Nous rejoindre sur les réseaux

Sports

C1: Chelsea mate le Real et s’offre une finale 100% anglaise

Article

le

c1:-chelsea-mate-le-real-et-s’offre-une-finale-100%-anglaise

Avec une prestation pleine de confiance, Chelsea a pris le meilleur (2-0) sur un Real Madrid impuissant mercredi, pour rejoindre Manchester City lors d’une finale de la Ligue des champions 100% anglaise.

Le 29 mai, à Istanbul, il s’agira de la 8e finale de C1 entre clubs d’un même pays et la 3e pour des équipes anglaises, après la victoire de Manchester United aux tirs au but sur Chelsea en 2008 et celle de Liverpool sur Tottenham en 2019.

Thomas Tuchel devient, lui, le premier entraîneur à faire deux finales de suite avec deux clubs différents, puisqu’il avait échoué de peu (1-0) avec le Paris SG contre le Bayern l’an dernier.

Après le triomphe des hommes de Pep Guardiola sur ce même PSG, mardi (2-1, 2-0), Chelsea était attendu au tournant après un nul prometteur (1-1) et même un rien frustrant à l’aller, avec déjà des occasions ratées.

Le Real devait surtout à son attaquant français, Karim Benzema, auteur de l’égalisation, d’avoir encore une chance raisonnable de qualification.

Avec les retours dans le onze de départ du guerrier Sergio Ramos et de l’artiste Eden Hazard, ce dernier n’ayant joué que la fin de match il y a huit jours, Zinédine Zidane avait décidé de se donner les meilleurs chances.

Mais le meneur de jeu belge a été discret, hormis une frappe en angle fermé (64e) qui était presque un geste de frustration à créer mieux, qu’une véritable occasion.

Ses éclats de rire après le match avec ses anciens coéquipiers, captées par les caméras de télévision, n’ont en revanche pas échappé à certains médias espagnols qui y ont immédiatement vu un manque de loyauté après une défaite cuisante pour les Merengue.

Kanté encore immense

Le résultat ne souffre en tout cas d’aucune contestation, les Londoniens ayant assez nettement dominé le match.

« On aurait sans doute dû marquer cinq buts », a même estimé Mason Mount.

Tuchel avait opté pour une solution testée et approuvée en championnat le week-end dernier, avec Kai Havertz en pointe et Timo Werner décalé sur la droite.

Les duo d’Allemands s’est d’ailleurs distingué en ouvrant le score, sur une action partie d’un geste de grande classe de N’Golo Kanté encore immense dans ce match.

Le milieu français a réalisé un contrôle orienté parfait, avant de s’appuyer sur Werner, puis de décaler Havertz sur sa droite. La balle piquée du « faux-neuf » à rebondi sur le haut de la barre mais est retombée sur Werner à quelques centimètres du but vide, et qui n’a eu qu’à la pousser de la tête (1-0, 28e).

Kanté a aussi été à l’origine du second but, captant un « deuxième ballon » à 30 mètres des cages adverses avant de servir Christian Pulisic. L’Américain, plein de sang-froid, a temporisé jusqu’à trouver l’angle de passe en retrait parfait pour Mason Mount qui a catapulté le ballon au fond pour concrétiser ce rêve en bleu (2-0, 85e).

Une belle revanche pour le gamin issu du centre de formation et qui était considéré comme le « chouchou » de Frank Lampard quand il était en poste, avant de prouver sous Thomas Tuchel et avec l’équipe nationale qu’il méritait chacune de ses minutes de jeu.

Répétition générale samedi

Le Real pourra regretter les occasions ratées ou plutôt sauvées par un Edouard Mendy passé de Rennes en début de saison au match de club le plus prestigieux en Europe dans un peu plus de trois semaines.

Le Sénégalais s’est notamment envolé superbement deux fois pour refuser à Karim Benzema le but de l’espoir, sur un tir en pivot à l’entrée de la surface (26e) et sur une tête qui partait tout droit sous la barre (36e).

Mais ce serait oublier que Chelsea a aussi laissé filer beaucoup d’occasions, notamment une tête de Havertz sur la transversale (47e) ou les exploits de Thibaut Courtois devant le même Havertz (59e) ou Kanté (66e).

La finale face à City promet d’être de toute beauté entre deux équipes à l’intelligence de jeu affûtée et à la forme physique impressionnante en cette fin de saison.

Il y aura d’ailleurs une répétition générale dès samedi, City recevant Chelsea en championnat, pour une partie prévisible de poker menteur, car personne ne voudra montrer sa main trop tôt entre les rusés Pep Guardiola et Thomas Tuchel.

Sports

C1: le PSG retrouve son rival barcelonais sous la menace terroriste

Article

le

C1: le PSG retrouve son rival barcelonais sous la menace terroriste

Le Paris Saint-Germain (PSG) se prépare à affronter Barcelone dans un contexte sécuritaire tendu, suite à des menaces terroristes, alors que les deux équipes se retrouvent en quart de finale de la Ligue des champions.

Le ministre de l’Intérieur français, Gérald Darmanin, a annoncé un renforcement considérable de la sécurité à Paris en réponse à des menaces du groupe jihadiste État islamique visant les matchs des quarts de finale de la compétition.

Malgré ce contexte sécuritaire, les joueurs du PSG restent concentrés sur le match. Danilo Pereira, défenseur du club, souligne l’importance de se focaliser sur le football malgré les mesures de sécurité renforcées.

Cette saison, le PSG affiche de bonnes performances, malgré les doutes liés aux départs de Neymar et Messi. Toujours en lice en Ligue des champions, en finale de la Coupe de France et en tête du classement de la Ligue 1, l’équipe se sent confiante. Les confrontations avec Barcelone suscitent toujours des passions chez les joueurs et les supporters.

L’entraîneur du PSG, Luis Enrique, ancien joueur et entraîneur du Barça, reconnaît l’importance de ces matchs. Surnommé le « socio culer », il avoue que son cœur reste attaché à Barcelone malgré son engagement envers Paris.

La rivalité entre les deux équipes a été renforcée depuis la « remontada » historique de Barcelone en 2017, où le PSG a subi une défaite retentissante. Depuis lors, les deux clubs se sont affrontés à plusieurs reprises, marquant ainsi une rivalité intense.

Malgré les départs de stars telles que Neymar et Messi du Barça vers le PSG, ainsi que celui d’Ousmane Dembélé, le match promet d’être disputé. Les deux équipes se battront pour la victoire dans un duel qui dépasse les simples enjeux sportifs.

Lire Plus

Sports

Football – EDF : Kolo Muani porte les bleus contre le Chili à Marseille

Article

le

Football - EDF : Kolo Muani porte les bleus contre le Chili à Marseille

Trois jours après leur défaite face à l’Allemagne, les Bleus ont retrouvé le chemin de la victoire en battant le Chili 3-2 à Marseille. Malgré une performance en dents de scie, l’équipe française a su rebondir grâce notamment à Randal Kolo Muani, auteur d’un but et d’une passe décisive, dans un match marqué par les blessures de Jonathan Clauss et d’Eduardo Camavinga.

L’équipe de France, remaniée depuis son dernier match, a connu un début difficile en encaissant un but dès les premières minutes du match. Cependant, elle a rapidement réagi avec des offensives plus abouties, permettant à Youssouf Fofana d’égaliser rapidement. Peu après, Randal Kolo Muani a donné l’avantage aux Bleus d’une tête bien placée.

Malgré quelques frayeurs, notamment avec un tir sur le poteau du gardien Mike Maignan, les Français ont su maintenir leur avance grâce à un but d’Olivier Giroud. Le Chili a réduit l’écart en marquant un deuxième but, mais la France a tenu bon jusqu’au coup de sifflet final.

Cette victoire permet à l’équipe de France de rebondir après sa défaite contre l’Allemagne et de regagner en confiance avant les prochaines échéances, notamment l’Euro de football qui débutera en juin.

Lire Plus

Sports

Tournoi des Six Nations 2024 : Victoire des Bleues contre l’Angleterre

Article

le

Tournoi des Six Nations 2024 : Victoire des Bleues contre l'Angleterre

Le XV de France clôture le Tournoi des Six Nations 2024 avec une victoire épique face à l’Angleterre (33-31), mais les apparences sont parfois trompeuses. Malgré cette performance, qui assure une deuxième place dans le tournoi, l’équipe française reste confrontée à plusieurs défis majeurs.

Sur le papier, les statistiques semblent encourageantes : une deuxième place derrière l’Irlande, la quatrième en cinq ans ; la deuxième meilleure attaque du tournoi ; Thomas Ramos sacré meilleur réalisateur avec 63 points à son actif.

Cependant, ces chiffres dissimulent une réalité plus mitigée pour le XV de France, qui a connu un Tournoi laborieux. Le début chaotique avec une défaite face à l’Irlande (17-38), suivie d’une victoire laborieuse en Écosse (20-16) et d’un nul décevant contre l’Italie (13-13), a été suivi de deux victoires éclatantes au Pays de Galles (45-24) et contre l’Angleterre.

Le sélectionneur Fabien Galthié a qualifié ce tournoi d' »enfer » où l’équipe a dû faire preuve de solidité et de résilience. Près de six mois après la déception du quart de finale de la Coupe du Monde 2023, les Bleus peinent encore à digérer cette sortie prématurée de la compétition.

Malgré des moments difficiles, les joueurs ont su montrer leur unité et leur détermination. Louis Bielle-Biarrey a souligné que ces épreuves allaient renforcer l’équipe à l’avenir.

La défense, point fort autrefois, a été le talon d’Achille de l’équipe avec quatorze essais encaissés, le pire bilan depuis l’arrivée de Fabien Galthié. Malgré tout, le XV de France a pu compter sur ses talents individuels, avec des actions décisives de joueurs comme Gaël Fickou, Damian Penaud ou Léo Barré.

Cette épreuve a également permis à certains joueurs de se révéler, tandis que les cadres ont retrouvé leur rang, en l’absence de joueurs clés comme Antoine Dupont ou Romain Ntamack. La discipline de l’équipe s’est améliorée, bien que quelques cartons jaunes et rouges aient été distribués au cours du tournoi.

Maintenant, les regards se tournent vers la tournée estivale en Argentine, où l’équipe devra confirmer ses progrès et renforcer sa cohésion.

Lire Plus

Les + Lus