Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Biden proche de la victoire, le camp Trump conteste

Article

le

biden-proche-de-la-victoire,-le-camp-trump-conteste

Deux jours après le scrutin présidentiel américain, la tension était tangible dans la poignée d’Etats-clés qui pourraient décider dès jeudi de l’issue de l’élection en faveur de Joe Biden, le camp de Donald Trump ayant lancé plusieurs actions en justice, appuyées dans certains cas par des manifestations de partisans.

« Arrêtez de compter! » a tweeté en lettres capitales le président des Etats-Unis, qui voit les chances d’un second mandat s’amenuiser au fur et à mesure que des caisses de bulletins de vote envoyés par la poste, majoritairement favorables à Joe Biden, sont comptés.

Le candidat démocrate, Joe Biden, le vice-président de Barack Obama pendant huit ans, ne doit plus gagner qu’un ou deux des derniers Etats-clés restant en jeu pour devenir le 46e président américain. Il s’est retenu de revendiquer la victoire comme l’avait fait son adversaire, mais a assuré qu’il était en revanche sûr de l’issue.

Il avait jeudi matin 253 ou 264 grands électeurs, selon que l’on inclut ou non l’Arizona (11 grands électeurs), considéré comme gagné par deux médias (l’agence AP et Fox News), mais pas par les autres qui estiment l’issue encore incertaine, en raison du nombre de bulletins restant à compter et du resserrement observé ces dernières heures.

Selon les deux cas de figure, il n’a plus besoin que de six ou 17 grands électeurs pour atteindre le nombre requis de 270, qu’il pourrait obtenir dans le Nevada (6), la Géorgie (16) ou la Pennsylvanie (20), peut-être dès jeudi.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, l’écart s’est aussi resserré en Géorgie au fur et à mesure du comptage par machine de dizaines de milliers de bulletins envoyés par courrier, en faveur de Joe Biden qui n’est plus qu’à 18.500 voix derrière Donald Trump.

Le résultat final dans cet Etat sera connu jeudi midi au plus tard (vers 17H00 GMT), selon Brad Raffensperger, secrétaire d’Etat de Géorgie, sur une chaîne locale.

Recours judiciaires

A l’inverse, dans l’Arizona, Donald Trump bénéficie directement du prolongement du dépouillement.

Il était en train de rattraper Joe Biden, risquant de faire perdre au démocrate les 11 grands électeurs qu’AP et Fox News avaient attribués à Joe Biden dès la nuit électorale de mardi, sur la base de résultats partiels et de modèles statistiques, une méthode habituellement très sûre.

La secrétaire d’Etat de l’Arizona Katie Hobbs a déclaré jeudi sur ABC que le dépouillement durerait « probablement » jusqu’à vendredi.

C’est là, à Phoenix, qu’une foule pro-Trump, dont certains membres étaient armés, s’est massée, à l’extérieur d’un site de dépouillement, aux cris de « Comptez les voix! » et de « Honte à Fox ».

Mais dans les Etats où Donald Trump était derrière Joe Biden, comme dans le Michigan, ses supporteurs lançaient « Stoppez le vote! », dénonçant le comptage de bulletins selon eux frauduleux parce que non comptés le jour de l’élection — illustration de la stratégie opportuniste du camp Trump, qui n’est pas sans rappeler la guérilla judiciaire de l’élection présidentielle de 2000.

Le président républicain avait déclaré, dans la première nuit post-élection, qu’il avait gagné l’élection et qu’il ferait intervenir la Cour suprême, restant évasif sur les motifs. En réalité, ses avocats ont à ce stade saisi la justice des Etats, selon l’objectif recherché localement, avec par exemple la menace de demander un recomptage dans le Wisconsin.

Les démocrates estiment les plaintes sans fondement juridique, mais selon les décisions des juges, ces recours pourraient retarder de plusieurs jours ou plusieurs semaines l’officialisation des résultats.

Désinformation

La confusion et l’incapacité du pays « leader du monde libre » à conclure l’élection fascinent, inquiètent et amusent le monde entier, en particulier les adversaires des Etats-Unis.

« Quel spectacle! » a raillé le guide suprême iranien. La Russie, accusée par Washington de mener une campagne de désinformation, s’est fait un plaisir de relever les « lacunes évidentes » du système électoral américain « archaïque »… et s’est émue de la possibilité d’émeutes. Le Premier ministre de Slovénie, pays d’origine de la Première dame, a en revanche déjà félicité Donald Trump.

L’une des batailles concerne le grand Etat de Pennsylvanie, où les autorités ont été débordées par le volume de bulletins reçus par la poste. Donald Trump y était largement en tête mardi soir, ses électeurs ayant majoritairement choisi de voter en personne le jour de l’élection, des suffrages qui ont été comptés en premier.

Mais son avance a fondu au fur et à mesure que les bulletins envoyés par courrier — à 78% en faveur de Joe Biden — étaient comptés. Jeudi matin, M. Trump n’avait plus que 2,6 point d’avance en Pennsylvanie, et les démocrates étaient certains qu’ils finiraient par l’emporter à la fin du comptage.

« Nous agissons en justice pour suspendre le dépouillement en attendant plus de transparence », a déclaré Bill Stepien, le directeur de campagne de M. Trump.

Les lieutenants et la famille du président ont lancé une intense campagne de désinformation pour persuader leurs troupes que des fraudes massives étaient en cours, notamment dans les Etats comme la Pennsylvanie qui sont gouvernés par des démocrates.

Ils propagent l’idée, lancée par Donald Trump, que des bulletins « surprise » sont apportés dans les centres de dépouillement.

Les démocrates affichaient à l’inverse leur confiance.

« Je suis venu vous dire que, quand le dépouillement sera terminé, nous pensons que nous allons gagner », a déclaré Joe Biden mercredi lors d’une brève allocution dans son fief de Wilmington, dans le Delaware.

Une fois le résultat connu, il sera temps « de mettre les discours agressifs de la campagne derrière nous », a-t-il poursuivi, se posant en rassembleur d’un pays meurtri. « Pour avancer, nous devons arrêter de traiter nos opposants comme des ennemis. »

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Monde

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

Article

le

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

L’ancien président américain avait été banni du réseau social après l’assaut de ses partisans contre le Congrès, le 6 janvier 2021.

Le géant des réseaux sociaux Meta a annoncé mercredi qu’il allait, dans les prochaines semaines, « mettre fin à la suspension » des comptes de Donald Trump sur Facebook et Instagram, deux ans après l’exclusion de l’ancien président américain suite à l’assaut du Capitole.

« Le public doit pouvoir entendre ce que les personnalités politiques disent afin de pouvoir faire des choix éclairés », a justifié Nick Clegg, le responsable des affaires internationales de Meta, dans un communiqué. « Mais cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de limites à ce que les gens peuvent dire sur notre plateforme. Quand il y a un risque de préjudice dans le monde réel – un risque élevé qui justifie une intervention de Meta dans le débat public – nous agissons », a-t-il précisé.

L’ex-chef d’État américain avait été exclu du réseau social le 7 janvier 2021, alors qu’il était encore au pouvoir, pour avoir encouragé ses partisans lors de l’attaque du Congrès à Washington la veille, une décision sans précédent, imitée à l’époque par la plupart des réseaux sociaux grand public, dont Twitter.

En juin 2021, Facebook avait décidé que l’exclusion durerait deux ans, et que le milliardaire républicain ne pourrait revenir que quand les « risques pour la sécurité du public » auraient « disparu ».

La suspension « devrait ne plus jamais arriver à un président en exercice ou à qui que ce soit qui ne mérite pas de sanctions ! », a réagi Donald Trump depuis son compte sur Truth Social, le réseau social qu’il a lancé l’an dernier.

La semaine dernière, l’ancien président avait officiellement demandé à pouvoir retourner sur Facebook. Son avocat avait adressé une lettre au fondateur et président de Meta, Mark Zuckerberg, l’appelant à ne pas « réduire un candidat à la présidentielle au silence ».

L’homme politique avait déjà été réadmis sur Twitter le 19 novembre 2022, quatre jours après avoir déclaré sa candidature à l’élection présidentielle de 2024. Il n’a toutefois pas encore publié de message sur ce compte, communiquant principalement via sa propre plateforme, Truth Social.

Lire Plus

Europe

Espagne : un sacristain mort et un prêtre blessé dans une attaque à la machette

Article

le

Espagne : un sacristain mort et un prêtre blessé dans une attaque à la machette

Un homme a été interpellé après avoir attaqué à l’arme blanche plusieurs personnes dans un église du sud de l’Espagne.

Un sacristain a été tué mardi 24 janvier et un prêtre grièvement blessé, dans une attaque à la machette dans deux églises d’Algésiras, dans le sud de l’Espagne, a indiqué une source policière à l’AFP, précisant qu’un homme avait été arrêté. Une enquête a été ouverte pour des faits présumés de terrorisme. Elle sera menée par un magistrat de l’Audience nationale, tribunal chargé notamment des affaires de terrorisme, a précisé le parquet, sans donner plus de précisions.

L’attaque à l’arme blanche s’est produite peu avant 20h dans l’église de San Isidro d’Algésiras, a indiqué le ministère de l’Intérieur. Une personne a été tuée à l’extérieur de l’église et une blessée dans l’église, a ajouté le ministère.

Selon un prêtre d’Algésiras, cité par El Pais, «l’agresseur s’est d’abord rendu à la paroisse de San Isidro, où il a attaqué le sacristain». «Quelques instants plus tard, il est allé à l’église de la Plaza de la Palma, où il a rencontré le prêtre dans la rue, l’a attaqué et l’a laissé pour mort. Ensuite, il a semblé aller à l’église de la Virgen de Europa, mais je ne sais pas s’il y est arrivé. Toutes les églises sont situées au centre de la ville», raconte le religieux. Plusieurs sources policières soulignent qu’il y a eu des assauts dans «au moins deux églises». Les mêmes sources confirment que l’agresseur était sans papiers, «sans doute d’origine marocaine».

Peu après l’attaque, le président de la communauté d’Andalousie Juan Manuel Moreno a réagi. «Horrible et déchirant. Un sacristain a été assassiné et au moins un autre prêtre a été blessé dans un attentat qui a eu lieu à Algésiras. Prudence, les faits sont en cours d’investigation. Je condamne fermement le crime. L’intolérance n’aura jamais sa place dans notre société», a-t-il écrit sur Twitter.

Lire Plus

Monde

Guerre en Ukraine : Kiev admet avoir cédé Soledar à la Russie

Article

le

Guerre en Ukraine : Kiev admet avoir cédé Soledar à la Russie

L’armée ukrainienne a admis mercredi avoir cédé aux Russes la ville de Soledar (ici en juin 2022), deux semaines après l’annonce de sa prise par Moscou.

« Après des mois de combats difficiles […], les forces armées ukrainiennes l’ont quittée » pour « se replier sur des positions préparées », a indiqué à l’AFP le porte-parole militaire de la zone est Serguiï Tcherevaty, refusant cependant de préciser quand cette retraite a eu lieu.

À la mi-janvier, la petite ville était au centre d’une bataille acharnée et Moscou en avait revendiqué la prise. Le gouverneur de la région de Donetsk, Pavlo Kyrylenko, avait toutefois démentié, assurant que Soledar était « sous le contrôle des autorités ukrainienne ».

Lire Plus

Les + Lus