Nous rejoindre sur les réseaux

Sports

C1: le Paris SG retrouve le Bayern Munich en huitièmes

Article

le

c1:-le-paris-sg-retrouve-le-bayern-munich-en-huitiemes-(tirage)

Paris pas verni: comme redouté, le PSG a hérité lundi d’un très gros morceau, le Bayern Munich, lors des huitièmes de Ligue des champions, qui proposeront une autre grosse affiche avec la réédition de la finale 2022 entre le Real Madrid et Liverpool.

En terminant à la 2e place du groupe H derrière le Benfica Lisbonne, le club champion de France pouvait s’attendre au pire lors du tirage au sort effectué au siège de l’UEFA à Nyon (Suisse). Il n’a finalement pas été épargné avec le mastodonte allemand, sextuple lauréat de l’épreuve.

Paris retrouvera ainsi son bourreau de la finale de 2020 (1-0), un club qu’il avait toutefois réussi à écarter en quarts de finale l’année suivante (3-2, 0-1). Mais même si le PSG reste sur un bon souvenir face au prestigieux club allemand, affronter le Bayern n’est jamais une mince affaire, d’autant que le champion de France devra jouer le match retour à l’Allianz Arena.

Les Bavarois ont cette perdu à l’intersaison leur artificier Robert Lewandowski, parti au FC Barcelone, mais ils n’ont rien perdu au change avec l’arrivée du Sénégalais Sadio Mané en provenance de Liverpool et viennent de reprendre les commandes de la Bundesliga.

« Très motivant », selon Campos

De quoi faire frémir la défense parisienne, le talon d’Achille de l’équipe entraînée par Christophe Galtier, qui verra également se dresser sur sa route deux vieilles connaissances et anciens du PSG: Kingsley Coman, le buteur de la finale de 2020, et le Camerounais Eric Choupo-Moting, en très grande forme en ce moment.

L’entraîneur français pourra toujours compter sur son terrible trio Messi-Neymar-Mbappé pour déjouer l’armada bavaroise. Reste à savoir dans quelles conditions physiques et mentales les trois superstars reviendront de la Coupe du monde au Qatar (20 novembre-18 décembre).

« Pour nous c’est une grande opportunité de continuer la belle saison qu’on est en train de faire », a réagi Luis Campos, le conseiller football du PSG, sur Bein Sports. « Jouer contre un grand club, c’est très motivant. On est confiant, c’est un bon moment de jouer contre le Bayern. Pendant la Coupe du monde, on n’aura pas de contrôle sur nos joueurs mais on a du temps pour préparer ces deux matches. C’est l’opportunité de démontrer au monde le grand coach qu’on a, les grands joueurs qu’on a ».

« Ce tirage est une gourmandise »

« C’est un match de premier plan, un adversaire de premier plan », a de son côté estimé Hasan Salihamidzic, directeur sportif du Bayern Munich sur la chaîne allemande Sky. « Je pense que c’est l’une des meilleures équipes au monde, avec des stars mondiales. Pour tous les fans de foot, ce tirage est une gourmandise ».

Les 8e de finale réserveront également un autre choc d’envergure entre le Real Madrid et Liverpool, revanche de la finale de 2022 remportée par le club espagnol (1-0) et entachée par de graves incidents et problèmes d’organisation autour du Stade de France.

Les Madrilènes, qui détiennent le record de victoires en C1 (14) et sont toujours aussi redoutables, partiront légèrement favoris face à des Reds guère flamboyants cette saison.

Manchester City et son prodige Erling Haaland, autres grands prétendants à la victoire finale le 10 juin à Istanbul, ont été plutôt bien lotis avec les Allemands du RB Leipzig alors que le Borussia Dortmund affrontera Chelsea et que l’AC Milan rencontrera Tottenham, avec un duel entre les deux gardiens de l’équipe de France, Mike Maignan et Hugo Lloris, capitaine des Bleus et des Spurs.

L’épatant Club Bruges se frottera aux Portugais de Benfica alors que l’Eintracht Francfort, tenant de la Ligue Europa, aura fort à faire avec Naples, l’une des équipes les plus en forme du continent. Enfin, l’Inter Milan défiera le FC Porto.

Les huitièmes de finale de la Ligue des champions sont programmés du 14 au 22 février pour les matches aller, et du 7 au 15 mars pour les manches retour.

Sports

C1: le PSG retrouve son rival barcelonais sous la menace terroriste

Article

le

C1: le PSG retrouve son rival barcelonais sous la menace terroriste

Le Paris Saint-Germain (PSG) se prépare à affronter Barcelone dans un contexte sécuritaire tendu, suite à des menaces terroristes, alors que les deux équipes se retrouvent en quart de finale de la Ligue des champions.

Le ministre de l’Intérieur français, Gérald Darmanin, a annoncé un renforcement considérable de la sécurité à Paris en réponse à des menaces du groupe jihadiste État islamique visant les matchs des quarts de finale de la compétition.

Malgré ce contexte sécuritaire, les joueurs du PSG restent concentrés sur le match. Danilo Pereira, défenseur du club, souligne l’importance de se focaliser sur le football malgré les mesures de sécurité renforcées.

Cette saison, le PSG affiche de bonnes performances, malgré les doutes liés aux départs de Neymar et Messi. Toujours en lice en Ligue des champions, en finale de la Coupe de France et en tête du classement de la Ligue 1, l’équipe se sent confiante. Les confrontations avec Barcelone suscitent toujours des passions chez les joueurs et les supporters.

L’entraîneur du PSG, Luis Enrique, ancien joueur et entraîneur du Barça, reconnaît l’importance de ces matchs. Surnommé le « socio culer », il avoue que son cœur reste attaché à Barcelone malgré son engagement envers Paris.

La rivalité entre les deux équipes a été renforcée depuis la « remontada » historique de Barcelone en 2017, où le PSG a subi une défaite retentissante. Depuis lors, les deux clubs se sont affrontés à plusieurs reprises, marquant ainsi une rivalité intense.

Malgré les départs de stars telles que Neymar et Messi du Barça vers le PSG, ainsi que celui d’Ousmane Dembélé, le match promet d’être disputé. Les deux équipes se battront pour la victoire dans un duel qui dépasse les simples enjeux sportifs.

Lire Plus

Sports

Football – EDF : Kolo Muani porte les bleus contre le Chili à Marseille

Article

le

Football - EDF : Kolo Muani porte les bleus contre le Chili à Marseille

Trois jours après leur défaite face à l’Allemagne, les Bleus ont retrouvé le chemin de la victoire en battant le Chili 3-2 à Marseille. Malgré une performance en dents de scie, l’équipe française a su rebondir grâce notamment à Randal Kolo Muani, auteur d’un but et d’une passe décisive, dans un match marqué par les blessures de Jonathan Clauss et d’Eduardo Camavinga.

L’équipe de France, remaniée depuis son dernier match, a connu un début difficile en encaissant un but dès les premières minutes du match. Cependant, elle a rapidement réagi avec des offensives plus abouties, permettant à Youssouf Fofana d’égaliser rapidement. Peu après, Randal Kolo Muani a donné l’avantage aux Bleus d’une tête bien placée.

Malgré quelques frayeurs, notamment avec un tir sur le poteau du gardien Mike Maignan, les Français ont su maintenir leur avance grâce à un but d’Olivier Giroud. Le Chili a réduit l’écart en marquant un deuxième but, mais la France a tenu bon jusqu’au coup de sifflet final.

Cette victoire permet à l’équipe de France de rebondir après sa défaite contre l’Allemagne et de regagner en confiance avant les prochaines échéances, notamment l’Euro de football qui débutera en juin.

Lire Plus

Sports

Tournoi des Six Nations 2024 : Victoire des Bleues contre l’Angleterre

Article

le

Tournoi des Six Nations 2024 : Victoire des Bleues contre l'Angleterre

Le XV de France clôture le Tournoi des Six Nations 2024 avec une victoire épique face à l’Angleterre (33-31), mais les apparences sont parfois trompeuses. Malgré cette performance, qui assure une deuxième place dans le tournoi, l’équipe française reste confrontée à plusieurs défis majeurs.

Sur le papier, les statistiques semblent encourageantes : une deuxième place derrière l’Irlande, la quatrième en cinq ans ; la deuxième meilleure attaque du tournoi ; Thomas Ramos sacré meilleur réalisateur avec 63 points à son actif.

Cependant, ces chiffres dissimulent une réalité plus mitigée pour le XV de France, qui a connu un Tournoi laborieux. Le début chaotique avec une défaite face à l’Irlande (17-38), suivie d’une victoire laborieuse en Écosse (20-16) et d’un nul décevant contre l’Italie (13-13), a été suivi de deux victoires éclatantes au Pays de Galles (45-24) et contre l’Angleterre.

Le sélectionneur Fabien Galthié a qualifié ce tournoi d' »enfer » où l’équipe a dû faire preuve de solidité et de résilience. Près de six mois après la déception du quart de finale de la Coupe du Monde 2023, les Bleus peinent encore à digérer cette sortie prématurée de la compétition.

Malgré des moments difficiles, les joueurs ont su montrer leur unité et leur détermination. Louis Bielle-Biarrey a souligné que ces épreuves allaient renforcer l’équipe à l’avenir.

La défense, point fort autrefois, a été le talon d’Achille de l’équipe avec quatorze essais encaissés, le pire bilan depuis l’arrivée de Fabien Galthié. Malgré tout, le XV de France a pu compter sur ses talents individuels, avec des actions décisives de joueurs comme Gaël Fickou, Damian Penaud ou Léo Barré.

Cette épreuve a également permis à certains joueurs de se révéler, tandis que les cadres ont retrouvé leur rang, en l’absence de joueurs clés comme Antoine Dupont ou Romain Ntamack. La discipline de l’équipe s’est améliorée, bien que quelques cartons jaunes et rouges aient été distribués au cours du tournoi.

Maintenant, les regards se tournent vers la tournée estivale en Argentine, où l’équipe devra confirmer ses progrès et renforcer sa cohésion.

Lire Plus

Les + Lus