Nous rejoindre sur les réseaux

Sports

C1: L’OM déjà dans de beaux draps

Article

le

c1:-l’om-deja-dans-de-beaux-draps

Déjà battu par Tottenham en ouverture de la Ligue des Champions, l’OM est encore tombé mardi face à Francfort (1-0), à domicile cette fois, et ses chances de qualification sont déjà compromises après ce revers qui confirme ses difficultés au très haut niveau.

Le bilan marseillais en C1 est dramatique avec désormais 16 défaites lors des 17 derniers matches. Cette saison, dans une poule D qui semblait accessible, il n’ont pas marqué un point après deux matches, ni même un but.

Autant la défaite (2-0) de Londres la semaine dernière était porteuse de quelques espoirs, autant celle de mardi a jeté une lumière cruelle sur les insuffisances de l’OM, contre une équipe de Francfort pourtant sans génie.

La Ligue des Champions, le Vélodrome en avait été privé par le Covid en 2020 et il attendait ça depuis longtemps. Alors le stade et le public marseillais ont été au rendez-vous et ont fait un boucan d’enfer, et les pétards aussi, tout au long d’une soirée tendue.

Supporters allemands et marseillais se sont lancés des fumigènes et feux d’artifice, ce qui pourrait valoir des sanctions au club marseillais, voire un match à huis-clos. En ville, les incidents sont en revanche restés relativement contenus avec tout de même 17 interpellations, en plus des huit de la veille. Trois policiers et un supporter allemand ont été blessés.

sans qualité

Marseille y croyait, donc, mais la banderole « L’Europe va trembler, revoilà les Marseillais » déployée dans le Virage Nord sous un immense tifo représentant la Coupe aux grandes oreilles était sans doute excessive. Car l’OM n’y arrive pas en C1.

La victoire du Sporting Lisbonne contre Tottenham (2-0), qui fait du club portugais l’inattendu leader du groupe avec six points en ayant affronté les mêmes adversaires que l’OM, est une autre mauvaise nouvelle pour l’équipe d’Igor Tudor.

Marseille va désormais affronter les Portugais à deux reprises, et ce sont probablement ses dernières chances de renverser la situation.

En alignant le trio Payet-Gerson-Sanchez, Tudor pensait pourtant retrouver la qualité qui avait manqué à Londres. Mais au cours de la première période, crispée et hésitante, le Chilien a manqué deux bonnes occasions (12e dans le petit filet et 23e au-dessus après un centre de Tavares), alors que le Brésilien et le N.10 se sont montrés lents et peu inspirés.

Tudor les a d’ailleurs remplacés tous les trois en même temps avant l’heure de jeu, et Gerson est sorti sous une immense bronca, qui a dû lui faire comprendre qu’il était loin de son niveau, des attentes et de la sélection brésilienne à quelques semaines du Mondial.

Bailly blessé

En face, Francfort, 11e de Bundesliga et indiscutable bonne pioche du chapeau 1, a pourtant semblé moyen, dangereux seulement sur quelques prises de balle de l’ancien Nantais Kolo Muani, décidément talentueux.

Mais l’OM a offert aux Allemands l’ouverture du score, sur une action où tout le monde a mal défendu et au bout de laquelle une intervention de Rongier s’est transformée en passe décisive pour Lindström (1-0, 43e).

Au coeur d’un horrible début de deuxième période de la part de l’OM, le même Lindström a frappé la barre et Marseille était alors au plus mal.

L’OM n’était pas au bout de ses soucis avec la blessure de Bailly, venue s’ajouter aux indisponibilités de Gigot (blessé également) et Mbemba (suspendu). Mais les entrées conjuguées de Under, Suarez et surtout Harit ont tout de même redonné un peu d’allant à l’équipe phocéenne.

Les Provençaux ont alors eu quelques opportunités d’égaliser, par Rongier (67e) puis Suarez (70e), tous deux trop maladroits pour permettre à leur équipe d’exister à ce niveau. Pau Lopez a de son côté sauvé l’OM deux fois devant Kolo Muani (75e et 81e) et le score n’a plus bougé.

Encore trop petit pour la grande Europe, l’OM doit déjà regarder vers dimanche et la venue de Rennes en L1, une compétition où il est à la hauteur, à la deuxième place.

France

Paris 2024 : « On ne va pas être prêts », selon Anne Hidalgo

Article

le

Paris 2024 : « On ne va pas être prêts », selon Anne Hidalgo

Dans l’émission « Quotidien », la maire de Paris a annoncé mercredi du retard dans la préparation des JO 2024 à Paris d’un point de vue des transports en commun.

Alors que Paris se prépare à accueillir les Jeux Olympiques et Paralympiques en 2024, la maire de la ville, Anne Hidalgo, a récemment exprimé des inquiétudes concernant l’état de préparation des infrastructures de transport. Lors de son apparition dans l’émission « Quotidien » sur TMC mercredi soir, la maire socialiste a indiqué que Paris n’était « pas prête » en termes de transports, évoquant un nombre et une fréquence de trains insuffisants dans certaines zones.

La future station du RER E à la Porte Maillot a été spécifiquement mentionnée comme un point critique. « Il y a des endroits où les transports ne seront pas prêts parce qu’il n’y aura pas le nombre de trains et la fréquence », a précisé Hidalgo. Elle a également souligné les difficultés quotidiennes existantes dans le réseau de transport parisien et la lutte pour atteindre les niveaux requis de ponctualité et de confort.

Interrogée sur la responsabilité de ces retards, la maire a évoqué le rôle du gouvernement et de la Région Île-de-France, tout en reconnaissant sa propre implication dans le processus. Clément Beaune, ministre délégué chargé des Transports, a rapidement répondu en critiquant l’approche médiatique de Hidalgo.

Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France, a elle aussi commenté sur les réseaux sociaux, en insistant sur la nécessité de la participation active d’Anne Hidalgo aux comités stratégiques sur les transports.

Outre les préoccupations liées aux transports, Anne Hidalgo a également abordé le sujet des personnes sans domicile fixe, pointant du doigt un autre défi majeur à relever avant les Jeux.

Les Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024 représentent un événement de grande ampleur pour Paris, avec près de 15 millions de spectateurs attendus. La promesse faite par les autorités d’assurer un accès 100 % public aux sites de compétition souligne l’importance cruciale de résoudre ces problèmes de mobilité dans un délai serré. La préparation de la capitale française pour cet événement mondial est désormais plus que jamais sous le feu des projecteurs.

Lire Plus

Sports

Éliminatoires de l’Euro 2024 : l’équipe de France termine son année 2023 par un match nul en Grèce

Article

le

Éliminatoires de l’Euro 2024 : l’équipe de France termine son année 2023 par un match nul en Grèce

Avant l’important Euro 2024 en Allemagne, Didier Deschamps, le sélectionneur de l’équipe de France, se retrouve face à un défi crucial. Avec seulement deux matchs amicaux programmés en mars, il lui faut prendre des décisions déterminantes sur la composition de son équipe. Cette année 2023 s’est achevée par un match nul (2-2) contre la Grèce, offrant à Deschamps matière à réflexion.

En dépit de l’équipe remaniée contre la Grèce, les leaders incontestés restent Kylian Mbappé et Antoine Griezmann, avec Mike Maignan comme gardien de but principal. Deschamps a figé pour l’instant la hiérarchie des gardiens, avec Brice Samba et Alphonse Areola en tant que remplaçants.

La défense semble également avoir ses favoris. Jules Koundé, malgré une performance mitigée contre la Grèce, garde son poste à l’arrière droit. Les frères Hernandez se disputent la place à gauche, tandis que la paire centrale Dayot Upamecano et Ibrahima Konaté, formée lors de la Coupe du monde, conserve la confiance du sélectionneur.

Le milieu de terrain s’articulera autour d’Aurélien Tchouameni, d’Eduardo Camavinga et d’Adrien Rabiot, ce dernier gagnant en leadership. L’attaque verra une compétition entre Ousmane Dembélé et Kingsley Coman pour l’aile droite, et bien qu’Olivier Giroud, à 37 ans, ne soit pas assuré d’une place de titulaire, son expérience reste précieuse.

Des joueurs comme Randal Kolo Muani et Marcus Thuram se détachent pour leurs récentes performances, augmentant leurs chances de figurer dans la liste finale. En défense, Benjamin Pavard, désormais désireux d’évoluer comme défenseur central, pourrait laisser sa place sur le côté droit à Jonathan Clauss.

Dans le secteur du milieu de terrain, Youssouf Fofana et le jeune Warren Zaïre-Emery, impressionnant avec le PSG, sont des noms à surveiller. La défense centrale, quant à elle, offre peu de place pour les nouveaux venus, malgré les efforts de joueurs comme William Saliba ou Jean-Clair Todibo.

Boubacar Kamara pourrait se frayer un chemin au milieu, tandis que Christopher Nkunku et le jeune Mathys Tel restent des options offensives à considérer en fonction de leur forme et progression.

Alors que 16 places semblent déjà attribuées, la concurrence reste féroce pour les 9 places restantes. Deschamps devra équilibrer expérience et jeunesse pour construire une équipe capable de briller en Allemagne en 2024.

Lire Plus

Sports

Équipe de France de Football, signe le plus large succès de son histoire

Article

le

Équipe de France de Football, signe le plus large succès de son histoire

Les Bleus ont vécu une soirée quasi-parfaite hier à Nice, lors de leur victoire contre Gibraltar (14-0). Il est cependant difficile d’en tirer des enseignements pour l’avenir.

Cette victoire écrasante de l’équipe de France contre Gibraltar (14-0) lors du match du 18 novembre à Nice représente un moment historique pour le football français. La satisfaction du devoir accompli se ressent chez les joueurs et le staff, avec une reconnaissance particulière pour le sérieux et la détermination dont l’équipe a fait preuve. Les efforts pour battre le record de la plus large victoire de l’histoire des Bleus étaient clairement visibles, et ce fut un succès collectif remarquable.

Les moments forts du match, comme le triplé de Kylian Mbappé, son lob impressionnant de 40 mètres, et le retourné acrobatique d’Olivier Giroud, resteront gravés dans la mémoire des 32 758 spectateurs, notamment les enfants présents. Ces exploits, ainsi que l’ambiance électrique du stade avec des « ola » en deuxième période, ont créé une atmosphère mémorable à l’Allianz Riviera.

En dépit de cette victoire grandiose, l’équipe de France et son entraîneur Didier Deschamps restent prudents, reconnaissant que construire sur un match comme celui-ci n’est pas réaliste. Deschamps préfère se concentrer sur ses convictions et la qualité de son équipe, en dépit de l’opposition modeste. Ce match a également été une occasion pour certains joueurs, comme Jonathan Clauss et Kingsley Coman, de prouver leur valeur, malgré le niveau relativement faible de l’adversaire.

Le silence de l’équipe de Gibraltar face à la presse après le match souligne l’impact de cette défaite sur eux. Pendant ce temps, les débuts prometteurs de Warren Zaïre-Emery, malgré sa sortie sur blessure, et la performance solide de Jean-Clair Todibo devant son public, offrent des perspectives encourageantes pour l’avenir de l’équipe française.

Dans l’ensemble, cette rencontre historique contre Gibraltar a été un mélange de prouesses techniques impressionnantes, de moments mémorables pour les supporters, et d’une réflexion sur le chemin à parcourir pour l’équipe française. C’est un match qui restera dans les annales du football français, non seulement pour le score mais aussi pour les leçons tirées et l’esprit d’équipe démontré.

Lire Plus

Les + Lus