Nous rejoindre sur les réseaux

France

Au collège de Samuel Paty, les élèves ont pu « tout lâcher » à la rentrée

Article

le

au-college-de-samuel-paty,-les-eleves-ont-pu-« tout-lacher »-a-la-rentree

Des post-it pour coucher leurs angoisses, des lettres pour s’adresser à Samuel Paty et, surtout, des camarades pour partager leur douleur: les élèves du collège du Bois-d’Aulne ont pu « tout lâcher » mardi lors de leur rentrée, deux semaines après l’assassinat de Samuel Paty.

« Avant de venir, je sentais comme un malaise autour de l’école. J’avais encore moins envie de venir que d’habitude », raconte à l’AFP Maéva, une élève de 3e dont M. Paty était le professeur d’histoire-géographie.

Après leurs enseignants la veille, les 750 élèves de Conflans-Sainte-Honorine ont retrouvé progressivement leurs salles de classe pour des sessions de deux heures, sous l’œil vigilant de policiers armés.

Une rentrée décalée, sous confinement sanitaire et en alerte maximale contre la menace terroriste, pour des collégiens toujours très secoués par l’attentat qui a coûté la vie à l’enseignant qui avait montré des caricatures du prophète Mahomet lors d’un cours sur la laïcité.

Mardi, chacune de leurs classes a été accompagnée par plusieurs enseignants et un psychologue. « Ils nous ont demandé d’écrire sur des post-it ce qu’on ressentait », rapporte Maéva, « moi j’ai écrit +tristesse+ ».

Ilies, « très angoissé », confie n’avoir pas eu, lui non plus, « très envie de revenir » en cours. Lui dit avoir particulièrement aimé qu’on lui suggère d’écrire une lettre à son ancien enseignant, cette « bonne personne ».

« Je m’y attendais pas, je pensais qu’on allait juste parler », raconte l’adolescent, 14 ans. « J’ai pris le temps pour ne pas écrire n’importe quoi », raconte-t-il, sa lettre précieusement conservée dans son sac à dos.

Ilies a aussi apprécié les temps de parole.

« Le psychologue nous a dit de surtout tout lâcher, de dire si on trouvait ça bien ou pas de montrer des caricatures », explique-t-il, soulignant que « huit à dix personnes ont dit ne pas trouver ça bien ». « Il faudrait qu’on ait d’autres moments comme ça au collège, parce que beaucoup ne se rendent pas compte. Du coup, faut vraiment forcer le truc ».

« Un arbre florissant »

Pour Juliette, autre élève de 3e, cette rentrée permet de se sentir « moins seule (…) dans son incompréhension », face à un acte d’une violence inouïe.

« Un de nos professeurs nous a dit qu’il ne pouvait pas comprendre ce qui s’était passé. La psychologue nous a aussi dit que c’était totalement normal de pas comprendre. Ça fait du bien d’entendre ça », a analysé la jeune fille.

Un constat qui tranche avec ses premières inquiétudes, confiées à l’AFP pendant les vacances de la Toussaint. La jeune fille redoutait la rentrée, craignant que ses propos puissent être « mal interprétés ». « Les trois quarts de ceux qui ont parlé en classe pensent la même chose que moi », a-t-elle pu constater mardi, rassurée.

Juliette se sent même assez à l’aise pour vouloir « demander à la CPE de planter un arbre florissant ». « Ça montrera que, même si Monsieur Paty est décédé, sa pensée est toujours là. Cet arbre, c’est le professeur ».

D’autres élèves ont aussi évoqué l’idée de lâcher des ballons dans le ciel, d’ériger un mur pour accrocher des dessins et des poèmes…

Malgré ces promesses de cicatrisation, des craintes subsistent.

Comment Juliette pourra-t-elle « passer à autre chose » si elle « passe devant la salle de M. Paty tous les jours » ? « Je vais devoir faire abstraction », analyse encore l’adolescente, qui use de mots d’adultes face à un drame qui la dépasse.

Et si Maéva s’estime « prête à se relancer dans sa vie », elle se sent aussi « bizarre » à l’idée de suivre des cours d’histoire-géo avec un autre enseignant. « Ils nous ont dit aujourd’hui qu’ils allaient trouver le remplaçant en moins d’une semaine, mais je trouve ça trop court », confie-t-elle.

Ce n’est pas l’avis de sa mère Patricia. « Mais si ma puce, c’est bien », lui dit-elle à la sortie des cours. « Ce qui serait terrible, c’est que tu n’aies plus de cours d’histoire et c’est important que le message (de M. Paty) se perpétue ».

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

France

Nouvelle-Calédonie : les indépendantistes sous le choc après le transfert de militants en métropole

Article

le

Nouvelle-Calédonie : les indépendantistes sous le choc après le transfert de militants en métropole

Figures marquantes d’un collectif indépendantiste kanak, sept militants, dont le porte-parole Christian Tein, ont été envoyés en métropole pour y être incarcérés, provoquant stupeur et incompréhension au sein de la communauté.

La décision d’envoyer en détention provisoire en métropole, à 17.000 km de chez eux, des militants indépendantistes liés à la Cellule de coordination des actions de terrain (CCAT), a plongé la communauté kanak dans le désarroi.

Sept des onze interpellés mercredi ont été transférés dans la nuit de samedi à dimanche à bord « d’un avion spécialement affrété à cette mission », a précisé le procureur de la République de Nouméa, Yves Dupas. Parmi eux, Christian Tein, porte-parole de la CCAT, ainsi que Brenda Wanobo et Frédérique Muliava, toutes deux figures de la CCAT.

L’Union calédonienne (UC), impliquée dans la création de la CCAT, a vivement réagi : « Les responsables de la CCAT ne sont en rien des commanditaires d’exactions mais aujourd’hui des martyrs de la justice coloniale. » L’UC réclame « l’annulation de cette déportation politique. »

Le procureur de Nouméa a justifié cette décision « en raison de la sensibilité de la procédure et afin de permettre la poursuite des investigations de manière sereine, hors de toute pression ou concertation frauduleuse. »

Onze personnes avaient été interpellées mercredi lors d’un vaste coup de filet visant la CCAT, accusée d’être à l’origine des violences récentes en Nouvelle-Calédonie, ayant fait 9 morts, dont deux gendarmes. Les charges retenues contre eux incluent complicité de tentative de meurtre, vol en bande organisée avec arme et destruction en bande organisée du bien d’autrui.

Dans le camp des non-indépendantistes, cette mesure est accueillie favorablement. Nicolas Metzdorf, député Renaissance sortant, a salué « le retour à l’ordre et l’envoi des commanditaires présumés en métropole. » Il a ajouté : « Désormais, si on reconnaît leur culpabilité, il faut qu’ils soient condamnés sévèrement. »

La CCAT a annoncé une conférence de presse mardi, tandis que le FLNKS tiendra un bureau politique cette semaine avant son Congrès le 13 juillet. Par ailleurs, le couvre-feu instauré depuis le 14 mai a été prolongé jusqu’au 1er juillet.

Cette situation tendue met en lumière les profondes divisions et les enjeux politiques en Nouvelle-Calédonie, alors que la question de l’indépendance continue de susciter des passions et des conflits.

Lire Plus

France

Météo : le retour du beau temps est annoncé, mais sera de courte durée

Article

le

Météo : le retour du beau temps est annoncé, mais sera de courte durée

Après une fin de printemps fraîche et pluvieuse, le beau temps et des températures estivales arrivent enfin en France, mais ce répit sera de courte durée.

Le beau temps arrive enfin en France ! Mais attention, il ne durera pas longtemps. Malgré le début officiel de l’été le vendredi 21 juin, les températures restent basses et la pluie persiste dans certaines régions, causant même des crues impressionnantes en Mayenne et dans le Maine-et-Loire.

Selon Météo France, la journée de samedi 22 juin sera agréable sur le pourtour méditerranéen, mais le reste du pays ne bénéficiera pas de cette amélioration. Des orages sont attendus dans le centre de la France dans l’après-midi. Ce n’est que dimanche 23 juin que les températures dépasseront enfin les 20°C sur tout le territoire, accompagné d’un grand soleil, à l’exception du sud-est.

Lundi 24 juin, le beau temps régnera sur tout l’Hexagone sans aucune pluie prévue. Les températures seront chaudes, atteignant jusqu’à 28°C à Montpellier. Les habitants du nord de la France pourront enfin ranger leurs vestes, avec des températures atteignant 26°C à Paris, Reims et Rouen, et 25°C à Lille, Metz et Strasbourg. La journée de mardi 25 juin sera la plus favorable de la semaine, avec de la chaleur et du soleil sur tout le territoire, hormis quelques pluies dans le sud-est.

Malheureusement, ce répit sera de courte durée. Dès mercredi, le temps maussade fera son retour, accompagné d’une baisse des températures. À La Rochelle, par exemple, le mercure n’atteindra même pas les 20°C, plafonnant à 19°C.

Ce changement rapide de conditions météorologiques rappelle l’instabilité de cette période de l’année, où les alternances entre beau temps et pluie sont fréquentes. Profitez donc du soleil pendant qu’il est là !

Lire Plus

France

Législatives 2024 : plus d’un million de procurations déjà enregistrées, le chiffre de 2022 dépassé

Article

le

Législatives 2024 : plus d'un million de procurations déjà enregistrées, le chiffre de 2022 dépassé

À quelques jours du premier tour des législatives anticipées, plus d’un million de procurations ont été enregistrées, dépassant ainsi le chiffre du premier tour des législatives de 2022.

Les électeurs se mobilisent en masse pour les législatives anticipées des 30 juin et 7 juillet. Plus d’un million de procurations ont déjà été enregistrées, un chiffre supérieur à celui du premier tour des législatives de 2022, a annoncé le ministère de l’Intérieur vendredi 21 juin. Entre le 10 et le 20 juin, 1 055 067 procurations ont été comptabilisées, contre 1 021 350 pour la même période il y a deux ans.

Cette année, le second tour des législatives se déroulera le premier week-end des vacances scolaires, une différence notable par rapport à 2022, où le scrutin avait eu lieu en juin. Le ministère a souligné qu’il y a eu « 6,2 fois plus de procurations » enregistrées entre J-20 et J-10 avant le scrutin, comparé à la même période en 2022.

La dissolution inattendue de l’Assemblée nationale a provoqué la tenue de ces élections anticipées, ce qui contraste avec les élections de 2022, dont les dates étaient connues longtemps à l’avance, permettant aux électeurs de planifier leurs procurations sur une période plus longue.

Les législatives de 2022 s’étaient tenues les 12 et 19 juin, alors que cette année, le second tour coïncide avec le début des vacances scolaires, poussant probablement les électeurs à recourir davantage aux procurations pour s’assurer de pouvoir voter malgré les déplacements estivaux.

Cette augmentation du nombre de procurations témoigne d’une volonté forte des électeurs de participer au processus démocratique, malgré les contraintes et les circonstances exceptionnelles de cette année.

Lire Plus

Les + Lus