Nous rejoindre sur les réseaux

Économie

Castex met la pression sur les entreprises afin de sauver l’emploi

Article

le

castex-met-la-pression-sur-les-entreprises-afin-de-sauver-l’emploi

« Il faut y aller »: le Premier ministre Jean Castex a exhorté lundi les entreprises à signer « massivement » des accords de réduction de l’activité afin de préserver « l’emploi et les compétences », objectif « premier » du plan de relance, à l’occasion d’une visite d’usine chez Bic en Seine-et-Marne.

Alors que le gouvernement est critiqué pour l’absence de conditions de ce plan doté de 100 milliards d’euros, Jean Castex a durci le ton lundi.

Si Etat a consenti « un effort historique inédit » en affectant 35 milliards d’euros au « réarmement industriel » de la France, « tout cela ne fonctionnera qu’à une seule et unique condition: votre totale mobilisation », a lancé le Premier ministre à l’adresse des entreprises.

Il les a invitées à « conclure massivement et très vite, d’ici au 1er novembre, des accords d’activité partielle de longue durée » afin d’empêcher une explosion du chômage, qui devrait atteindre 9,5% de la population active à la fin de l’année.

Selon le ministère du Travail, 345 plans de sauvegarde de l’emploi (PSE) ont été signés depuis mars. Au total, 715.000 emplois devraient avoir été détruits à l’issue du premier semestre, au cours duquel un confinement strict de deux mois a été imposé pour enrayer la propagation du Covid-19.

Sous réserve d’un accord d’entreprise ou de branche, ce nouveau dispositif d’activité partielle permet de réduire le temps de travail d’au maximum 40% pendant une période de 6 à 24 mois, le salaire étant garanti à hauteur de 93% du salaire net.

« Ces accords permettent d’organiser la formation de vos équipes pendant les périodes de chômage » alors « il faut y aller (…) il faut s’engager, il faut négocier », a ajouté le Premier ministre, qui était accompagné notamment de la ministre du Travail Elisabeth Borne et du ministre de l’Economie Bruno Le Maire.

« Changer la donne »

Autre volet phare de « France Relance », le nom officiel du plan de redressement de l’économie à l’horizon 2023, la décarbonation de l’industrie. Notant que « 25 sites industriels sont responsables de 36% des émissions de CO2 », Jean Castex a dit compter sur eux « pour répondre aux appels à projets » déjà lancés, et dont la clôture est attendue « fin octobre-début novembre ». Un premier bilan sera dressé lors de la prochaine réunion du Conseil national de l’industrie, a-t-il précisé.

Le Premier ministre a aussi annoncé que les feuilles de route des 18 filières industrielles devraient être revues d’ici le début de 2021 pour tenir compte des exigences du plan de relance en matière de transition écologique. « Je sais que c’est exigeant, mais c’est nécessaire car +France Relance+ change la donne et les stratégies de filière ne peuvent évidemment l’ignorer ».

Avant de prononcer son discours, Jean Castex a visité les locaux de l’usine BIC, géant français des stylos, briquets et rasoirs jetables, dont le logo orange est la signature emblématique de la marque fondée en 1945.

Masqués et casqués, les membres du gouvernement ont pu voir à l’oeuvre des machines qui testent les billes bleues des stylos, dessinant des spirales aux déliés parfaits. « Les machines ont la même orientation que la main », leur a expliqué Benoît Bemer, le directeur industriel de BIC Ecriture.

Clou de la visite, la salle où sont fabriqués les mythiques stylos quatre couleurs. Une grosse machine vert pomme y crache des capuchons blancs sous l’œil d’employés en polo noir au col jaune. Muni de lunettes de chantier et de sur-chaussures, le Premier ministre s’est attardé sur l’imposante machine qui injecte l’encre dans les tubes transparents en plastique souple.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Économie

L’OCDE prévoit une croissance stable des économies mondiales pour 2024 et 2025

Article

le

L'OCDE prévoit une croissance stable des économies mondiales pour 2024 et 2025

La France devrait connaître une croissance de 0,7 % cette année, mais pourrait être à la traîne par rapport à la zone euro avec une croissance de 1,3 % en 2025.

L’OCDE a publié ses dernières perspectives économiques, offrant un aperçu encourageant mais nuancé de la croissance mondiale pour les années 2024 et 2025. Selon le rapport, la France devrait enregistrer une croissance de 0,7 % en 2024, mais pourrait être à la traîne par rapport à la zone euro avec une croissance de 1,3 % en 2025.

L’organisation a noté que malgré des signes d’amélioration des perspectives mondiales, la croissance reste modeste. L’impact du resserrement de la politique monétaire continue de se faire sentir, notamment sur les marchés du logement et du crédit, bien que l’activité économique mondiale reste relativement résiliente. De plus, l’inflation a diminué plus rapidement que prévu, et la confiance dans le secteur privé est en hausse.

Les déséquilibres entre l’offre et la demande sur les marchés du travail s’atténuent progressivement, avec des niveaux de chômage historiquement bas ou proches de ces niveaux dans de nombreux pays. Cependant, les évolutions économiques varient d’un pays à l’autre, avec une forte croissance aux États-Unis et dans de nombreuses économies émergentes, tandis que plusieurs économies avancées, en particulier en Europe, affichent des résultats moins bons.

Dans la zone euro, la croissance devrait être modeste, avec une projection de 0,7 % en 2024 et de 1,5 % en 2025. La France, l’Italie et l’Allemagne connaissent des perspectives de croissance similaires, bien que l’Allemagne puisse voir une légère amélioration l’année prochaine.

En dehors de l’Europe, l’Inde et l’Indonésie connaissent une croissance régulière, tandis que la Chine fait face à des défis persistants liés à une économie incertaine et à une demande en baisse.

Le rapport souligne également l’importance des mesures politiques pour garantir la stabilité macroéconomique et stimuler la croissance à moyen terme. La politique monétaire doit rester prudente, la politique budgétaire doit faire face aux pressions croissantes sur la soutenabilité de la dette, et des réformes politiques sont nécessaires pour stimuler l’innovation, les investissements et les opportunités sur le marché du travail.

L’OCDE prévoit une croissance mondiale stable pour les années à venir, bien que la croissance devrait rester inférieure à sa moyenne à long terme. Des politiques économiques appropriées sont nécessaires pour soutenir cette croissance et relever les défis économiques persistants à l’échelle mondiale.

Lire Plus

Économie

France : le gouvernement échappe à la sanction de Fitch et Moody’s

Article

le

France : le gouvernement échappe à la sanction de Fitch et Moody's

Malgré les inquiétudes concernant les finances publiques, Fitch et Moody’s laissent inchangées les notes de crédit de la France, reflétant une perspective stable mais soulignant la nécessité de réformes budgétaires.

Les agences de notation Fitch et Moody’s ont maintenu les notes de crédit de la France, malgré les préoccupations croissantes concernant ses finances publiques. Fitch a confirmé la note « AA- » avec une perspective stable, tandis que Moody’s n’a pas modifié sa note de « Aa2 » avec une perspective également stable.

Cette décision survient après que le déficit public de la France ait dépassé les prévisions en 2023, atteignant 5,5% du PIB, et que la dette publique représente 110,6% du PIB, plaçant la France derrière la Grèce et l’Italie en termes de ratio dette/PIB.

Le ministre des Finances, Bruno Le Maire, a réagi en soulignant l’importance de redoubler d’efforts pour rétablir les finances publiques, conformément à l’objectif de ramener le déficit sous les 3% du PIB d’ici 2027. Cependant, ni Fitch ni Moody’s ne semblent convaincus par cet objectif, exprimant des doutes quant à sa réalisation.

Moody’s a déclaré que la perspective pourrait s’améliorer si des mesures significatives étaient prises pour réduire la dette, mais elle a également averti que la perspective et la note pourraient se détériorer si la situation de la dette s’aggravait. Fitch a souligné que la notation de la France est soutenue par une économie diversifiée et des institutions fortes, mais affaiblie par le niveau élevé de la dette publique.

Le maintien des notes par les agences est perçu comme un signal positif par certains, validant la politique de réduction du déficit du gouvernement. Cependant, d’autres estiment que cela ne change rien à la nécessité de poursuivre les réformes budgétaires.

La France attend maintenant la décision de l’agence S&P, prévue pour le 31 mai, ce qui sera un autre test crucial de la confiance des marchés dans l’économie française.

Lire Plus

Économie

Prix de l’électricité : la France 4e pays le plus cher du monde, selon une étude

Article

le

Prix de l’électricité : la France 4e grand pays le plus cher, selon une étude

Une analyse internationale place la France au quatrième rang des pays où le coût de l’électricité pèse lourd sur les ménages, en grande partie à cause des taxes.

Une récente étude menée dans 147 pays révèle que la France se classe au quatrième rang des pays où l’électricité est la plus chère. Avec un coût moyen de 28,3 centimes le kilowattheure pour les ménages français au premier trimestre 2024, la France se situe derrière l’Italie, les Bermudes et le Japon en termes de tarification de l’électricité.

Les données recueillies par Verivox, en collaboration avec GlobalPetrolPrices, indiquent que les ménages français dépensent près de deux fois plus que ceux des pays comparables tels que le Canada ou les États-Unis pour leur facture d’électricité. Cette situation s’explique principalement par le poids des taxes, qui représentent une part significative du coût total de l’électricité en France et en Allemagne.

Comparativement, des pays comme les États-Unis et le Japon affichent des tarifs inférieurs à 20 centimes le kilowattheure, tandis que la facture en Italie atteint les 41 centimes. À l’autre extrémité du spectre, la Chine, leader mondial de la production d’électricité, propose des tarifs aussi bas que 7 centimes.

L’étude révèle également que, en tenant compte du pouvoir d’achat national, la France se classe au 35e rang des pays où l’électricité est la plus chère. Toutefois, cette situation soulève des préoccupations quant à l’impact financier sur les ménages français, où le poids de l’électricité dans le budget familial reste considérable.

Lire Plus

Les + Lus