Nous rejoindre sur les réseaux

Europe

Brexit: Londres et Bruxelles pessimistes, mais les négociations continuent

Article

le

brexit:-londres-et-bruxelles-pessimistes,-mais-les-negociations-continuent

Les négociations continuent ce week-end mais les chances d’un accord commercial post-Brexit s’amenuisent, Londres et Bruxelles affichant vendredi leur pessimisme sur la possibilité de parvenir à surmonter leurs divergences.

Sauf rebondissement majeur d’ici à dimanche, échéance fixée par la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et le Premier ministre britannique Boris Johnson, les échanges de part et d’autre de la Manche risquent de se faire selon les seules règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), synonymes de droits de douane et de quotas.

En déplacement dans le nord de l’Angleterre, Boris Johnson a jugé « très très probable » l’échec des négociations, qui se poursuivent néanmoins.

Malgré les sombres prévisions des économistes, le chef du gouvernement conservateur affirme que cette solution serait « formidable pour le Royaume-Uni et nous pourrions faire exactement ce que nous voulons à partir du 1er janvier ».

« Nous continuons d’espérer », a-t-il poursuivi, attendant de voir une éventuelle « grande proposition » ou « un grand changement » de la part de l’Union européenne.

Même pessimisme chez Ursula von der Leyen, qui a déclaré aux dirigeants des 27 réunis en sommet à Bruxelles que les espoirs d’un accord étaient « faibles », ont confié à l’AFP plusieurs participants.

Berlin, qui assure la présidence tournante de l’UE, et Dublin, en première ligne sur le front du Brexit, ont tempéré en jugeant qu’un accord reste « possible ».

Constatant que « l’état d’esprit prévalant » est celui d’un échec des négociations, le Premier ministre irlandais Micheal Martin a rappelé que des propos « similaires » avaient été tenus il y a un an au sujet de l’accord de divorce, finalement conclu sur le fil.

A l’issue d’un dîner mercredi à Bruxelles pour tenter de débloquer l’impasse qui perdure depuis des mois, Mme von der Leyen et M. Johnson ont constaté l’ampleur des divergences qui subsistent et se sont donné jusqu’à dimanche pour trancher sur « l’avenir » des pourparlers.

Ceux-ci bloquent sur trois sujets: la pêche, le règlement des différends dans le futur accord et les garanties exigées de Londres par l’Union européenne en matière de concurrence.

Sur ce dernier point, le plus épineux, les Européens souhaitent s’assurer de la convergence avec le Royaume-Uni de leurs normes sociales, environnementales, fiscales ou sur les aides publiques, pour éviter toute concurrence sauvage.

« Géographie têtue »

« Il est normal que les concurrents de nos propres entreprises soient exposés aux mêmes conditions sur notre propre marché », a expliqué Mme von der Leyen lors d’une conférence de presse.

Les Européens ne comptent pas obliger le Royaume-Uni à s’adapter à chacune de leurs évolutions législatives, a-t-elle précisé.

Les Britanniques, qui ont officiellement quitté l’UE le 31 janvier 2020, « resteraient libres, souverains, de décider de ce qu’ils veulent faire. Nous adapterions simplement les conditions d’accès à notre marché » en fonction de leur décision, a-t-elle expliqué.

Londres affirme de son côté que les propositions de l’UE ne respectent pas sa souveraineté.

Commentant le calendrier, un haut responsable européen a ironisé: « C’est au moins la dixième fois depuis septembre qu’on nous dit que c’est le moment décisif ». « La seule certitude, c’est le 1er janvier », date à laquelle le Royaume-Uni aura quitté le marché unique et l’union douanière, a-t-il souligné.

Selon cette source, le président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel ont chacun refusé de s’entretenir séparément avec Boris Johnson avant un échange téléphonique lundi dernier entre le Britannique et Ursula von der Leyen. « Nous parlons d’une seule voix », a insisté ce responsable.

« La géographie est têtue: on va quand même vivre côte à côte », a quant à lui rappelé M. Macron, souhaitant un accord « qui préserve les intérêts européens (…) et respecte nos amis britanniques ».

L’UE a toutefois déjà prévu des mesures d’urgence en cas de « no deal ». Elles visent à maintenir une connectivité dans le transport routier et aérien pendant six mois, à condition que Londres fasse de même, et à garantir l’accès réciproque aux eaux des deux parties pour les bateaux de pêche en 2021.

En Grande-Bretagne, les milieux financiers se préparent aussi à un ‘no deal’. « Nous travaillons depuis le referendum (sur le Brexit) de 2016 afin de préparer le système financier à un éventail de possibilités, mais évidemment en se concentrant tout particulièrement sur ce qu’on appelle une sortie sans accord, parce que c’est elle qui a le plus d’implications », a déclaré vendredi le gouverneur de la Banque d’Angleterre Andrew Bailey, cité par l’agence Press Association (PA).

Selon le Times et le Guardian, quatre navires de 80 mètres de la Royal Navy seront prêts pour protéger les eaux britanniques dès le 1er janvier en cas de ‘no deal’. « Le ministère de la Défense a mené une planification intensive et des préparatifs pour s’assurer que la défense soit prête à divers scénarios à la fin de la période de transition », qui se conclut le 31 décembre, a indiqué de son côté un porte-parole du ministère cité par PA.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Europe

Italie : un restaurant offre une bouteille de vin aux clients qui se séparent de leur portable

Article

le

Italie : un restaurant offre une bouteille de vin aux clients qui se séparent de leur portable

À Vérone, une initiative originale pour encourager les convives à profiter pleinement de leur repas sans les téléphones portables.

Le restaurant Al Condominio, situé à Vérone en Italie, propose une expérience gastronomique unique en son genre : laisser son téléphone portable à l’entrée dans une boîte fermée à clé en échange d’une bouteille de vin gratuite. Cette initiative, rapportée par The Guardian, vise à inciter les convives à savourer pleinement leur repas sans les distractions constantes des appareils électroniques.

Le propriétaire de l’établissement, Angelo Lella, explique : « Nous voulions ouvrir un restaurant différent des autres. La technologie devient un problème, il n’est pas nécessaire de regarder son téléphone toutes les cinq secondes. » Pour encourager cette déconnexion temporaire, il offre généreusement une bouteille de vin à tous ceux qui participent à cette initiative.

Angelo Lella compare l’addiction aux téléphones portables à une drogue et estime que cette initiative permet aux clients de « mettre de côté » cette dépendance et de profiter pleinement de leur vin et de leur repas.

Le processus est simple : les convives déposent leur téléphone dans une boîte fermée à clé à l’entrée du restaurant et reçoivent en échange une clé pour récupérer leur appareil à la fin du repas. Ceux qui sont pleinement satisfaits de leur expérience sont également invités à laisser un avis sur le repas, à déposer dans la même boîte que leur téléphone. Les commentaires les plus élogieux peuvent même leur valoir une invitation à dîner gratuitement dans le restaurant.

Depuis la mise en place de cette offre, Angelo Lella rapporte un franc succès : « La réponse a été très positive. 90% des clients ont choisi de laisser de côté leur téléphone en échange du vin. »

Cette initiative originale témoigne de la volonté du restaurant Al Condominio de créer une atmosphère conviviale et déconnectée, où les clients peuvent pleinement apprécier leur repas et leur compagnie, sans les distractions incessantes des appareils électroniques.

Lire Plus

Europe

Européennes: Manon Aubry (LFI) dénonce le « racket social » du gouvernement

Article

le

Européennes: Manon Aubry (LFI) dénonce le "racket social" du gouvernement

À Montpellier ce dimanche, Manon Aubry, tête de liste des Insoumis aux élections européennes, a vivement critiqué ce qu’elle a qualifié de « racket social » perpétré par le gouvernement.

Lors d’un meeting à Montpellier dimanche, Manon Aubry, tête de liste des Insoumis aux élections européennes, a vivement critiqué ce qu’elle a qualifié de « racket social » perpétré par le gouvernement. Elle a appelé à faire des élections du 9 juin un « référendum contre ces nouvelles règles d’austérité ».

Manon Aubry a vivement critiqué les politiques d’austérité imposées par l’Union européenne et mises en œuvre par le gouvernement français. Elle a également accusé une alliance entre macronistes, la droite et les socialistes d’avoir voté en faveur d’un pacte asile-immigration qu’elle qualifie d' »infâme ».

De plus, elle a qualifié le programme du Rassemblement National de « vide sidéral », reprochant à leur tête de liste, Jordan Bardella, de ne pas avoir déposé suffisamment d’amendements lors de son mandat au Parlement européen.

Manuel Bompard, coordinateur national de LFI, a également pris la parole pour critiquer le candidat des socialistes, Raphaël Glucksmann, l’accusant de vouloir « une élection sans le peuple pour préparer le retour de François Hollande ».

Le meeting a également été marqué par les propos de Rima Hassan, militante franco-palestinienne controversée, appelant à mettre fin à l’accord d’association entre l’UE et Israël, conditionné selon elle au respect des droits humains.

Ce meeting à Montpellier, ville où Jean-Luc Mélenchon avait obtenu un fort soutien lors de la présidentielle de 2022, a rassemblé environ 1 000 personnes selon les organisateurs. Depuis leur premier meeting à Villepinte le mois dernier, les Insoumis ont prévu 60 réunions publiques à travers la France.

Lire Plus

Économie

Pour contrer les produits chinois en Europe, la France défend l’idée de «préférence européenne»

Article

le

Pour contrer les produits chinois en Europe, la France défend l'idée de «préférence européenne»

Pour préserver l’industrie européenne face aux puissances américaine et chinoise, les Vingt-Sept doivent « éliminer les charges administratives inutiles », ont fait valoir ce lundi les ministres allemand et français de l’Économie et italien des Entreprises, lors d’une réunion organisée à Meudon.

Les ministres de l’Économie français, italien et allemand se sont réunis le lundi 8 avril en région parisienne pour définir une politique industrielle commune, notamment dans des secteurs clés tels que l’intelligence artificielle et la transition énergétique.

Bruno Le Maire, ministre français de l’Économie, a souligné le déficit commercial croissant entre la Chine et l’Europe, qui a triplé au cours des dix dernières années, passant de 100 à 300 milliards d’euros. Il a mis en avant l’inondation du marché européen par des produits chinois, notamment dans les domaines des panneaux solaires, des voitures électriques et des batteries.

Pour rééquilibrer la balance commerciale, Bruno Le Maire a proposé d’imposer une préférence européenne dans les marchés publics, suggérant des quotas de contenu européen allant jusqu’à 60% dans les appels d’offres, ainsi que des normes environnementales et de qualité plus strictes.

Si l’Italie soutient cette position, le ministre allemand de l’Économie, Robert Habeck, s’est montré plus réservé. Il a exprimé des préoccupations quant au protectionnisme, soulignant l’importance de l’ouverture des marchés et de la mondialisation. L’Allemagne, exportatrice majeure vers la Chine, craint les mesures de rétorsion et souhaite éviter une escalade dans les tensions commerciales avec Pékin.

Lire Plus

Les + Lus