.

Le rapport a été élaboré après la parution de deux livres-enquêtes en septembre, « Le prix du berceau » et « Babyzness », qui mettaient en cause les crèches privées. La création de la commission avait été obtenue en novembre par La France Insoumise (LFI), malgré l’opposition des groupes LR et Renaissance. William Martinet, vice-président LFI, a annoncé la publication d’un contre-rapport.

Selon Tanzilli, les pouvoirs publics ont favorisé la quantité de places au détriment de la qualité de l’accueil. Le manque de personnel a conduit à des allègements des taux d’encadrement, dégradant les conditions de travail et incitant les professionnelles à quitter le métier. En conséquence, 10.000 places de crèches sont actuellement gelées faute de personnel.

Pour William Martinet, les crèches privées lucratives sont particulièrement problématiques. Il a noté que 93% des fermetures administratives de crèches en 2023 concernaient des gestionnaires privés lucratifs. Cependant, Tanzilli affirme que les fonds d’investissement n’ont pas un modèle basé sur la rentabilité à court terme et incluent la qualité d’accueil pour pouvoir croître.

Les crèches privées ont fourni 90% des nouvelles places en dix ans. La Fédération française des entreprises de crèches (FFEC) estime que le secteur privé n’est pas responsable de la dégradation de la qualité d’accueil et appelle à une réforme globale du subventionnement public.

Parmi les réformes proposées par Tanzilli, il y a la réduction du taux d’encadrement à un adulte pour cinq enfants d’ici 2027, puis un pour quatre d’ici 2032. Cependant, William Martinet critique ces propositions, les qualifiant de « belles promesses sans moyens pour augmenter les salaires ».

La FFEC estime qu’une telle réduction nécessiterait 25.000 professionnels supplémentaires, coûtant un milliard d’euros par an, ou la fermeture de 70.000 places. Tanzilli propose également de supprimer le mécanisme de réservation de berceaux par les employeurs, ce qui pourrait créer un « nouvel impôt payé par tous les salariés » et détruire 150.000 places de crèches.

Alors que la France manque de 200.000 places d’accueil pour jeunes enfants, la fourniture de « solutions fiables » aux familles pourrait aider à contrer la chute de la natalité, estime Tanzilli.

Lire Plus

France

Nouvelle-Calédonie : La situation reste difficile malgré les efforts pour rétablir l’ordre

Article

le

Nouvelle-Calédonie : La situation reste difficile malgré les efforts pour rétablir l'ordre

Le territoire français du Pacifique est en proie à des troubles persistants, les forces de l’ordre peinant à contrôler certains quartiers du Grand Nouméa, et l’aéroport international restant fermé aux vols commerciaux jusqu’au 2 juin.

Dimanche, la situation en Nouvelle-Calédonie demeure difficile alors que les forces de l’ordre continuent de lutter pour reprendre le contrôle de certains quartiers de Nouméa. L’aéroport international de La Tontouta, gravement endommagé, restera fermé aux vols commerciaux jusqu’au 2 juin, prolongeant ainsi une fermeture qui dure depuis près de trois semaines suite aux violentes émeutes qui ont éclaté sur l’archipel.

La route menant à l’aéroport reste parsemée de carcasses de véhicules, témoignant de la violence des récents affrontements. En réponse, Français et touristes étrangers bloqués sur l’île sont évacués via des vols militaires opérés depuis l’aérodrome de Magenta, affrétés par la France, l’Australie et la Nouvelle-Zélande.

Le territoire est plongé dans le chaos depuis le 13 mai, suite à l’adoption d’une réforme à Paris visant à élargir le corps électoral local. Cette réforme est vivement contestée par les partisans de l’indépendance, qui craignent qu’elle ne marginalise davantage le peuple autochtone kanak.

Le président Emmanuel Macron, dans une interview au Parisien, a évoqué la possibilité de soumettre cette réforme à un référendum national, bien que cette idée ait été critiquée par Philippe Gomès, leader du parti non-indépendantiste Calédonie Ensemble, comme un « non-sens dangereux ».

Sur le terrain, la situation reste très tendue, en particulier dans le Grand Nouméa. La ministre déléguée aux Outre-mer, Marie Guévenoux, a reconnu samedi soir que la levée des barrages et la sécurisation des sites prendraient beaucoup de temps. Toutefois, les routes menant au Médipôle, le principal centre hospitalier, sont désormais sécurisées, améliorant ainsi l’accès aux soins pour les résidents.

Malgré une certaine accalmie, des incidents sporadiques persistent. À Dumbéa, une banque a été incendiée dans la nuit de samedi à dimanche. La dépouille d’un jeune indépendantiste tué à Nouméa le 15 mai a été rapatriée à Maré pour être enterrée, attirant une foule nombreuse lors de son arrivée.

Des barrages continuent d’entraver la circulation, malgré les efforts des 2.700 policiers et gendarmes déployés pour les démanteler. Dans la Vallée-du-Tir, des restes de barricades et de véhicules incendiés témoignent des récents affrontements.

Le FLNKS, principal mouvement indépendantiste, a appelé à un retour au calme et à la levée des barrages sur les principaux axes de circulation. Ils continuent néanmoins de réclamer le retrait de la réforme constitutionnelle, dont l’adoption a déclenché les pires violences en Nouvelle-Calédonie depuis 40 ans.

Le bilan des violences s’élève désormais à sept morts, le dernier étant un homme de 48 ans tué par un policier à Dumbéa, actuellement en garde à vue.

Marie Guévenoux a indiqué que l’état d’urgence ne serait pas levé tant que les barrages ne seront pas supprimés et le calme revenu. Emmanuel Macron a donné aux élus et responsables politiques de l’archipel jusqu’à fin juin pour trouver un accord global qui pourrait être soumis au vote des Calédoniens, sous la médiation de trois hauts fonctionnaires.

Lire Plus

France

France : Un nouveau logo pour connaître la provenance des produits transformés

Article

le

France : Un nouveau logo pour connaître la provenance des produits transformés

Le gouvernement français lance « Origin’info », un logo destiné à informer les consommateurs sur l’origine des matières premières des produits transformés, renforçant ainsi la transparence.

Une première en Europe. La ministre déléguée au Commerce, Olivia Grégoire, a annoncé la création d’un nouveau logo, « Origin’info », qui sera apposé sur les produits transformés pour permettre aux consommateurs de connaître l’origine géographique des principales matières premières. Ce logo, de couleur bleue ou noire, sera visible directement sur l’emballage ou consultable via un QR Code.

Cette initiative s’inscrit dans une démarche progressive de transparence sur l’origine des produits de consommation. Depuis 2007, les fruits et légumes, et depuis 2011, les viandes emballées, doivent indiquer leur origine. « C’est le sens de l’histoire », a déclaré Olivia Grégoire, soulignant que « le prix » et « l’origine géographique des produits » sont les « deux éléments saillants qui déterminent l’acte d’achat » pour plus de 80% des consommateurs.

Les trois principales matières premières d’un produit transformé, telles que le blé, la viande, les fruits, les légumes et le sucre, devront ainsi être indiquées avec leur pays d’origine. Bien que l’affichage de ce nouveau logo ne soit pas obligatoire pour les entreprises, celles qui souhaitent l’adopter devront ratifier une charte. Selon Olivia Grégoire, au moins 80 marques, incluant l’ensemble de la grande distribution, ont déjà signé cette charte, ce qui représente au minimum 10 000 produits.

Le gouvernement espère étendre ce logo à l’échelle européenne et souhaite qu’il devienne obligatoire pour toutes les entreprises, afin d’assurer une plus grande transparence pour les consommateurs.

Lire Plus

Les + Lus