Nous rejoindre sur les réseaux

Économie

Commerce: Bruxelles et Washington veulent prendre un « nouveau départ »

Article

le

commerce:-bruxelles-et-washington-veulent-prendre-un-« nouveau-depart »

Washington et Bruxelles ont signalé vendredi leur volonté de prendre « un nouveau départ » dans leur relation commerciale, en annonçant une pause dans le vieux conflit opposant Airbus et Boeing.

Les deux parties se sont mises d’accord pour suspendre pour quatre mois les droits de douane qu’elles s’infligent dans ce différend opposant l’avionneur européen Airbus à son rival américain Boeing, ont annoncé les Etats-Unis et l’Union européenne dans un communiqué conjoint. Elles s’accusent depuis 2004 de subventionner illégalement leur industrie aéronautique.

Cette annonce a été faite à l’issue d’un échange téléphonique entre Joe Biden et la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Il s’agissait de leur premier entretien officiel depuis l’arrivée du président démocrate à la Maison Blanche.

Joe Biden « a souligné son soutien à l’Union européenne et son engagement à réparer et redynamiser le partenariat USA-UE », a indiqué la Maison Blanche dans un bref compte-rendu de cet appel.

C’est au cours de cet entretien qu’il a été convenu de suspendre les tarifs douaniers qu’ils se sont imposés mutuellement dans le cadre du litige Airbus/Boeing.

« Cela permettra à l’UE et aux Etats-Unis d’alléger le fardeau de leurs industries et de leurs travailleurs ainsi que de concentrer leurs efforts sur la résolution de ces différends de longue date à l’OMC », selon le communiqué commun.

L’objectif est de « parvenir à une solution négociée, globale et durable aux différends aéronautiques », est-il ajouté. De plus, les « éléments clés » d’une solution négociée doivent inclure un cadre sur la manière de soutenir à l’avenir le secteur aéronautique.

« Le président Biden et moi-même avons convenu de suspendre tous nos tarifs imposés dans le cadre des litiges Airbus-Boeing, tant sur les produits aéronautiques que non aéronautiques, pour une période initiale de quatre mois », avait annoncé Ursula von der Leyen avant même la publication du communiqué commun.

Lors de leur entretien, la présidente de l’exécutif européen a proposé « un nouveau partenariat » économique entre l’UE et les Etats-Unis, « fondé sur des valeurs et principes communs ».

Soulagement en France

Cette annonce, au lendemain d’un accord similaire entre Londres et Washington, a été accueillie avec soulagement à Paris.

« Enfin, nous sortons de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’Europe, qui ne fait que des perdants », s’est ainsi félicité le ministre de l’Economie Bruno Le Maire. « Je me réjouis pour nos viticulteurs français », a-t-il ajouté, alors que ces derniers ont fait les frais d’un conflit qui ne les concernait pas.

Il s’agit d’une « première étape dans le processus de désescalade » commerciale, a, lui, estimé le ministre français au Commerce extérieur, Franck Riester.

« Nous allons maintenant travailler avec la Commission et nos partenaires européens pour parvenir dans les quatre mois à un accord sur de nouvelles règles encadrant le soutien public au secteur aéronautique, qui soit conforme à nos intérêts et sans naïveté », a-t-il ajouté.

En conflit depuis 2004

« Nous nous félicitons de la décision de suspendre les tarifs pour permettre la tenue de négociations », a pour sa part réagi Airbus ajoutant qu’il continuerait à « défendre un règlement négocié (…) pour éviter des surtaxes douanières qui ne font que des perdants ».

Boeing espère de son côté que cela va donner lieu à des « négociations productives pour résoudre finalement ce conflit et apporter des règles du jeu équitables à cette industrie ».

L’Union européenne et les Etats-Unis s’affrontent depuis octobre 2004 devant l’Organisation mondiale du Commerce sur les aides publiques versées aux deux groupes, jugées illégales.

Sous l’administration Trump, Washington avait été autorisé en octobre 2019 à imposer des taxes sur près de 7,5 milliards de dollars (6,8 milliards d’euros) de biens et services européens importés chaque année, à hauteur de 25% pour les vins et spiritueux, et de 15% pour les avions Airbus.

Dans une décision miroir un an plus tard, l’OMC avait autorisé Bruxelles à mettre en place des taxes sur des produits importés des Etats-Unis. L’UE impose depuis des droits de douane sur 4 milliards de dollars d’exportations américaines.

L’administration Biden avait annoncé le 11 février le maintien provisoire de taxes supplémentaires entrées en vigueur le 12 janvier dernier, soit quelques jours avant la fin du mandat de son prédécesseur Donald Trump.

Mais la semaine dernière, la future représentante américaine au Commerce Katherine Tai avait reconnu la « nécessité pour les Etats-Unis et l’UE de s’unir pour trouver une réponse » à ce conflit.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Économie

La banque UBS rachète sa rivale Credit Suisse en perdition

Article

le

La banque UBS rachète sa rivale Credit Suisse en perdition

La plus grande banque de Suisse UBS, poussée par les autorités, a accepté de doubler la mise pour acheter sa rivale.

C’est officiel. Le premier groupe bancaire suisse UBS rachète son rival en difficulté Credit Suisse, a annoncé dimanche 19 mars le président de la Confédération helvétique, estimant que c’était le meilleur moyen de « rétablir la confiance ». Cette solution « n’est pas seulement décisive pour la Suisse (…) mais pour la stabilité de l’ensemble du système financier » mondial, a assuré Alain Berset. Credit Suisse et UBS pourront obtenir une aide sous forme de liquidités allant jusqu’à 100 milliards de francs suisses, a précisé la banque centrale suisse.

La transaction s’élève à 3 milliards de francs suisses (3,02 milliards d’euros) payables en actions UBS, soit 76 centimes seulement pour une action Credit Suisse qui valait encore 1,86 franc suisse vendredi soir.

La fusion entre ces géants, qui font tous deux partie du club très fermé des 30 établissements bancaires trop importants pour faire faillite, devrait donc être bouclée et annoncée à temps pour l’ouverture des marchés asiatiques. L’espoir étant que cela puisse suffire à empêcher une panique généralisée.

Le secteur bancaire est sous tension depuis que les grandes banques centrales ont augmenté fortement leurs taux afin d’essayer de maîtriser l’inflation. Nombre d’établissements ont omis de se préparer après avoir eu accès, pendant des années, à de l’argent pas cher. La récente faillite de la Silicon Valley Bank aux Etats-Unis et d’autres banques régionales américaines a augmenté l’angoisse des investisseurs et les a poussés à vendre les titres des banques considérées comme les maillons faibles. C’est le cas du Credit Suisse qui, depuis deux ans, va de scandales retentissants en revers.

Lire Plus

Économie

Faillite de SVB : les Bourses européennes chutent à la clôture, les autorités tentent de rassurer

Article

le

faillite-de-svb-:-les-bourses-europeennes-chutent-a-la-cloture,-les-autorites-tentent-de-rassurer

«Calmez-vous, calmez-vous, et regardez la réalité!», a insisté ce lundi après-midi Bruno Le Maire, alors que les places européennes restent dans le rouge vif.

La faillite de Silicon Valley Bank (SVB) et de plusieurs petites banques américaines provoque un vent de panique sur les marchés. Selon les spécialistes de Mirabaud Equity Research, il s’agit même de «la plus importante faillite d’une institution financière basée aux États-Unis depuis celle de Washington Mutuel au plus fort de la crise financière de 2008». Ce lundi, les marchés sont toujours dans le rouge et les autorités tentent de rassurer les investisseurs face à une possible contagion.

Dans les premiers échanges à la Bourse de New York, le Dow Jones cédait 0,59%, l’indice Nasdaq reculait de 0,80%, l’indice élargi S&P 500 perdait 1,08%, et plusieurs banques régionales s’effondraient. La banque régionale américaine First Republic a ainsi dévissé de plus de 65% à l’ouverture de Wall Street. Peu après, à 16H20 GMT, les indices ont toutefois rattrapé leurs pertes : le Dow Jones enregistrait une variation de +0,70%, le Nasdaq évoluait à +1,48% et l’indice élargi S&P 500 remontait à 0,65%. De son côté, la banque First Republic continuait de baisser, à -41,67%.

Les Bourses européennes ont fini en nette baisse lundi, déstabilisées par la faillite de trois banques américaines qui ont fait chuter le secteur bancaire européen et réveillé des craintes de contagion. Le CAC 40 a perdu 2,90% à Paris, le Dax à Francfort 3,04% et le FTSE 100 à Londres a lâché 2,58%, tandis que la Bourse de Milan a fini en baisse de 4,03%. Les taux obligataires se sont nettement détendus: le rendement de la dette française à 10 ans était de 2,83% vers 16H45 GMT contre 3,01% vendredi à la clôture, tandis que son équivalent allemand valait 2,28% contre 2,50%.

Le président américain, Joe Biden, s’est tout de même voulu rassurant, assurant ce lundi que le système bancaire américain est «solide». «Nous ne nous arrêterons pas là» et «nous ferons tout ce qui est nécessaire», a-t-il déclaré, après que les autorités américaines ont mis sous tutelle la banque californienne SVB, proche des milieux technologiques.

Lors d’une allocution à la Maison-Blanche, il s’est adressé directement aux investisseurs : «Vos dépôts seront disponibles quand vous en aurez besoin». Il a également promis que les contribuables américains ne seraient pas responsables des pertes d’une faillite bancaire, et a appelé le Congrès à «renforcer» la régulation du secteur.

Pour le commissaire européen à l’Économie, Paolo Gentiloni, la faillite de ces banques ne représente «pas un risque significatif» pour le système financier européen. «Il n’y a pas de contagion directe et la possibilité d’un impact indirect est quelque chose que nous devons surveiller mais pour le moment nous ne voyons pas de risque significatif», a-t-il déclaré à Bruxelles, avant une réunion des ministres des Finances de la zone euro.

Même avis pour la Banque de France qui précise ce lundi que les institutions françaises «ne sont pas exposées». «Calmez-vous, calmez-vous, et regardez la réalité!», a lancé lundi le ministre français des Finances Bruno Le Maire aux investisseurs. «La réalité, c’est que le système bancaire français n’est pas exposé à la SVB. Il n’y a pas de liens entre les différentes situations» aux États-Unis et en Europe, a-t-il dit, interrogé sur la chute des actions bancaires européennes. À 15H05 GMT, l’action de BNP Paribas chutait de 6,7% à 56,24 euros et celle de Société Générale de 6,2% à 23,94 euros. En Italie, Unicredit chutait de 8,3% à 17,07 euros. En Espagne, Santander abandonnait 7,9% à 3,32 euros. La Deutsche Bank reculait de 5,6% à Francfort, à 10,07 euros.

L’action Crédit Suisse, perçue par les investisseurs comme un «maillon faible» du secteur bancaire en Suisse, essuie de fortes secousses lundi en Bourse après la faillite de l’américaine SVB. À 14H19 GMT, le titre de Crédit Suisse perdait 12,78% après avoir perdu jusqu’à 14,6%. Par comparaison, sa rivale en Suisse UBS cédait 7,82% à 17,68 CHF, ce qui pesait sur le SMI, l’indice de référence de la Bourse suisse, en baisse de 1,74% dans un vaste mouvement de correction sur toutes les banques européennes. L’action Credit Suisse a perdu plus de 81% de sa valeur depuis la faillite de la société financière britannique Greensill en mars 2021 qui avait marqué le début d’une série de scandales. Le titre est devenu très volatil et réagit très fortement en cas de mauvaises nouvelles.

Sur le marché secondaire où s’échangent les titres de dette des États, le taux d’intérêt de l’emprunt à deux ans aux États-Unis s’élevait à 4,02% vers 14H45 GMT, soit plus d’un demi-point de pourcentage de moins que vendredi à la clôture, un mouvement jamais vu depuis 1987. Sur la même échéance, le taux allemand – pays considéré comme le plus sûr en Europe par les investisseurs – connaissait un plongeon inédit de 0,55 point de pourcentage pour retomber à 2,51%.

La chute était aussi significative pour les taux d’intérêt sur les emprunts à 10 ans, la maturité qui fait référence. En trois séances, le taux américain est passé de 4% à 3,45%, le taux allemand de 2,64% à 2,19%, le britannique de 3,78% à 3,32% et le français de 3,13% à 2,75%.

Lire Plus

Économie

Le chèque énergie sera versé à partir du 21 avril, annonce Agnès Pannier-Runacher

Article

le

le-cheque-energie-sera-verse-a-partir-du-21-avril,-annonce-agnes-pannier-runacher

Invitée de la matinale de RMC, ce lundi 13 mars, la ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, a annoncé que le chèque énergie sera versé dès le 21 avril 2023.

Il est versé tous les ans, mais particulièrement attendu du fait de l’inflation. Cette année, le chèque énergie sera versé à partir du 21 avril, a annoncé la ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, sur RMC lundi 13 mars. Permettant de régler des factures « d’électricité, de gaz, de bois, toutes les énergies qui servent à vous chauffer », il concernera 5,8 millions de ménages, qui n’auront besoin d’aucune démarche pour le recevoir, a rappelé la ministre.

La valeur du chèque énergie dépend des revenus des bénéficiaires, et peut aller de 48 euros à près de 200 euros. Un site du gouvernement permet notamment de vérifier son éligibilité.

Ce chèque énergie, distribué tous les ans à la même période depuis 2018, s’ajoute au chèque exceptionnel versé fin 2022 en raison de la flambée des prix. Celui-ci avait été distribué à un périmètre plus large de 12 millions de foyers, pour un montant de 100 à 200 euros.

En complément, et sous conditions de ressources également, un chèque fioul de 100 à 200 euros, une aide de 50 à 200 euros pour ceux se chauffant au bois et une indemnité carburant de 100 euros ont aussi été annoncés depuis fin 2022. Le gouvernement a aussi limité la hausse des tarifs de vente d’électricité à 15% en 2023, après 4% en 2022.

Lire Plus

Les + Lus