Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Biden et Trump sillonnent le Midwest à quatre jours de la présidentielle

Article

le

biden-et-trump-sillonnent-le-midwest-a-quatre-jours-de-la-presidentielle

Le candidat démocrate à la Maison Blanche Joe Biden donne vendredi, à quatre jours du scrutin, un net coup d’accélérateur à sa campagne, avec trois étapes dans le Midwest, où se rend également Donald Trump en espérant y rééditer ses bons scores surprises de 2016.

« Nous allons travailler jusqu’à la dernière minute pour gagner chacun des votes », a déclaré l’ancien vice-président de Barack Obama avant de s’envoler pour l’Iowa, le Minnesota et le Wisconsin.

Trois Etats du Midwest industriel et rural qui détient en partie les clés du scrutin. Car si Joe Biden, 77 ans, mène dans la moyenne des sondages nationaux, la présidentielle américaine se joue dans une poignée d’Etats où l’écart est bien plus serré avec Donald Trump.

Le démocrate semble ainsi soucieux de ne pas répéter la même erreur qu’Hillary Clinton en 2016, accusée d’avoir ignoré des Etats votant démocrates depuis des décennies, comme le Wisconsin, où elle n’avait pas fait campagne.

Son adversaire républicain l’avait finalement emporté de 0,7 point de pourcentage dans cet Etat. Et de 0,2 point dans le Michigan.

Chaque voix comptera donc le 3 novembre, et les démocrates, comme Donald Trump, le savent.

Le président américain a aussi un programme ciblé sur le Midwest vendredi, avec des étapes prévues dans le Michigan, le Minnesota et le Wisconsin.

Mélange de régions minières, agricoles et de villes cosmopolites, le Minnesota n’a pas voté pour un républicain depuis 1972, mais Donald Trump avait talonné Hillary Clinton en 2016. Il espère cette fois transformer l’essai.

« Etes-vous inquiet? » dans cet Etat, a demandé un journaliste à Joe Biden vendredi matin. « Non », a répondu le démocrate, qui a l’avantage dans les sondages. « Mais je ne prends rien pour acquis ».

Biden de retour dans l’Iowa

Malgré la pandémie, qui a fait près de 230.000 morts aux Etats-Unis, Donald Trump, 74 ans, multiplie les grands meetings en plein air devants des centaines de spectateurs, qui ne portent souvent pas de masques.

Remis lui-même du Covid-19, il donne de longs discours énergiques, vantant son bilan économique et affirmant voir « la lumière au bout du tunnel » de la crise sanitaire.

En face, Joe Biden mène une campagne bien plus en retrait.

Après des semaines de confinement dans son fief de Wilmington, dans le Delaware, il a repris les grands voyages fin août, mais limite ses meetings à quelques centaines d’invités. Et a suscité l’incrédulité chez certains observateurs en passant plusieurs jours chez lui à moins de deux semaines du scrutin.

Le programme inhabituellement chargé du candidat démocrate vendredi a d’ailleurs suscité l’ironie chez les trumpistes, qui l’ont comparé à une journée on ne peut plus normale du tempétueux président.

Respectant strictement les gestes barrières, Joe Biden éreinte la gestion par son rival de la pandémie de Covid-19.

Avec ses meetings, Donald Trump » propage davantage que juste le coronavirus, il propage la division et la discorde », a-t-il lancé jeudi en se présentant une nouvelle fois en rassembleur.

Dans l’Iowa, il fera un meeting en « drive-in », à Des Moines, en début d’après-midi, puis ira à Saint Paul, capitale du Minnesota, pour un autre discours devant des partisans en voiture, et enfin à Milwaukee, grande ville du Wisconsin.

Donald Trump avait remporté largement l’Iowa en 2016, mais cette fois, l’Etat agricole semble en jeu. C’est la première fois que Joe Biden y retourne depuis son mauvais score lors du premier scrutin des primaires démocrates, en février.

Participation record au Texas

Sa colistière, la sénatrice Kamala Harris, fera elle trois étapes au Texas.

Ce grand Etat conservateur n’a pas voté pour un candidat démocrate à la Maison Blanche depuis 1976. Mais à la faveur de sondages serrés et d’une mobilisation record, les démocrates veulent y croire.

Avec neuf millions de bulletins déjà déposés, le nombre de votes par anticipation au Texas a dépassé le nombre total de voix de 2016.

Avec 38 grands électeurs –sur les 270 nécessaires pour décrocher la Maison Blanche dans ce système de suffrage universel indirect à un tour– le Texas pourrait bouleverser la donne.

Samedi, le démocrate se rendra avec l’ex-président Barack Obama dans le Michigan pour, selon leur équipe, parler de « comment rassembler les Américains afin de répondre aux crises qui frappent le pays ».

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Monde

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

Article

le

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

L’ancien président américain avait été banni du réseau social après l’assaut de ses partisans contre le Congrès, le 6 janvier 2021.

Le géant des réseaux sociaux Meta a annoncé mercredi qu’il allait, dans les prochaines semaines, « mettre fin à la suspension » des comptes de Donald Trump sur Facebook et Instagram, deux ans après l’exclusion de l’ancien président américain suite à l’assaut du Capitole.

« Le public doit pouvoir entendre ce que les personnalités politiques disent afin de pouvoir faire des choix éclairés », a justifié Nick Clegg, le responsable des affaires internationales de Meta, dans un communiqué. « Mais cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de limites à ce que les gens peuvent dire sur notre plateforme. Quand il y a un risque de préjudice dans le monde réel – un risque élevé qui justifie une intervention de Meta dans le débat public – nous agissons », a-t-il précisé.

L’ex-chef d’État américain avait été exclu du réseau social le 7 janvier 2021, alors qu’il était encore au pouvoir, pour avoir encouragé ses partisans lors de l’attaque du Congrès à Washington la veille, une décision sans précédent, imitée à l’époque par la plupart des réseaux sociaux grand public, dont Twitter.

En juin 2021, Facebook avait décidé que l’exclusion durerait deux ans, et que le milliardaire républicain ne pourrait revenir que quand les « risques pour la sécurité du public » auraient « disparu ».

La suspension « devrait ne plus jamais arriver à un président en exercice ou à qui que ce soit qui ne mérite pas de sanctions ! », a réagi Donald Trump depuis son compte sur Truth Social, le réseau social qu’il a lancé l’an dernier.

La semaine dernière, l’ancien président avait officiellement demandé à pouvoir retourner sur Facebook. Son avocat avait adressé une lettre au fondateur et président de Meta, Mark Zuckerberg, l’appelant à ne pas « réduire un candidat à la présidentielle au silence ».

L’homme politique avait déjà été réadmis sur Twitter le 19 novembre 2022, quatre jours après avoir déclaré sa candidature à l’élection présidentielle de 2024. Il n’a toutefois pas encore publié de message sur ce compte, communiquant principalement via sa propre plateforme, Truth Social.

Lire Plus

Europe

Espagne : un sacristain mort et un prêtre blessé dans une attaque à la machette

Article

le

Espagne : un sacristain mort et un prêtre blessé dans une attaque à la machette

Un homme a été interpellé après avoir attaqué à l’arme blanche plusieurs personnes dans un église du sud de l’Espagne.

Un sacristain a été tué mardi 24 janvier et un prêtre grièvement blessé, dans une attaque à la machette dans deux églises d’Algésiras, dans le sud de l’Espagne, a indiqué une source policière à l’AFP, précisant qu’un homme avait été arrêté. Une enquête a été ouverte pour des faits présumés de terrorisme. Elle sera menée par un magistrat de l’Audience nationale, tribunal chargé notamment des affaires de terrorisme, a précisé le parquet, sans donner plus de précisions.

L’attaque à l’arme blanche s’est produite peu avant 20h dans l’église de San Isidro d’Algésiras, a indiqué le ministère de l’Intérieur. Une personne a été tuée à l’extérieur de l’église et une blessée dans l’église, a ajouté le ministère.

Selon un prêtre d’Algésiras, cité par El Pais, «l’agresseur s’est d’abord rendu à la paroisse de San Isidro, où il a attaqué le sacristain». «Quelques instants plus tard, il est allé à l’église de la Plaza de la Palma, où il a rencontré le prêtre dans la rue, l’a attaqué et l’a laissé pour mort. Ensuite, il a semblé aller à l’église de la Virgen de Europa, mais je ne sais pas s’il y est arrivé. Toutes les églises sont situées au centre de la ville», raconte le religieux. Plusieurs sources policières soulignent qu’il y a eu des assauts dans «au moins deux églises». Les mêmes sources confirment que l’agresseur était sans papiers, «sans doute d’origine marocaine».

Peu après l’attaque, le président de la communauté d’Andalousie Juan Manuel Moreno a réagi. «Horrible et déchirant. Un sacristain a été assassiné et au moins un autre prêtre a été blessé dans un attentat qui a eu lieu à Algésiras. Prudence, les faits sont en cours d’investigation. Je condamne fermement le crime. L’intolérance n’aura jamais sa place dans notre société», a-t-il écrit sur Twitter.

Lire Plus

Monde

Guerre en Ukraine : Kiev admet avoir cédé Soledar à la Russie

Article

le

Guerre en Ukraine : Kiev admet avoir cédé Soledar à la Russie

L’armée ukrainienne a admis mercredi avoir cédé aux Russes la ville de Soledar (ici en juin 2022), deux semaines après l’annonce de sa prise par Moscou.

« Après des mois de combats difficiles […], les forces armées ukrainiennes l’ont quittée » pour « se replier sur des positions préparées », a indiqué à l’AFP le porte-parole militaire de la zone est Serguiï Tcherevaty, refusant cependant de préciser quand cette retraite a eu lieu.

À la mi-janvier, la petite ville était au centre d’une bataille acharnée et Moscou en avait revendiqué la prise. Le gouverneur de la région de Donetsk, Pavlo Kyrylenko, avait toutefois démentié, assurant que Soledar était « sous le contrôle des autorités ukrainienne ».

Lire Plus

Les + Lus